Amnesty International appelle l'Algérie à libérer les prisonniers d'opinion    Déplafonnement de dette extérieure: Les mises en garde du PPS    Le Masi lâché parles secteurs Banques et Télécommunications    Masques, visières, valves: L'impression 3D à la rescousse des hôpitaux    DOC- Port du masque de protection: Voici ce que dit la circulaire du Parquet général    Tanger: Mobilisation pour la place d'Espagne    D'après Moulay Hafid Elalamy : Plus de 5,3 millions de masques ces dernières 48h    Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    L'engouement culturel à l'ère du confinement     Montée des défaillances et double choc d'offre et de demande    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    L'hôpital militaire d'instruction Mohammed V de Rabat consolide ses structures dédiées à la lutte contre le Covid-19    L'hôpital Moulay Youssef de Casablanca renforce sa capacité litière    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Direction du Trésor et des finances extérieures : Rachat de BDT pour un montant de 1 MMDH    Fonds de soutien : Le message de Crédit Agricole du Maroc aux ménages bénéficiaires    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    Les pharmaciens tiennent leur position avec conviction    Le port des masques de protection est obligatoire depuis hier    Coronavirus : l'UIR développe des solutions innovantes    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Enquête auprès des entreprises :Le HCP recourt aux e-mail et fax    Changement de modèle ?    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Université Ibn Zohr: Les journées doctorales cartonnent
Publié dans L'Economiste le 14 - 06 - 2017

Pari réussi pour la 2e édition des journées doctorales organisée par le laboratoire de recherche sur les langues et la communication (Larlanco, relevant de la FLSH, Université Ibn Zohr), et l'Association marocaine des sciences de l'information et de la communication (Amsic).
La manifestation, qui s'est étalée sur trois jours, a rassemblé plus d'une centaine de personnes issues de 6 pays et représentant 21 universités. Avec en tout 73 communications présentées. Le programme des journées a inclus des tables rondes, conférences plénières, ateliers thématiques. Et des ateliers doctoraux portant sur la méthodologie de recherche, la rédaction de la thèse et des articles scientifiques.
En plus d'ateliers de coaching. Le panel des thématiques de ces doctorales a été présenté selon 9 axes de recherche. A savoir: didactique, enseignement et outils numériques; communication médias et sociétés; analyse du discours; identités culturelles; pratiques et recherche scientifique; numérique et modernisation de l'administration; analyse du discours; économie, gestion et valorisation du patrimoine et territoires. Il faut noter que l'axe «enseignement» a connu un grand engouement et a été ponctué par plusieurs interventions.
Le zoom a ainsi été fait sur la modernisation de ce secteur à l'ère du numérique et du e-learning. L'idée étant de présenter l'Internet et les moyens numériques comme outil d'apprentissage efficace pour inciter la «génération Facebook» à la lecture et à l'écriture. «Ces doctorales sont l'occasion de mettre l'accent sur l'importance du savoir-faire et de l'épanouissement de l'apprenant», explique le professeur Idriss Elwafa.
«Ces compétences sont essentielles pour l'évolution de l'offre des propositions de formation et par conséquent primordiales pour le développement du pays dont l'économie repose d'abord sur des citoyens correctement formés», a-t-il ajouté. Dans ce sens, les séminaristes se sont accordés sur le fait que les dispositifs de formation devraient être revus afin de créer des synergies autour de l'enseignement professionnel.
Pour rappel, la 2e édition des Journées doctorales organisée par Larlanco et l'Amsic, a eu lieu récemment à l'espace des Humanités de la Faculté des lettres et des sciences humaines (FLSH).
Moment fort…
«Tradition et modernité pédagogiques au Maroc». C'est le titre du nouvel ouvrage de Abdelhak Bel Lakhdar présenté lors de la deuxième édition des doctorales. Un livre qui permet une meilleure compréhension de la réalité pédagogique au Maroc et des répercussions qui en découlent. Si, à partir du titre, il est fait allusion à deux grands paradigmes «tradition» et «modernité», il ne s'agit en aucun cas, aux yeux de l'auteur, de les opposer. Au contraire, la tradition est évoquée non pas dans un sens sacralisé, mais dans le sens d'une relecture. Celle d'un éclairage qui exhume certaines pratiques pédagogiques dites traditionnelles qui peut aider à mieux cerner les difficultés actuelles en matière de pédagogie. Les propositions, critiques et réflexions de l'auteur émanent d'une expérience confirmée non seulement en tant qu'expert pédagogique, mais aussi en tant qu'homme de terrain ayant comparé les usages multiples existants dans le Royaume.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.