Marouane Chamakh prend sa retraite    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Les Berkanis à un pas du sacre    Une réaction curieusement ingrate!    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Banque privée : Les principaux requis de succès    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Mammifères    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le fisc renforce ses moyens de recoupement
Publié dans L'Economiste le 04 - 12 - 2017

L'administration fiscale complète sa panoplie d'armes dissuasives contre la fraude. Elle compte instaurer l'obligation pour les contribuables de fournir, en même temps que leur déclaration fiscale annuelle, le relevé de ses ventes ventilé par client professionnel. La mesure (articles 20 et 82) figurant au projet de loi de finances a déjà été votée par la première Chambre du Parlement.
Si elle franchit le cap de la seconde Chambre, elle s'appliquera aussi bien aux sociétés soumises à l'IS qu'aux personnes physiques assujetties à l'IR. En pratique, chaque fois qu'une société réalise une transaction avec un client, elle doit lui demander son Identifiant commun de l'entreprise (ICE) selon les modalités qui seront définies par voie réglementaire. En somme, c'est comme si un pompiste demandait à un client le numéro de sa carte nationale avant de lui faire le plein.
«La mise en application de cette obligation est contraignante pour l'entreprise et notamment pour la PME. La mise en œuvre suppose d'avoir un système informatique de facturation et de comptabilité permettant un suivi par client. La réalité du terrain est que la majorité des PME, formant l'essentiel du tissu économique, établissent leurs factures soit manuellement, soit sur Word ou Excel», fait remarquer Brahim Bahmad, expert-comptable et SG du Cercle des fiscalistes du Maroc.
L'une des plus grandes caractéristiques des PME nationales réside dans le fait qu'elles réalisent l'essentiel de leurs ventes sans bon de commande formalisant la demande du client et son identité. «Ces sociétés doivent-elles donc se concentrer sur leur raison d'être, qui est de vendre et d'encaisser, ou de se lancer dans l'identification de leurs clients au risque de perdre la vente?» s'interroge l'expert-comptable.
Le fournisseur devra-t-il se fier à la déclaration de son client ou exiger une preuve écrite sur son identité? Devra-t-il également vérifier le périmètre du pouvoir de son client vis-à-vis de la société qu'il est censé représenter? Les clients ne sont pas obligés de décliner tous ces éléments d'identification. Par contre, ils sont en position de force pour exiger de leurs fournisseurs de mentionner leur ICE sur leurs factures pour pouvoir effectuer la déduction fiscale.
A défaut, ils peuvent toujours s'abstenir de conclure la transaction. Autant de difficultés qui risquent de compliquer l'activité de bon nombre de contribuables. Pour continuer de subsister, ils seront tentés de basculer dans l'informel en vendant sans exiger d'élément d'identité. Or, c'est justement cet informel que cible l'administration.
«Cette obligation ne peut être applicable que pour les grandes structures qui reçoivent des bons de commandes formalisés, de personnes habilitées et ayant un système d'information adéquat», poursuit le fiscaliste. Le mode opératoire de cette mesure n'est pas encore clair puisqu'il sera fixé par un décret. Les contribuables concernés souhaitent que ce dispositif soit rejeté par la deuxième Chambre du Parlement.
Fini les ventes anonymes?
La fourniture d'un relevé détaillé des ventes par client a pour objectif de renforcer les moyens de recoupement de l'administration fiscale, de lutter contre l'informel et de détecter les niches de fraude. En effet, lorsqu'une société effectue une déclaration fiscale, elle fournit les Identifiants communs de l'entreprise (ICE) de tous ses fournisseurs pour bénéficier de la déductibilité des charges. A présent, l'administration veut également disposer du fichier détaillé de ces mêmes fournisseurs pour recouper les déclarations des deux parties.
Lorsque le contribuable effectuera sa déclaration de résultat fiscal, il devra l'accompagner du relevé détaillé de toutes ses ventes par client. Et c'est là que les difficultés apparaissent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.