Coronavirus : Kia Maroc se mobilise pour sa clientèle    Othman Ferdaous nommé ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Les universités diffusent des cours à la radio    Un appel à projets R&D national contre le Covid-19    Decathlon: La vente des masques Easybreath bloquée au Maroc aussi    Covid19: Tétouan passe aux services en ligne    S.M le ROI reçoit Amzazi et El Firdaouss    Lorie donne de surprenants conseils pour supporter le confinement en couple    Rejouer ou pas, le foot italien se déchire    Le Crédit Agricole du Maroc accompagne les Ramedistes pour faire aboutir le dispositif de soutien aux populations vulnérables    SM le Roi exonère des droits de bail les locataires des locaux des Habous    Amrani appelle à une solidarité africaine renouvelée    Lévinas, le visage, l'humanité    La pandémie du Covid- 19 vue par deux économistes    Appel de la présidence du Ministère public à l'application stricte des dispositions sur le port du masque    S.M le Roi reçoit Saaid Amzazi et Othman El Firdaous    Driss Lachguar, lors de la rencontre virtuelle organisée par la Fondation Lafqui Titouani    La croissance nationale devrait enregistrer une régression de 1,8% au deuxième trimestre    La SERMP se réorganise pour la fabrication de respirateurs 100% marocains    Baisse de la croissance et de 11,6 points du taux de couverture    L'enseignement à distance à l'ère du coronavirus    Vibrant hommage aux professionnels de santé    Les marchés calent, inquiets face au coronavirus et à son impact économique    L'Europe ne s'entend pas sur la riposte économique à l'épidémie    Dr Souad Jamaï: «ce que le confinement a changé dans ma vie?»    Les confessions de Benatia sur son passage à l'AS Rome    5 millions de masques produits par jour dès mardi prochain    Entreprises en difficulté : Le report des cotisations CNSS du 1er mars au 30 juin activé    Les Marocains bloqués à l'étranger sollicitent l'intervention du Roi    La culture, un réconfort en crise en période d'anxiété    A l'heure de la pandémie, la Pologne adopte le vote par correspondance…    Le Wisconsin vote en pleine pandémie    Aicha Lablak: «La priorité aux questions en liaison avec l'état d'urgence sanitaire»    Coronavirus : Le Maroc prélève 3 milliards de dollars de sa Ligne de précaution auprès du FMI    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents de Taroudant et Tata    Confinement : l'Institut du monde arabe se virtualise et lance #LImaALaMaison    Mobilité, logements et restauration assurés : Une chaîne de solidarité au profit du corps médical de Marrakech    Une œuvre conçue en plein confinement : «Guelssou feddar», un nouveau single de la chanteuse Bouchra    L'engouement culturel à l'ère du confinement    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Football : Les clubs marocains dans le flou total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment gérer les risques en entreprise
Publié dans L'Economiste le 14 - 12 - 2017

De nombreuses entreprises expriment le besoin de développer leur approche en matière de gestion des risques, mais la mise en œuvre reste un challenge pour un grand nombre d'entre elles, surtout les PME. Le colloque international, GERIO 2017, organisé par le laboratoire de recherche Ingénierie scientifique des Organisations à l'ENCG de Casablanca a permis de lancer un débat les 8 et 9 décembre autour de la thématique.
Le laboratoire de recherche a surtout focalisé sur la problématique de la gestion du risque sous un angle mathématique. D'imminentes personnalités du monde académique étaient présentes dont Driss Mansouri, directeur de l'Université Hassan II, ou encore Mohamed El Aaraj, ministre par intérim de l'Education nationale. La théorie de la décision puise son fondement dans les mathématiques appliquées ayant pour objet la prise de décision en univers risqué.
«En opposition avec les théories traditionnelles de l'économie qui postulent une rationalité parfaite et irréaliste, les théoriciens de la décision ont voulu introduire de la psychologie dans les modèles de décision des organisations», explique Abdelmajid Ibenrissoul, directeur du laboratoire de recherche Ingénierie scientifique des Organisations. Les premiers économistes à utiliser la théorie de la décision sont Von Neumann et l'Autrichien Morgenstern afin de formaliser la théorie de l'utilité.
«Les théories de la prise de décision sont basées sur une certaine idée de la rationalité (optimisation, maximisation des choix sous contraintes)», continue Ibenrissoul. Elles reposent sur plusieurs principes: l'ordonnance des alternatives, la transitivité, la continuité, l'invariance...
Les économistes de l'école autrichienne sont très sceptiques sur l'applicabilité de la théorie de la décision en économie. Même si l'ignorance ou l'incertitude sont des concepts communs aux deux approches. L'école probabiliste travaille plus en système clos (le décideur connaît toutes les décisions possibles ou il s'imagine des informations incertaines).
Autre point important abordé, la théorie moderne du portefeuille, développée par Harry Markowitz dans les années 1950. Celle-ci définit le processus de sélection de titres pour créer le portefeuille le plus efficient possible. C'est-à-dire celui qui possède la rentabilité maximale pour un niveau de risque minimum.
Le concept de diversification est à la base de la théorie. En effet, Markowitz pense que les différents titres composant un portefeuille ne peuvent être sélectionnés individuellement et doivent au contraire être choisis selon la corrélation de leurs variations à celles du reste des actifs du portefeuille.
«Ce mode de sélection permet de minimiser le risque pour un niveau de rendement choisi. Markowitz présuppose que les investisseurs sont rationnels et averses au risque et que le marché est efficient», explique Ibenrissoul lors de son intervention. Ainsi, les seuls éléments à prendre en compte sont le risque et le rendement des titres, car les investisseurs achèteront toujours l'actif qui présente un rendement optimal par rapport à son niveau de risque. Aucun investisseur purement rationnel n'achèterait en effet un actif plus risqué qu'un autre, mais offrant un rendement inférieur.
L'attitude à adopter
Parmi les domaines dans lesquels l'économie expérimentale tient une place importante, celui de l'étude des décisions individuelles face au risque. À partir des années 1970, deux psychologues, Daniel Kahneman et Amos Tversky, ont joué un rôle décisif dans la compréhension de l'attitude face au risque. Leurs travaux fournissent une description et une explication plus réalistes des comportements des individus qui y sont confrontés, constituant ainsi un apport indéniable à l'économie expérimentale.
«Le risque, une notion subjective»
Abdelmajid Ibenrissoul, directeur de laboratoire de recherche Ingénierie scientifique des Organisations à l'ENCG de Casablanca (Ph. IA)
- L'Economiste: Quelle attitude faut-il adopter face au risque?
- Abdelmajid Ibenrissoul: On parle de décision face au risque lorsqu'un individu fait des choix dont les conséquences dépendent de la réalisation d'événements auxquels des probabilités sont rattachées. Face à une activité risquée, la plupart des individus donnent à l'activité une valeur qui diffère de l'espérance mathématique. Cette valeur s'appelle l'équivalent certain de l'activité risquée.
- Qu'est-ce que l'aversion du risque?
- Très tôt, les expériences réalisées pour étudier la façon dont les individus prennent réellement leurs décisions dans des situations risquées ont remis en cause plusieurs aspects de la théorie de l'utilité espérée. L'aversion au risque est un comportement qui pousse un investisseur à hésiter, voire à ne pas supporter la pression induite par la prise de risques financiers. Il s'agit d'une notion subjective qui diffère selon les personnes. L'aversion au risque peut inciter des personnes à investir dans des valeurs à faible rendement, car le risque de perte est faible. C'est donc avant tout un comportement psychologique face aux marchés boursiers. Ce comportement étant bien souvent le fruit de notre passé et particulièrement de notre enfance... de la façon dont nous avons été éduqués.
- Quels sont les avantages induits par le management du risque?
- Le management du risque est un outil d'aide à la décision: il garantit le bien-fondé des actions engagées et valide la pertinence des priorités établies. L'entreprise travaille sur l'essentiel. La multiplication des systèmes de management a entraîné des redondances peu compatibles avec la performance exigée. L'intégration est donc au cœur des préoccupations. Le management du risque favorise cette intégration.
Propos recueillis par Reda BENOMAR


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.