«Géopolitique d'un Roi»: Les liaisons incestueuses entre le Polisario et le terrorisme    Tourisme: Tanger consolide sa croissance grâce au TGV    Volkswagen offre 830 millions d'euros au profit de 400.000 clients    Bourse de Casa: la performance hebdomadaire (10-14 janvier) dans le vert    Botola Pro : classement et résultats de la 16ème journée    Fédération royale marocaine de basket-ball : une étape cruciale du plan d'urgence    La Tunisie dévoile son nouveau gouvernement    France: la ministre de la Santé a démissionné    Voici les prévisions météo pour la journée du lundi 17 février 2020    Coupe Mohammed VI : Al Ismaily bat le Raja    Safi : 12 individus arrêtés pour hooliganisme en marge du match OCS-Ittihad Jeddah    Les Tangérois Next Kids remportent la compétition nationale de robotique "First Lego League"    SIEL 2020 : le CNDH discute de la situation carcérale au Maroc    Le RCA affronte l'égyptien Al Ismaïli pour la demi-finale de la Coupe arabe Mohammed VI    Mohammed VI félicite le président lituanien    Le Roi Mohammed VI félicite le président lituanien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Japon : le nombre de cas atteints de coronavirus sur le paquebot Diamond Princess grimpe à 355    Des roquettes s'abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad    De rupture en échec    On n'arrête plus Youssef El Arabi (vidéo)    Marché des changes (février): le dirham s'apprécie face à l'euro    Raviver le potentiel du Souss Massa!    Pourquoi Ziyech est parfait pour Chelsea?    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'Olympic de Safi quitte la compétition    Investissements : une mission d'affaires de Valence en prospection au Maroc, du 16 au 19 février    SM le Roi lance la nouvelle stratégie de développement agricole et forestier    Italie: le Sénat autorise le renvoi de Salvini devant la justice…    Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »    Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!    Météo: les températures prévues au Maroc ce dimanche (villes)    Rabat nommée capitale africaine de la culture    Le Maroc isole le polisario sur les scènes africaine et internationale    Tunisie: Ennahdha a pris une décision    Afrique : Rabat désignée capitale africaine de la culture    Coronavirus: premier décès en France    Le Lac des Cygnes, un monument de danse classique à Rabat    La Cour européenne des droits de l'Homme disculpe Madrid    Fès intègre le réseau mondial des villes les plus engagées contre le sida    Divers    Mohamed Benabdelkader : La communication publique, une exigence démocratique et un impératif de bonne gestion    Driss Lachguar en visite au SIEL    Jennifer Lopez: La renaissance d'une icône    Sharon Stone évoque son expérience avec les sites de rencontres    Britney Spears en danger ?    Dans son nouveau recueil : La nouvelle, tout un art chez Abdellah Baïda    L'IRCAM et l'Académie de la langue arabe absorbée par le CNLCM    SIEL 2020 : Le CESE présente son rapport sur la promotion de la lecture au Maroc    Salvini, le chef de l'extrême droite italienne, touché mais pas coulé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment gérer les risques en entreprise
Publié dans L'Economiste le 14 - 12 - 2017

De nombreuses entreprises expriment le besoin de développer leur approche en matière de gestion des risques, mais la mise en œuvre reste un challenge pour un grand nombre d'entre elles, surtout les PME. Le colloque international, GERIO 2017, organisé par le laboratoire de recherche Ingénierie scientifique des Organisations à l'ENCG de Casablanca a permis de lancer un débat les 8 et 9 décembre autour de la thématique.
Le laboratoire de recherche a surtout focalisé sur la problématique de la gestion du risque sous un angle mathématique. D'imminentes personnalités du monde académique étaient présentes dont Driss Mansouri, directeur de l'Université Hassan II, ou encore Mohamed El Aaraj, ministre par intérim de l'Education nationale. La théorie de la décision puise son fondement dans les mathématiques appliquées ayant pour objet la prise de décision en univers risqué.
«En opposition avec les théories traditionnelles de l'économie qui postulent une rationalité parfaite et irréaliste, les théoriciens de la décision ont voulu introduire de la psychologie dans les modèles de décision des organisations», explique Abdelmajid Ibenrissoul, directeur du laboratoire de recherche Ingénierie scientifique des Organisations. Les premiers économistes à utiliser la théorie de la décision sont Von Neumann et l'Autrichien Morgenstern afin de formaliser la théorie de l'utilité.
«Les théories de la prise de décision sont basées sur une certaine idée de la rationalité (optimisation, maximisation des choix sous contraintes)», continue Ibenrissoul. Elles reposent sur plusieurs principes: l'ordonnance des alternatives, la transitivité, la continuité, l'invariance...
Les économistes de l'école autrichienne sont très sceptiques sur l'applicabilité de la théorie de la décision en économie. Même si l'ignorance ou l'incertitude sont des concepts communs aux deux approches. L'école probabiliste travaille plus en système clos (le décideur connaît toutes les décisions possibles ou il s'imagine des informations incertaines).
Autre point important abordé, la théorie moderne du portefeuille, développée par Harry Markowitz dans les années 1950. Celle-ci définit le processus de sélection de titres pour créer le portefeuille le plus efficient possible. C'est-à-dire celui qui possède la rentabilité maximale pour un niveau de risque minimum.
Le concept de diversification est à la base de la théorie. En effet, Markowitz pense que les différents titres composant un portefeuille ne peuvent être sélectionnés individuellement et doivent au contraire être choisis selon la corrélation de leurs variations à celles du reste des actifs du portefeuille.
«Ce mode de sélection permet de minimiser le risque pour un niveau de rendement choisi. Markowitz présuppose que les investisseurs sont rationnels et averses au risque et que le marché est efficient», explique Ibenrissoul lors de son intervention. Ainsi, les seuls éléments à prendre en compte sont le risque et le rendement des titres, car les investisseurs achèteront toujours l'actif qui présente un rendement optimal par rapport à son niveau de risque. Aucun investisseur purement rationnel n'achèterait en effet un actif plus risqué qu'un autre, mais offrant un rendement inférieur.
L'attitude à adopter
Parmi les domaines dans lesquels l'économie expérimentale tient une place importante, celui de l'étude des décisions individuelles face au risque. À partir des années 1970, deux psychologues, Daniel Kahneman et Amos Tversky, ont joué un rôle décisif dans la compréhension de l'attitude face au risque. Leurs travaux fournissent une description et une explication plus réalistes des comportements des individus qui y sont confrontés, constituant ainsi un apport indéniable à l'économie expérimentale.
«Le risque, une notion subjective»
Abdelmajid Ibenrissoul, directeur de laboratoire de recherche Ingénierie scientifique des Organisations à l'ENCG de Casablanca (Ph. IA)
- L'Economiste: Quelle attitude faut-il adopter face au risque?
- Abdelmajid Ibenrissoul: On parle de décision face au risque lorsqu'un individu fait des choix dont les conséquences dépendent de la réalisation d'événements auxquels des probabilités sont rattachées. Face à une activité risquée, la plupart des individus donnent à l'activité une valeur qui diffère de l'espérance mathématique. Cette valeur s'appelle l'équivalent certain de l'activité risquée.
- Qu'est-ce que l'aversion du risque?
- Très tôt, les expériences réalisées pour étudier la façon dont les individus prennent réellement leurs décisions dans des situations risquées ont remis en cause plusieurs aspects de la théorie de l'utilité espérée. L'aversion au risque est un comportement qui pousse un investisseur à hésiter, voire à ne pas supporter la pression induite par la prise de risques financiers. Il s'agit d'une notion subjective qui diffère selon les personnes. L'aversion au risque peut inciter des personnes à investir dans des valeurs à faible rendement, car le risque de perte est faible. C'est donc avant tout un comportement psychologique face aux marchés boursiers. Ce comportement étant bien souvent le fruit de notre passé et particulièrement de notre enfance... de la façon dont nous avons été éduqués.
- Quels sont les avantages induits par le management du risque?
- Le management du risque est un outil d'aide à la décision: il garantit le bien-fondé des actions engagées et valide la pertinence des priorités établies. L'entreprise travaille sur l'essentiel. La multiplication des systèmes de management a entraîné des redondances peu compatibles avec la performance exigée. L'intégration est donc au cœur des préoccupations. Le management du risque favorise cette intégration.
Propos recueillis par Reda BENOMAR


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.