Jazouli fait le point sur la politique africaine du Maroc    Le Roi Mohammed VI inaugure un Centre de soins de santé primaires à Casablanca    Startups africaines : Macron annonce une enveloppe de 65 millions d'euros    USA. Les dames en fer    L'ONCF supprime des trains sur l'axe Casablanca-Kénitra    Prix du poisson : Où sont les responsables communaux ?    Salé    6ème session ordinaire du Parlement panafricain    Édification d'un Centre de proximité pour la femme et l'enfant à Mers El Kheir    La fondation Hiba dévoile les lauréats de la World Music 2018    Projection «Nuba d'or et de lumières» à l'IMA de Paris    Le Maroc présent à la coupe d'Afrique de slam poésie en novembre 2018    Webhelp Maroc franchit la barre des 10.000 collaborateurs    En kiosque n° 1248 : Y EN A MARRE !    Régularisation des dossiers de contractuels    Préfecture de l'arrondissement de Hay Hassani : 816 projets INDH d'un investissement de plus de 301 MDH réalisés de 2005 à 2017    Le Burkina Faso rompt ses relations avec Taïwan    Transfert : Vissel Kobe déroule le tapis rouge à Andrès Iniesta, l'icône du Barça    La Mannschaft titille les autres sélections du monde    Sport scolaire : Le Maroc élu président continental de l'ISF    Le Groupe Crédit Agricole du Maroc primé pour ses actions d'inclusion financière    La Corée du Nord a démantelé son site d'essais nucléaires avant un sommet avec Washington    Arrestations de l'ex-président du conseil provincial de Barcelone et de 21 autres personnes    Les Emirats Arabes Unis soutiennent la marocanité du sahara    Casablanca: La police retrouve la fillette de 4 ans portée disparue    Des espèces menacées de disparition sauvées    Italie : Giuseppe Conte, « avocat du peuple », s'attelle à la composition du gouvernement    Les défis du modèle de développement à venir!    De la diplomatie politique à la diplomatie économique    En finir avec la cigarette    Les réseaux sociaux sauvent Ghazal (vidéo)    Libre cours    Zoom : Allo, le 0537718888 ?    Morocco 2026 débarque en Croatie    La Palestine devient membre de deux nouvelles agences de l'ONU    Omari supervise le projet du nouveau siège du parti    L'italien Enel injecte 169 millions de DH dans ses projets marocains    Commerce extérieur : Les exportations algériennes vers le Maroc en hausse de 60%    Le gouvernement épinglé pour ses objectifs utopiques    Humour: Les Inqualifiables font leur show en grand    Le roman de Ramadan: «Ibn khaldoun. Une biographie romancée»    Voilà pourquoi cette hôtesse n'a pas serré la main à Benatia !    Le Comptoir des Mines Galerie expose « Be Your Heart » de Mo Baala    Le Rwanda s'offre les service d'Arsenal pour développer son tourisme    Unai Emery prend la succession d'Arsène Wenger à Arsenal    C1 – Le jeûne de Mo Salah inquiète Liverpool    KASMA visite le Maroc rural    Les «voix de femmes» à la 6e édition des «Nuits du Ramadan»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tevekov, un peintre russe tout en puissance
Publié dans L'Economiste le 22 - 01 - 2018

Dans les salons de Jardin Rouge à Marrakech, les oeuvres de l'artiste russe Denis Tevekov sont à découvrir jusqu'au 4 février prochain (Ph. Montresso)
Denis Tevekov refuse l'effet et rejette les dogmes. Du coup, sa peinture ressemble à des instants libératoires. Les compositions devenant pulsion dans un parfait équilibre entre la maîtrise et le lâcher-prise. Cet artiste russe est venu en 2011 à Jardin Rouge à Marrakech pour une première résidence. Depuis, il arpente le pays et pose un regard attentionné sur la calligraphie orientale pour en explorer tous les territoires.
Actuellement de retour au Maroc, la Fondation Montresso, qui le soutient, présente sa série «De l'Oural à l'Atlas» dans un savant mélange de grâce, d'énergie et d'équilibre. Ses toiles, il les compose en musique, pourvu que le son soit bien fort. Puis, tout s'enchaîne. Des jaillissements de couleurs intenses et de la matière épaisse par endroits et absente à d'autres. Il aime d'ailleurs à dire que c'est sa main qui le conduit de manière spontanée.
Ses sentiments du moment viennent s'incruster sur la toile. Et le miracle opère, comme sorti d'on ne sait où. Sa dynamique abstraite aboutit sur des compositions graphiques pleinement maitrisées. L'artiste s'attelant à travailler sur la question de l'espace dans une confrontation de pigments et de matières, armé de ses pinceaux usés, de ses rouleaux, ou de ses brosses.
Venu de Russie, pays de contrastes comme sa peinture, la route de Denis Tevekov tient-elle au hasard ou à la destinée? C'est à l'âge de 9 ans qu'il commence à étudier l'art. Pas d'autre choix, puisque c'est la seule école qui existe dans sa ville natale de Kataisk. Immédiatement, il se passionne par la liberté que cette pratique lui procure, et poursuit cet apprentissage jusqu'à ses vingt-cinq ans, avec une seule idée en tête: devenir le meilleur.
Petit à petit, son oeuvre abstraite se dessine ponctuée de rythmes, de gestes, de densités et de superpositions offrant des formes si entremêlées et dissoutes qu'elles finissent parfois par disparaître. En dehors des sentiers battus de la tendance. Ses toiles semblent alors lui échapper et réagir à des flottements venus de l'extérieur et du plus profond de lui-même.
Regarder son travail provoque ces mêmes sensations de lâcher-prise. Accrochées sur les murs de la résidence artistique Jardin Rouge à Marrakech, ses toiles sont visibles jusqu'au 4 février prochain, et sur rendez-vous, puisqu'ici tout est mis en oeuvre pour préserver la concentration des résidents. Fasciné par les lignes calligraphiques, voilà 2 ans qu'il mène un travail de recherche et de renouvellement sur le geste. Le Maroc lui servant de terre d'exploration.
De notre correspondante,
Stéphanie JACOB


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.