Salé : Saisie d'une importante quantité de cigarettes et de tabac à narguilé    Aïd Al-Adha: Le CNPAC appelle à davantage de vigilance sur les routes    Dernière minute: Black Coffee & Virgil Abloh a l'Oasis Festival    Hamza Mendyl file à Schalke 04    Aid Al Adha, les conseils de LG pour bien conserver la viande    Aéroports du Maroc : Plus de 2 millions de passagers en juillet 2018    inwi passe de la 4G à la 4,5G... une 1ère au Maroc !    Le ministère de la Culture veille à la mise en œuvre des dispositions de la loi relative à la presse et à l'édition    PUMA signe Luis Suarez    Aïd Al Adha : les conseils de Autoroutes du Maroc    Le tramway de Casablanca s'adapte à Aïd Al Adha    PLF 2018 : la lettre de cadrage de El Otmani    Munir El Haddadi décide de rester au FC Barcelone    Italie : un séisme d'une magnitude de 5,2 touche le centre du pays    Coupes africaines : Des destins opposés attendent le Wydad et le DHJ    Le cadrage royal    Le Maroc et l'Australie-Méridionale examinent les opportunités de coopération    Le BCIJ loue la coopération antiterroriste avec l'Espagne    Le potentiel d'Agadir Ida Outanane!    50.000 enseignants contractuels déjà en ordre de bataille    Averses orageuses fortes et temps chaud attendus vendredi et ce weekend dans plusieurs provinces ce weekend    La crise de la livre turque : est-ce vraiment un complot ?    Madona, «Berber Queen» pour son anniversaire à Marrakech    Mohamed Brahmi, le Cheikh qui veut moderniser la danse Reggada    Recrudescence de cyberattaques sur les comptes Instagram    Edito : Jeunesse d'esprit    Le Médiateur dresse son bilan : Près de 10.000 plaintes en 2017    «Hacky hack hack» : un adolescent australien de 16 ans pirate les systèmes d'Apple    Pont effondré à Gênes: encore 10 à 20 disparus selon les médias italiens    Facebook offre la diffusion de la Ligue des champions à l'Amérique latine...et la Liga à l'Asie du Sud    Israël: Netanyahu entendu par la police pour corruption présumée    Pakistan: Imran Khan sur le point d'être élu Premier ministre    Un Canadien à la tête d'Air France-KLM    Le «Ceuta est marocaine», fait refuser la nationalité espagnole à une résidente marocaine    Emploi, social, politique : Ce que propose le CESE    Pluie d'hommages mondiaux après la mort d'Aretha Franklin    Classement mensuel de la FIFA: La Maroc perd 5 places et pointe au 46ème rang    760.000 spectateurs au Festival Jawhara    Le Festival des plages Maroc Telecom touche à sa fin    Dakhla : Coup d'envoi de la 4è édition du Dakhla Downwind Challenge    Appel à l'Union    Ali Yata ou la fidélité à un grand fidèle à la patrie et au peuple    3e tour de qualification pour la Ligue des champions d'e l'UEFA : Elimination précoce de Celtic et Fenerbahçe    Cheb El Hindi se retire de la scène artistique algérienne!    La FNM rend hommage au professeur Joudia Hassar-Benslimane    Le «Momo challenge», un nouveau défi dangereux pour nos enfants ?    Les recherches de survivants continuent dans les décombres    Le Paraguay soutient la marocanité du Sahara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tevekov, un peintre russe tout en puissance
Publié dans L'Economiste le 22 - 01 - 2018

Dans les salons de Jardin Rouge à Marrakech, les oeuvres de l'artiste russe Denis Tevekov sont à découvrir jusqu'au 4 février prochain (Ph. Montresso)
Denis Tevekov refuse l'effet et rejette les dogmes. Du coup, sa peinture ressemble à des instants libératoires. Les compositions devenant pulsion dans un parfait équilibre entre la maîtrise et le lâcher-prise. Cet artiste russe est venu en 2011 à Jardin Rouge à Marrakech pour une première résidence. Depuis, il arpente le pays et pose un regard attentionné sur la calligraphie orientale pour en explorer tous les territoires.
Actuellement de retour au Maroc, la Fondation Montresso, qui le soutient, présente sa série «De l'Oural à l'Atlas» dans un savant mélange de grâce, d'énergie et d'équilibre. Ses toiles, il les compose en musique, pourvu que le son soit bien fort. Puis, tout s'enchaîne. Des jaillissements de couleurs intenses et de la matière épaisse par endroits et absente à d'autres. Il aime d'ailleurs à dire que c'est sa main qui le conduit de manière spontanée.
Ses sentiments du moment viennent s'incruster sur la toile. Et le miracle opère, comme sorti d'on ne sait où. Sa dynamique abstraite aboutit sur des compositions graphiques pleinement maitrisées. L'artiste s'attelant à travailler sur la question de l'espace dans une confrontation de pigments et de matières, armé de ses pinceaux usés, de ses rouleaux, ou de ses brosses.
Venu de Russie, pays de contrastes comme sa peinture, la route de Denis Tevekov tient-elle au hasard ou à la destinée? C'est à l'âge de 9 ans qu'il commence à étudier l'art. Pas d'autre choix, puisque c'est la seule école qui existe dans sa ville natale de Kataisk. Immédiatement, il se passionne par la liberté que cette pratique lui procure, et poursuit cet apprentissage jusqu'à ses vingt-cinq ans, avec une seule idée en tête: devenir le meilleur.
Petit à petit, son oeuvre abstraite se dessine ponctuée de rythmes, de gestes, de densités et de superpositions offrant des formes si entremêlées et dissoutes qu'elles finissent parfois par disparaître. En dehors des sentiers battus de la tendance. Ses toiles semblent alors lui échapper et réagir à des flottements venus de l'extérieur et du plus profond de lui-même.
Regarder son travail provoque ces mêmes sensations de lâcher-prise. Accrochées sur les murs de la résidence artistique Jardin Rouge à Marrakech, ses toiles sont visibles jusqu'au 4 février prochain, et sur rendez-vous, puisqu'ici tout est mis en oeuvre pour préserver la concentration des résidents. Fasciné par les lignes calligraphiques, voilà 2 ans qu'il mène un travail de recherche et de renouvellement sur le geste. Le Maroc lui servant de terre d'exploration.
De notre correspondante,
Stéphanie JACOB


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.