Le Maroc et l'Italie déterminés à renforcer leur coopération dans le domaine de la justice administrative
 
    Drame de Bouknadel.. le verdict du procureur général    2,3 milliards DH pour réhabiliter les anciennes médinas    Un magnifique sans faute de Philippe Rozier montant Cristallo ALM    5ème journée de la Botola Maroc Telecom : Le Wydad débloque son compteur    8ème Conférence internationale sur l'ingénierie des modèles et des données se tiendra à Marrakech    Dialogue social : Le gouvernement cherche un compromis    Mohammed Ben Salmane, un prince héritier (bientôt) déshérité?    Des migrants subsahariens refoulés vers leurs pays d'origine par les autorités marocaines    Yémen: L'ONU tire la sonnette d'alarme    «Parcours amoureux de Salé», un guide pour revisiter Salé avec Rita Aouad    Fake news. Un observatoire voit le jour    PLF 2019 : Les points forts de la présentation de Benchaâboun (Photos)    Kamal Lahlou: participation «très honorable»    Botola: Enfin une journée complète!    (Vidéo) Meurtre de Khashoggi.. Erdogan sort l'artillerie    E-Learning: le Maroc se distingue en Afrique    PLF 2019 : Divergence d'opinions entre la majorité et l'opposition    Grandes écoles. 300 bourses pour les études en France    Le ministère lance une plateforme dédiée aux MRE    Télémédecine. Lancement officiel au Maroc    Edito : Mobilisation générale    La place de la Femme dans le soufisme débattue à Fès    PLF 2019. Le gouvernement ne touche pas à la TPI    Festival de Fès de la culture soufie: Coup d'envoi ce samedi    «Voyage aux sources de l'art», l'exposition qui fait polémique    Lopetegui tremble avant une semaine infernale    Malgré procès et scandales, l'argent reste tabou dans le sport universitaire américain    200 migrants irréguliers entrent en force à Mellilia    Le Paraguay réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    News    18 morts dans un accident de train au Taïwan    Daniel Kretinsky, un golden boy tchèque amateur des médias traditionnels    Des chercheurs ont compté le nombre de joints dans les clips de rap    Insolite : Alliance retrouvée    Divers    Les trois voies de l'industrialisation en Afrique    80 entreprises exportatrices marocaines au SIAL Paris    Driss Lachguar au Colloque international sur «La reconsidération du modèle de développement à la lumière des évolutions que connaît le Maroc»    Les opérateurs chinois satisfaits du climat des affaires au Maroc    Clôture du Salon maghrébin du livre à Oujda    Le Maroc invité d'honneur du Salon international du livre à Belgrade    Les influences africaines sur les travaux des artistes peintres occidentaux    L'ONU et L'OMS appellent à mettre un terme aux tests de virginité    Retrait américain d'un traité nucléaire : John Bolton à Moscou pour explications    Khashoggi : La presse turque implique « MBS » avant des révélations attendues d'Erdogan    Andalousies Atlantiques. Raymonde El Bidaouia et Hajja El Hamdaouia en "cœur" à Essaouira    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Meknès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tevekov, un peintre russe tout en puissance
Publié dans L'Economiste le 22 - 01 - 2018

Dans les salons de Jardin Rouge à Marrakech, les oeuvres de l'artiste russe Denis Tevekov sont à découvrir jusqu'au 4 février prochain (Ph. Montresso)
Denis Tevekov refuse l'effet et rejette les dogmes. Du coup, sa peinture ressemble à des instants libératoires. Les compositions devenant pulsion dans un parfait équilibre entre la maîtrise et le lâcher-prise. Cet artiste russe est venu en 2011 à Jardin Rouge à Marrakech pour une première résidence. Depuis, il arpente le pays et pose un regard attentionné sur la calligraphie orientale pour en explorer tous les territoires.
Actuellement de retour au Maroc, la Fondation Montresso, qui le soutient, présente sa série «De l'Oural à l'Atlas» dans un savant mélange de grâce, d'énergie et d'équilibre. Ses toiles, il les compose en musique, pourvu que le son soit bien fort. Puis, tout s'enchaîne. Des jaillissements de couleurs intenses et de la matière épaisse par endroits et absente à d'autres. Il aime d'ailleurs à dire que c'est sa main qui le conduit de manière spontanée.
Ses sentiments du moment viennent s'incruster sur la toile. Et le miracle opère, comme sorti d'on ne sait où. Sa dynamique abstraite aboutit sur des compositions graphiques pleinement maitrisées. L'artiste s'attelant à travailler sur la question de l'espace dans une confrontation de pigments et de matières, armé de ses pinceaux usés, de ses rouleaux, ou de ses brosses.
Venu de Russie, pays de contrastes comme sa peinture, la route de Denis Tevekov tient-elle au hasard ou à la destinée? C'est à l'âge de 9 ans qu'il commence à étudier l'art. Pas d'autre choix, puisque c'est la seule école qui existe dans sa ville natale de Kataisk. Immédiatement, il se passionne par la liberté que cette pratique lui procure, et poursuit cet apprentissage jusqu'à ses vingt-cinq ans, avec une seule idée en tête: devenir le meilleur.
Petit à petit, son oeuvre abstraite se dessine ponctuée de rythmes, de gestes, de densités et de superpositions offrant des formes si entremêlées et dissoutes qu'elles finissent parfois par disparaître. En dehors des sentiers battus de la tendance. Ses toiles semblent alors lui échapper et réagir à des flottements venus de l'extérieur et du plus profond de lui-même.
Regarder son travail provoque ces mêmes sensations de lâcher-prise. Accrochées sur les murs de la résidence artistique Jardin Rouge à Marrakech, ses toiles sont visibles jusqu'au 4 février prochain, et sur rendez-vous, puisqu'ici tout est mis en oeuvre pour préserver la concentration des résidents. Fasciné par les lignes calligraphiques, voilà 2 ans qu'il mène un travail de recherche et de renouvellement sur le geste. Le Maroc lui servant de terre d'exploration.
De notre correspondante,
Stéphanie JACOB


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.