Remaniement partiel : El Firdaouss nommé ministre de la Culture, Amzazi porte-parole du gouvernement    Coronavirus : Vivo Energy Maroc soutient les professionnels de santé    Pour une application stricte de l'obligation du port du masque    La BCP se mobilise pour accompagner le dispositif de soutien aux ménages    Le HCP appelle les entreprises à une adaptation des échanges de l'information économique    L'ombre d' une pénurie de médicaments plane sur l'Europe    L'engouement culturel à l'ère du confinement    Les pharmaciens déclinent leur vision de la réforme    Mesures exceptionnelles pour le bon déroulement des travaux de la session parlementaire    Gare aux contrevenants!    Obligation du port du masque de protection depuis hier    Session du printemps : Les parlementaires en mode crise    Casablanca : Une polyclinique CNSS mise à la disposition des autorités publiques    «Après la pandémie, la reprise serait très difficile»    La Suède rejette le confinement…    Nabil Benabdallah: «Il est temps de repenser le rôle de l'Etat»    PPS : L'amnistie royale, un geste généreux dans ces circonstances difficiles    Télétravail : Gare aux failles de sécurité !    Hicham Daoudi : «Pratiquement 60% de notre chiffre d'affaires est suspendu en ce moment»    Coronavirus : 21 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7 nouvelles guérisons, mardi à 8h    Edito : Soldats invisibles    Pour accompagner les citoyens : Inwi se mobilise dans le contexte de crise    Khalid Ezzemani : «Nous partageons notre expérience avec d'autres pays du continent africain»    Changement de modèle ?    Le Premier secrétaire à la Fondation Fkih Titouani    « Les Casques bleus ne sont pas le remède, mais ils tiennent une place dans la lutte contre le Covid-19 »    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Rooney : Les joueurs de foot en Angleterre sont des cibles faciles    City n'aura pas recours au chômage partiel    Youssef El Arabi : Le plus important est de rester à la maison pour empêcher la transmission du virus    Les médecins privés de Marrakech appelés à prêter main forte à ceux du public    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Driss Lachguar : La grâce Royale est hautement noble et humaine    Quand le poème se fait consolation au temps du coronavirus    Confiné en famille, Michel Drucker se rend utile    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CFCIM: Le Kluster coache 5 startups
Publié dans L'Economiste le 11 - 04 - 2018

La Chambre française de commerce et d'industrie du Maroc (CFCIM) s'engage à soutenir les jeunes entrepreneurs et la création d'entreprise. L'organisation a lancé, le 25 octobre 2017, le programme d'appui aux startups, «Kluster CFCIM», qui constitue un des maillons de son dispositif RSE.
Suite à l'appel à projets ouvert en octobre 2017, 150 dossiers de candidature ont été déposés. Une première sélection de 35 porteurs de projets a été retenue pour la présentation finale, qui a eu lieu les 22 et 23 mars dernier.
Au terme des pitchs, 5 startups ont été retenues: ExVivo, Bassite IT, Luxonik, Kitimimi, Cuimer. Face aux talents exprimés et à la qualité des projets présentés, le jury a pris la décision d'élargir le programme de mentoring à 15 autres startups qui bénéficieront également d'une adhésion gratuite d'une année. Les projets sélectionnés bénéficieront d'un parrainage ou mentoring d'un administrateur ou d'un membre correspondant de la CFCIM.
Les parrains leur offriront ainsi toute leur expérience pour les aider à élaborer leur business model ou encore leur stratégie de développement et leur ouvriront également leur carnet d'adresses. Le mentor qui leur sera attribué les connectera à son réseau et les aidera ainsi à décrocher leurs premiers bons de commande. Les startups sélectionnées auront accès au Club des Business Angels de la Chambre, qui pourront leur apporter le financement nécessaire au développement de leurs activités.
A travers cette initiative, «La CFCIM s'engage à faire en sorte que les projets incubés génèrent rapidement des revenus et surtout assurent leur pérennité sur les 3 prochaines années, en dégageant une rentabilité qui leur permettra de créer de l'emploi et de pouvoir voler de leurs propres ailes après 18 mois», explique Jérôme Mouthon, président du Kluster CFCIM et président de Buzzeff. Le programme permet surtout d'avoir accès à un réseau de plus de 3.750 adhérents de la Chambre.
Difficile d'estimer le nombre exact de startups au Maroc. Selon l'Apebi, le nombre varie autour des 5.000. Selon le Global Startup Ecosystem Report de 2017, la France en compte entre 2.000 et 2.600 dans le secteur de la technologie. Quant à la Silicon Valley aux Etats-Unis, elle en compte entre 12.700 et 15.600.
L'écosystème des startups est en pleine évolution au Maroc. Cependant, le fait que les initiatives publiques et privées au profit de cette catégorie d'entreprises se multiplient, les besoins d'accompagnement et de financement restent importants. D'où la nécessité de la multiplication de ce type d'initiatives.
Modèle économique
Durant les premières années, les «jeunes pousses» sont particulièrement dynamiques et ambitieuses, mais également vulnérables. Mettre en place un nouveau modèle économique (business model) exige, paradoxalement, une maîtrise des fondamentaux de la gestion, que les jeunes entrepreneurs apprennent souvent sur le tas et à leurs dépens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.