Bank Al-Maghrib et la Banque centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Brexit: Guérilla attendue au Parlement britannique sur l'accord    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    SOS Méditerranée cherche de nouveau un port sûr pour 104 migrants    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Martil: Avortement d'une tentative de trafic de près de 600 kg de chira    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Technopole Foum El Oued : Une cité du savoir et de l'innovation au service des jeunes    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Les fantaisies d'un président!    Conférence internationale sur la justice: Le texte intégral de la lettre royale    Journées musicales de Carthage. Un festival courageux !    Azrou promeut la culture coréenne    Label'Vie. "Une valeur de croissance au profil résilient"    Le Maroc rejoint le Réseau des Autorités de prévention de la corruption    Nabil Benabdallah: «Il faut redonner un sens à l'action politique»    PLF 2020: Les chiffres à retenir    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Akhannouch appelle à favoriser l'emploi des jeunes    Une belle leçon des joueurs botolistes    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Attijariwafa bank décroche le titre «Top Performer RSE» de l'année    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Belle distinction de Yasser Daho    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CFCIM: Le Kluster coache 5 startups
Publié dans L'Economiste le 11 - 04 - 2018

La Chambre française de commerce et d'industrie du Maroc (CFCIM) s'engage à soutenir les jeunes entrepreneurs et la création d'entreprise. L'organisation a lancé, le 25 octobre 2017, le programme d'appui aux startups, «Kluster CFCIM», qui constitue un des maillons de son dispositif RSE.
Suite à l'appel à projets ouvert en octobre 2017, 150 dossiers de candidature ont été déposés. Une première sélection de 35 porteurs de projets a été retenue pour la présentation finale, qui a eu lieu les 22 et 23 mars dernier.
Au terme des pitchs, 5 startups ont été retenues: ExVivo, Bassite IT, Luxonik, Kitimimi, Cuimer. Face aux talents exprimés et à la qualité des projets présentés, le jury a pris la décision d'élargir le programme de mentoring à 15 autres startups qui bénéficieront également d'une adhésion gratuite d'une année. Les projets sélectionnés bénéficieront d'un parrainage ou mentoring d'un administrateur ou d'un membre correspondant de la CFCIM.
Les parrains leur offriront ainsi toute leur expérience pour les aider à élaborer leur business model ou encore leur stratégie de développement et leur ouvriront également leur carnet d'adresses. Le mentor qui leur sera attribué les connectera à son réseau et les aidera ainsi à décrocher leurs premiers bons de commande. Les startups sélectionnées auront accès au Club des Business Angels de la Chambre, qui pourront leur apporter le financement nécessaire au développement de leurs activités.
A travers cette initiative, «La CFCIM s'engage à faire en sorte que les projets incubés génèrent rapidement des revenus et surtout assurent leur pérennité sur les 3 prochaines années, en dégageant une rentabilité qui leur permettra de créer de l'emploi et de pouvoir voler de leurs propres ailes après 18 mois», explique Jérôme Mouthon, président du Kluster CFCIM et président de Buzzeff. Le programme permet surtout d'avoir accès à un réseau de plus de 3.750 adhérents de la Chambre.
Difficile d'estimer le nombre exact de startups au Maroc. Selon l'Apebi, le nombre varie autour des 5.000. Selon le Global Startup Ecosystem Report de 2017, la France en compte entre 2.000 et 2.600 dans le secteur de la technologie. Quant à la Silicon Valley aux Etats-Unis, elle en compte entre 12.700 et 15.600.
L'écosystème des startups est en pleine évolution au Maroc. Cependant, le fait que les initiatives publiques et privées au profit de cette catégorie d'entreprises se multiplient, les besoins d'accompagnement et de financement restent importants. D'où la nécessité de la multiplication de ce type d'initiatives.
Modèle économique
Durant les premières années, les «jeunes pousses» sont particulièrement dynamiques et ambitieuses, mais également vulnérables. Mettre en place un nouveau modèle économique (business model) exige, paradoxalement, une maîtrise des fondamentaux de la gestion, que les jeunes entrepreneurs apprennent souvent sur le tas et à leurs dépens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.