Vie privée: Le Parquet général veut renforcer la protection    Le projet de loi de finances au Parlement    Brexit: Les principaux points du nouvel accord    Un Monde Fou    Le groupe Lamatem inaugure la première usine de textile médical au Maroc    Dans un message adressé aux participants à la deuxième Conférence internationale de Marrakech sur la justice    Divers Economie    L'Espagne, berceau des précieux faucons du Moyen-Orient    La digitalisation joue un rôle prépondérant en matière d'impulsion de la croissance économique    Madrid de nouveau sur la sellette    Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Premier League : Manchester met fin à la série victorieuse de Liverpool    Calcio : L'Inter reste aux trousses de la Juve    Amine Harit convoité par le Barça    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    L'urgence d'investir dans l'éducation numérique en Afrique    Des chercheurs ont filmé la fourmi la plus rapide du monde    Mobilisation sociale contre la déperdition scolaire à Essaouira    L'UE et l'ONUDC en ordre de bataille à Rabat    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Sauvages" imagine un président français issu de l'immigration maghrébine    Participation marocaine à la Foire internationale du livre de Belgrade    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    Casablanca : Un pédophile viole plus de 40 fillettes    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    La Chine affiche son ambition de « grande puissance » de l'internet    Martil: Avortement d'une tentative de trafic de près de 600 kg de chira    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Faouzi Skali : «Nous sommes dans l'exploration de la culture soufie en tant que telle»    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment être à l'écoute des citoyens
Publié dans L'Economiste le 15 - 05 - 2018

Voilà une excellente idée qui pourrait inspirer le gouvernement marocain et surtout nos élus. Pour demander à tous les Européens la direction qu'ils souhaitent que l'Union européenne prenne à l'avenir, la Commission européenne vient de lancer une consultation publique en ligne. Celle-ci s'inscrit dans le cadre du débat plus large sur l'avenir de l'Europe lancé avec la publication du livre blanc de la Commission le 1er mars 2017 (voir encadré).
Elle a été préparée par un groupe de près de 96 citoyens issus de 27 Etats membres (à l'exception du Royaume-Uni, qui quittera l'UE fin mars 2019), qui se sont réunis pour décider des questions à poser à leurs concitoyens européens. C'est un exercice de «démocratie participative».
«Alors que les élections européennes se rapprochent, il est temps de décider de ce que devrait être l'avenir de l'Union européenne à 27. En tout état de cause, il faut que ce soit une Europe construite par les Européens...», a indiqué Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne.
Quel avenir voulons-nous pour nous-mêmes, pour nos enfants et pour notre Union? C'est la question posée aux Européens. Ces derniers doivent s'exprimer sur les sujets qui les intéressent et sur ce qu'ils attendent des dirigeants.
Sans grande surprise, le questionnaire (accessible en différentes langues via le lien https://ec.europa.eu/commission/consultation-future-europe_fr) porte sur les principaux sujets d'inquiétude des Européens. Sur la liste figurent le chômage, la crise migratoire et la protection des frontières, la sécurité, le terrorisme et la radicalisation, l'environnement et le climat...
Le questionnaire a été établi par un «Panel citoyen européen» ayant rassemblé à Bruxelles une centaine de personnes de toutes les classes d'âge et de tous les métiers. Ce panel, chargé d'identifier 12 questions principales qui préoccupent les Européens, a débattu sous les auspices du Comité économique et social européen (CESE).
Cet organe consultatif de l'UE se compose de représentants d'organisations de travailleurs et d'employeurs et d'autres groupes d'intérêts. Il transmet des avis sur des questions européennes à la Commission, au Conseil de l'UE et au Parlement européen et sert ainsi de lien entre les instances de décision et les citoyens de l'UE.
La consultation en ligne se déroulera parallèlement aux dialogues citoyens organisés par la Commission européenne et par les Etats membres. Près de 700 de ces débats publics interactifs se sont tenus dans 160 villes depuis 2012 et la Commission va accroître leur fréquence d'ici aux élections européennes de mai 2019. L'objectif étant d'organiser quelque 500 manifestations supplémentaires.
En plus de l'action menée par la Commission, des dialogues citoyens sont actuellement organisés par les gouvernements nationaux dans tous les Etats membres. Et ce, à la suite d'une initiative de la France qui a reçu le soutien des chefs d'Etat ou de gouvernement de la future Union à vingt-sept.
La Commission partage le fruit de son expérience avec les Etats membres. Un rapport intermédiaire sur le processus du livre blanc sera publié lors du Conseil européen de décembre 2018. Un rapport final sera ensuite présenté lors du premier sommet de l'UE à 27 à Sibiu, en Roumanie, le 9 mai 2019, soit quelques semaines avant les élections européennes.
Ce que dit le livre blanc
Ph. Commission européenne
Le livre blanc a décrit plusieurs scénarios. Les citoyens craignaient souvent que leur pays soit à la traîne et devienne une sorte d'Etat membre de «seconde classe». De manière générale, les citoyens étaient préoccupés par les incertitudes auxquelles est actuellement confrontée l'Europe et par la perspective de la perte de stabilité dans tous les domaines, politique, économique, social et culturel. Ce sentiment d'instabilité semble avoir poussé les citoyens à se rapprocher de l'Europe et de ses valeurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.