BAM prévoit une croissance orientée à la baisse    ONU : Antonio Guterres déplore « un monde de plus en plus chaotique »    Aquarius : Les 58 migrants débarqueront à Malte    Casablanca accueille la 6ème édition du Carrefour des fournisseurs de l'industrie agroalimentaire    Laenser en embuscade    Transavia relance Paris-Dakhla avec l'ONMT en marge du salon IFTM Top Resa    FIFA - The Best 2018: Voici pour qui Mehdi Benatia et Hervé Renard ont voté    Casablanca : «Maintenant ou Jamel» en octobre    Interview : Madd, Shobee et ElGrande Toto à L'Boulevard 2018    Fondation Montresso : Les événements les plus marquants de la nouvelle saison    A partir de décembre, le ballon d'or se conjuguera au féminin    Dialogue social: Le CESE recommande une approche de consensus au-delà de la négociation    Les fondateurs d'Instagram démissionnent    Adhésion à la CEDEAO: Le Maroc est-il allé trop vite?    IRAN: La journée nationale des forces armées endeuillée…    Tanger : Première opération chirurgicale de valvulopathie mitrale et aortique    Les femmes meurent-elles plus d'infarctus ?    Taroudant : Une enquête sur l'incendie du poste ONEE    Sommet de la paix Nelson Mandela: Mohammed VI rappelle l'esprit anti-séparatiste de Madiba    Coupes d'Afrique: Le Raja seul représentant du Maroc    Tanjazz 2018. Clap de fin ensoleillé !    Qui dit mieux… , Reports, encore et toujours    Couverture sanitaire. Plus de 200.000 dossiers déposés pas les imams    Justice constitutionnelle. La haute Cour et l'Académie du Maroc déclinent leur vision    L'ANRT ouvre la 3ème session de formation sur le protocole DNSSEC    Darija : Grand oral pour Amzazi    Maroc-OMS : La santé mentale au menu des entretiens de M. Doukkali à New York    La lutte contre la toxicomanie s'organise à Tétouan    Dialogue social : La recette du CESE    Engrais. OCP rachète 20% de Fertinagro Bieotech    ONU : Le Maroc défend ses positions et intensifie ses actions diplomatiques    Edito : Censure partisane    Casablanca : Des conducteurs de taxis transportent gracieusement des malades    Les industriels confiants au 3e trimestre    Journée culturelle pour célébrer l'histoire en partage France-Maroc    Driss Lachguar préside la session du Conseil de l'Union arabe de la jeunesse socialiste    L'armée birmane hausse le ton contre l'ONU    News    Lancement d'une nouvelle plateforme éducative arabophone    Operation Smile Morocco et l'OCP signent une mission humanitaire dentaire à El Jadida    Divers    L'OCK assure l'essentiel face au CRA    Concours officiel de saut d'obstacles    Prêts chinois : Opium de l'Afrique    Le blogueur Mahmoud Zeidane jeté dans les geôles du Polisario    C'est parti pour la 12ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    Participation marocaine au Festival international "Samae" d'inchad et de musique sacrée du Caire    Clôture à Rabat du premier atelier d'initiation au dessin de mode    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'impayé, la phobie des entreprises de l'hexagone
Publié dans L'Economiste le 22 - 05 - 2018

Stéphane Colliac, économiste senior en charge de la France et de l'Afrique chez Euler Hermes, spécialiste de l'assurance-crédit: «Les velléités des entreprises françaises de renforcer leur présence au Maroc nécessiteront un accompagnement...» (Ph. Euler Hermes)
- L'Economiste: Outre la proximité géographique et une croissance plutôt stable, quelles sont les autres opportunités qu'offre le Maroc pour les entreprises françaises?
- Stéphane Colliac: Le Maroc a progressé en matière d'attractivité et pas simplement parce qu'il est proche ou que sa croissance est stable. Le Royaume a développé une logistique (en particulier Tanger Med) qui permet aux investisseurs étrangers d'exporter depuis ses bases, notamment dans l'automobile. C'est en premier lieu à cette montée en charge que l'on doit l'appétit croissant des entreprises françaises pour le Maroc. Elles y envoient des machines et des pièces afin de produire sur place. Ainsi, c'est le phénomène très positif d'intégration du Maroc dans les chaînes de valeur auquel nous assistons.
- Quels seraient les freins à la politique de promotion des exportations?
- Un affaiblissement des débouchés serait évidemment préjudiciable. On exporte et on produit au Maroc en partie pour réexporter. L'insertion du Maroc au sein des accords commerciaux régionaux est capitale. Mais, ce que les entreprises françaises craignent le plus à l'étranger, c'est l'impayé. Bien évidemment, tout impayé ne s'accompagne pas systématiquement d'une défaillance, mais notons que ces dernières ont encore augmenté de 12% en 2017 et ont doublé en 5 ans au Maroc. Notons aussi que les délais de paiement client ne sont pas exactement au même niveau, puisque s'ils sont de 83 jours au Maroc et de 74 jours en France, ils ne sont que de 54 jours en Allemagne, le principal débouché de la France. Autant dire que les exportateurs français ne sont pas habitués à de tels délais de paiement. Ceci veut dire que les velléités des entreprises françaises de renforcer leur présence au Maroc nécessiteront un accompagnement, afin d'éviter qu'elles ne soient échaudées trop vite.
- Quels sont les secteurs porteurs?
- En tant que site industriel qui s'équipe progressivement le Maroc est un débouché pour le secteur français des machines et équipements, qui représente 20% des exportations de la France vers le Royaume. Et c'est aussi le secteur qui a le plus de velléités d'accroître ses exportations vers le Maroc. Mais il n'échappera à personne que l'automobile est le secteur dont la progression est la plus marquante. Il représentait 6% des exportations françaises vers le Maroc il y a 10 ans. Cette proportion a doublé aujourd'hui.
- Comment booster la compétitivité entre le Maroc et la France?
-Le renforcement des relations commerciales entre les deux pays tient au positionnement du Royaume par rapport aux pays qui pourraient le concurrencer en tant que hub régional, ainsi que dans sa capacité à effectivement agir en tant que hub. Ici, le succès n'est pas assuré. Car si l'on considère le Maroc en tant que site de production à proximité de l'Europe, le Maroc a des concurrents, dont la Tunisie ou même la Turquie. Et puis, l'ambition du Maroc d'être une porte d'entrée vers l'Afrique n'est pas non plus la chronique d'un succès annoncé. D'après nos calculs, les exportations marocaines devraient augmenter de 50 milliards d'euros entre 2017 et 2030. C'est certes un chiffre intéressant, mais nos calculs ne montrent aucune différence entre la mise en œuvre de la zone de libre-échange de l'Afrique et sa non mise en œuvre. En effet, pour le moment le Ghana apparaît mieux armé et mieux situé pour devenir le hub de l'Afrique de l'Ouest et bénéficier des effets multiplicateurs d'une telle zone de libre-échange. Pour contrecarrer ce risque de se faire précéder, il est important de continuer à réformer l'économie marocaine et à l'intégrer à celles de la zone.
Propos recueillis par Fatim-Zahra TOHRY


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.