DGSN: un retraité soupçonné d'avoir violé deux mineurs à Larache    Coup de filet de la brigade mobile des douanes d'Agadir    Azilal : le parc jurassique ouvrira ses portes fin mars    Le Maroc prêt à apporter au Qatar tous les moyens humains et logistiques pour réussir le Mondial-2022 de football    Coronavirus : le port de Dakhla prend des mesures de restriction urgentes    Le mouvement de contestation populaire né il y a un an en Algérie cherche son second souffle    La municipalité d'Agadir veut attribuer le nom de feu le dirigeant pjdiste Abdellah Baha à une rue de la ville    Plus de 7.800 autorisations sanitaires délivrées par l'ONSSA cette année    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Conjoncture, la DEPF prudemment optimiste    Serge Berdugo : «Nous sommes dans une phase de préservation et d'entretien du patrimoine juif marocain»    L'UE exprime son attachement à la solution à deux Etats pour la Palestine et Israël    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    Le HCP note une baisse de 0,1% de l'indice des prix à la consommation    Bulletin météorologique spécial : de fortes rafales de vent, attendues ce week-end    Ce que pense Nouamane Lahlou de Dounia Batma et Saad Lamjarred (VIDEO)    Modèle de développement : La DG du FMI livre sa recette    La déconstruction d'un mythe    L'Atalanta Bergame séduit l'Europe    Officiel: Badr Hari de retour sur le ring (VIDEO)    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Trump remplace le patron du renseignement après un briefing lié à la Russie    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    Commission spéciale du modèle de développement : Chakib Benmoussa à l'écoute à Paris des Marocains du Monde    Basket : le Maroc remporte un match amical face à l'Algérie    Transferts: Après Ziyech, Idrissi annoncé en Premier League?    Lancement à Hay Hassani d'une plateforme d'intégration économique dédiée aux jeunes    Wana retire sa plainte contre Maroc Telecom    Hicham Alaoui, paradoxes et prétéritions    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Entretiens maroco-mauritaniens sur les moyens de renforcer la coopération bilatérale    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    Divers Economie    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Délais de paiement: La CGEM à l'épreuve
Publié dans L'Economiste le 18 - 07 - 2018


Source: Inforisk/Dun & Bradstreet
En Europe, la Pologne est le pays qui affiche le meilleur score en matière de comportement de paiement. 75,5% des crédits - clients s'effectuent sans le moindre retard. De quoi faire rêver les PME marocaines
Si les délais de paiement constituent un souci récurrent pour les entreprises, ils deviennent létaux pour les plus petites d'entre elles, les TPE. En moyenne, le délai client de ces entreprises se situe à 10 mois (source: Inforisk). C'est 210 jours au-delà des délais réglementaires. Par comparaison, au Portugal (voir tableau), le pays européen qui affiche les moins bons délais de paiement, seuls 4,8% des paiements interentreprises s'effectuent avec un retard de plus de 120 jours! Toutes les enquêtes le confirment: les retards de paiement sont la première cause de défaillance et de mortalité des petites entreprises au Maroc. D'année en année, la situation continue de se dégrader: depuis 2010, les TPE ont vu leurs délais de paiement s'allonger de deux mois et demi (77 jours). Pour la catégorie PME, le délai client moyen s'établissait début 2017 à 5,1 mois.
De fait, les entreprises se sont transformées en banques sans le vouloir. Les crédits interentreprises (plus de 387 milliards de DH en 2016) ont augmenté de 45% (oui, vous avez lu) entre 2010 et 2016. Ils représentent aujourd'hui la première source de financement des entreprises devant le crédit bancaire (319 milliards de DH en 2016). Le phénomène s'autoalimente par une forme de métastase: si l'entreprise A n'est pas réglée par son client B, elle ne peut pas non plus régler son fournisseur C. Et ainsi de suite. Pour bien des TPE, la situation est telle que certaines petites structures de services ont inventé une nouvelle doctrine comptable: elles n'enregistrent le chiffre d'affaires qu'à la date du règlement effectif par le client plutôt qu'à la date de facturation.
Le crédit interentreprises est aujourd'hui la première source de financement des entreprises. De facto, les TPE et les PME se sont transformées en banques pour leurs clients
Sauf quand il s'agit de marchés publics, les grandes entreprises semblent échapper à ce qui est assimilé au virus Ebola pour l'environnement des affaires. Leur délai client moyen est de 3,4 mois pour un délai fournisseur de 4,3 mois. Pour ce dernier, cette moyenne cache bien des réalités amères. Les petits prestataires des grandes entreprises souffriraient en effet en silence. Par crainte de représailles ou de se faire évincer de la liste de fournisseurs, la plupart des PME n'osent pas appliquer les pénalités de retard dont le principe est inscrit dans la réglementation. Pour se faire payer, il faut parfois supplier, pour ne pas dire plus.
Le plus grave pour les nombreuses PME dans le BTP, c'est lorsqu'elles doivent affronter la mauvaise foi de certains donneurs d'ordre à l'image de cet opérateur télécoms qui aurait décidé de suspendre tout paiement de ses fournisseurs en attendant qu'il achève l'audit de ses achats. Mais cela dure depuis plus de deux ans! Les chaînes de la grande distribution, qui gèrent de gros excédents en cash, règlent leurs fournisseurs (PME) dans des délais inacceptables, plus de 9 mois, voire au-delà d'un an. Si la CGEM veut vraiment s'attaquer au problème de délais de paiement comme elle l'affiche dans sa nouvelle organisation, elle devra s'attaquer aussi à ces grandes entreprises qui pratiquent une forme de chantage envers leurs fournisseurs. Elle ne doit pas se focaliser que sur les marchés de l'Etat.
La commission que la confédération patronale vient de dédier au dossier «délais de paiement» sera jugée sur sa capacité à «apporter une solution définitive et acceptable à la problématique des retards de paiement». Signe de l'importance du sujet, cette commission sera placée sous l'autorité d'un vice-président.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.