Comment les ménages de l'informel peuvent bénéficier de l'aide du gouvernement    Covid-19 au Maroc: le bilan grimpe à 345 cas, 23 décès    Global Engines fait don de 25 ambulances Hyundai    La médecine militaire à la rescousse    La valeur ajoutée de la médecine militaire    Le Conseil de gouvernement adopte des projets de décret suspendant la perception du droit d'importation sur le blé dur et certaines légumineuses    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    La DGI présente les mesures de report des échéances fiscales    2 MMDH pour le renforcement du dispositif médical    Une palette de mesures pour alléger l'impact du déficit pluviométrique    Intelaka : BCP a déjà financé 373 dossiers pour 65 MDH    Décès de Hassan Ghazoui: Les condoléances du SG du PPS    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    La vie de Fatima Mernissi au grand écran prochainement    Coronavirus : Fine Hygienic Holding et Dislog Group offrent des produits d'hygiène    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Un autre monde à imaginer et à construire    Décès de Hidalgo, l'homme qui ravivé le football français    Etat d'urgence sanitaire: Maroc Telecom pleinement mobilisé    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    Botswana: un Marocain de 23 ans attaqué par un éléphant    Coronavirus : Tour d'horizon des mesures prises dans le monde    Le premier ministre britannique testé positif au Covid-19    Le Coronavirus contraint Poutine à reporter sa réforme constitutionnelle…    Services marchands non financiers et commerce de gros : Les chefs d'entreprises moins confiants    Abdelhak Nouri se réveille après 2 ans et 9 mois passés dans le coma    A Berrechid : 88 flacons de faux désinfectants saisis    Coronavirus au Maroc: “Damane Oxygene” pour appuyer les entreprises impactées    Le Roi félicite le Président du Bangladesh à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Enseignement: vers une année blanche au Maroc ?    Coronavirus - USA: Ce que prévoit le vaste plan de relance    Faute de recettes, les clubs de foot menacés de faillite    Le Covid-19 compromet les chances de la tenue de la CAN 2021 et des compétitions interclubs    Les coureurs cyclistes marocains adoptent le "Home-trainer"    La divulgation de l'identité d'un malade fait des vagues    Réunion virtuelle du G7    Coronavirus : Sueurs froides dans un 7ème art, contraint de s'adapter    Journée mondiale du théâtre, une occasion de promouvoir le "père des arts" à travers le monde    Le très beau geste de Jenifer envers le personnel soignant    Notes virales… en attendant qu'elles deviennent vitales    Mali : le chef de l'opposition, Soumaïla Cissé a bel et bien été enlevé    Nouvelle-Zélande : le tueur des mosquées plaide coupable    Marrakech : La Fondation Jardin Majorelle adhère aux efforts visant la lutte contre le Coronavirus    Le coronavirus arrive au Mali, Boubacar Keïta annonce l'état d'urgence sanitaire    La croissance annuelle des coûts de la main d'œuvre ressort à 2,4% dans la zone euro    Driss Lachguar salue la vision proactive de S.M le Roi, la responsabilité des citoyens et la mobilisation des institutions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Délais de paiement: La CGEM à l'épreuve
Publié dans L'Economiste le 18 - 07 - 2018


Source: Inforisk/Dun & Bradstreet
En Europe, la Pologne est le pays qui affiche le meilleur score en matière de comportement de paiement. 75,5% des crédits - clients s'effectuent sans le moindre retard. De quoi faire rêver les PME marocaines
Si les délais de paiement constituent un souci récurrent pour les entreprises, ils deviennent létaux pour les plus petites d'entre elles, les TPE. En moyenne, le délai client de ces entreprises se situe à 10 mois (source: Inforisk). C'est 210 jours au-delà des délais réglementaires. Par comparaison, au Portugal (voir tableau), le pays européen qui affiche les moins bons délais de paiement, seuls 4,8% des paiements interentreprises s'effectuent avec un retard de plus de 120 jours! Toutes les enquêtes le confirment: les retards de paiement sont la première cause de défaillance et de mortalité des petites entreprises au Maroc. D'année en année, la situation continue de se dégrader: depuis 2010, les TPE ont vu leurs délais de paiement s'allonger de deux mois et demi (77 jours). Pour la catégorie PME, le délai client moyen s'établissait début 2017 à 5,1 mois.
De fait, les entreprises se sont transformées en banques sans le vouloir. Les crédits interentreprises (plus de 387 milliards de DH en 2016) ont augmenté de 45% (oui, vous avez lu) entre 2010 et 2016. Ils représentent aujourd'hui la première source de financement des entreprises devant le crédit bancaire (319 milliards de DH en 2016). Le phénomène s'autoalimente par une forme de métastase: si l'entreprise A n'est pas réglée par son client B, elle ne peut pas non plus régler son fournisseur C. Et ainsi de suite. Pour bien des TPE, la situation est telle que certaines petites structures de services ont inventé une nouvelle doctrine comptable: elles n'enregistrent le chiffre d'affaires qu'à la date du règlement effectif par le client plutôt qu'à la date de facturation.
Le crédit interentreprises est aujourd'hui la première source de financement des entreprises. De facto, les TPE et les PME se sont transformées en banques pour leurs clients
Sauf quand il s'agit de marchés publics, les grandes entreprises semblent échapper à ce qui est assimilé au virus Ebola pour l'environnement des affaires. Leur délai client moyen est de 3,4 mois pour un délai fournisseur de 4,3 mois. Pour ce dernier, cette moyenne cache bien des réalités amères. Les petits prestataires des grandes entreprises souffriraient en effet en silence. Par crainte de représailles ou de se faire évincer de la liste de fournisseurs, la plupart des PME n'osent pas appliquer les pénalités de retard dont le principe est inscrit dans la réglementation. Pour se faire payer, il faut parfois supplier, pour ne pas dire plus.
Le plus grave pour les nombreuses PME dans le BTP, c'est lorsqu'elles doivent affronter la mauvaise foi de certains donneurs d'ordre à l'image de cet opérateur télécoms qui aurait décidé de suspendre tout paiement de ses fournisseurs en attendant qu'il achève l'audit de ses achats. Mais cela dure depuis plus de deux ans! Les chaînes de la grande distribution, qui gèrent de gros excédents en cash, règlent leurs fournisseurs (PME) dans des délais inacceptables, plus de 9 mois, voire au-delà d'un an. Si la CGEM veut vraiment s'attaquer au problème de délais de paiement comme elle l'affiche dans sa nouvelle organisation, elle devra s'attaquer aussi à ces grandes entreprises qui pratiquent une forme de chantage envers leurs fournisseurs. Elle ne doit pas se focaliser que sur les marchés de l'Etat.
La commission que la confédération patronale vient de dédier au dossier «délais de paiement» sera jugée sur sa capacité à «apporter une solution définitive et acceptable à la problématique des retards de paiement». Signe de l'importance du sujet, cette commission sera placée sous l'autorité d'un vice-président.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.