RAM: El Othmani promet des aides urgentes    Equipementiers: L'après crise encore plus critique…    L'OCP défend sa marge d'Ebitda    Covid-19: D'autres moyens de dépistage bientôt lancés    A partir du 6 avril : Al Barid Bank versera les aides financières aux bénéficiaires    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Tuez-les par balle» : tel est l'ordre du président philippin contre ceux qui refusent le confinement    Coronavirus : 17 nouveaux cas confirmés, 708 au total, jeudi 2 avril à 21h    Agriculture : La situation du marché à un niveau normal    Le dernier délai pour renouveler l'assurance automobile fixé au 30 avril    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    Le point avec Abdellah El Ouardi, préfet de police de Casablanca    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    Rummenigge : La crise va stopper l'inflation malsaine dans le foot    Une amende pour Boateng après avoir quitté Munich sans autorisation    TIBU Maroc s'adapte au coronavirus    Des communes d'El Jadida mettent la main à la pâte    La croissance économique devrait s'établir à 2,2% en 2019    Mohamed El Youbi: On s'attend à un aplatissement de la courbe de l'épidémie au Maroc    Ministère de la Solidarité et ONG main dans la main    Le Fonds des Nations unies pour la population lance l'opération Salama    Léa Seydoux : Pour moi, un héros ça pardonne    Décès de Marcel Botbol des suites du coronavirus    Un sosie d'Elvis donne un concert depuis sa fenêtre    Confinement: nouvelles pratiques, vieilles fractures    Enchères de Sotheby's: Melehi et Belkahia en vedette    Mohamed Belmou : «Nous sommes pour l'idée d'allouer le budget des festivals pour lutter contre le corona»    Fonds Spécial Covid-19    Saad Lamjarred réagit au décès de Marcel Botbol (PHOTO)    Sous le thème «Philosophie de jeu de la FRMF» : La FRMF tient son séminaire en ligne    Les éboueurs, des soldats nocturnes qui veillent à la propreté    Confinement : que regardent les téléspectateurs marocains?    La télévision au temps de Coronavirus et la reprise du pouvoir d'initiative    Le Maroc a été parmi les premiers à fournir la chloroquine malgré la forte demande au niveau mondial    Coronavirus: La Corée du Nord épargnée ?    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Adieu Si Fadel    Commerce extérieur : Les indices reculent au quatrième trimestre 2019    Coronavirus : Décès à Paris du musicien marocain Marcel Botbol    Brèves Internationales    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ça craint pour les économies émergentes
Publié dans L'Economiste le 11 - 09 - 2018

D'abord la Turquie puis l'Argentine (particulièrement touchées en août 2018), la débâcle des devises émergentes s'élargit désormais à l'Afrique du Sud et l'Indonésie. Menacées par le retour en force du dollar, d'autres monnaies s'ajoutent à la liste.
En effet, la roupie indonésienne navigue à un niveau proche de celui de la crise des devises asiatiques de la fin des années 1990, le rand sud-africain et le rouble russe sont au plus bas depuis deux ans. C'est le cas aussi pour la monnaie indienne qui est prise dans une spirale baissière. Globalement, l'indice MSCI qui regroupe un panier d'une vingtaine de monnaies émergentes est à son plus bas depuis le printemps 2017.
Si le risque de défaut de paiement n'est pas encore agité, plusieurs pays développés craignent la contagion. «Montée des spreads souverains en zone euro, protectionnisme accru, prix du pétrole plus élevés, sorties de capitaux de grands pays émergents… les signaux de risque se sont multipliés au 2e trimestre de 2018. Beaucoup d'entre eux ont un air de déjà-vu, tant ils rappellent les années 2012 et 2013», avait relevé Coface dans son baromètre risques pays & sectoriels.
«Le contexte global moins favorable rend en premier lieu vulnérable les économies émergentes dont le solde courant est en déficit et a eu tendance à se détériorer ces dernières années», précise l'assureur-crédit français. Certes, le solde courant des économies émergentes et en développement prises dans leur ensemble a cessé de se creuser: après avoir baissé continuellement entre 2007 et 2016 (de +4,8% du PIB à -0,3%), il a atteint -0,1% en 2017 (même niveau attendu en 2018 par le FMI).
Mais cette amélioration n'est pas homogène. Elle a profité principalement aux pays exportateurs de matières premières, dont les cours ont rebondi en 2017. En revanche, la balance des transactions courantes s'est dégradée pour d'autres.
Parmi eux figurent l'Argentine, la Turquie ou encore l'Inde, dont les comptes extérieurs sont pénalisés par une demande interne robuste (favorisant une croissance dynamique des importations) et une facture énergétique plus salée (en lien avec la hausse des cours du pétrole qu'ils importent).
D'après les estimations de l'Institut de finance internationale, les achats nets de tels actifs de 25 pays émergents par des non-résidents ont reculé de 12 milliards de dollars en mai 2018. Ce qui rappelle l'épisode de mai 2013 consécutif aux changements d'anticipations de politique monétaire aux Etats-Unis.
L'Argentine est un cas d'école face à la robustesse du dollar. Le risque d'un nouveau défaut de paiement, après celui de la crise économique de 2001, a ressurgi au gré de l'effondrement de sa monnaie (le peso argentin a cédé plus de 50% de sa valeur depuis janvier 2018). Cette hypothèse semble écartée, au moins à court terme.
Ralentissement de l'économie au cours des prochains trimestres (0,4% en 2018), forte volatilité du taux de change alimentée par d'importants déficits jumeaux… c'est ce que prédit Coface dans son appréciation du risque. Le FMI est venu à nouveau en aide à l'Argentine.
Malgré l'introduction d'un filet de sécurité sociale qui pourrait inclure un programme de transferts monétaires conditionnels, l'accord avec l'institution internationale a été accueilli avec colère par une partie de la population (celle-ci lui reproche d'avoir aggravé l'effondrement économique de 2001).
Des remèdes
Pour stopper la chute de leurs devises, les pays émergents ont adopté différentes mesures. Par exemple, l'Argentine a appelé le FMI à la rescousse, l'Indonésie a remonté ses taux d'intérêt en août et la Turquie a notamment augmenté les prélèvements sur les comptes à terme en devises étrangères.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.