Le Pacte mondial pour les migrations. Une victoire du multilatéralisme    «Si Dieu nous prête vie» de Intissar Haddiya présenté à Casablanca    Cinq grandes professionnelles du cinéma créent la Fondation Tamayouz    Guillermo del Toro. "Le fantastique ne cache rien, le fantastique montre tout !"    Afrique. L'intégration des marchés financiers s'impose    Comment l'affaire Hamieddine met le PJD dans la tourmente ?    Raja-Al Ismaily en 16è de finale retour de la Coupe arabe des clubs champions : Un match sous haute pression    L'ONU aurait besoin de 5 milliards de dollars pour le Yémen    Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois individus partisans de Daech    Merkel, Pedro Sanchez, Tsipras… à Marrakech    Bourse. Les transactions en baisse au cours du troisième trimestre    Latifa Akharbach présidente de la HACA    La NASA dévoile l'existence d'une «usine chimique» dans l'espace    PLF 2019 : Les conseillers livrent leur copie    Trêve commerciale entre la Chine et l'Allemagne    Raja: apaiser la tension du staff technique    Belgique: Charles Michel à la tête d'un gouvernement minoritaire    Gilets jaunes, Les mesures prises par Macron    Salé : Arrestation d'un individu impliqué dans un accident de circulation mortel sous l'effet de l'alcool    Zones montagneuses. La commission interministérielle se dote d'un nouveau décret    Le Wyadad et le Hassania en tête    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    «Sabah wa Massa» ou l'amour entre vérité et mensonge    Qui est Murad Rais, le pirate marocain qui a pillé l'Islande ?    Edito : Défenseur de migrants    PLF 2019 : Benchaaboun fait le point sur les amendements    Remise à Casablanca des prix aux lauréats de l'African Entrepreneurship Award 2018    Transport maritime : L'Apram souffle sa 20ème bougie    CAN-2019 : le pays organisateur connu le « 9 janvier »    Pour une Coupe du monde des clubs élargie    Le WAC et le HUSA prennent les commandes de l'exercice Pro 1    Semaine décisive pour Theresa May et l'accord de Brexit    Amnesty réclame une enquête formelle sur les atrocités liées à Boko Haram    News    Le geste inspiré de l'Hôpital 20 Août 1953    Fléchissement des prix des produits alimentaires à travers le monde    China Trade Week de retour à Casablanca    Divers Economie    Le droit d'asile et Alger : Ça fait deux    River triomphe de Boca : Finale aseptisée à Madrid    Le bond du Maroc dans le classement Doing Business, un signal "fort" et "positif"    Olbia, une histoire engloutie vieille de 2.000 ans    Testament d'un livre    Botola Maroc Telecom : Une reprise difficile pour le Raja    Fès : Arrestation de deux individus en possession de 5.330 comprimés d'ecstasy    «Regarde-moi», l'autisme autrement    BCIJ: Saisie d'environ 1 tonne de cocaïne et arrestation de 7 personnes    Trafic international de drogue et de psychotropes : Arrestation à Casablanca d'une Brésilienne en possession de 610 grammes de cocaïne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Boulevard 2018: Underground et bon enfant
Publié dans L'Economiste le 21 - 09 - 2018

Le public a assisté en direct à l'annonce des gagnants, et a pu applaudir les premier et deuxième prix respectifs des catégories rap/hip hop, rock/metal et fusion. Tous remonteront sur scène la semaine prochaine à l'issue de trois jours de formation intensive aux différents métiers de la musique offerte par L'Boulevard (Ph. Ilias/Lboulevard)
Comme à l'accoutumée, le festival L'Boulevard a consacré la première partie de son évènement à la compétition Tremplin, qui a eu lieu du 14 au 16 septembre.
Fidèle à sa vocation première de soutien aux musiques urbaines marocaines et à son rôle de défricheur de talents, plusieurs groupes se sont succédé au RUC à Casablanca: Métal-rock, fusion, rap-hip hop… la relève de ce qu'il n'est plus opportun d'appeler «la nouvelle scène» est définitivement assurée.
Si les journées sont consacrées à départager les candidats devant les yeux du public et du jury, les soirées sont également remplies de concerts, avec des groupes marocains et internationaux. (Ph. Ilias/Lboulevard)
Les six gagnants des différentes catégories bénéficient actuellement d'une formation accélérée. Entre les mains de professionnels, ils apprennent les ficelles du métier: rédiger une fiche technique ou une biographie, faire une campagne de communication ou de promotion…
Les lauréats ont également pu côtoyer des artistes plus confirmés qui ont occupé la scène pendant les soirées, que ce soit aux côtés des Belges Blacks Flowers et leur électro-jazz ethnique ou des «metalleux» parisiens Rise of the Northsar ou encore des ténors de la scène marocaine regroupés dans un spéctacle «Are you experienced» en hommage à Amal Samie, alias «Tonton», journaliste, écrivain et fervent défenseur de L'Boulevard, disparu en janvier dernier.
Le festival constitue encore aujourd'hui l'un des très rares espaces à offrir aux jeunes un appel d'air de liberté dans un grand désert urbain. L'esprit alternatif de l'évènement continue à provoquer le rejet des conservateurs mais le festival est aujourd'hui reconnu à l'échelle nationale et internationale, grâce à la résilience de ses organisateurs
(Ph. Ilias/Lboulevard)
Les concerts reprendront, du 20 au 23 septembre, toujours sur la scène du RUC. Au programme, des spectacles qui promettent de faire honneur à l'esprit découvreur du festival.
Les Grecs Septifichlesh attireront certainement les adeptes du Metal trempé de sonorités «heavy/trash», le poète urbain Oxmo Puccino alignera ses rimes sarcastiques, les sonorités bien de chez nous de l'Orchestre national de Barbes feront écho au punk tout aussi local de ZWM et au rap contestataire de nos «mesfiouis» préférés «Shayfeen».
Des ateliers, des spectacles de rue et un souk associatif ont pris place sur la pelouse du RUC, où entre 2 concerts, les festivaliers peuvent rencontrer des jeunes créateurs, des professionnels du spectacle ou des acteurs associatifs (Ph. Ilias/Lboulevard)
Il y aura également une incursion au Sénégal avec Nix et quelques moments de nostalgie avec Africa Band et leur désormais célèbre «Tribute to Pink Floyd». Entre les concerts, les festivaliers pourront déambuler à travers le souk associatif, à la rencontre de jeunes créateurs, de circassiens, de mouvements citoyens et alternatifs et autres empêcheurs de tourner en rond bien sympathiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.