20 février    Al Omrane: Un marché de 90 millions de DH à Conakry    L'ODT appelle à une grève générale    Seconde édition de l'International 7 Cup    Karl Lagerfeld: Le génie à l'éventail tire sa révérence    Clôture du SIEL: Retour à la case départ    LaLiga Educa lancée au Maroc    Les Gnaouas candidatent à l'Unesco !    Lecheheb : Le Maroc poursuit ses efforts incessants pour défendre Al-Qods Acharif    Vidéo – Les supporters du Zénith réservent un accueil impressionnant à ses joueurs    Algérie : Le candidat Bouteflika se rendra à Genève pour un séjour médical    Championnats arabes des clubs champions de judo à Marrakech    Interview – La Transe Poétique by Aziz Sahmaoui    Cinq matchs à huis clos et 85.000 DH d'amende pour le MCO    Divers Economie    L'entrepreneuriat féminin, un facteur de développement au Maroc et à Grenade    L'OCP installe son dispositif d'accompagnement des agriculteurs de Mohammedia    Marché de travail marocain : Plus de 59% de salariés sans contrat, selon le HCP    La Juve coule et City s'arrache    Guardiola : Je suis un fan de la VAR    MCO-RSB dans un stade flambant neuf    Le général pakistanais Zia Ur Rehman nommé à la tête de la MINURSO    Pour mieux cerner l'ampleur de l'hépatite B et C, une première enquête de séroprévalence bientôt au Maroc    Divers    Plus de refoulement à chaud des mineurs non accompagnés : Madrid recadré par l'ONU    Casablanca : Une domestique de 13 ans torturée, la DGSN réagit    Routes coupées pour protester contre le procès des indépendantistes catalans    Dans le changement climatique, il n'y a pas que les ouragans qui coûtent cher    Le Venezuela exprime sa reconnaissance au Maroc    Plus de 2.500 enfants de 30 pays entassés dans trois camps en Syrie    "Taxi Bied'' de Moncef Malzi en avant-première à Casablanca    Triplé d'Ariana Grande au sommet des ventes, première depuis les Beatles    "L'art Gnaoua" candidat pour être inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO    Daesh : Une Britannique apatride après avoir été déchue de sa nationalité    France : La grippe hivernale fait 2.800 morts    Libre cours    Renault Maroc : Le Groupe nomme un nouveau Directeur Général Commerce    Partenariat GBM et le Maroc 2019-2024    Tanger-Med : Saisie d'importantes sommes d'argent en devise et d'appareils électroniques    «Ceinture bleue»: soutien africain et européen à l'initiative du Maroc    L'Atlético de Madrid fait perdre à la Juventus plus de 9 % en bourse    Trump menace les militaires qui soutiennent Maduro…    "Apatride" de Narjiss Nejjar enfin en salles    Sécurité routière. L'incivisme a la peau dure    Munich – Un parfum de campagne électorale    Stratégie Halieutis. Le verre à moitié plein !    Edito : Rattraper le retard    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Boulevard 2018: Underground et bon enfant
Publié dans L'Economiste le 21 - 09 - 2018

Le public a assisté en direct à l'annonce des gagnants, et a pu applaudir les premier et deuxième prix respectifs des catégories rap/hip hop, rock/metal et fusion. Tous remonteront sur scène la semaine prochaine à l'issue de trois jours de formation intensive aux différents métiers de la musique offerte par L'Boulevard (Ph. Ilias/Lboulevard)
Comme à l'accoutumée, le festival L'Boulevard a consacré la première partie de son évènement à la compétition Tremplin, qui a eu lieu du 14 au 16 septembre.
Fidèle à sa vocation première de soutien aux musiques urbaines marocaines et à son rôle de défricheur de talents, plusieurs groupes se sont succédé au RUC à Casablanca: Métal-rock, fusion, rap-hip hop… la relève de ce qu'il n'est plus opportun d'appeler «la nouvelle scène» est définitivement assurée.
Si les journées sont consacrées à départager les candidats devant les yeux du public et du jury, les soirées sont également remplies de concerts, avec des groupes marocains et internationaux. (Ph. Ilias/Lboulevard)
Les six gagnants des différentes catégories bénéficient actuellement d'une formation accélérée. Entre les mains de professionnels, ils apprennent les ficelles du métier: rédiger une fiche technique ou une biographie, faire une campagne de communication ou de promotion…
Les lauréats ont également pu côtoyer des artistes plus confirmés qui ont occupé la scène pendant les soirées, que ce soit aux côtés des Belges Blacks Flowers et leur électro-jazz ethnique ou des «metalleux» parisiens Rise of the Northsar ou encore des ténors de la scène marocaine regroupés dans un spéctacle «Are you experienced» en hommage à Amal Samie, alias «Tonton», journaliste, écrivain et fervent défenseur de L'Boulevard, disparu en janvier dernier.
Le festival constitue encore aujourd'hui l'un des très rares espaces à offrir aux jeunes un appel d'air de liberté dans un grand désert urbain. L'esprit alternatif de l'évènement continue à provoquer le rejet des conservateurs mais le festival est aujourd'hui reconnu à l'échelle nationale et internationale, grâce à la résilience de ses organisateurs
(Ph. Ilias/Lboulevard)
Les concerts reprendront, du 20 au 23 septembre, toujours sur la scène du RUC. Au programme, des spectacles qui promettent de faire honneur à l'esprit découvreur du festival.
Les Grecs Septifichlesh attireront certainement les adeptes du Metal trempé de sonorités «heavy/trash», le poète urbain Oxmo Puccino alignera ses rimes sarcastiques, les sonorités bien de chez nous de l'Orchestre national de Barbes feront écho au punk tout aussi local de ZWM et au rap contestataire de nos «mesfiouis» préférés «Shayfeen».
Des ateliers, des spectacles de rue et un souk associatif ont pris place sur la pelouse du RUC, où entre 2 concerts, les festivaliers peuvent rencontrer des jeunes créateurs, des professionnels du spectacle ou des acteurs associatifs (Ph. Ilias/Lboulevard)
Il y aura également une incursion au Sénégal avec Nix et quelques moments de nostalgie avec Africa Band et leur désormais célèbre «Tribute to Pink Floyd». Entre les concerts, les festivaliers pourront déambuler à travers le souk associatif, à la rencontre de jeunes créateurs, de circassiens, de mouvements citoyens et alternatifs et autres empêcheurs de tourner en rond bien sympathiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.