La terrible blessure de Lionel Messi avant le classico (Vidéo)    Retour du droit à l'importation de 30% sur le blé tendre à partir de 2019    Rabat : Le Conseil de la ville toujours en mode "Stand-by"    Une nouvelle tragédie sur l'autoroute de Casablanca    ESCA invite les professionnels de la comptabilité à un workshop gratuit    Espace : Une expédition scientifique en route vers Mercure    Le Maroc et la Tunisie peinent toujours à dynamiser leurs échanges    Assassinat de Khashoggi : L'aveu complet du Riyad    Les réformes de la justice au Maroc saluées par une commission européenne    Une levée de fonds de 500M$ pour Careem    Affaire Khashoggi : L'Arabie saoudite plaide coupable    La Russie se félicite de son bilan d'intervention    4ème Commission de l'ONU : Une victoire diplomatique certaine pour le Maroc    Le Roi Mohammed VI charge Akhannouch d'élaborer une stratégie de développement agricole    L'ONCF dément les rumeurs de piratage    Comment sortir de la malédiction de l'Oukaimeden!    Un Monde Fou    Théâtre: Quand les femmes font comme les hommes    Les Lionnes de l'Atlas l'emportent face à l'Algérie    Prix Katara du roman arabe 2018 : deux critiques marocains distingués    Filière équine : Le Plan décennal 2011-2020 de la Sorec tient ses promesses    L'Organisation des Etats de la Caraïbe orientale se dote d'une ambassade à Rabat    Le Maroc refuse de jouer au gendarme de l'Europe    Désillisions    Liga : Barça et Real guettés par la crise    Arrestation d'une femme soupçonnée de port illégal d'un uniforme de police    Premier League : Une manche show    Bundesliga : Le Bayern en opération sauvetage    Hicham El Mansour ou "la vue fauviste la plus parfaite jamais réalisée pour Tanger"    Le Salon maghrébin du livre à Oujda, une ambitieuse contribution à la consécration de la coopération culturelle    Faiçal Ben primé au Festival international du film de Delhi    Bouillon de culture    Fouad Laroui présente à Paris son nouveau livre «Dieu, les mathématiques, la folie»    Brexit : La question irlandaise peut faire échouer l'accord, souligne Michel Barnier    Khashoggi : Des employés du consulat témoignent, une crise en vue entre Ryad et ses alliés    Ouverture mercredi du pont géant reliant Hong Kong à la Chine continentale    La réforme des soins de santé primaires va bon train    Man City-Messi. "La pulga" fidèle au FCB à tout prix    Les députés du PPS demandent une réunion d'urgence    Arrestation de deux individus impliqués dans une affaire de viol ayant entraîné la mort, détails !    Sahara marocain: Le processus politique conforté sur la voie onusienne    Mobilisation des terres collectives. La mise en œuvre pour 2019    Le PIB agricole a grimpé de 60% en 10 ans    Plus de 15 millions de cartes bancaires en circulation    L'Institut français d'Oujda déménage    Divers    Au moins 18 morts dans une fusillade en Crimée    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Boulevard 2018: Underground et bon enfant
Publié dans L'Economiste le 21 - 09 - 2018

Le public a assisté en direct à l'annonce des gagnants, et a pu applaudir les premier et deuxième prix respectifs des catégories rap/hip hop, rock/metal et fusion. Tous remonteront sur scène la semaine prochaine à l'issue de trois jours de formation intensive aux différents métiers de la musique offerte par L'Boulevard (Ph. Ilias/Lboulevard)
Comme à l'accoutumée, le festival L'Boulevard a consacré la première partie de son évènement à la compétition Tremplin, qui a eu lieu du 14 au 16 septembre.
Fidèle à sa vocation première de soutien aux musiques urbaines marocaines et à son rôle de défricheur de talents, plusieurs groupes se sont succédé au RUC à Casablanca: Métal-rock, fusion, rap-hip hop… la relève de ce qu'il n'est plus opportun d'appeler «la nouvelle scène» est définitivement assurée.
Si les journées sont consacrées à départager les candidats devant les yeux du public et du jury, les soirées sont également remplies de concerts, avec des groupes marocains et internationaux. (Ph. Ilias/Lboulevard)
Les six gagnants des différentes catégories bénéficient actuellement d'une formation accélérée. Entre les mains de professionnels, ils apprennent les ficelles du métier: rédiger une fiche technique ou une biographie, faire une campagne de communication ou de promotion…
Les lauréats ont également pu côtoyer des artistes plus confirmés qui ont occupé la scène pendant les soirées, que ce soit aux côtés des Belges Blacks Flowers et leur électro-jazz ethnique ou des «metalleux» parisiens Rise of the Northsar ou encore des ténors de la scène marocaine regroupés dans un spéctacle «Are you experienced» en hommage à Amal Samie, alias «Tonton», journaliste, écrivain et fervent défenseur de L'Boulevard, disparu en janvier dernier.
Le festival constitue encore aujourd'hui l'un des très rares espaces à offrir aux jeunes un appel d'air de liberté dans un grand désert urbain. L'esprit alternatif de l'évènement continue à provoquer le rejet des conservateurs mais le festival est aujourd'hui reconnu à l'échelle nationale et internationale, grâce à la résilience de ses organisateurs
(Ph. Ilias/Lboulevard)
Les concerts reprendront, du 20 au 23 septembre, toujours sur la scène du RUC. Au programme, des spectacles qui promettent de faire honneur à l'esprit découvreur du festival.
Les Grecs Septifichlesh attireront certainement les adeptes du Metal trempé de sonorités «heavy/trash», le poète urbain Oxmo Puccino alignera ses rimes sarcastiques, les sonorités bien de chez nous de l'Orchestre national de Barbes feront écho au punk tout aussi local de ZWM et au rap contestataire de nos «mesfiouis» préférés «Shayfeen».
Des ateliers, des spectacles de rue et un souk associatif ont pris place sur la pelouse du RUC, où entre 2 concerts, les festivaliers peuvent rencontrer des jeunes créateurs, des professionnels du spectacle ou des acteurs associatifs (Ph. Ilias/Lboulevard)
Il y aura également une incursion au Sénégal avec Nix et quelques moments de nostalgie avec Africa Band et leur désormais célèbre «Tribute to Pink Floyd». Entre les concerts, les festivaliers pourront déambuler à travers le souk associatif, à la rencontre de jeunes créateurs, de circassiens, de mouvements citoyens et alternatifs et autres empêcheurs de tourner en rond bien sympathiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.