Agadir: la pollution dégrade encore le littoral    Fati Jamali confirme sa contamination par le nouveau coronavirus    Explosions au Liban: Moulay Hicham et Cheikh El Kettani blessent les Libanais    Oujda: 12 lingots d'or et plus de 2 millions d'euros saisis par la BNPJ    Marché des changes: le dirham quasi-stable face à l'euro    OCP fête son siècle d'existence    Vaccin anti-Covid-19: un institut indien compte produire plus de 100 millions de doses    Ligue des champions : les résultats et le programme des quarts    Relance: Gouvernement, CGEM et GPBM s'engagent    Nouveau modèle de développement: le monde carcéral invité à s'exprimer    Arrivée à Beyrouth de l'aide marocaine médicale et humanitaire    Le tourisme: Une affaire de santé aussi    Rabat constitue son parc à sculpture    Un concours pour révéler les talents arabes du court-métrage    Le classement général de la Botola (mise à jour)    Champions League: le Real s'effondre face à City, Lyon sort la Juve (VIDEOS)    Education Nationale : 2.587 inspecteurs affectés au titre de 2020    Aguerd vers Rennes et En-Neysiri en quart de l'Europa League    Examen de passage pour Gattuso    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Le chômage poursuit son envolée au deuxième trimestre sous l'effet du Covid-19    Macron réclame une enquête internationale    La finance participative, un écosystème en perpétuelle évolution    Rachid Yazami : Je n'en reviens toujours pas qu'une telle quantité de nitrate d'ammonium ait été stockée pas loin du centre de Beyrouth    Rentrée scolaire 2020-2021 : Démarrage des cours le 7 septembre    La hausse des cas touchés par le coronavirus perçue différemment    Réunion du Conseil de gouvernement    Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres    Berkane s'offre le WAC    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    Tourisme national : un secteur d'avenir    Une mosquée incendiée dans le sud-ouest de la France (VIDEO)    La MAP lance la version arabe de son magazine mensuel «BAB»    Hit Radio : «Momo Morning Show» reprendra en septembre    Ligue des champions : Huit chocs pour quatre billets pour Lisbonne    Le président Ouattara a reçu un message du roi Mohammed VI    Accord de sponsoring : Le Raja et OLA Energy renforcent leur partenariat    Macron à Beyrouth : la colère des Libanais contre leurs dirigeants (vidéos)    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    La terre a tremblé en Algérie    Trump interdit TikTok et WeChat et la Chine crie à la « répression politique »    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    Liban: Envoi d'une aide médicale et humanitaire d'urgence sur hautes instructions Royales    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen    Hit Radio: Momo Morning Show reprendra en septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Disparition de Khashoggi: Riyad montrée du doigt
Publié dans L'Economiste le 10 - 10 - 2018

La disparition de Jamal Khashoggi, journaliste saoudien, lors de son passage au consulat de son pays à Istanbul, en Turquie, est le sujet de discussion par excellence dans les chancelleries, au travail et dans les cafés. On croyait que de telles scènes ne se produisaient que dans les films.
L'histoire démarre par l'entrée au consulat de l'Arabie saoudite de Jamal Khashoggi, journaliste et opposant au régime de Riyad avant d'en avoir été un fervent défenseur.
Des sources, citées par la presse internationale, ont crié au complot et affirmé que le journaliste aurait été assassiné au consulat, sans fournir de preuves. L'Arabie Saoudite a catégoriquement démenti cette accusation. Elle «ne voit pas d'inconvénient à ce que la police turque inspecte le consulat même s'il est un territoire de souveraineté», est-il indiqué.
Pour l'heure, le président Recep Tayyip Erdogan est resté prudent. Officiellement, il attendra le résultat de l'enquête en cours avant de se prononcer. Mais c'est son conseiller qui est chargé de monter au créneau affirmant que «la mort de Jamal Khashoggi sur les terres turques est une attaque contre la Turquie».
Cette affaire est embarrassante à plus d'un titre. Déjà, les relations entre les deux pays ne sont pas au top.
Il y a plus d'une année, dans la crise entre les pays du Golfe, l'Arabie Saoudite et le Qatar, Recep Tayyip Erdogan avait pris position en faveur de Doha. Sa proximité avec les frères musulmans n'arrange pas les choses.
Le PJD monte au créneau
Au Maroc, l'affaire Jamal Khashoggi fait des vagues. En effet, des responsables politiques au sein du PJD sont vite allés en besogne en accusant l'Arabie Saoudite d'être à l'origine du scandale. Des sorties de parlementaires dans les réseaux sociaux démontrent un manque de distance. Elles ne manqueront pas d'impacter les relations, déjà empreintes de froid entre Rabat et Riyad. Surtout que c'est le PJD qui dirige le gouvernement.
Pour l'ancien patron du Mouvement pour l'unité et la réforme (MUR), bras religieux du PJD, Ahmed Raissouni, c'est la fiancée turque de Jamal Khashoggi, qui serait impliquée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.