Gfi Informatique consolide sa position sur le marché africain    Twitter : la salve de Trump contre Emmanuel Macron    L'équipe nationale sacrée 3e au niveau mondial    El Othmani : Le Maroc mobilisé pour la sécurité routière en Afrique    Nouveauté: Le monde rural fait entendre sa voix sur Medradio    Le pape François au Maroc les 30 et 31 mars 2019    Agression israélienne contre Gaza, une spirale de violences régionales selon le gouvernement palestinien    Le Groupe BCP lance son « Fintech Challenge »    Le Maroc et l'Inde s'engagent à échanger leurs criminels respectifs    Nouvel effondrement meurtrier à Jerada    Taroudant : Un couple achète un nouveau-né à 750 DH    Theresa May réunit son gouvernement, divisé sur le Brexit    Ouvrage collectif : Pour une meilleure exploration culturelle du continent    Les universités marocaines bien loties!    L'art martial et la manière    Le Conseil supérieur de l'autorité judiciaire livre son premier bilan    Le secrétariat du PJD prévoit des visites en Algérie    Baddou, réélu au Comité exécutif de la GFIA    Riposte des élèves. Ils sont manipulés, selon Amzazi    Mondial 2022.. La main tendue de l'Iran    HACA : 47 plaintes traitées et 36 opérateurs sanctionnés    Près de la moitié de la population a une couverture médicale    CAN2019 : Le Cameroun plus proche que jamais du désistement    Lancement des spectacles de théâtre Amazigh au profit des MRE    Tunisie : Le nouveau gouvernement obtient la confiance du Parlement    Le Maroc désigné pays organisateur des Jeux Africains 2019    Edito : Actualiser le social    BAM : Les taux en baisse pour les particuliers, en hausse pour les TPME    Boissons sucrées. La TIC augmente de 50%    Accord Agricole Maroc-UE : Feu vert de la Commission parlementaire européenne    Sarah Perles, révélation des Césars !    Maroc, de quelle culture parlons-nous ?    Première norme anticorruption: Une démarche préventive    Emmanuel Dupuy : La France et le Maroc sont engagés dans une coopération sur le plan judiciaire contre les organisations terroristes    S.M le Roi prend part au déjeuner offert par Emmanuel Macron à l'occasion du centenaire de l'Armistice    Le Barça battu chez lui, le Real fortifie Solari    La maladie de Parkinson commence peut-être dans l'appendice    Divers    Copa Libertadores : Boca résiste à River dans une Bombonera en fusion    Insolite : Le tour de la GB à la nage    La FDT en marche à Essaouira    11 novembre 1918 : Le rôle et les sacrifices des troupes indigènes de l'Armée d'Afrique    Washington durcit le ton avec Ryad à propos du meurtre de Khashoggi    Lancement de la première édition de l'événement "Go Goal" à Rabat    A Copenhague, Leila Slimani dissèque le rapport intimité et écriture    Tarek El Bakri: La littérature dédiée aux jeunes a une vocation éducative    La FMEJ met les points sur les «i»    Armistice : Le Maroc au premier rang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Théâtre: Quand les femmes font comme les hommes
Publié dans L'Economiste le 19 - 10 - 2018

Les amateurs de comédies sociales rythmées et déglinguées seront ravis. La pièce «Jamais le deuxième soir» d'Enver Recepovic et Patrick Hernandez débarque le 25 octobre prochain au Mégarama. L'occasion de rire à gorge déployée mais aussi de réfléchir aux profonds bouleversements des rapports amoureux (Ph. T.E.P.)
D'habitude, c'est l'homme qui joue les playboys et la femme qui attend sagement l'âme sœur. Et si l'on inversait pour une fois les rôles. Tel est le sujet particulièrement original et croustillant de la comédie sociale «Jamais le deuxième soir» d'Enver Recepovic et Patrick Hernandez, qui sera jouée le 25 octobre prochain au Mégarama de Casablanca dans le cadre de la 9e édition des théâtrales de Top Event Productions. Une pièce à la fois drôle et instructive qui retourne les préjugés sur les relations hommes-femmes de manière moderne et décomplexée.
Pitch: Epuisée des mensonges que lui racontent les hommes, Mirabelle décide de les imiter. Avec l'aide de sa meilleure amie Cynthia, elle s'inscrit sur un site de rencontres dans le seul but de se lancer dans des aventures sans lendemain. Petit hic «inattendu», il semblerait que sa victime soit, en réalité, un parfait gentleman…
Une comédie sociale et moderne qui brise les idées reçues sur les rapports amoureux et démontre que les codes mais également les objectifs de la séduction ont évolué dans notre société. Les hommes devenant plus à fleur de peau et les femmes davantage «collectionneuses», la coexistence entre les deux sexes multiplie les désillusions sentimentales et augmente la perte de confiance en soi. Des écueils qui peuvent être évités si les rapports entre partenaires se basent sur une solide confiance mutuelle et sur un respect immuable.
Une pièce dont le ressort comique repose avant tout sur un humour rythmé et réfléchi. L'œuvre réserve en effet son lot de rebondissements imprévisibles et de situations cocasses et tordantes à souhait. Des vannes intellectuelles et des imprévus qui font mouche sans jamais tomber dans le vulgaire.
Les comédiens, quant à eux, jouent avec justesse tout au long du spectacle et se sont profondément investis sur le plan physique et mental pour entretenir au final une véritable complicité avec le spectateur et parvenir à le faire rire.
Une pièce écrite et réalisée par Enver Recepovic, metteur en scène du célèbre «Clan des divorcées», et Patrick Hernandez, connu pour avoir écrit «La guerre des sexes» ou encore «Chéri, j'ai invité mon ex». Jamais le deuxième soir a déjà connu un réel succès dans l'hexagone. Elle a notamment fait un carton l'année dernière au Théâtre de la Grande Comédie à Paris.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.