Un élan haussier royal!    Lydec se rattrape au second semestre 2018    La C.I.J. juge recevable la demande de l'Iran    Botola Maroc Télécom : Sous un accent des nouveaux coachs    Ahmed Boukous et les traducteurs Hamid Guessous et Azzeddine Chentouf primés    Hossain Bouzineb, premier Marocain à intégrer l'Académie royale espagnole    Etude du CMC : Le secteur agricole doit gagner en compétitivité    Amzazi : Le digital, indispensable à l'employabilité des jeunes    SIEL-2019: Remise du Prix national de la lecture    SIEL-2019: Remise du Prix national de la lecture    Vidéo-MSC2019 : La formule de Lavrov qui a fait mouche    Bruxelles: Des marocains partagent avec des étudiants leurs expériences inspirantes    Amzazi: Le digital, un levier indispensable pour l'employabilité des jeunes    Cinq morts dans une fusillade près de Chicago    Vidéo-Live : Le Président égyptien présente les défis sécuritaires de l'Afrique au MSC2019    Vidéo-Live : Angela Merkel parle des vraies sources d'insécurité en Algérie et en Afrique    El Othmani : Le Maroc attache un intérêt particulier à la coopération avec le FMI et la BM    Sahara marocain : La loi budgétaire américaine très favorable à la position du Maroc    Les mises à jour de sécurité prendront fin dans un an    4L Trophy 2019: Une course pour les jeunes façon Paris-Dakar    Code de la famille: Les écueils qui plombent la réforme    Appel à des mesures concrètes pour répondre aux problématiques des petites entreprises    Frontex place les Marocains au Top ten des passeurs    Ligue Europa : Arsenal tombe à Borisov, le Séville FC s'offre la Lazio    Divers sportifs    Une journée au complet et du spectacle en vue    Les entreprises espagnoles opèrent au Maroc dans des secteurs de grande importance    Nasser Bourita : Les accords Maroc-UE sont compatibles avec le droit international    Repenser la cohabitation entre les automobilistes et les cyclistes    Cancer du col de l'utérus: le vaccin est "sûr et indispensable"    Appel à une stratégie nationale visant à faire de l'école un espace pour tous    Divers    Les conditions de travail demeurent précaires à l'échelle mondiale    Bouillon de culture    Trump va déclarer l'"urgence nationale" pour construire son mur à la frontière    Divers    La bourde de Katy Perry    Pourquoi Johnny Depp n'incarnera plus jamais Jack Sparrow    Les problèmes de peau de Kim Kardashian    Nador : Arrestation d'une bande de présumés passeurs    Le Forum international de l'étudiant à Safi    La nouvelle vie du Grand théâtre Cervantès    La Botola pro adopte le VAR la saison prochaine    Vidéo – Munich : La sécurité mondiale en question    Coupe de la CAF : La RSB bat le HUSA et s'adjuge la première place    Le Maroc et l'Espagne écrivent un nouveau chapitre de coopération économique    Parlement : Une session mi-figue, mi-raisin    La première édition d'ADCC en Afrique se déroulera au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Première norme anticorruption: Une démarche préventive
Publié dans L'Economiste le 13 - 11 - 2018

Abderrahim Taïbi, directeur de l'Institut marocain de normalisation: «Salariés, partenaires commerciaux et dirigeants d'entreprise sont les acteurs de la démarche de management anticorruption» (Ph. Privée)
- L'Economiste: La norme est-elle un vaccin contre la corruption?
- Abderrahim Taïbi: La norme ISO 37001 propose une démarche «prophylactique» contre la corruption, basée sur des initiatives existantes au niveau des différents pays. Elle intègre tous les aspects liés à la corruption dans les systèmes de management. La norme permet une identification exhaustive des risques de corruption, une sensibilisation accrue des membres de l'organisation et de ses partenaires, une implication directe des instances de gouvernance et de la direction générale dans la mise en œuvre de la démarche. Elle porte également sur un suivi rigoureux et régulier des performances réalisées en termes de prévention et de lutte contre ce phénomène.
- En matière de lutte anticorruption, peut-on atteindre le risque zéro ?
- Les risques de corruption sont intrinsèques aux activités de l'organisation. L'objectif de la démarche préconisée par la norme est d'identifier l'ensemble de ces risques, de les cartographier, de les hiérarchiser et de mettre en œuvre des actions efficaces pour les maîtriser, mais aussi d'engager des actions correctives et préventives pour traiter éventuellement tout risque qui s'est manifesté en acte réel de corruption.
- Combien coûte la certification?
- Le coût de la certification dépend de la taille de l'entreprise, de la complexité de ses processus et du degré d'exposition de ses différentes activités aux risques de corruption. Le coût dépend principalement du nombre de jours d'audit, calculé en tenant compte des paramètres précédents. En tout cas, pour une PME conforme à la norme ISO 37001, exposée à des risques classiques de corruption, la durée de l'audit ne dépasse pas 4 jours. Aussi, et étant un organisme à but non lucratif, Imanor intègre ce souci dans la mise en œuvre de sa stratégie de développement de la certification au Maroc, en proposant notamment des offres de certification accessibles à toutes catégories d'entreprises. Par conséquent, une organisation habituée aux systèmes de management de la qualité, de l'environnement et de la sécurité, ne pourra pas être surprise par le coût de la certification anticorruption.
- Quelle différence y a-t-il entre le privé et le public?
- La différence réside dans le degré d'exposition des activités aux risques de corruption et dans l'efficacité des processus établis pour prévenir, détecter ou lutter contre le phénomène.
- Quelles sont les retombées de la norme ISO 37001?
- La norme ISO 37001 fait partie des composantes de la responsabilité sociétale de l'organisation. Une conformité à cette norme génère évidemment des retombées sur l'image, qui se répercutent sur les parts de marchés et son chiffre d'affaires à l'export, surtout au niveau de pays où la société civile est très sensibilisée à ces questions.
Le système de management anticorruption permet également le renforcement des bonnes pratiques dans les affaires, et leur promotion le long des chaînes de valeur, l'instauration d'une culture de responsabilité au sein de l'organisation et de son écosystème. C'est également un gage d'équité envers les employés, les partenaires et les sous-traitants.
Propos recueillis par Hassan EL ARIF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.