Un Monde Fou    Coupe Zayed : Le Raja se qualifie pour les quarts de finale    SM le roi Mohammed VI reçoit Antonio Guterres au palais royal de Rabat    La folle équipée du Raja de Casablanca    Un couple marocain meurt dans l'incendie d'un bâtiment en Italie    Hausse du nombre de travailleurs migrants à l'échelle mondiale    Foire régionale des produits du terroir, du 14 au 17 décembre à Taza    L'APRAM célèbre ses 20 ans d'existence    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Divers    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    La commission des accords commerciaux du Parlement européen emboîte le pas à celle des affaires extérieures : Une évidence    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Rkia Derham : L'accord sur la ZLEC, un pas prometteur    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    « Ou ana ? », la campagne en faveur des mères célibataires    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    Open Innovation 2018 : BMCI s'engage avec 3 startups à l'issue de son programme    Fès : Convention pour la création d'"une école de deuxième chance" dans l'ancienne médina    Khashoggi désigné "personnalité de l'année" par le Time    Une secousse sismique a été ressentie à Al Hoceima    Migrations: Présentation à Marrakech d'un Manifeste sur les droits des femmes    «Si Dieu nous prête vie» de Intissar Haddiya présenté à Casablanca    Une exposition dédiée à sa «période africaine» : A la rencontre de Mohammed Kacimi au MuCEM de Marseille    Le Festival «Le Morocco Adventure Film» se déroulera à la Villa des arts de Rabat    Cinq grandes professionnelles du cinéma créent la Fondation Tamayouz    Comment l'affaire Hamieddine met le PJD dans la tourmente ?    Afrique. L'intégration des marchés financiers s'impose    Raja-Al Ismaily en 16è de finale retour de la Coupe arabe des clubs champions : Un match sous haute pression    L'ONU aurait besoin de 5 milliards de dollars pour le Yémen    Maladies professionnelles. La stratégie prend forme    Conférence intergouvernementale sur la migration à Marrakech    Bourse. Les transactions en baisse au cours du troisième trimestre    Gilets jaunes, Les mesures prises par Macron    Salé : Arrestation d'un individu impliqué dans un accident de circulation mortel sous l'effet de l'alcool    Le Wyadad et le Hassania en tête    Raja: apaiser la tension du staff technique    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    «Sabah wa Massa» ou l'amour entre vérité et mensonge    Edito : Défenseur de migrants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Première norme anticorruption: Une démarche préventive
Publié dans L'Economiste le 13 - 11 - 2018

Abderrahim Taïbi, directeur de l'Institut marocain de normalisation: «Salariés, partenaires commerciaux et dirigeants d'entreprise sont les acteurs de la démarche de management anticorruption» (Ph. Privée)
- L'Economiste: La norme est-elle un vaccin contre la corruption?
- Abderrahim Taïbi: La norme ISO 37001 propose une démarche «prophylactique» contre la corruption, basée sur des initiatives existantes au niveau des différents pays. Elle intègre tous les aspects liés à la corruption dans les systèmes de management. La norme permet une identification exhaustive des risques de corruption, une sensibilisation accrue des membres de l'organisation et de ses partenaires, une implication directe des instances de gouvernance et de la direction générale dans la mise en œuvre de la démarche. Elle porte également sur un suivi rigoureux et régulier des performances réalisées en termes de prévention et de lutte contre ce phénomène.
- En matière de lutte anticorruption, peut-on atteindre le risque zéro ?
- Les risques de corruption sont intrinsèques aux activités de l'organisation. L'objectif de la démarche préconisée par la norme est d'identifier l'ensemble de ces risques, de les cartographier, de les hiérarchiser et de mettre en œuvre des actions efficaces pour les maîtriser, mais aussi d'engager des actions correctives et préventives pour traiter éventuellement tout risque qui s'est manifesté en acte réel de corruption.
- Combien coûte la certification?
- Le coût de la certification dépend de la taille de l'entreprise, de la complexité de ses processus et du degré d'exposition de ses différentes activités aux risques de corruption. Le coût dépend principalement du nombre de jours d'audit, calculé en tenant compte des paramètres précédents. En tout cas, pour une PME conforme à la norme ISO 37001, exposée à des risques classiques de corruption, la durée de l'audit ne dépasse pas 4 jours. Aussi, et étant un organisme à but non lucratif, Imanor intègre ce souci dans la mise en œuvre de sa stratégie de développement de la certification au Maroc, en proposant notamment des offres de certification accessibles à toutes catégories d'entreprises. Par conséquent, une organisation habituée aux systèmes de management de la qualité, de l'environnement et de la sécurité, ne pourra pas être surprise par le coût de la certification anticorruption.
- Quelle différence y a-t-il entre le privé et le public?
- La différence réside dans le degré d'exposition des activités aux risques de corruption et dans l'efficacité des processus établis pour prévenir, détecter ou lutter contre le phénomène.
- Quelles sont les retombées de la norme ISO 37001?
- La norme ISO 37001 fait partie des composantes de la responsabilité sociétale de l'organisation. Une conformité à cette norme génère évidemment des retombées sur l'image, qui se répercutent sur les parts de marchés et son chiffre d'affaires à l'export, surtout au niveau de pays où la société civile est très sensibilisée à ces questions.
Le système de management anticorruption permet également le renforcement des bonnes pratiques dans les affaires, et leur promotion le long des chaînes de valeur, l'instauration d'une culture de responsabilité au sein de l'organisation et de son écosystème. C'est également un gage d'équité envers les employés, les partenaires et les sous-traitants.
Propos recueillis par Hassan EL ARIF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.