Médicaments contre l'hépatite C : L'ALCS appelle la tutelle à lancer d'urgence un nouvel appel d'offres    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Les assassinats ciblés se poursuivent à Gaza    La Bolivie après le départ d'Evo Morales…    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    Mondiaux de para-athlétisme à Dubaï : Cinq médailles pour le Maroc, dont une en or    Le PPS condamne l'agression sioniste contre la Palestine    Espèces menacées d'extinction. Saisie de 1.680 chardonnerets à Oujda    Etats-Unis: Fusillade dans la cour du lycée, deux élèves tués et trois blessés    Rêves brisés    L'importance de la diplomatique judiciaire au centre d'un colloque à Dakhla    Réforme des CRI Nomination de 6 nouveaux directeurs    Des professionnels discutent des moyens de promouvoir l'aviculture à Souss-Massa    L'ANAM prend des initiatives pour le remboursement des actes de prévention contre le diabète    Karima Benyaich : le Maroc est le plus attractif pour l'investissement en Afrique    Cliniques privées L'ANCP assume le «noir    Liban : accord pour nommer Mohammad Safadi premier ministre    Maroc-Nigeria. Des échanges commerciaux encore faibles    La Chambre des représentants adopte à la majorité le PLF 2020    Edito : Incontournable    MEDays 2019 : L'Afrique face aux défis de la ZLECA    Trophées Lalla Hasnaa du littoral durable 2019 : 24 projets récompensés    Tibu lance l'enseignement des sciences par le sport    Repérez les personnes toxiques au bureau    Concert: Roméo et Juliette en tournée au Maroc    Coopération maroco-libyenne dans le domaine législatif    Prochaine ouverture à Laâyoune d'un consulat général des Iles Comores    Wenger nommé directeur du développement du football mondial    Suspension de Bernardo Silva    Libre opinion : Yahia Jabrane a craché en direction de l'arbitre    Une banque publique peut-elle aider les plus pauvres?    Abdellatif Jouahri : La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation    Data Protect signe un protocole de partenariat avec Trans-Sahara IT    Tsitsipas en demie, Nadal toujours en vie au Masters de Londres    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    Appel à l'élaboration d'une feuille de route nationale pour promouvoir des alternatives au placement institutionnel des enfants    La Russie aménage une base militaire dans le nord-est syrien    Le rôle de l'institution législative dans l'exception d'inconstitutionnalité des lois débattu à Rabat    La philosophie n'est pas une réflexion aride réservée à des élites intellectuelles    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Brahim El Mazned invité du Forum de la MAP le mardi 19 novembre    Guelmim: arrestation de trois personnes pour organisation de l'immigration clandestine    Race désert marathon : Une 4ème édition en trois étapes    Mondiaux de para-athlétisme: Cinq médailles, dont une en or pour le Maroc    L'Association enfance et découverte présente son nouveau programme digital pour enfants !    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Anticorruption: Le secteur privé s'engage
Publié dans L'Economiste le 07 - 12 - 2018

Les opérateurs privés affichent leur volonté d'adopter les standards internationaux en matière de lutte anticorruption. La Fédération du transport et deux entreprises opérant dans l'énergie et la santé, signeront ce jeudi 6 décembre, des déclarations d'intention. Ce sont des engagements volontaires de la part du secteur privé et n'engagent que les signataires.
Ce sera lors de la conférence intitulée «Standards internationaux et actions collectives», organisée dans le cadre du projet «Renforcer l'intégrité des affaires au Maroc». Une rencontre organisée conjointement par la CGEM et le gouvernement. Elle a pour objectif de dresser le bilan sur les bénéfices, résultats et défis des actions collectives contre la corruption au Maroc.
L'événement sera l'occasion aussi de présenter en détails les standards internationaux en matière de lutte contre la corruption qui s'inscrit dans le cadre de la Convention de lutte contre la corruption de l'OCDE. Par action collective, il faut entendre toute action une forme de prévention à laquelle les entreprises ont recours depuis l'entrée en vigueur de la convention anticorruption OCDE.
La présentation prévue aujourd'hui a pour objectif de faire la promotion de la norme. Cependant, la signature des déclarations d'intention par les opérateurs privés ne constitue pas une étape dans le processus d'adhésion du Maroc à la Convention OCDE de lutte contre la corruption dont les parties prenantes sont plutôt les Etats et non pas les organisations professionnelles ni les entreprises privées.
Pour éviter que la confusion s'installe dans les esprits, la deuxième partie de la conférence d'aujourd'hui sera consacrée à l'explication du contenu des standards internationaux et des modalités d'adhésion à la Convention OCDE.
La rencontre verra la participation d'experts dont ceux du groupe de travail sur la lutte contre la corruption OCDE. Outre la procédure d'adhésion, les participants présenteront les enjeux économiques ainsi que l'impact sur le dialogue public-privé.
Des progrès dans le rating de Transparency
En 2017, le Maroc s'est classé 81e dans l'indice de perception de la corruption de Transparency International, en progression de neuf rangs par rapport à 2016 (90e). La corruption peut prendre plusieurs formes: de l'argent versé à un guichet administratif pour obtenir un document à la grande corruption dans les transactions commerciales ou le «droit d'entrée» pour être référencé auprès des hypermarchés ou parmi les fournisseurs ou prestataires des hôtels, etc.
Pour améliorer son image et introduire les bonnes pratiques d'intégrité dans les affaires, le Maroc a adopté en mai 2017 la norme ISO 37001 contre la corruption. La certification a pour objectif de consolider l'arsenal normatif international dans le domaine de l'éthique. Elle s'adresse à tous types d'organismes, depuis le secteur public, jusqu'au privé, en passant par les associations sans but lucratif… Bank Al Maghrib et Lydec sont les deux premières structures à s'être engagées dans le processus de certification. Une douzaine d'autres devraient suivre.
Hassan EL ARIF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.