Procédure pénale : Une réforme pour renforcer la sécurité des personnes et des biens    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    Maroc-UE. L'Espagne "satisfaite" de l'adoption de l'Accord de pêche    Le G7 Finances fait un pas vers la taxation des géants du numérique    Attijariwafa bank et la BAD s'associent pour développer le commerce en Afrique    L'AFD et l'ONDA signent deux conventions de financement    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Qui va remporter la CAN ?    Saad Lamjarred vers une nouvelle poursuite judiciaire    ASAP Rocky maintenu en détention jusqu'au 25 juillet    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Adam Naas : Vieille âme du futur    La Casa de Papel. La saison 3 désormais disponible sur Netflix    Le Crédit Agricole du Maroc : un passage réussi au Parlement    Communiqué du Bureau politique du PPS    Le Centre international d'oncologie de Casablanca s'engage à rendre les soins plus accessibles    La CGEM et la SFI s'allient pour stimuler l'employabilité des femmes    Voici les poules éliminatoires de la CAN 2021    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Montresso présente les temps forts de sa saison culturelle 2019-2020    Procès d'Imlil. L'avis de l'avocat de la victime danoise    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Boucetta met en avant à Washington l'engagement continu du Maroc en faveur des libertés religieuses    Maroc-USA: Une alliance historique et un partenariat d'exception    La MAP inaugure son nouveau siège à Casablanca    Taroudant, capitale d'une vie rurale en marche!    Rabat. Un quinquagénaire arrêté pour meurtre    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    Tensions entre Séoul et Tokyo: un Sud-Coréen s'immole par le feu    L'UE sanctionne la Turquie pour forage au large de Chypre…    Primes : La CAF augmente le «prize money»    Préscolaire, le ministère dresse son bilan    10.000 dollars d'amende pour la fédération algérienne    Bouillon de culture    Avant Trump, Clinton n'était pas épargné par la diplomatie britannique    Troisième marche du podium pour le Nigeria    La syphilis regagne du terrain    De "captain" Mahrez à la révélation Bennacer Le carré d'as algérien    Hicham El Idrissi : Il ne faut pas compter sur des joueurs qui ne veulent plus jouer pour le KACM    L'inébranlable attachement du Maroc à la voie du réalisme et du compromis    Casa malade de ses moyens de transport    Les budgets des collectivités territoriales enregistrent un excédent de 5,4 MMDH    Contrairement à Nicki Minaj, 50 Cent et Janet Jackson chanteront en Arabie Saoudite    "Les Enfants de la mer", un film d'animation écologiste et spirituel    Le court-métrage en fête à Ifrane et Azrou    OMS: l'épidémie d'Ebola est une "urgence" sanitaire mondiale    Procès Imlil. La Cour met l'affaire en délibéré    Instagram masque les « likes » dans six pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Anticorruption: Le secteur privé s'engage
Publié dans L'Economiste le 07 - 12 - 2018

Les opérateurs privés affichent leur volonté d'adopter les standards internationaux en matière de lutte anticorruption. La Fédération du transport et deux entreprises opérant dans l'énergie et la santé, signeront ce jeudi 6 décembre, des déclarations d'intention. Ce sont des engagements volontaires de la part du secteur privé et n'engagent que les signataires.
Ce sera lors de la conférence intitulée «Standards internationaux et actions collectives», organisée dans le cadre du projet «Renforcer l'intégrité des affaires au Maroc». Une rencontre organisée conjointement par la CGEM et le gouvernement. Elle a pour objectif de dresser le bilan sur les bénéfices, résultats et défis des actions collectives contre la corruption au Maroc.
L'événement sera l'occasion aussi de présenter en détails les standards internationaux en matière de lutte contre la corruption qui s'inscrit dans le cadre de la Convention de lutte contre la corruption de l'OCDE. Par action collective, il faut entendre toute action une forme de prévention à laquelle les entreprises ont recours depuis l'entrée en vigueur de la convention anticorruption OCDE.
La présentation prévue aujourd'hui a pour objectif de faire la promotion de la norme. Cependant, la signature des déclarations d'intention par les opérateurs privés ne constitue pas une étape dans le processus d'adhésion du Maroc à la Convention OCDE de lutte contre la corruption dont les parties prenantes sont plutôt les Etats et non pas les organisations professionnelles ni les entreprises privées.
Pour éviter que la confusion s'installe dans les esprits, la deuxième partie de la conférence d'aujourd'hui sera consacrée à l'explication du contenu des standards internationaux et des modalités d'adhésion à la Convention OCDE.
La rencontre verra la participation d'experts dont ceux du groupe de travail sur la lutte contre la corruption OCDE. Outre la procédure d'adhésion, les participants présenteront les enjeux économiques ainsi que l'impact sur le dialogue public-privé.
Des progrès dans le rating de Transparency
En 2017, le Maroc s'est classé 81e dans l'indice de perception de la corruption de Transparency International, en progression de neuf rangs par rapport à 2016 (90e). La corruption peut prendre plusieurs formes: de l'argent versé à un guichet administratif pour obtenir un document à la grande corruption dans les transactions commerciales ou le «droit d'entrée» pour être référencé auprès des hypermarchés ou parmi les fournisseurs ou prestataires des hôtels, etc.
Pour améliorer son image et introduire les bonnes pratiques d'intégrité dans les affaires, le Maroc a adopté en mai 2017 la norme ISO 37001 contre la corruption. La certification a pour objectif de consolider l'arsenal normatif international dans le domaine de l'éthique. Elle s'adresse à tous types d'organismes, depuis le secteur public, jusqu'au privé, en passant par les associations sans but lucratif… Bank Al Maghrib et Lydec sont les deux premières structures à s'être engagées dans le processus de certification. Une douzaine d'autres devraient suivre.
Hassan EL ARIF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.