Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Heetch Maroc propose à ses partenaires le statut d'auto-entrepreneur    Avis Locafinance développe et modernise son réseau commercial    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    « Risque très réel » d'un Brexit sans accord, l'UE appelle à négocier sérieusement    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    FRMF : Les rapports moral et financier approuvés par l'AGO    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Cour des comptes : la réaction virulente de Tamek    Aéroport Mohammed V : Inauguration d'un espace arrivée dédié aux nationaux    Tourisme : Marrakech et Agadir totalisent plus de la moitié des nuitées à fin juillet !    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    La performance de la Bourse de Casablanca quasi stable    Concentration des recettes fiscales sur un nombre limité de contribuables    Le Sénégal réitère son soutien à la marocanité du Sahara    Revanche Atlético-Juventus : Retrouvailles Félix-Ronaldo    Le PSG sans Mbappé et Cavani et le Real sans Marcelo    Habib El Malki reçoit une délégation de diplomates accréditées en Australie    Innovation et technologie agricoles, clés de la réduction de la pauvreté    Le guide suprême iranien exclut toute négociation avec les Etats-Unis    Divers    Bolton, un va-t-en-guerre finalement incompatible avec le trumpisme    Brad Pitt parle d'apesanteur et de corne des pieds avec un astronaute    Coup d'envoie de la 4ème Semaine du cinéma marocain en Côte d'Ivoire    La Maison de la poésie de Tétouan entame sa saison culturelle par une nuit de la poésie    Bouillon de culture    Tunisie : Kais Saied et Nabil Karoui au second tour de la présidentielle anticipée    Arbitrage, corruption à la CAF, rapport financier... Tout sur l'Assemblée générale de la FRMF    Maroc – Royaume-Uni : Bourita évoque un accord commercial post-Brexit « dans les plus brefs délais »    Agadir : Pour un meurtre, un chauffeur clandestin condamné à 20 ans de réclusion criminelle    Sebta et Melilia. Les parlementaires de Vox veulent ériger un mur    Terrorisme: La CEDEAO mobilise un milliard de dollars    Mariage des mineures. Le verdict du CESE attendu demain    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    Marrakech, Oasis des plus grands Djs du monde    Attribution du dépôt légal à plus de 4.300 ouvrages au cours des 8 premiers mois    Marrakech à l'heure de l'Oriental Fashion Show    La demande de liberté provisoire de Hajar Raissouni examinée jeudi    Journée mondiale de l'arthrose    Ligue des champions : Liverpool rêve d'Istanbul et les clubs français d'exploit    Réinsertion des détenus : Un slogan alléchant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chaises musicales à l'administration territoriale
Publié dans L'Economiste le 21 - 02 - 2019

Comme nous l'avons annoncé dans notre édition du 11 février dernier, plusieurs walis ont été désignés lors du dernier Conseil des ministres, tenu à Marrakech.
S'il s'agit d'un redéploiement des troupes pour la plupart de ces responsables de l'administration territoriale, certains d'entre eux occupent ce poste pour la première fois. C'est le cas notamment de Said Ahmidouch, qui assurait jusque-là la direction de la CNSS. Globalement, les 6 walis et 15 gouverneurs, reçus en audience royale, lundi dernier, ont été nommés dans un contexte marqué par les transformations en cours au niveau local.
Les walis auront un rôle décisif en matière de mise en œuvre de la réforme des Centres régionaux des investissements, adoptée il y a quelques semaines. Les conseils d'administrations, qui devront gérer le nouveau format des CRI, seront présidés par les walis des régions.
Autre chantier de taille sur lequel les responsables de l'administration territoriale sont attendus: l'implémentation de la Charte de déconcentration. Dans la nouvelle configuration, le wali est «le chef d'orchestre» au niveau local.
La charte de déconcentration met l'accent sur «la région comme espace pertinent pour la mise en œuvre des politiques publiques». D'où l'importance des profils choisis pour occuper ce poste stratégique, surtout dans les régions où les déficits sont encore importants.
La liste des nouveaux walis et gouverneurs, publiée à l'issue de l'audience royale, est composée de profils ayant fait leurs preuves dans plusieurs postes de responsabilité au niveau local, à l'instar de Mohamed Yacoubi, qui quitte le Nord pour rejoindre Rabat, de Abdeslam Bekrate, qui a été nommé wali de la région Laâyoune Sakia El Hamra.
■ Mohamed Yacoubi: Au cœur des chantiers de Rabat «ville des lumières»
C'est l'une des figures très visibles durant les événements d'Al Hoceima. L'ex-wali de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima s'est distingué par son dynamisme et son implication sur le terrain pour éviter les débordements, durant la période de tension dans cette ville. Mohamed Yacoubi, qui remplace Mohamed Mhidia à la tête de la région de Rabat Salé Kénitra, est attendu pour donner un coup de fouet aux chantiers lancés, dont le grand projet «Rabat ville des lumières». Le nouveau wali, également gouverneur de la préfecture de Rabat, est natif de Berkane. Il est diplômé de l'Ecole Hassania des travaux publics. Après une carrière au département de l'Equipement, notamment en tant que directeur de plusieurs ports, dont celui d'Agadir et de Laâyoune, Yacoubi rejoint le ministère de l'Intérieur en tant que directeur du CRI de Doukkala Abda. Il accède à l'administration territoriale en 2005, suite à sa nomination en tant que gouverneur de la préfecture de Mdiq Fnidq, puis wali de Tétouan en 2010.
■ Said Ahmidouch: Mission, sauver Casablanca
Les Casablancais semblent ravis de la nomination de Said Ahmidouch à la tête de la wilaya de la région. L'ex patron de la CNSS a réussi à restructurer et assainir cette institution, en plus d'améliorer sa perception par les usagers. Aujourd'hui, il devra remettre de l'ordre dans les chantiers de cette région, surtout après le mandat en demi-teinte de Abdelkebir Zahoud.
Le nouveau wali est également attendu sur un autre dossier décisif: mettre la pression sur le conseil de la ville, présidé par le PJD, pour améliorer ses performances. Les citoyens sont remontés contre la gestion catastrophique de certains dossiers par le Conseil de la ville, comme en témoigne la dernière crise des transports en commun à Casablanca. Ce natif de Nador est lauréat de l'Ecole des Mines de Paris. Il a occupé plusieurs fonctions dans le privé, notamment dans le secteur des assurances, avant d'être nommé en 2005, président du directoire de la Bourse de Casablanca, puis DG de la CNSS.
■ Mohamed Mhidia remplace Yacoubi à Tanger
Ex-wali de Rabat Salé Kenitra, Mohamed Mhidia rejoint le Nord pour remplacer Mohamed Yacoubi à la tête de la région de Tanger Tétouan Al Hoceima. Mhidia, qui a démarré sa carrière au ministère de l'Equipement, a rejoint l'administration territoriale en 2002, en tant que gouverneur de la préfecture de Skhirate Témara. Il a assuré la gestion de plusieurs provinces et de wilayas, dont celle de Marrakech Tensift Al Haouz et celle de l'Oriental.
■ Abdeslam Bekrate à Laâyoune
Pur produit du ministère de l'Intérieur, Abdeslam Bekrate est chargé de nouvelles missions à la tête de la wilaya de Laâyoune Sakia El Hamra. Ce lauréat de l'Institut royal de l'administration territoriale rejoint cette région dans un contexte marqué par la mise en œuvre du nouveau modèle de développement des provinces du Sud. L'ancien wali de Beni Mellal Khénifra était également l'une des chevilles ouvrières de la COP22, organisée à Marrakech. Il était chargé du pôle de la logistique et de la sécurité au sein du comité national d'organisation, avant d'être rattaché à l'administration centrale en juillet 2017.
■ Yahdih Bouchaab: Un diplomate à Errachidia
Yahdih Bouchaab, ex-wali de la région de Laâyoune Sakia El Hamra, rejoint la région de Drâa Tafilalet. Ce natif de Guelmim a démarré sa carrière à l'administration territoriale dans les provinces du Sud, notamment en tant que caïd d'annexe administrative à la province de Laâyoune en 1994, avant de rejoindre la diplomatie officielle. Bouchaab a été d'abord conseiller des affaires étrangères à l'ambassade du Maroc à Londres, avant d'être nommé ambassadeur, notamment en Norvège, en Finlande, en Suède, en Lettonie… En 2014, il est rappelé pour occuper de nouvelles responsabilités dans l'administration territoriale, en tant que wali de la région de Laayoune Boujdour Sakia Al Hamra.
■ Khatib El Hebil: De Settat à Beni Mellal
Khatib El Hebil vient d'être nommé wali de la région de Beni Mellal Khénifra. Cet ingénieur d'Etat en génie civil a assuré plusieurs fonctions dans le secteur de l'habitat, notamment en tant que directeur de l'ERAC dans plusieurs régions. El Hebil connaît les enjeux au niveau de la région de Beni Mellal Khénifra, où il avait assuré le poste de délégué régional de l'habitat. L'ex gouverneur de Settat est attendu actuellement sur plusieurs chantiers dans cette zone, qui souffre encore de plusieurs déficits.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.