Marrakech-Safi : Le CRT lance une grande campagne de promotion digitale    97% des pharmaciens affirment que la chloroquine n'est pas disponible    L'arrivée d'Enzo Zidane au WAC : De l'infox et du « fake news » !    Demi-finales de la Ligue des Champions : Un vol spécial d'Al Ahly pour rallier Casablanca    Botola Pro D1 : Une bouffée d'oxygène pour le Hasania d'Agadir    Vente de boissons alcoolisées : la campagne d'assainissement se poursuit    Coronavirus: le Maroc enregistre 2444 nouveaux cas ce dimanche    Les inégalités raciales ont coûté 16.000 milliards de dollars à l'économie américaine    Les Démocrates doivent désormais faire montre d' agressivité    Combats meurtriers au Karabakh, l'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Plaidoyer du CNDH en faveur du respect du droit de manifester pacifiquement    L'ambassadrice du Guatemala réitère la position de son pays en faveur de notre intégrité territoriale    Pour un nouveau multilatéralisme équitable et inclusif    Le Real Madrid piétine mais gagne enfin Zidane peut souffler    Botola Pro D2 : Le suspense jusqu ' au bout MAS-SCCM à l' affiche    Lancement d'un baromètre régional de l'investissement à Béni Mellal-Khénifra    Les exportations nationales accumulent les contre-performances    Mohcine Zouak : La transition numérique pose le défi de repenser l'école    Haro sur l'hydrochloroquine    Soutien exceptionnel à l'édition et au livre au titre de l' année 2020    Plaidoyer à Safi pour la création d' une Fondation du Festival national de l'Aïta    Programme d' animation culturelle à Guelmim-Oued Noun en dépit des contraintes du Covid-19    De précieuses découvertes archéologiques datant d'au moins du 2è siècle avant J.C    La formation et le travail de base, priorités de la FRMF    Centre d'immatriculation de Marrakech : tous les rendez-vous fixés précédemment sont annulés    Lycée Descartes : les parents d'élèves insatisfaits de l'enseignement à distance    Nouveaux programmes à fort impact social en 2020-2021    La généralisation de la couverture sociale nécessite une cohérence dans l'investissement à engager    La CGEM révèle ses propositions pour la LF-202    Or : c'est le moment de vendre vos bijoux !    «Revitaliser et répondre aux besoins de la standardisation de la langue amazighe»    L'émissaire par intérim de l'ONU en Libye soutient les conclusions des pourparlers de Bouznika    Togo : le premier ministre et le gouvernement quittent le pouvoir    Cour suprême : Biden exhorte le Sénat à ne pas confirmer la juge Barrett avant la présidentielle    Aéronautique : cinq nouvelles ouvertures d'usines d'ici fin 2020    Casablanca : une intervention policière vire au drame    Bourita s'entretient par vidéoconférence avec le Secrétaire Général de l'ONU    El Otmani : Le Maroc toujours engagé en faveur d'«une solution définitive au différend régional» autour du Sahara marocain    Le président du gouvernement espagnol réitère l'appel à une solution politique basée sur le compromis    13e Festival de Fès de la culture soufie: une édition très spéciale!    HUSA-FUS (2-1) : Une défaite "cruelle", une victoire tombée du ciel !    Guerguerat: l'ONU réagit aux gesticulations du polisario    Vaccin chinois : trois hauts responsables marocains participent aux essais    Liban: le nouveau Premier ministre jette l'éponge    Attaque à l'arme blanche à Paris: le principal suspect «assume» un acte dirigé contre Charlie Hebdo    Livre et édition : Un soutien de 9,32 millions de DH débloqué au titre de l'année 2020    Côte d'Ivoire : la cour de justice africaine récuse le rejet de la candidature de Laurent Gbagbo pour la présidentielle    L'acteur Anas El Baz est devenu papa (PHOTO)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enseignement: Chantage syndical sur El Othmani
Publié dans L'Economiste le 26 - 03 - 2019

Pas moins de cinq organisations syndicales (CDT, UMT, UGTM, FDT et FNE) appellent à une grève de trois jours dans l'enseignement à partir de ce mardi. Les enseignants ne devraient reprendre qu'à la dernière journée de cette semaine avant les vacances de deux semaines. Le moment est bien choisi pour avoir le plus grand retentissement.
La rencontre entre Saïd Amzazi, ministre de l'Education et de l'Enseignement supérieur, et les représentants des cinq syndicats n'a débouché sur aucun résultat. «Le ministre nous a demandé de surseoir à la grève sans aucune contrepartie. Il s'est contenté de déclarer qu'il est en train de mener des discussions avec le ministre des Finances. Nous maintenons le mot d'ordre de la grève», déclare à L'Economiste Abderrazak Drissi, SG de la Fédération nationale de l'enseignement.
Le dossier se complique avec l'appui des centrales syndicales aux enseignants contractuels qui avaient organisé le week-end dernier une manifestation à Rabat, réprimée par les forces de l'ordre. Ces derniers réclament leur intégration dans la fonction publique et refusent d'être cantonnés dans leur statut de contractuel auprès des Aref.
Ces enseignants avaient bien signé des contrats à durée déterminée. Le chef du gouvernement s'est montré encore une fois ferme à juste titre. Certains enseignants grévistes ont été remplacés par ceux figurant sur la liste d'attente.
Les syndicats réclament également une solution à ce qu'ils appellent la «cellule 9». Il s'agit d'enseignants bloqués à l'échelle de rémunération 9 depuis plusieurs années sans aucune possibilité de passage à l'échelle 10. Certains seront définitivement pénalisés puisqu'ils ont déjà pris leur retraite et ne pourront pas bénéficier du passage à la classe de rémunération supérieure car il faut justifier d'au moins 3 ans d'ancienneté dans l'échelle 10.
Le ministre de l'Education a été d'ailleurs interpellé récemment au Parlement au sujet de cette épineuse question. Il a affirmé que le dossier est en cours d'examen avec les syndicats les plus représentatifs et qu'il concerne d'autres fonctionnaires que ceux de l'Education: cycle primaire (2.266), secondaire-collégial (2.206), attachés de l'économie et de l'administration, attachés pédagogiques (187).
A cela s'ajoute la question des enseignants ayant décroché un diplôme de l'enseignement supérieur (licence, master ou doctorat) sans jamais bénéficier d'une promotion à l'échelle de rémunération supérieure.
Grèves perlées
Le recours à des enseignants contractuels sanctionne la politique d'improvisation des gouvernements qui se sont succédé dans le domaine de l'éducation. Au départ, cette décision avait pour objectif de gérer la surpopulation des classes, dont certaines accueillaient parfois plus de 50 élèves. Les enseignants sont recrutés sur la base d'un contrat de deux ans, renouvelable moyennant un test d'aptitude. Ces professeurs sont actuellement au nombre de 70.000. Ils réclament tous d'intégrer la fonction publique et refusent d'être rattachés aux académies régionales de l'enseignant et de la formation (AREF). Pour obtenir gain de cause, ils organisent des grèves perlées depuis janvier dernier.
Hassan EL ARIF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.