L'Algérie veut que se tienne des élections en Libye    Les examens du bac déroulés dans de "bonnes" conditions, dans le respect des dispositifs sanitaires    Opération Marhaba : La position finale du gouvernement connue ce lundi    Fraude aux cotisations sociales : la scandaleuse vidéo d'Amekraz qui aggrave son cas    Macron s'exprimera à l'occasion du 14 juillet, une première    Le HCP prévoit un repli de l'activité économique de 4,6% au troisième trimestre    Coronavirus dans le monde : zones reconfinées en Espagne, le Maroc enregistre son bilan le plus lourd depuis mars    NordinAmrabat testé positif au Coronavirus !    Chelsea, Manchester United et Arsenal victorieux    Hong Kong: c entre Londres et Pékin    Castex et Macron mettent les «bouchées doubles»    Rapatriement des Marocains bloqués en Turquie : 2 nouveaux vols et 230 citoyens transportés samedi    Raja Jeddaoui, la star du 7e art arabe n'est plus    Phraséologie humaniste, Horreur impérialiste    Coronavirus : la région de Marrakech-Safi est la plus touchée ce dimanche    Grosse chaleur du dimanche à mardi dans plusieurs provinces du Royaume    Serie A: large succès de la Juventus et de l'AC Milan    Des ministres gaffeurs!    L'ANP et l'AFD pour un développement durable et compétitif des ports    Tarik Haddi, nouveau président de l'AMIC    Casablanca: placé en garde à vue, il meurt après un malaise    Maroc PME lance un appel à projets    El Otmani reçoit une délégation des parlementaires de la région Fès-Meknès    Nabil Benabdallah: «Se départir des velléités colonialistes»    La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Radouane Amine : « Nous défendons la thèse mettant l'humain au centre de tout modèle de développement »    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    PJD: le communiqué de la honte    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Temps généralement stable dans le pays, ce dimanche    Sahara marocain: des experts dénoncent la propagande algéro-polisarienne    Le Maroc attend toujours la réponse d'Amnesty international (responsable)    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Mohamed Amekraz, le ministre à la tête de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), inéligible à ce poste    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    Achraf Hakimi débarque à l'Inter Milan    "Night Walk" : Premier long métrage marocain distribué à Hollywood    Les stars de la musique appellent à sauver la scène britannique    Tom Hanks : Je ne sais pas quand est ce que je vais pouvoir reprendre mon travail    L'EN de futsal se hisse au 24è rang mondial    L'ovalie nationale est plus que jamais sur la touche    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Croissance: Le FMI prévoit une accélération en 2020
Publié dans L'Economiste le 11 - 04 - 2019

Réunions de printemps du Groupe de la Banque mondiale et du FMI (9 au 13 avril 2019), 21e sommet bilatéral entre l'UE et la Chine (prévu le 9 avril à Bruxelles) sont autant d'occasion pour parler croissance et échanges commerciaux.
L'escalade des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, le resserrement du crédit à Pékin, les tensions macroéconomiques en Argentine et en Turquie, les perturbations du secteur automobile en Allemagne et le resserrement financier parallèlement à la normalisation de la politique monétaire dans les grandes économies avancées… tous ces événements ont contribué à l'affaiblissement de la croissance mondiale. Elle devrait évoluer autour de 3,3% en 2019 et 3,6% en 2020, d'après les perspectives du FMI dévoilées hier à Washington.
Pour la région Moyen-Orient, Afrique du Nord, Afghanistan et Pakistan, la croissance s'établirait à 1,5% en 2019 et 3,2% en 2020. Du côté de l'économie marocaine, elle sera créditée de 3,2% en 2019 (contre 3,1% en 2018) et 3,8% en 2020 (voir aussi «Mission du FMI au Maroc, Miser sur les PME pour résorber le chômage» et «Croissance: La météo de plus en plus perturbée», dans notre édition N° 5488 du jeudi 4 avril 2019). Si la Tunisie remonte la pente (2,7% cette année et 3,2% l'année prochaine), l'Egypte va réaliser une forte croissance économique de respectivement 5,5% et 5,9%.
Alors que l'économie mondiale continue de croître à un rythme raisonnable et qu'une récession mondiale ne figure pas dans les projections de base, les risques sont nombreux. Les tensions commerciales et inquiétudes liées au Brexit figurent en tête de liste du FMI.
«Ce sont les facteurs macroéconomiques, et non les droits de douane, qui expliquent la plupart des variations des balances commerciales entre deux pays», indiquent des économistes (1) du Fonds dans une récente étude. Ces résultats appuient deux grandes conclusions en matière de politique économique.
Premièrement, les discussions sur les balances commerciales doivent se concentrer sur les facteurs macroéconomiques, qui tendent à déterminer les balances commerciales globales. Les dirigeants auraient tout intérêt à éviter les politiques macroéconomiques génératrices de distorsions. Telles que des politiques budgétaires procycliques (consistant à prendre des mesures de relance alors que la demande est déjà élevée) ou l'octroi de subventions massives aux secteurs d'exportation, pouvant créer des déséquilibres excessifs et potentiellement intenables.
En l'absence de changements dans les politiques macroéconomiques, il est probable que le ciblage de balances commerciales bilatérales spécifiques conduira seulement à une réorientation des courants d'échanges et à l'annulation des variations des balances commerciales avec les autres partenaires. Ce qui laissera la balance commerciale globale du pays considéré quasiment inchangée.
Deuxièmement, les abaissements multilatéraux des obstacles tarifaires et non tarifaires (par exemple, contingents à l'importation ou normes de produit différentes entre les pays) profiteront aux échanges commerciaux et, à long terme, amélioreront les résultats économiques. Les dirigeants doivent continuer à promouvoir des pratiques libres et équitables en matière de commerce en supprimant les droits de douane adoptés récemment et en intensifiant les efforts visant à abaisser les obstacles actuels aux échanges.
Des ajustements coûteux
«Il est toutefois essentiel d'admettre que la libéralisation des échanges, tout comme le progrès technologique, peut imposer des ajustements coûteux à certains groupes de travailleurs et à certaines communautés», mentionne l'étude. La mise en place de mesures telles que des programmes de reconversion et d'aide à la recherche d'emploi, des dispositifs de protection sociale adéquats et des systèmes impôts-prestations redistributifs, peut contribuer à ce que les gains des échanges commerciaux soient plus largement partagés et que les individus et les groupes marginalisés bénéficient d'une protection adéquate.
Fatim-Zahra TOHRY
------------------------------------------------------
(1) Johannes Eugster, Florence Jaumotte, Margaux MacDonald et Roberto Piazza.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.