Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Croissance: Le FMI prévoit une accélération en 2020
Publié dans L'Economiste le 11 - 04 - 2019

Réunions de printemps du Groupe de la Banque mondiale et du FMI (9 au 13 avril 2019), 21e sommet bilatéral entre l'UE et la Chine (prévu le 9 avril à Bruxelles) sont autant d'occasion pour parler croissance et échanges commerciaux.
L'escalade des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, le resserrement du crédit à Pékin, les tensions macroéconomiques en Argentine et en Turquie, les perturbations du secteur automobile en Allemagne et le resserrement financier parallèlement à la normalisation de la politique monétaire dans les grandes économies avancées… tous ces événements ont contribué à l'affaiblissement de la croissance mondiale. Elle devrait évoluer autour de 3,3% en 2019 et 3,6% en 2020, d'après les perspectives du FMI dévoilées hier à Washington.
Pour la région Moyen-Orient, Afrique du Nord, Afghanistan et Pakistan, la croissance s'établirait à 1,5% en 2019 et 3,2% en 2020. Du côté de l'économie marocaine, elle sera créditée de 3,2% en 2019 (contre 3,1% en 2018) et 3,8% en 2020 (voir aussi «Mission du FMI au Maroc, Miser sur les PME pour résorber le chômage» et «Croissance: La météo de plus en plus perturbée», dans notre édition N° 5488 du jeudi 4 avril 2019). Si la Tunisie remonte la pente (2,7% cette année et 3,2% l'année prochaine), l'Egypte va réaliser une forte croissance économique de respectivement 5,5% et 5,9%.
Alors que l'économie mondiale continue de croître à un rythme raisonnable et qu'une récession mondiale ne figure pas dans les projections de base, les risques sont nombreux. Les tensions commerciales et inquiétudes liées au Brexit figurent en tête de liste du FMI.
«Ce sont les facteurs macroéconomiques, et non les droits de douane, qui expliquent la plupart des variations des balances commerciales entre deux pays», indiquent des économistes (1) du Fonds dans une récente étude. Ces résultats appuient deux grandes conclusions en matière de politique économique.
Premièrement, les discussions sur les balances commerciales doivent se concentrer sur les facteurs macroéconomiques, qui tendent à déterminer les balances commerciales globales. Les dirigeants auraient tout intérêt à éviter les politiques macroéconomiques génératrices de distorsions. Telles que des politiques budgétaires procycliques (consistant à prendre des mesures de relance alors que la demande est déjà élevée) ou l'octroi de subventions massives aux secteurs d'exportation, pouvant créer des déséquilibres excessifs et potentiellement intenables.
En l'absence de changements dans les politiques macroéconomiques, il est probable que le ciblage de balances commerciales bilatérales spécifiques conduira seulement à une réorientation des courants d'échanges et à l'annulation des variations des balances commerciales avec les autres partenaires. Ce qui laissera la balance commerciale globale du pays considéré quasiment inchangée.
Deuxièmement, les abaissements multilatéraux des obstacles tarifaires et non tarifaires (par exemple, contingents à l'importation ou normes de produit différentes entre les pays) profiteront aux échanges commerciaux et, à long terme, amélioreront les résultats économiques. Les dirigeants doivent continuer à promouvoir des pratiques libres et équitables en matière de commerce en supprimant les droits de douane adoptés récemment et en intensifiant les efforts visant à abaisser les obstacles actuels aux échanges.
Des ajustements coûteux
«Il est toutefois essentiel d'admettre que la libéralisation des échanges, tout comme le progrès technologique, peut imposer des ajustements coûteux à certains groupes de travailleurs et à certaines communautés», mentionne l'étude. La mise en place de mesures telles que des programmes de reconversion et d'aide à la recherche d'emploi, des dispositifs de protection sociale adéquats et des systèmes impôts-prestations redistributifs, peut contribuer à ce que les gains des échanges commerciaux soient plus largement partagés et que les individus et les groupes marginalisés bénéficient d'une protection adéquate.
Fatim-Zahra TOHRY
------------------------------------------------------
(1) Johannes Eugster, Florence Jaumotte, Margaux MacDonald et Roberto Piazza.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.