Résurgence du terrorisme : Erdogan met en garde    Les investissements des EEP en stagnation pour la 2ème année consécutive    Le Maroc et la Chine examinent divers moyens de renforcer la coopération touristique et culturelle    Retraites : des manifestants tentent d'entrer dans un théâtre où se trouve Macron    Washington va décider de sa présence militaire en Afrique d'ici à deux mois    Agadir : Saisie d'une importante quantité de cigarettes et de tabac à narguilé de contrebande    Africa Eco Race : A Dakhla, Nasser Bourita fustige les séparatistes    Un sommet international le 22 février à Laâyoune    Sud du Maroc : Le Gabon et la Guinée ouvrent à leur tour un consulat    La CMR tient la 8ème session de son Conseil d'administration    La DGAPR répond aux accusations d'Human Rights Watch    La pièce de théâtre عازف الليل est-elle maladroitement raciste ?    CAN Futsal Maroc 2020 : l'entraîneur National de futsal fait le point    Le DHJ tenu en échec à domicile par le Rapid Oued-Zem    Nabil Jaadi rejoint le Mouloudia club d'Oujda    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Hommage à Noureddine Belhoucine    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    Cristiano Ronaldo : les secrets de sa forme insolente dévoilés !    Handball : Le CHAN à Laâyoune    Ashley Young rejoint l'Inter    Tant de dossiers à débattre et de relations à consolider    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    Insolite : Imiter Ghosn    La forêt et le nouveau modèle de développement    Combien d'années de vie en bonne santé gagne-t-on en adoptant un mode de vie sain ?    Divers    Habib El Malki reçoit le secrétaire d'Etat rwandais chargé de la Communauté de l'Afrique de l'Est    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    Zemamra cartonne Berkane, le Raja corrige à Tanger    La BCP s'engage pour la TPE    Des vidéos mises en ligne mènent à l'arrestation d'un chauffard…    La loi passe le cap de la 1ère Chambre    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Amine Razouk et Mehdi Alaoui à la tête de l'Apebi    Le Sahara marocain «véritable trait d'union entre le Maroc et le reste de l'Afrique»    SM le Roi visite «Bayt Dakira» à la Médina d'Essaouira    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les pauvres sous les projecteurs
Publié dans L'Economiste le 19 - 04 - 2019

Les indicateurs de pauvreté montrent de grands écarts entre les Etats. Si la Roumanie, la Bulgarie, la Grèce et la Hongrie sont en tête de peloton. La Suède, le Luxembourg ou la Finlande arrivent à l'autre extrémité de l'échelle
Note: Les pays sont classés par taux de privation matérielle et sociale décroissant. Pour les individus dont la situation n'est pas connue, le taux du pays en question leur a été appliqué. Cette méthode a tendance à sous-estimer la part de la pauvreté cumulative, en particulier là où le taux de non-réponse de la population pauvre est relativement important, comme en Suède ou aux Pays-Bas.
Vous ne pouvez pas faire face à des dépenses inattendues, vous offrir une semaine de vacances hors de votre domicile, remplacer des meubles hors d'usage et dépenser une petite somme d'argent pour soi sans avoir à consulter quiconque… Eh bien vous figurez dans la liste (voir tableau) de personnes en situation de privation matérielle et sociale.
Après l'analyse de l'OCDE sur les classes moyennes (cf. notre édition N° 5494 du 12/04/2019), c'est au tour de l'Institut national de la statistique et des études économiques (l'Insee) de s'intéresser dans son ouvrage «La France dans l'Union européenne» à une autre catégorie: celle des pauvres (1). La crise des «gilets jaunes» a remis en avant les questions des inégalités et de la pauvreté. Le phénomène touche aussi le Maroc où la moitié des Marocains se considèrent comme pauvres (cf. notre édition N° 5424 du 03/01/2019).
En 2016, 12,7% de la population française et 15,7% de la population de l'UE sont en situation de privation matérielle et sociale (soit plus de 78 millions de personnes), selon l'Insee. La pauvreté monétaire, elle, touche 13,6% des Français et 17,3% des Européens.
La France a un des plus faibles taux de pauvreté monétaire de l'UE et un taux de privation matérielle et sociale médian. Les deux taux sont corrélés, mais certains pays présentent des taux de pauvreté proches selon une définition et très éloignés selon l'autre. Le taux de privation matérielle et sociale varie de manière très importante selon les pays, allant de moins de 3% en Suède à quasiment 50% en Roumanie.
A cet égard, les deux régions de l'UE présentent de grandes disparités. Le taux de privation matérielle et sociale de l'Europe du Nord et de l'Ouest est inférieur de moitié à celui de l'Europe du Sud et de l'Est (respectivement 10,7% et 21,3%). L'Europe du Sud et de l'Est rassemble ainsi près des deux tiers des Européens en situation de privation matérielle et sociale, alors qu'elle concentre moins de la moitié de la population de l'UE.
En moyenne dans l'Union et pour les deux types de pauvreté, les actifs occupés sont un peu moins touchés que les retraités, et environ quatre fois moins que les chômeurs. Du point de vue de la profession, les taux de pauvreté des cadres et des professions intermédiaires sont proches, et bien plus faibles que ceux des ouvriers.
Les types de famille les plus touchées sont les familles monoparentales, dont les taux de pauvreté sont trois fois supérieurs à ceux des couples sans enfants (respectivement 34% et 11,7% pour la pauvreté monétaire, et 32% et 10,5% pour la privation matérielle et sociale). En ce qui concerne les profils socio-démographiques, la première différence notable concerne l'âge des populations touchées.
Dans la plupart des pays de l'UE, les taux de pauvreté monétaire des jeunes de 16 à 24 ans sont bien supérieurs à ceux des autres tranches d'âge. Ce qui n'est pas le cas en matière de privation matérielle et sociale. Les aides intrafamiliales au bénéfice des jeunes, qui ne sont pas captées dans la mesure du revenu, et le fait qu'ils vivraient moins négativement des conditions matérielles considérées comme transitoires pourraient l'expliquer.
La difficulté la plus fréquemment rencontrée par les Européens est de ne pas pouvoir faire face à une dépense inattendue d'un montant de l'ordre du seuil de pauvreté mensuel (environ 1.000 euros en France). C'est le cas, en 2015, d'un tiers des Français et des personnes vivant dans l'UE. A l'inverse, le fait de ne pas pouvoir se payer un accès à Internet est une privation rencontrée par seulement 5% des Européens et 2% des Français
Quant au statut d'activité, des différences notables existent au sein de la catégorie des actifs occupés. Ainsi, dans la majorité des pays de l'UE, les indépendants ont un taux de pauvreté monétaire bien supérieur à leur taux de privation matérielle et sociale, ce dernier étant souvent du même ordre que celui des salariés.
Du point de vue de la profession, un décalage similaire a été observé chez les agriculteurs, dont le taux de privation matérielle et sociale (bien que relativement élevé par rapport aux autres professions) est systématiquement plus faible que leur taux de pauvreté monétaire.
Que ce soit pour les indépendants ou pour les agriculteurs, il se peut que la mesure des revenus soit incomplète, surestimant ainsi l'indicateur de pauvreté monétaire. De même, un patrimoine plus important ou le recours à l'autoconsommation pourraient également mieux protéger ces catégories de la privation matérielle.
En France, les écarts entre catégories d'individus sont du même ordre que dans la moyenne de l'UE. En revanche, la situation des retraités y est particulière : alors que leur taux de pauvreté monétaire est le plus bas des pays d'Europe du Nord et de l'Ouest (7%), celui de privation matérielle et sociale est le plus élevé de ce groupe de pays (9,9%). Ce dernier indicateur conduit à relativiser le constat d'une situation a priori plus favorable de cette catégorie de la population.
Pour lutter contre la pauvreté, il faut comprendre donc ses dimensions cachées. Une équipe internationale composée de chercheurs et de professionnels de terrain s'est attelée à définir et évaluer les différentes expériences de la pauvreté. Leur rapport, intitulé «The Hidden Dimensions of Poverty», sera présenté et examiné lors d'une conférence organisée par l'OCDE à Paris le 10 mai 2019.
Fatim-Zahra TOHRY
---------------------------------------------------------------------
(1) La pauvreté monétaire et la privation matérielle et sociale sont deux approches différentes de la pauvreté. La première, fondée sur le revenu du ménage, est définie de manière relative: le seuil de pauvreté dépend du niveau de richesse du pays. La seconde repose sur les conditions de vie et établit un même seuil pour tous les pays. Les personnes identifiées par ces deux approches de la pauvreté ne sont pas les mêmes, et cela a un impact sur les comparaisons entre pays de l'UE.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.