Téléphonie : Le CNDP veut mieux protéger les usager contre les pubs par SMS    Edito : Et maintenant, on fait quoi ?    Ligue des Champions: l'arbitre « a totalement gâché » la finale aller, selon le président du Wydad    Langues et réforme de l'enseignement : Nizar Baraka clarifie la position de l'Istiqlal    Sans la garantie de l'Etat et solide, l'ANP émet 1 Mrd DH    Zamalek remporte la Coupe de la CAF    Gouvernement: «Un bilan maigre» pour l'opposition    Nouveau cycle de financements en soutien aux femmes entrepreneuses    Inwi présente son centre opérationnel "Soc" contre les cyber-attaques    La concurrence loyale et équitable, un levier de croissance économique    Un Casque bleu marocain décoré à titre posthume par l'ONU    Le Maroc est une force d'inspiration pour les pays africains en matière d'innovation    Salaheddine El Manouzi : La semaine du Maroc à Amiens est toujours un moment de promotion des actions de coopération que nous menons entre les deux rives    Saison "douce-amère" et été agité pour le Barça de Valverde    Le WAC rate la première manche de la finale de la Ligue des champions    Réunion du Comité directeur de la FRMF    Les enseignants du supérieur en grève    S.M le Roi remet le Prix Mohammed VI aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme dans les mosquées    Appel au renforcement du positionnement des femmes dans les instances politiques    Initiative éco-citoyenne pour une plage propre à Aïn Diab    Kechiche revient enflammer la Croisette six ans après "La vie d'Adèle"    Présentation à Paris du 25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde    La Cigogne Volubile, un voyage à travers le conte et l'Afrique    Election présidentielle. Marine Le Pen devance la liste Macron    Le Maroc et l'Espagne préparent l'opération Marhaba    L'ex-manager de Stan Lee arrêté pour abus de faiblesse    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Les Berkanis à un pas du sacre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Une réaction curieusement ingrate!    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parlement: Les enjeux du renouvellement des instances
Publié dans L'Economiste le 22 - 04 - 2019

Habib El Malki a organisé hier une séance plénière consacrée au renouvellement des instances de la Chambre des représentants. Il s'agit d'élire les nouveaux membres du bureau (les vice-présidents), les chefs de groupe parlementaire et les présidents des commissions spécialisées.
La plupart des prétendants aux postes de responsabilités sont motivés par des considérations, parfois légitimes, et les privilèges que procure la fonction. Les uns, surtout les vice-présidents, recherchent le prestige politique. Ils ont l'occasion de présider les séances plénières qui sont télévisées.
Des opportunités pour étaler leur pouvoir au point qu'ils sont habilités à couper la parole à un ministre, avec le marteau du président. Des séquences pouvant être interprétées comme des messages pour leurs électorats. D'autres visent les postes de vice-président pour les multiples opportunités de voyages à l'étranger, dans les cinq continents.
Outre ces avantages, ils bénéficient d'indemnités de l'ordre de 2.500 DH par jour passé à l'étranger. En outre, les membres du bureau ont à leur disposition un véhicule, avec carburant et une indemnité de responsabilité de 7.000 DH par mois en plus de leurs salaires.
Les Commissions parlementaires ne sont pas en reste. Le président a droit à une indemnité de responsabilité de 7.000 DH/mois. Certaines sont sensibles comme celle des finances, celle de l'Intérieur ou de l'extérieur. Quant à la Commission des infrastructures ou celle des secteurs productifs, elles assurent le minimum vital. Par contre, la Commission du contrôle des finances publiques, présidée par Driss Sqalli, a vite acquis une notoriété et une crédibilité pour le sérieux de son travail.
La séance plénière consacrée à l'élection est en réalité organisée pour la façade. En fait, ce sont les patrons des partis représentés au Parlement qui choisissent leurs représentants. Chaque formation a son style et sa méthode.
En tout cas, l'Istiqlal et l'USFP ont opté cette fois-ci pour la continuité. Mais de manière générale, il est difficile de mettre en avant des critères objectifs pour le choix des prétendants. Certaines pratiques démontrent le peu d'intérêt pour la démocratie interne. Les partis ne font pas grand-chose pour le renouvellement des élites politiques.
Au PJD par exemple, c'est le secrétariat général qui décide des députés qui assumeront ces responsabilités. Ainsi, Amina Maelâinine, qui a fait dernièrement l'objet d'une polémique, a été «remerciée» du poste de vice-présidente qu'elle occupait à la Chambre des représentants.
L'état-major du parti n'a pas accepté qu'elle puisse, sans hijab, se promener dans les rues parisiennes. Il lui a trouvé une remplaçante qui n'est autre que Meriame Boujemâa. Sinon, Abdallah Bouanou, président de la Commission des finances et Driss Azami, chef du groupe parlementaire conservent leurs postes. Par contre, Abdelaziz El Omari, maire de Casablanca, premier vice-président de la Chambre des députés, a cédé sa place à Souleymane Amrani.
El Omari a fait l'objet de critiques acerbes qui lui reprochent de privilégier les déplacements à l'étranger dans le cadre du travail parlementaire au détriment de son travail de maire de la capitale économique. Khalid Boukarai conserve son poste de questeur et Azzouha Arrak est secrétaire du bureau de la Chambre.
Au PAM, la responsabilité de l'octroi des postes a été confiée à son secrétaire général. C'est le groupe qui a enregistré le plus de changement des responsables. Les mauvaises langues affirment que Hakim Benchamach a profité de cette opportunité pour régler ses comptes.
Ainsi, de cette loterie, c'est Abdelattif Ouahbi, membre du bureau politique, qui est sorti le grand perdant. Le président de la Chambre des conseillers n'a pas oublié que ce député du sud et avocat, a été l'un des initiateurs de la rébellion contre le secrétaire général du PAM et de l'appel pour la tenue d'un congrès extraordinaire du parti pour changer de patron. C'était la fameuse réunion d'Agadir.
Rachid Abdi, 2e vice-président de Habib El Malki, a également fait les frais de cette chasse aux sorcières puisqu'il a été remplacé par Mohamed Touimi Benjelloun. La 8e place dans le bureau est revenue à Hayat Al Machfouê. L'autre changement a touché le chef du groupe parlementaire.
C'est Mohamed Aboudrar qui remplace Mohamed Achrourou. Ce dernier a été quand même récupéré pour le poste de questeur. Moulay Hicham Mohajri devient président de la Commission de l'Intérieur et Taoufik Mimouni à la tête de la Commission de la justice.
Le RNI est sorti indemne de cette épreuve. Des ambitions formulées par certains prétendants ont été stoppées par l'arbitrage de Aziz Akhannouch. C'est le cas de Ouafaâ Bakalli et de Naêma Zidane qui convoitaient le poste au bureau occupé par Asmaâ Aghlalou.
De même, Chaoui Belassal de l'UC ciblait la présidence de la Commission des secteurs productifs occupée par Said Chbaâtou. Cela devait intervenir dans le cadre du groupe parlementaire commun RNI-UC. Mais le niet du président a calmé les ardeurs.
Moubdie, inamovible à la tête du groupe MP
Au Mouvement populaire, ce n'est pas simple non plus. Si Mohamed Moubdie a conservé son poste de chef de groupe parlementaire, c'est pour le soutien qu'il apporte à Halima Assali, la femme forte du parti pour intégrer la Chambre des conseillers à la place de Mohamed Addal du MDS, radié par le Conseil constitutionnel, affirme un député. Il a été épinglé par la Cour des comptes. Said Tadlaloui a hérité de la Commission des infrastructures de base. Mais la 4e vice-présidence est restée entre les mains de Mohamed Ouzzine.
M.C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.