Belle performance en finale de l'élève Fatima Zahra Akhyar    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    Lutte ouvrière!    Les députés du PPS décortiquent un projet obsolète    Séisme de magnitude 5,3 enregistré dans la région de Midelt    La finale de la Coupe de Trône : Le Tihad de Casablanca vs le Hassania d'Agadir    Le PPS et la Loi de Finances 2020    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    L'alliance Renault-Nissan à la recherche du temps perdu    Mohamed Abdennabaoui : L'indépendance du pouvoir judiciaire est devenue une réalité    Nous sommes tous concernés par le diabète    Risques routiers: Renault Maroc sensibilise les écoliers!    Le 12ème Forum MEDays clôt ses travaux    Liban: sous la pression de la rue, un ex-ministre renonce à devenir Premier ministre    Province de Jerada : Activation du plan provincial de lutte contre le froid    Vandalisme sportif : Arrestation de 10 personnes à Salé    Météo: Le temps qu'il fera ce dimanche    Fathallah Sijilmassi présente son dernier ouvrage à Bruxelles    « Engagement et citoyenneté 2.0 », table ronde pour entamer la 5ème édition du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders d'Essaouira    Le Maroc réélu membre du conseil d'administration de l'Euromed Postal    Après la défaite face à la Mauritanie, Halilhodzic commente...    MEDays : Appel à une approche ascendante du multilatéralisme    Suite à l'alerte météo, le ministère de l'Equipement appelle à la vigilance    Sao Tomé-et-Principe réaffirme son soutien à la marocanité du Sahara    Après le buzz de la vidéo le montrant en train de négocier l'allègement d'une peine, la police arrête un "semsar"    AFRIQUIA met à la disposition du Hassania 50 autocars pour assister à cette finale de la coupe du Trône    Jury au festival international du film, Asma Graumiche va faire rayonner le Maroc au Caire    Derby Casablanca : Le Wydad procédera à la vente des billets en ligne    L'hommage posthume de la famille du basket à Abderrahmane Sebbar    Khalid Echajari s'adjuge l'Open national des échecs à El Jadida    En Afrique du Sud, le sel sacré qui épice la grande cuisine    L'agroalimentaire marocain, un secteur en pleine expansion en Afrique    Ce que la reine Elisabeth apprécie le plus chez Kate Middleton    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Quatre visages pour raconter : La Havane, à l'aube de ses 500 ans    L'industrie 4.0, une opportunité à saisir pour accéder à un nouveau palier de développement    La culture marocaine dans ses multiples facettes en vedette à Toronto    Les révélations fracassantes de Jamie Lee Curtis    Les indices Amadeus mis en avant à Tanger    Vincenzo Amendola : Le Maroc, un partenaire crédible de l'Italie et de l'Union européenne    Présentation du nouveau staff technique du Raja    Miley Cyrus opérée des cordes vocales    Nicki Minaj gâtée pour son mariage    Ben Affleck à l'affiche d'"Hypnotic"    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Rabat lance son nouveau mode de transport urbain «Tram'Bus»    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Parlement: Les enjeux du renouvellement des instances
Publié dans L'Economiste le 22 - 04 - 2019

Habib El Malki a organisé hier une séance plénière consacrée au renouvellement des instances de la Chambre des représentants. Il s'agit d'élire les nouveaux membres du bureau (les vice-présidents), les chefs de groupe parlementaire et les présidents des commissions spécialisées.
La plupart des prétendants aux postes de responsabilités sont motivés par des considérations, parfois légitimes, et les privilèges que procure la fonction. Les uns, surtout les vice-présidents, recherchent le prestige politique. Ils ont l'occasion de présider les séances plénières qui sont télévisées.
Des opportunités pour étaler leur pouvoir au point qu'ils sont habilités à couper la parole à un ministre, avec le marteau du président. Des séquences pouvant être interprétées comme des messages pour leurs électorats. D'autres visent les postes de vice-président pour les multiples opportunités de voyages à l'étranger, dans les cinq continents.
Outre ces avantages, ils bénéficient d'indemnités de l'ordre de 2.500 DH par jour passé à l'étranger. En outre, les membres du bureau ont à leur disposition un véhicule, avec carburant et une indemnité de responsabilité de 7.000 DH par mois en plus de leurs salaires.
Les Commissions parlementaires ne sont pas en reste. Le président a droit à une indemnité de responsabilité de 7.000 DH/mois. Certaines sont sensibles comme celle des finances, celle de l'Intérieur ou de l'extérieur. Quant à la Commission des infrastructures ou celle des secteurs productifs, elles assurent le minimum vital. Par contre, la Commission du contrôle des finances publiques, présidée par Driss Sqalli, a vite acquis une notoriété et une crédibilité pour le sérieux de son travail.
La séance plénière consacrée à l'élection est en réalité organisée pour la façade. En fait, ce sont les patrons des partis représentés au Parlement qui choisissent leurs représentants. Chaque formation a son style et sa méthode.
En tout cas, l'Istiqlal et l'USFP ont opté cette fois-ci pour la continuité. Mais de manière générale, il est difficile de mettre en avant des critères objectifs pour le choix des prétendants. Certaines pratiques démontrent le peu d'intérêt pour la démocratie interne. Les partis ne font pas grand-chose pour le renouvellement des élites politiques.
Au PJD par exemple, c'est le secrétariat général qui décide des députés qui assumeront ces responsabilités. Ainsi, Amina Maelâinine, qui a fait dernièrement l'objet d'une polémique, a été «remerciée» du poste de vice-présidente qu'elle occupait à la Chambre des représentants.
L'état-major du parti n'a pas accepté qu'elle puisse, sans hijab, se promener dans les rues parisiennes. Il lui a trouvé une remplaçante qui n'est autre que Meriame Boujemâa. Sinon, Abdallah Bouanou, président de la Commission des finances et Driss Azami, chef du groupe parlementaire conservent leurs postes. Par contre, Abdelaziz El Omari, maire de Casablanca, premier vice-président de la Chambre des députés, a cédé sa place à Souleymane Amrani.
El Omari a fait l'objet de critiques acerbes qui lui reprochent de privilégier les déplacements à l'étranger dans le cadre du travail parlementaire au détriment de son travail de maire de la capitale économique. Khalid Boukarai conserve son poste de questeur et Azzouha Arrak est secrétaire du bureau de la Chambre.
Au PAM, la responsabilité de l'octroi des postes a été confiée à son secrétaire général. C'est le groupe qui a enregistré le plus de changement des responsables. Les mauvaises langues affirment que Hakim Benchamach a profité de cette opportunité pour régler ses comptes.
Ainsi, de cette loterie, c'est Abdelattif Ouahbi, membre du bureau politique, qui est sorti le grand perdant. Le président de la Chambre des conseillers n'a pas oublié que ce député du sud et avocat, a été l'un des initiateurs de la rébellion contre le secrétaire général du PAM et de l'appel pour la tenue d'un congrès extraordinaire du parti pour changer de patron. C'était la fameuse réunion d'Agadir.
Rachid Abdi, 2e vice-président de Habib El Malki, a également fait les frais de cette chasse aux sorcières puisqu'il a été remplacé par Mohamed Touimi Benjelloun. La 8e place dans le bureau est revenue à Hayat Al Machfouê. L'autre changement a touché le chef du groupe parlementaire.
C'est Mohamed Aboudrar qui remplace Mohamed Achrourou. Ce dernier a été quand même récupéré pour le poste de questeur. Moulay Hicham Mohajri devient président de la Commission de l'Intérieur et Taoufik Mimouni à la tête de la Commission de la justice.
Le RNI est sorti indemne de cette épreuve. Des ambitions formulées par certains prétendants ont été stoppées par l'arbitrage de Aziz Akhannouch. C'est le cas de Ouafaâ Bakalli et de Naêma Zidane qui convoitaient le poste au bureau occupé par Asmaâ Aghlalou.
De même, Chaoui Belassal de l'UC ciblait la présidence de la Commission des secteurs productifs occupée par Said Chbaâtou. Cela devait intervenir dans le cadre du groupe parlementaire commun RNI-UC. Mais le niet du président a calmé les ardeurs.
Moubdie, inamovible à la tête du groupe MP
Au Mouvement populaire, ce n'est pas simple non plus. Si Mohamed Moubdie a conservé son poste de chef de groupe parlementaire, c'est pour le soutien qu'il apporte à Halima Assali, la femme forte du parti pour intégrer la Chambre des conseillers à la place de Mohamed Addal du MDS, radié par le Conseil constitutionnel, affirme un député. Il a été épinglé par la Cour des comptes. Said Tadlaloui a hérité de la Commission des infrastructures de base. Mais la 4e vice-présidence est restée entre les mains de Mohamed Ouzzine.
M.C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.