Bank Of Africa-BMCE Group : Un produit net bancaire consolidé de 13,9 MM DH en 2019    Coronavirus : le CCM propose 25 films marocains en streaming gratuit    Marché national et coronavirus : l'approvisionnement est normal et les prix sont stables    Covid-19: Employeurs affiliés à la CNSS, ceci vous concerne    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    Covid-19 au Maroc: le bilan grimpe à 534 cas, 33 décès    Coronavirus : Crédit Agricole du Maroc décide du report des échéances de crédits    La planète se claquemure et guette le pic de l'épidémie    La Plateforme «Allo 300» enregistre près de 38.000 appels    En Algérie, la persécution judiciaire s'abat sur les opposants du régime en pleine pandémie de coronavirus    Fake news: arrestation d'un conseiller communal à Errachidia    Proche d'un retour, Xavi veut révolutionner l'effectif du Barça    En confinement : Voici une sélection de livres marocains à lire    Hassan El Fad fait son come-back avec sa célèbre série «Kabbour»    On connaît les nouvelles dates des JO de Tokyo    Opération de soutien provisoire: la mise au point de l'Intérieur    Covid-19 : Le Conseil provincial de Tiznit au chevet de la population locale    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Levinas, le visage, l'humanité    Coronavirus: la valeur de transfert des footballeurs a baissé    Lucile Bernard: «l'écriture comme unique porte de sortie, comme rédemption»    Nigeria : face au coronavirus, Lagos et Abuja se murent    Enseignement : Report des vacances du printemps    Temps stable dans tout le Maroc, ce lundi 30 mars    Covid-19: Ces solidaires… pour plaire    L'examen cyclique de l'humanité!    Un test en cinq minutes pour les automobilistes aux EAU    Les aides du Fonds spécial face à un dilemme de ciblage    Les effets du COVID-19 sur l'alimentation et l'agriculture à l'échelle mondiale    ADM maintient ses services sur le réseau autoroutier au standard de sécurité et de qualité    La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Abderrahim Nouri : Ça se passe bien avec Appie    Outre les meetings de Stockholm et Naples : La Diamond League reporte le meeting de Rabat    Le coronavirus chasse les dirigeants du Polisario des camps de Tindouf    Le quotidien du Premier secrétaire de l'USFP durant le confinement sanitaire    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    "Les artistes luttent contre le déplaisir du confinement    Bob Dylan sort une chanson taillée pour cette période    Le Bolchoï diffuse ses meilleurs spectacles sur YouTube    Algérie : le journaliste Khalid Drareni incarcéré en détention préventive    Vahid: Taarabt, un nouvel homme    Sondage: la cote de popularité de Macron s'envole    Coronavirus: décès de l'ex-ministre Patrick Devedjian    Hongrie: Viktor Orban renforce ses pouvoirs…    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





BAM-Patronat-GPBM: Le temps de l'action!
Publié dans L'Economiste le 23 - 04 - 2019

La consommation des ménages et la demande étrangère adressée au Maroc décélèrent. L'évolution des indicateurs économiques ne favorise pas vraiment un regain de confiance des dirigeants d'entreprise et la relance de l'investissement
La deuxième réunion entre la banque centrale, le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) et la CGEM a été une nouvelle occasion d'interpeller le gouvernement sur l'accélération des réformes avec un accent particulier sur le climat des affaires et le marché des capitaux, signe de l'impatience des opérateurs économiques.
Les impulsions budgétaire et monétaire de ces dernières années n'ont pas suffi à relancer l'activité. Après trois mois en 2019, les premiers indicateurs ne sont guère encourageants pour les dirigeants d'entreprise qui doivent en plus composer avec une trésorerie toujours sous pression. La croissance a été de 2,3% au 1er trimestre et maintiendrait le même rythme d'ici juin. L'indice de confiance des ménages poursuit sa baisse et cela se ressent sur leur propension à consommer.
Les entreprises des biens de consommation durables le ressentent depuis au moins trois ans. L'automobile fait exception dans ce tableau. La hausse de la demande extérieure adressée au Maroc a été divisée par deux entre janvier et mars sur un an.
Malgré les bonnes intentions du trio BAM-CGEM-GPBM, «l'on ne peut pas donner à boire à quelqu'un qui n'a pas soif». Mais cela n'empêche pas de mettre en place les conditions nécessaires pour redonner de l'appétit aux chefs d'entreprise. De ce nouveau rendez-vous, l'on attendait au moins des engagements du patronat sur les délais de paiement par exemple.
Les pratiques interentreprises font partie des éléments qui polluent l'environnement des affaires. Le stock d'impayés culmine à 40% du PIB. La fluidification de la circulation du cash devient un enjeu majeur. «Nous sommes dans un cercle qui n'est pas vertueux. Nous sommes parfois gênés pour certaines entreprises très sérieuses, mais qui sont obligées de tirer sur les délais parce qu'elles-mêmes sont confrontées à des difficultés financières», témoigne un dirigeant.
Malgré des conditions de financement relativement attractives, la demande de crédit des entreprises reste atone
En même temps, il existe des entreprises pour qui les mauvaises pratiques de paiement sont devenues un sport national. «Même lorsqu'elles ont du cash, elles retardent délibérément le règlement des fournisseurs», tempête un chef d'entreprise. «Il faut un changement de culture et il doit s'opérer à tous les niveaux», poursuit-il.
Il faudra aussi du changement dans la relation banque/client. «Les banques doivent comprendre qu'à un moment, il faut prendre plus de risques tout comme les entreprises doivent mieux intégrer les exigences des prêteurs». L'asymétrie d'information est moins forte que par le passé. Il faudra sortir des schémas classiques pour accroître l'offre de financement à l'endroit des PME et des TPE.
Cela passe par le développement et la vulgarisation de certains modes de financement, notamment l'affacturage ou encore le crowdfunding. «Plusieurs engagements pris en 2016 ont été tenus. Maintenant, il s'agit d'aller plus loin avec une approche plus ciblée», confie un banquier. Les concertations entre les différentes parties vont se poursuivre pour la mise en œuvre de nouvelles actions.
D'un autre côté, le financement de l'économie ne peut pas reposer uniquement sur les banques. Il faudra développer les autres sources. L'assouplissement des règles d'intervention sur les marchés financiers pour les PME offrirait de nouvelles alternatives à ces entreprises. Il existe par exemple un projet de création d'un marché dédié aux PME en Bourse. Mais les délais de sa mise en place restent une énigme. Au-delà des discours, il faudra peut-être passer à l'action.
F. Fa


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.