Secrétariat général du gouvernement: Dernières retouches pour la transformation    Les droits d'auteurs au Conseil du gouvernement    El Othmani interpellé sur l'appui aux TPME    Fonds d'équipement communal: Le PNB en hausse    Foncier agricole: Le coup de pouce de Maroc Vert    Capital humain: 96% des actifs casablancais sont stressés    Forum de Paris sur la paix: Pour l'ONU, le monde se fissure    Tibu lance l'enseignement des sciences par le sport    LA FME intègre ses nouveaux boursiers    Bourse de mérite: Les étudiants des prépas indignés    Réforme du Code pénal: Les propositions du CNDH relancent le débat    Repérez les personnes toxiques au bureau    Concert: Roméo et Juliette en tournée au Maroc    Chambre des représentants : le PLF 2020 adopté à la majorité    Le Maroc participe à la Coalition mondiale anti-Daech à Washington    Tsitsipas en demie, Nadal toujours en vie au Masters de Londres    Accord de cessez-le-feu après deux jours d'agression israélienne    La Russie aménage une base militaire dans le nord-est syrien    Coopération maroco-libyenne dans le domaine législatif    Wenger nommé directeur du développement du football mondial    Suspension de Bernardo Silva    La Mauritanie, un premier cap à franchir pour le Onze national    Une banque publique peut-elle aider les plus pauvres?    Abdellatif Jouahri : La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation    Data Protect signe un protocole de partenariat avec Trans-Sahara IT    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    Appel à l'élaboration d'une feuille de route nationale pour promouvoir des alternatives au placement institutionnel des enfants    Prochaine ouverture à Laâyoune d'un consulat général des Iles Comores    Le rôle de l'institution législative dans l'exception d'inconstitutionnalité des lois débattu à Rabat    La philosophie n'est pas une réflexion aride réservée à des élites intellectuelles    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Macky Sall primé à MEDays    Brahim El Mazned invité du Forum de la MAP le mardi 19 novembre    Guelmim: arrestation de trois personnes pour organisation de l'immigration clandestine    Race désert marathon : Une 4ème édition en trois étapes    Golf : Maha Haddioui remporte le tournoi Omnium VI    La cigarette électronique enfin réglementée et fiscalisée    Mondiaux de para-athlétisme: Cinq médailles, dont une en or pour le Maroc    L'Association enfance et découverte présente son nouveau programme digital pour enfants !    La MINUSCA rend hommage au soldat marocain mort en Centrafrique    El Majhad remplace Zniti dans la liste d'Halilhodzic    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    Gaza. Huit palestiniens d'une même famille tués par l'armée israélienne    Financement des projets. Les mesures d'accompagnement dévoilées    Destitution de Trump: Un témoin clé enfonce le clou au Congrès    France-islamophobie : Pour un morceau de tissu !    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





BAM-Patronat-GPBM: Le temps de l'action!
Publié dans L'Economiste le 23 - 04 - 2019

La consommation des ménages et la demande étrangère adressée au Maroc décélèrent. L'évolution des indicateurs économiques ne favorise pas vraiment un regain de confiance des dirigeants d'entreprise et la relance de l'investissement
La deuxième réunion entre la banque centrale, le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) et la CGEM a été une nouvelle occasion d'interpeller le gouvernement sur l'accélération des réformes avec un accent particulier sur le climat des affaires et le marché des capitaux, signe de l'impatience des opérateurs économiques.
Les impulsions budgétaire et monétaire de ces dernières années n'ont pas suffi à relancer l'activité. Après trois mois en 2019, les premiers indicateurs ne sont guère encourageants pour les dirigeants d'entreprise qui doivent en plus composer avec une trésorerie toujours sous pression. La croissance a été de 2,3% au 1er trimestre et maintiendrait le même rythme d'ici juin. L'indice de confiance des ménages poursuit sa baisse et cela se ressent sur leur propension à consommer.
Les entreprises des biens de consommation durables le ressentent depuis au moins trois ans. L'automobile fait exception dans ce tableau. La hausse de la demande extérieure adressée au Maroc a été divisée par deux entre janvier et mars sur un an.
Malgré les bonnes intentions du trio BAM-CGEM-GPBM, «l'on ne peut pas donner à boire à quelqu'un qui n'a pas soif». Mais cela n'empêche pas de mettre en place les conditions nécessaires pour redonner de l'appétit aux chefs d'entreprise. De ce nouveau rendez-vous, l'on attendait au moins des engagements du patronat sur les délais de paiement par exemple.
Les pratiques interentreprises font partie des éléments qui polluent l'environnement des affaires. Le stock d'impayés culmine à 40% du PIB. La fluidification de la circulation du cash devient un enjeu majeur. «Nous sommes dans un cercle qui n'est pas vertueux. Nous sommes parfois gênés pour certaines entreprises très sérieuses, mais qui sont obligées de tirer sur les délais parce qu'elles-mêmes sont confrontées à des difficultés financières», témoigne un dirigeant.
Malgré des conditions de financement relativement attractives, la demande de crédit des entreprises reste atone
En même temps, il existe des entreprises pour qui les mauvaises pratiques de paiement sont devenues un sport national. «Même lorsqu'elles ont du cash, elles retardent délibérément le règlement des fournisseurs», tempête un chef d'entreprise. «Il faut un changement de culture et il doit s'opérer à tous les niveaux», poursuit-il.
Il faudra aussi du changement dans la relation banque/client. «Les banques doivent comprendre qu'à un moment, il faut prendre plus de risques tout comme les entreprises doivent mieux intégrer les exigences des prêteurs». L'asymétrie d'information est moins forte que par le passé. Il faudra sortir des schémas classiques pour accroître l'offre de financement à l'endroit des PME et des TPE.
Cela passe par le développement et la vulgarisation de certains modes de financement, notamment l'affacturage ou encore le crowdfunding. «Plusieurs engagements pris en 2016 ont été tenus. Maintenant, il s'agit d'aller plus loin avec une approche plus ciblée», confie un banquier. Les concertations entre les différentes parties vont se poursuivre pour la mise en œuvre de nouvelles actions.
D'un autre côté, le financement de l'économie ne peut pas reposer uniquement sur les banques. Il faudra développer les autres sources. L'assouplissement des règles d'intervention sur les marchés financiers pour les PME offrirait de nouvelles alternatives à ces entreprises. Il existe par exemple un projet de création d'un marché dédié aux PME en Bourse. Mais les délais de sa mise en place restent une énigme. Au-delà des discours, il faudra peut-être passer à l'action.
F. Fa


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.