Sans la garantie de l'Etat et solide, l'ANP émet 1 Mrd DH    Zamalek remporte la Coupe de la CAF    Gouvernement: «Un bilan maigre» pour l'opposition    Zuckerberg rejette les appels au démantèlement de Facebook    Le Maroc est une force d'inspiration pour les pays africains en matière d'innovation    Nouveau cycle de financements en soutien aux femmes entrepreneuses    Inwi présente son centre opérationnel "Soc" contre les cyber-attaques    La concurrence loyale et équitable, un levier de croissance économique    Un Casque bleu marocain décoré à titre posthume par l'ONU    Salaheddine El Manouzi : La semaine du Maroc à Amiens est toujours un moment de promotion des actions de coopération que nous menons entre les deux rives    Saison "douce-amère" et été agité pour le Barça de Valverde    Le WAC rate la première manche de la finale de la Ligue des champions    Réunion du Comité directeur de la FRMF    Les enseignants du supérieur en grève    S.M le Roi remet le Prix Mohammed VI aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme dans les mosquées    Appel au renforcement du positionnement des femmes dans les instances politiques    Initiative éco-citoyenne pour une plage propre à Aïn Diab    Kechiche revient enflammer la Croisette six ans après "La vie d'Adèle"    Présentation à Paris du 25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde    La Cigogne Volubile, un voyage à travers le conte et l'Afrique    Election présidentielle. Marine Le Pen devance la liste Macron    Le Maroc et l'Espagne préparent l'opération Marhaba    L'ex-manager de Stan Lee arrêté pour abus de faiblesse    Marouane Chamakh prend sa retraite    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Les Berkanis à un pas du sacre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Une réaction curieusement ingrate!    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





BAM-Patronat-GPBM: Le temps de l'action!
Publié dans L'Economiste le 23 - 04 - 2019

La consommation des ménages et la demande étrangère adressée au Maroc décélèrent. L'évolution des indicateurs économiques ne favorise pas vraiment un regain de confiance des dirigeants d'entreprise et la relance de l'investissement
La deuxième réunion entre la banque centrale, le Groupement professionnel des banques du Maroc (GPBM) et la CGEM a été une nouvelle occasion d'interpeller le gouvernement sur l'accélération des réformes avec un accent particulier sur le climat des affaires et le marché des capitaux, signe de l'impatience des opérateurs économiques.
Les impulsions budgétaire et monétaire de ces dernières années n'ont pas suffi à relancer l'activité. Après trois mois en 2019, les premiers indicateurs ne sont guère encourageants pour les dirigeants d'entreprise qui doivent en plus composer avec une trésorerie toujours sous pression. La croissance a été de 2,3% au 1er trimestre et maintiendrait le même rythme d'ici juin. L'indice de confiance des ménages poursuit sa baisse et cela se ressent sur leur propension à consommer.
Les entreprises des biens de consommation durables le ressentent depuis au moins trois ans. L'automobile fait exception dans ce tableau. La hausse de la demande extérieure adressée au Maroc a été divisée par deux entre janvier et mars sur un an.
Malgré les bonnes intentions du trio BAM-CGEM-GPBM, «l'on ne peut pas donner à boire à quelqu'un qui n'a pas soif». Mais cela n'empêche pas de mettre en place les conditions nécessaires pour redonner de l'appétit aux chefs d'entreprise. De ce nouveau rendez-vous, l'on attendait au moins des engagements du patronat sur les délais de paiement par exemple.
Les pratiques interentreprises font partie des éléments qui polluent l'environnement des affaires. Le stock d'impayés culmine à 40% du PIB. La fluidification de la circulation du cash devient un enjeu majeur. «Nous sommes dans un cercle qui n'est pas vertueux. Nous sommes parfois gênés pour certaines entreprises très sérieuses, mais qui sont obligées de tirer sur les délais parce qu'elles-mêmes sont confrontées à des difficultés financières», témoigne un dirigeant.
Malgré des conditions de financement relativement attractives, la demande de crédit des entreprises reste atone
En même temps, il existe des entreprises pour qui les mauvaises pratiques de paiement sont devenues un sport national. «Même lorsqu'elles ont du cash, elles retardent délibérément le règlement des fournisseurs», tempête un chef d'entreprise. «Il faut un changement de culture et il doit s'opérer à tous les niveaux», poursuit-il.
Il faudra aussi du changement dans la relation banque/client. «Les banques doivent comprendre qu'à un moment, il faut prendre plus de risques tout comme les entreprises doivent mieux intégrer les exigences des prêteurs». L'asymétrie d'information est moins forte que par le passé. Il faudra sortir des schémas classiques pour accroître l'offre de financement à l'endroit des PME et des TPE.
Cela passe par le développement et la vulgarisation de certains modes de financement, notamment l'affacturage ou encore le crowdfunding. «Plusieurs engagements pris en 2016 ont été tenus. Maintenant, il s'agit d'aller plus loin avec une approche plus ciblée», confie un banquier. Les concertations entre les différentes parties vont se poursuivre pour la mise en œuvre de nouvelles actions.
D'un autre côté, le financement de l'économie ne peut pas reposer uniquement sur les banques. Il faudra développer les autres sources. L'assouplissement des règles d'intervention sur les marchés financiers pour les PME offrirait de nouvelles alternatives à ces entreprises. Il existe par exemple un projet de création d'un marché dédié aux PME en Bourse. Mais les délais de sa mise en place restent une énigme. Au-delà des discours, il faudra peut-être passer à l'action.
F. Fa


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.