Téléphonie : Le CNDP veut mieux protéger les usager contre les pubs par SMS    Edito : Et maintenant, on fait quoi ?    Ligue des Champions: l'arbitre « a totalement gâché » la finale aller, selon le président du Wydad    Langues et réforme de l'enseignement : Nizar Baraka clarifie la position de l'Istiqlal    Sans la garantie de l'Etat et solide, l'ANP émet 1 Mrd DH    Zamalek remporte la Coupe de la CAF    Gouvernement: «Un bilan maigre» pour l'opposition    Nouveau cycle de financements en soutien aux femmes entrepreneuses    Inwi présente son centre opérationnel "Soc" contre les cyber-attaques    La concurrence loyale et équitable, un levier de croissance économique    Un Casque bleu marocain décoré à titre posthume par l'ONU    Le Maroc est une force d'inspiration pour les pays africains en matière d'innovation    Salaheddine El Manouzi : La semaine du Maroc à Amiens est toujours un moment de promotion des actions de coopération que nous menons entre les deux rives    Saison "douce-amère" et été agité pour le Barça de Valverde    Le WAC rate la première manche de la finale de la Ligue des champions    Réunion du Comité directeur de la FRMF    Les enseignants du supérieur en grève    S.M le Roi remet le Prix Mohammed VI aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme dans les mosquées    Appel au renforcement du positionnement des femmes dans les instances politiques    Initiative éco-citoyenne pour une plage propre à Aïn Diab    Kechiche revient enflammer la Croisette six ans après "La vie d'Adèle"    Présentation à Paris du 25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde    La Cigogne Volubile, un voyage à travers le conte et l'Afrique    Election présidentielle. Marine Le Pen devance la liste Macron    Le Maroc et l'Espagne préparent l'opération Marhaba    L'ex-manager de Stan Lee arrêté pour abus de faiblesse    Ftour d'Al Bayane: Empathie, retrouvailles et partage    Explosion des droits d'importation du blé tendre    Les Berkanis à un pas du sacre    Rwanda : La journée de l'Afrique célébrée en présence du Maroc    Une réaction curieusement ingrate!    Inde: «NaMo» rempile pour un second mandat…    La FRMF gèle les activités des intermédiaires qui y sont accrédités    Euromoney livre sa lecture des principales tendances du marché : Des perspectives prometteuses pour les années à venir    Témoignages assemblés par Lhoussine Elliaoui    Festival de Cannes : La Palme d'or attribuée à « Parasite », du Sud-coréen Bong Joon-ho    Aïd Mouhoub: talent et humilité à équidistance    Gambie et Zambie au menu des Lions de l'Atlas    Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





23e édition Caftan: Des créations audacieuses inspirées du monde antique
Publié dans L'Economiste le 23 - 04 - 2019

Imane Tadlaoui Faouz a choisi de coiffer tous ses modèles de couronnes. Les 19 créateurs, invités à cette 23e édition Caftan, se sont tous inspirés des merveilles antiques (Ph. FDM/B. Taougar)
Les merveilles antiques ont pleinement inspiré les stylistes. Opulence et majesté n'ont pas quitté la scène du 23e show Caftan, organisé samedi dernier à Marrakech par Femmes du Maroc. Les 19 créateurs sélectionnés se sont appuyés sur le travail d'orfèvre des maâlems et petites mains de l'ombre.
Résultat, les caftans sont devenus bijoux. Des broderies, des incrustations, des mélanges d'étoffes, le thème des 7 merveilles du monde a enchanté les collections et a, malgré les siècles passés, soufflé un vent de modernité sur ces créations 2019. Hind Lamtiri, issue d'une longue lignée familiale de couturiers, a ouvert le bal avec des modèles aux couleurs énergisantes inspirés du Taj Mahal.
Une collection tout en contraste entre velours et drap de soie rehaussés de broderies ancestrales et de pierres fines. Meriem Belkhayat prend le relais et dénote avec un modèle aux courbes de sirène. Pour Nisrine Ezzaki Bakkali, les jardins suspendus de Babylone étaient la vedette de sa collection très florale. Siham El Habti s'évade des sentiers battus et présente son caftan aux allures de kimono et des modèles où s'impriment l'Egypte ancienne, les colonnes grecques et le zellige.
Kacem Sahl, l'homme de la soirée, a lui aussi marqué les esprits en osant réinventer les formes dans une version du caftan qui n'appartient qu'à lui. Sobriété et dextérité des broderies chez Houda Larini, Zineb Lyoubi Idrissi et Mounia Amouri qui s'est elle aussi pleinement inspirée du grandiose Taj Mahal.
La magie des incrustations a rayonné chez Halima Chami et Najia Benjelloun qui a même joué des plumes pour une collection aux formes pyramidales. Les caftans de Safae Ibrahimi étaient, quant à eux, magnifiés par les accessoires.
Un plateau artistique soigné pour cette soirée haute couture marocaine avec, entre autres invités, le groupe Fnaïre et Nora Fethi réunis pour un tableau très «Bollywood» (Ph. FDM)
La styliste a poussé la réflexion sur le thème des merveilles antiques dans un mélange abouti de matières et de couleurs pour une même robe. Audacieuse, elle a su dynamiser le vêtement traditionnel marocain sans rien perdre de son essence. Quand Nadia Boutaleb joue des matières avec la soie, le satin et la dentelle, Imane Tadlaoui Faouz a choisi de coiffer tous ses modèles de couronnes. Majestueux.
Pour rythmer tout ce beau monde, la bande son est une nouvelle fois signée Hamid Daoussi. Le compositeur est allé chercher très loin dans le temps. «J'ai remonté les siècles et j'ai pu voir à quel point la musique n'avait pas de frontières d'un pays à l'autre. Une vraie formation pour moi», confie le compositeur.
Entre les collections, Caftan c'est aussi un beau plateau d'artistes avec les danseurs «maison» de la chorégraphe Malika Zaidi, qui est allée chercher les tissus pour les costumes aux 4 coins du monde. Avec eux, bien sûr, les chanteurs et musiciens du moment comme Hatim Ammor, qui a été le premier à monter sur scène, ou le groupe Fnaïre et Nora Fethi réunis pour un tableau très «Bollywood».
La jeune artiste Manal était de la fête, offrant, en pleine période antique, un retour direct et sans escales en 2019. Enfin, Nouamane Belayachi, le «chouchou» de la jeune scène marocaine, a clôturé ce 23e opus de l'événement phare de la haute couture nationale.
J. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.