Les membres de la Commission Benmoussa nommés par le Roi Mohammed VI    Sa Majesté le Roi préside un Conseil des ministres    RAM rejoint l'Alliance Oneworld en mars prochain    Cérémonie commémorative du cinquantenaire de la création de l'OCI    Ligue des champions : Les grosses écuries restent en course    Les hooligans ont gâché le spectacle à Khouribga    Divers    La Chambre des représentants adopte le PLF-2020 en deuxième lecture    La pauvreté est l'une des principales sources de violence conjugale au Maroc    Brèves    Robert Redford: Je ressens une grande connexion avec le Maroc
    "Scandale" en tête des nominations pour les SAG Awards
    TGR: Déficit budgétaire de 42 MMDH à fin novembre    "Le SMIG demeure sensiblement élevé au Maroc", selon Bank Al Maghrib    Bassin du Congo: Arlette Soudan-Nonault remercie le roi Mohammed VI    Complexe Mohammed VI: Faouzi Lakjaa détaille l'ambition de la FRMF    Maroc-Portugal. Les opérateurs main dans la main pour doper la coopération    JO: Paris-2024 choisit Tahiti pour les épreuves de surf    L'ONEE reçoit un appui financier de 245 millions d'euros de la BAD    Samedi à Rabat: 5e session de son Comité central du PPS    L'Observatoire Africain pour les migrations se fait attendre    Le Lesotho ne reconnaît plus la pseudo-rasd    Revitaliser un arbre emblématique    Al Hoceïma : Peine de mort pour le duo qui a commis un double meurtre    Marrakech : La guerre contre les malfaiteurs ne s'essouffle pas    La Fédération de rugby minée par une crise sans précédent    Elizabeth II ne compte pas quand il s'agit des cadeaux de Noël    «Bayane Al Youme» primé dans la catégorie «Presse écrite»    Le rappeur 7liwa chante à la prison d'Oukacha    Sommet Russie-Ukraine : un résultat mitigé…    Manifestation multidimensionnelle au rayonnement international : Le «Village du Maroc» ferme ses portes à Abidjan    En Algérie, les bureaux de vote ouvrent leurs portes    La fête de plaisir des sens et de vitalité d'esprit    BMCE Bank Of Africa lance "Dynamic Currency Conversion"    YouTube et la publicité, je t'aime moi non plus    Irréconciliables, républicains et démocrates débattent de la destitution de Trump    Fumées toxiques en Australie: Le Premier ministre australien sort du silence    Ses membres, son livrable, sa méthodologie, ses priorités, son mode de fonctionnement… La commission Benmoussa en 10 questions    L'UE octroie 101,7 millions d'euros au Maroc    Régime de change : BAM étudie l'impact sur l'économie    Recrutement: La DGSN adopte la procédure de présélection    Othmani Benjelloun et Dr Leila Mezian Benjelloun assistent à la remise des Prix Nobel    Complexe Mohammed VI. Visite guidée    L'amazighité sans hypocrisie    Conférence internationale à El Jadida sur la famille et l'éducation dans le monde arabe    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    Lever de rideau sur le Festival international «Cinéma et migrations» d'Agadir    Une structure intégrée dédiée à la performance et à l'excellence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le prix de l'oignon atteint des sommets
Publié dans L'Economiste le 13 - 05 - 2019

Par année normale, la production totale de l'oignon sec atteint 1,5 million de tonnes. Dans les années à forte sècheresse, les prix peuvent augmenter à des niveaux vertigineux comme c'était le cas en 2016 (Ph. Jarfi)
L'oignon sec fait pleurer de plus belle la ménagère! Cette fois, pas en l'épluchant mais en l'achetant. En une quinzaine de jours, son prix est passé du simple au double. Au 8 mai, le kilo était négocié au détail à 15 DH, soit le triple d'il y a seulement quinze jours.
Sur les marchés de gros, il cotait 9 DH/kg en moyenne contre 4,50 DH, deux semaines auparavant. Ce niveau de prix dépasse ceux de la pomme et de la banane locale. Autant opter pour le poulet de chair dont le kilo/vif varie en moyenne entre 14 et 14,50 DH.
L'oignon sec, très utilisé dans la cuisine marocaine, fait l'objet d'une forte demande en ce mois de Ramadan. A l'instar d'ailleurs d'autres produits agricoles comme les tomates, les pommes de terre ou encore les oranges. Sauf que les prix de ces derniers affichent une tendance à la stabilité, voire à la baisse.
Selon les professionnels, l'explication se trouve au niveau de la faiblesse de l'offre combinée à la cascade d'intermédiaires. Tout d'abord, les oignons commercialisés actuellement proviennent de la récolte de l'été 2018. Car, celle de l'hiver 2019 a beaucoup pâti du retard des pluies, puisque cultivée essentiellement dans des zones bour. Du coup, la production nationale qui atteint, par année normale, 1,5 million de tonnes est réduite de moitié à 740.000.
Il y a ensuite l'intervention des intermédiaires qui procèdent à l'approvisionnement au goutte-à-goutte du marché pour tirer le maximum de marge. Ceci dans un contexte de forte demande. Même la région de Fès-Meknès, qui concentre l'essentiel de la production et des superficies, enregistre la plus forte hausse des prix de l'oignon sec.
Dans son sillage le prix de l'oignon frais a également augmenté de 50% sur le marché de gros (3 DH/kg contre 2 DH). Et à Tanger, ville excentrée par rapport aux régions de production, le prix de l'oignon frais se situait à 6,50 DH le 8 mai contre 5 DH, quinze jours auparavant.
La situation va-t-elle s'inverser avec l'arrivée vers la mi-mai de la production printanière issue en particulier de la région de Béni Mellal? Pas évident, selon une source de la Direction régionale de l'agriculture de Béni Mellal.
Déjà des offres d'achat sont lancées au prix de 100.000 DH l'hectare contre la moitié par année normale. Ce qui donne à penser que le scénario de l'année sèche de 2016 serait probablement réédité. Face à la pénurie du légume, le Maroc a dû importer de grandes quantités d'Espagne.
A.G.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.