Flash hebdomadaire    Délais de paiement. Entreprises et établissements publics désormais contraints à la transparence    Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran    Criminalité à Casablanca. Recul des affaires de vol    Festival Gnaoua et musiques du monde. Grande fête de la culture !    Afrique du Sud-Côte d'Ivoire : choc entre deux équipes en quête de gloire perdue    Le plan américain de paix par l'économie sera discuté à Bahreïn, sans les Palestiniens    "Comment est-ce possible ?", le coup de gueule d'Hervé Renard    L'école belge de Rabat met en place des programmes préparatoires aux tests d'admission    Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition    Marrakech. Une bande spécialisée dans le trafic de drogue démantelée    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    De David Guetta à Kery James: retour sur le weekend de Mawazine    Clôture en apothéose de la fête de la musique "by Wecasablanca Festival"    Les Muwachahat andalouses et alépines résonnent dans le ciel de Fès    Bac 2019 : Un taux de réussite de 65,55%    Violence à l'égard des femmes. L'enquête nationale décortiquée par les députés    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    Gouvernance spatiale et développement    L'université Ibn Zohr en apothéose!    CAN 2019 : 120 millions de DH privent les Marocains des matchs des Lions de l'Atlas    RAM : APRES NEW-YORK, MIAMI, WASHINGTON...AU TOUR DE BOSTON POUR DES VOLS DIRECTS    «Al Omrane Expo MDM» remplace un roadshow international    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    Le Maroc exprime sa satisfaction quant à la position constructive de la Barbade    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    BMW de nouveau transporteur officiel du Festival Mawazine    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Mohamed Aujjar s'informe du fonctionnement de la Cour de cassation hongroise    Le Sénégal et l'Algérie prennent les rênes du Groupe C    Administration. Où en est le chantier de la déconcentration ?    Edito : Excédent au Bac    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    Marc Lamti, le plus jeune joueur de la compétition    Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais    Les marchands non financiers confiants pour le deuxième trimestre    Enfin un prix pour l'enseignant inspirant    La politique migratoire de l'Espagne entre façade et réalité    Répression tous azimuts dans les camps de la honte    Divers    "Futuristic Vision" remporte le prix de la meilleure Junior entreprise    Une victoire d'entrée pour les maîtres de céans    Palestine. Une marche de soutien à Rabat    Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Déconcentration: Benabdelkader veut accélérer le rythme
Publié dans L'Economiste le 14 - 05 - 2019

Mohamed Benabdelkader n'est pas au bout de ses peines. Aussitôt la charte de la déconcentration adoptée par le Conseil de gouvernement, le voilà parti en campagne pour convaincre ses collègues d'activer le transfert de leurs attributions vers les régions.
Dans cette opération, le ministre délégué de la Réforme de l'administration et de la fonction publique n'est pas seul. Il est appuyé par le travail d'une commission ministérielle, présidée par le chef du gouvernement, en compagnie des ministres de l'Intérieur et des Finances et du Secrétariat général du gouvernement.
Une commission technique est chargée du suivi et de la mise en œuvre du contenu de la Charte nationale de la déconcentration administrative. Il s'agit d'accompagner les départements ministériels dans la fixation des prérogatives, des moyens humains et matériels qu'ils comptent transférer vers les régions.
Les discussions avec ces départements visent à les aider à établir des schémas directeurs de déconcentration qu'ils doivent élaborer dans un délai de 6 mois après l'approbation de la charte. Donc, le deadline pour préparer, finaliser et valider le modèle de schémas directeurs de déconcentration administrative est fixé à juillet prochain.
En pratique, chaque ministère doit arrêter les attributions et les pouvoirs décisionnels qui seront transmis vers les services extérieurs. «Il faudra qu'il fixe également le rythme de transfert, les moyens humains et financiers qui seront mobilisés, les indicateurs de développement qu'il souhaite atteindre dans ces régions», note un haut fonctionnaire impliqué dans la gestion de ce dossier. Ce canevas est baptisé schéma directeur de déconcentration.
Le ministre a fait le point sur l'état d'avancement de ce chantier lors du dernier Conseil de gouvernement. Ainsi, au 8 mai dernier, la commission technique a traité du sujet avec 10 départements ministériels. Selon Mohamed Benabdelkader, des avancées dans l'élaboration de la vision de transfert des prérogatives ont été enregistrées.
«Nous avons commencé par les ministères en raison de leur tradition dans le domaine de la décentralisation. C'est le cas de l'Agriculture, l'Equipement et l'Industrie pour qu'ils soient la locomotive qui tire les autres», a affirmé le ministre à L'Economiste.
A cette occasion, il a rassuré ses pairs de la mobilisation pour respecter les délais, sachant que l'opération de transfert se déroule sur une période de 3 ans. Le ministère de Mohamed Benabdelkader veut accélérer le rythme. Pour cela, la commission technique a décidé de traiter deux départements par semaine.
Le but est de terminer cette étape vers le 20 mai. Après cette date, il sera demandé aux ministères de faire parvenir leurs schémas directeurs de déconcentration administrative de manière officielle à son département qui en assure le secrétariat de la commission technique. Ils devront disposer d'une nouvelle vision pour le transfert des ressources humaines, particulièrement pour les postes budgétaires. Car, à l'avenir, les recrutements devront être orientés vers les services extérieurs. Une occasion pour réfléchir sur l'idée de la fonction publique régionale.
Cependant, ce chantier, décisif pour la véritable mise en œuvre de la régionalisation, sera confronté à plusieurs difficultés. L'architecture administrative attendue prévoit la création de regroupements de ministères en fonction des attributions. Elle se fera selon des pôles: économique, social, financier, agriculture…
Pour l'heure, il est question de regrouper 4 ministères dans un pôle. Qui va se charger de la coordination, comment sera-t-il désigné? A-t-on prévu un système de motivation accompagnant la création de pôles dans les régions? Va-t-on activer l'appel à candidature et le ministère des Finances va-t-il s'inscrire dans le même sens. Autant de questions qui sont en suspens.
Une source proche du dossier se contente de dire qu'«il y aura de la casse». Car, dans cette affaire, les ministères n'ont pas demandé l'avis des fonctionnaires pour savoir s'ils seront tentés de monter dans le train. Certes, c'est décidé, un directeur de pôle aura le grade de directeur central, avec tous les avantages liés à la fonction.
Et pour les autres grades? Il faudra trouver de nouveaux ressorts pour accrocher les autres fonctionnaires qui travaillent dans la capitale pour les convaincre de se délocaliser vers Errachida ou Béni Mellal par exemple.
Nouveau dispositif de gouvernance
Le chantier de la décentralisation, pilier de la régionalisation avancée, sera à coup sûr confronté à deux challenges majeurs. Les responsables doivent les solutionner à l'avance et de manière claire. Le premier concerne la relation entre le wali et le directeur régional du pôle. Cette question sera au cœur du nouveau dispositif de gouvernance.
Le deuxième défi est sur le plan politique. En effet, imaginons une situation qui va fatalement se produire. C'est le cas de trois ministres qui seront logés au niveau régional dans le même pôle. Ils présentent la particularité d'appartenir à des partis politiques différents. Il faudra trancher cette question à l'avance pour éviter de tomber dans de nouveaux blocages qui feront regretter à la population et aux fonctionnaires l'ancien système.
Mohamed CHAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.