Ciment : Légère hausse des ventes à fin mai    Doctorat : L'UIC s'associe à ESC Clermont    Finance participative : Bank Al Yousr décortique les enjeux    Mauritanie : Le candidat du pouvoir remporte la présidentielle    Bac : Le taux de réussite en hausse de 20% à Casa-Settat    Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran    Délais de paiement. Entreprises et établissements publics désormais contraints à la transparence    Festival Gnaoua et musiques du monde. Grande fête de la culture !    Le plan américain de paix par l'économie sera discuté à Bahreïn, sans les Palestiniens    "Comment est-ce possible ?", le coup de gueule d'Hervé Renard    L'école belge de Rabat met en place des programmes préparatoires aux tests d'admission    Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition    Groupe Al Omrane. Une nouvelle stratégie marketing pour les MRE    Marrakech. Une bande spécialisée dans le trafic de drogue démantelée    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    De David Guetta à Kery James: retour sur le weekend de Mawazine    Clôture en apothéose de la fête de la musique "by Wecasablanca Festival"    Les Muwachahat andalouses et alépines résonnent dans le ciel de Fès    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    Violence à l'égard des femmes. L'enquête nationale décortiquée par les députés    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    RAM : APRES NEW-YORK, MIAMI, WASHINGTON...AU TOUR DE BOSTON POUR DES VOLS DIRECTS    L'université Ibn Zohr en apothéose!    CAN 2019 : 120 millions de DH privent les Marocains des matchs des Lions de l'Atlas    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    Le Maroc exprime sa satisfaction quant à la position constructive de la Barbade    Gouvernance spatiale et développement    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    BMW de nouveau transporteur officiel du Festival Mawazine    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    El Jadida : OCP Jorf Lasfar organise une caravane médicale    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Administration. Où en est le chantier de la déconcentration ?    Le Sénégal et l'Algérie prennent les rênes du Groupe C    Mohamed Aujjar s'informe du fonctionnement de la Cour de cassation hongroise    Edito : Excédent au Bac    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    La politique migratoire de l'Espagne entre façade et réalité    Divers    Une victoire d'entrée pour les maîtres de céans    Marc Lamti, le plus jeune joueur de la compétition    Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais    Répression tous azimuts dans les camps de la honte    Enfin un prix pour l'enseignant inspirant    Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Violence dans les stades: Le débat encore (re)lancé
Publié dans L'Economiste le 21 - 05 - 2019

La violence qui gravite autour du football national fait encore parler d'elle. A la fin du mois d'avril, des actes de dégradation de biens publics et privés ont été commis par des supporters, en majorité des mineurs, du Raja de Casablanca.
Les farouches «tifosis» mécontents de la prestation des joueurs sur la pelouse du stade Père Jégo ont transformé l'aire de jeu en une cible visée par des bouteilles, des produits alimentaires et des pierres. La réaction pour se venger de la mauvaise performance n'ayant été qu'à son début, le déchaînement s'est poursuivi jusqu'aux alentours des résidences qui jouxtent le stade en direction de la station du tram.
Des incidents qui relancent le débat public sur le risque social d'un tel mouvement. La médiatisation de ce genre de fait-divers alimente le sentiment d'insécurité et d'une manière ou d'une autre perpétue l'amalgame hooliganisme, violence urbaine et supportérisme.
La surenchère sur son ampleur, son but et ses ramifications, voire sa dangerosité, empêche toute réflexion sur la manière de trouver les bonnes solutions à un problème dont les origines se trouvent dans un autre espace/temps.
Et tout récemment, des supporters ont croisé le fer avec les éléments des forces de l'ordre à Rabat. Ils se sont donné au spectacle en s'opposant, cette fois, aux éléments des forces de l'ordre, en jetant des pierres et des projectiles sur eux, en arrachant des sièges et dégradant des installations du complexe. Les belliqueux ont tenté de pénétrer et d'envahir la pelouse.
Les protagonistes sont liés les uns aux autres par un jeu plus au moins stratégique qui ressemble à un jeu d'échec. Et il suffit toujours d'une étincelle et de la présence de quelques éléments perturbateurs pour que l'on voit surgir des actes de violence (Ph. L'Economiste)
Bilan: 32 membres des forces publiques, 2 supporters ont été ainsi évacués au CHU Ibn Sina et à l'hôpital militaire et des dizaines d'individus interpellés. C'est en substance ce qui ressort des premiers éléments relatés par la presse et relayés par les réseaux sociaux. Nous savons parfaitement que l'ambiance est généralement électrique entre les groupes de supporters et les forces de l'ordre. Ces derniers, selon les éléments perturbateurs bien sûr, sont l'incarnation du poids des pouvoirs publics sur les citoyens.
Et souvent, les supporters disent que les problèmes sont générés par les éléments des forces de l'ordre et les agents de sécurité. Ce qui nous pousse à poser les trois questions suivantes: comment s'est opéré le passage à l'acte? comment les choses ont-elles dégénéré pour que des affrontements éclatent? Et enfin, n'existe-t-il pas un moyen pour éviter cela?
Grille d'analyse
Il est important de rappeler que ces actes de violence peuvent être expliqués sous divers angles et, surtout, selon que l'on se place du côté des supporters déchaînés ou du côté des éléments des forces de l'ordre. Il faut vraiment chercher des réponses dans la logique interactionnelle des acteurs «forces de l'ordre» et «supporters».
Je fais allusion au sens qu'Erving Goffman (sociologue américain) donne à l'interaction, dans la mesure où les protagonistes dans une situation donnée agissent en fonction des agissements des uns et des autres. Les protagonistes sont liés les uns aux autres par un jeu plus au moins stratégique qui ressemble à un jeu d'échecs. Et il suffit toujours d'une étincelle et de la présence de quelques éléments perturbateurs pour que l'on voit surgir des actes de violence.
Que l'on affirme que les supporters des FAR n'ont pas apprécié la prestation de leur club et se sont déchaînés sur les sièges et se sont affrontés avec les éléments de la police et des forces auxiliaires, permet de dire qu'ils ont cherché à venger leur défaite.
En revanche, la présence des éléments des forces de l'ordre pose encore problème. Surtout la manière de gérer une situation, plus au moins conflictuelle, car parmi les supporters se trouvent des bagarreurs venus pour l'occasion. Bien souvent, rien n'a été organisé à l'avance, la violence s'exprime spontanément et dans des lieux divers.
Et toute réponse inappropriée des pouvoirs publics ouvre la grande porte aux affrontements, d'où l'importance de gérer en amont toute tentative de débordement pour que le stade ne se transforme pas en lieu de tension.
Alors que le supportérisme est censé se présenter comme un nouveau mode créateur de lien social, les affrontements prennent souvent en otage le football et mettent à l'épreuve l'homogénéité d'une large frange de la jeunesse marocaine, ses outils de communication collective et individuelle, ses insolites formes de cohésion et de solidarité.
Une homogénéité sociale à l'épreuve
Ces actes délibérés révèlent une déstructuration des liens sociaux en général parmi la jeunesse marocaine et expriment une partie des tensions de notre société. Mais au-delà de cette considération, les violences aux abords des stades mettent à l'épreuve l'homogénéité de la société marocaine, ses insolites formes de cohésion et d'hétérogénéité et leur véritable dynamique, ses figures de socialisation et de sociabilité. Au fond, c'est plutôt le recul des valeurs, le manque terrible d'empathie envers l'autre, vulnérable, qui fait naître la violence et la fait perdurer. L'idéal serait de les accompagner dans la prise de conscience. Ne prenons pas le risque de les désocialiser davantage et de les couper de ce qui les cadre encore: famille, collège et vie sociale… car le législateur les condamne à jamais. Notons au passage que les prisons fabriquent de la délinquance. Et nous aurons des individus plus déstructurés et plus dangereux pour eux et pour la société.o


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.