Edito : Tout va bien !    Médecine : Drôles de carabins !    Chasse et pêche, le Maroc en force en Sologne    Jésus, une grande figure biblique du Coran/Episode 25 La naissance, le développement du christianisme, du vivant de Jésus et après sa mort    Musiques sacrées du monde: Concert «engagé» de Marcel Khalifa    Tourisme: Le Marrakech du Rire fait grimper le baromètre    Essaouira accueille les états généraux des entreprises citoyennes    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    Le Onze national à pied d'œuvre au Caire    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Bulletin de la CAN    Comité des 24 des Nations unies    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Bouillon de culture    Dormir devant la télévision fait grossir    Divers    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Quand « L'Opinion » publiait les résultats du bac …    OPV Maroc Telecom : Une vague bienvenue de liquidités pour la Bourse de Casablanca    Les œuvres de Linda Bougherara à Dar Moulay Ali à Marrakech    «Valeurs humaines », exposition de Soly Cissé à la Galerie 38 de Casablanca    Jossour se produira à l'IF de Marrakech    Nicolas Sarkozy sera jugé pour corruption    Maroc/FADES : Signature de deux accords de financement    Il fait l'actu : Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé de la Coopération africaine    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    CAN-2019. Les pays qui y participent pour la première fois    Trump lance sa campagne pour 2020 sur un air de 2016    un groupe marocain compte racheter le club français FC Sochaux    Succession de May : Boris Johnson en position de force    En pleine tension avec l'Iran, Trump contraint de changer de ministre de la Défense    OPV de Maroc Telecom. Les précisions du wali de Bank Al-Maghrib    L'ASMEX: Une nouvelle feuille de route à horizon 2025    Femmes, l'éternel défi    Doukkali : Le Maroc soigne les immigrés, en situation régulière ou pas    CAN-2019 : Arrivée des Lions de l'Atlas en Egypte    Championnat du monde de Muay Thai, le 22 juin à Marrakech    Sahara : Hilale «corrige» un responsable algérien    Réguler le Net, un impératif    Francophonie parlementaire: El Malki donne le la    Mise en place des mesures d'accompagnement pour faciliter le déplacement et le séjour des supporters du Onze national    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    La Gendarmerie royale et la Guardia Civil se réunissent à Agadir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aéronautique: Le challenge de la valeur ajoutée et de la taille critique
Publié dans L'Economiste le 22 - 05 - 2019

«Mieux que l'argument coût, nous disposons de l'atout «marché» pour pousser les acteurs aéronautiques à investir», fait valoir Karim Cheikh, président du Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (Gimas) (Ph. Gimas)
Bien que la plateforme Maroc soit la plus compétitive que Bombardier a dans son patrimoine, le groupe a décidé de la céder à ses sous-traitants. Cette annonce, faite il y a quelques jours, a jeté de l'ombre sur les performances du secteur.
Pourtant, la montée en gamme de l'industrie est bien amorcée et contrairement aux idées reçues, les entités implantées sont pour la plupart de réels centres d'excellence, soutient Karim Cheikh, président du Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (Gimas).
- L'Economiste: Le site Maroc a certes réalisé de grandes avancées, mais nous sommes attendus sur plus de valeur ajoutée avec des composants plus complexes …
- Karim Cheikh: Absolument! Et la bonne nouvelle c'est que nous avançons résolument vers plus de valeur ajoutée. Le plan d'accélération industrielle prévoit la montée en gamme de l'industrie aéronautique avec les offres de l'écosystème ingénierie. L'écosystème Boeing permet d'attirer davantage de métiers de pointe, l'écosystème moteur en plein essor, positionne l'industrie aéronautique à des niveaux d'exigence encore jamais atteints. Nous sommes sur la bonne voie. Contrairement à l'idée reçue, les entités implantées sont pour la plupart de réels centres d'excellence fournissant des équipements complets tels que des ensembles de cockpit, harnais d'avions, inverseur de poussée et bien d'autres. Notamment dans des secteurs technologiques avancés tels que le composite.
- Qu'en est-il de l'écosystème Boeing. Comment s'annoncent les premières installations?
- Les projets annoncés par le ministère sont en cours d'installation. Nous nous réjouissons de constater qu'il s'agit, pour partie, d'acteurs déjà installés; fournisseurs d'Airbus qui s'ouvrent, grâce au Maroc à Boeing. Cela positionne le Maroc différemment. Nous disposons de l'atout «marché» et plus uniquement «coût» pour pousser les acteurs aéronautiques à investir. Ces nouveaux investissements confirment la montée en gamme avec l'installation de métier de fabrication de pointe pour Boeing, dans les composites, les pièces pour le moteur, ou l'électronique.
- Qu'en est-il de la promotion des investissements aéronautiques à l'étranger?
- Elle se fait en équipe. La Team Maroc travaille de concert. Le ministère de l'Industrie oriente le développement, le Gimas met son expertise à disposition et les équipes de l'Amdie sont sur le terrain avec nos sponsors pour aller chercher les chaînons manquants dans notre supply chain et continuer de développer la masse critique pour les métiers déjà présents. Ces événements s'inscrivent dans la logique du développement industriel souhaité par le Maroc. Faire valoir la base Maroc à l'international est nécessaire pour asseoir la position du Maroc dans la carte mondiale de la construction aéronautique.
Propos recueillis par Aziza EL AFFAS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.