CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    FIFM : Plusieurs projets récompensés dans le cadre des ateliers de l'Atlas    Un américain arrêté pour l'utilisation de Playstation pour son trafic de drogue    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    MAPA : Conférence internationale sur les addictions    France : Des opérations escargots sur des routes à forte circulation    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    L'Otan adopte une déclaration finale    Tilda Swinton, l'insaisissable icône du 7e art    Infantino va entrer au CIO en janvier    Le WAC vise une cinquième victoire face au Mamelodi Sundowns en Ligue des champions    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    Comment protéger vos données personnelles    L'Afrique n'est pas la principale source des flux migratoires    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Tous à Londres, personne à Madrid!    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Enquête L'Economiste-Sunergia: «La musique est au cœur de l'acte social»
Publié dans L'Economiste le 23 - 05 - 2019

«Les instruments de musique ne sont pas de simples moyens pour produire des sons. Ils ont un timbre et une histoire», selon le musicologue Ahmed Aydoun (Ph. RFI/L. Aloir)
Ahmed Aydoun est musicologue, compositeur, docteur en économie culturelle... A 67 ans, cet ex-fonctionnaire du ministère de la Culture -où il a occupé le poste de chef de division musique et arts chorégraphiques- a écrit aussi un essai sur le patrimoine musical national. Ahmed Aydoun a également participé à la conception de Génération Mawazine. Dans cet entretien, ce musicologue revient en profondeur sur la relation fusionnelle qui lie les Marocains à la musique.
- L'Economiste: Selon le sondage L'Economiste Sunergia, 65% des personnes interrogées pensent que «la musique est un élément important dans leur vie». Est-ce que cela vous surprend?
- Ahmed Aydoun: Cela ne me surprend pas, j'ai plutôt tendance à croire que ce pourcentage est en-deçà de la réalité. La raison en est qu'il est rare de trouver des Marocains qui n'ont aucun rapport à la musique, hormis une minorité de gens convaincus de son caractère illicite. Toutefois, de l'audition occasionnelle à l'addiction totale, nous avons une multitude de niveaux de rapport au fait musical.
- Quelle est la nature du rapport qu'entretiennent les Marocains avec la musique?
- La musique peut remplir plusieurs fonctions: elle est au cœur de l'acte social, comme c'est le cas par exemple du folklore régional ou dans les chants qui accompagnent les rites de passage. Elle est aussi un divertissement de toutes les saisons, mais également intégrée dans tous les moyens de communication. Il faut aussi prendre en compte l'effet des générations: si les jeunes citadins sont en rapport avec tout ce que l'industrie musicale mondialisée met à leur disposition, une partie des adultes et des personnes âgées et nostalgiques reste fidèle à des répertoires supposés de «la belle époque».
«Musiques du Maroc» est un essai d'Ahmed Aydoun. Il contribue à une meilleure compréhension du paysage musical marocain. Notre patrimoine musical résulte «d'une position géographique privilégiée et d'un brassage historique, greffant sur le substrat berbère le modalisme arabe, le raffinement andalou, la rythmique saharienne et subsaharienne, ainsi que des survivances rituelles africaines et méditerranéennes», écrit l'auteur
- Vers quel sens ont évolué les goûts et le mode de consommation de la musique au sein de notre société?
- Les goûts obéissent aux changements de générations et aux mutations esthétiques. Toutefois, à défaut de mesurer ces changements à partir des tendances d'écoute, il est possible, sans grand risque d'erreur, de remarquer les changements à partir de l'offre musicale produite par les médias et les événements musicaux organisés sur tout le territoire. Les styles de musique qui drainent le maximum de public se retrouvent paradoxalement dans deux directions opposées: d'un côté, le chaâbi continue d'avoir la cote et, d'un autre, les musiques dites de «la nouvelle scène» occupent de plus en plus d'espace, portées par l'engouement juvénile.
- «L'instrument de musique est un réceptacle de mémoire», selon vous (cf. L'Economiste n°5308 du 5 juillet 2018). Jusqu'à quel degré est-ce possible de préserver certains instruments d'extinction? Surtout après l'émergence de la musique dite électronique.
- L'histoire de la musique n'est pas linéaire, elle peut opérer pas des retours périodiques, des rétrospectives. La rupture entre l'ancien et le nouveau intervient dans le court terme, poussée par une double logique: le besoin d'expression de l'artiste et la tendance productiviste de l'industrie musicale.
Les instruments de musique ne sont pas de simples moyens pour produire des sons. Ils ont un timbre et une histoire. Avec le besoin de porter le son à un public de plus en plus nombreux dans les spectacles vivants, les anciens instruments ne pouvaient rivaliser avec d'autres amplifiés et même hyper-amplifiés.
L'acoustique permet cependant de mettre en valeur les instruments traditionnels en réalisant l'équilibre entre le renforcement de la sonorité et la préservation du timbre. Leur disparition n'est plus inéluctable.
Propos recueillis par Faiçal FAQUIHI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.