ONU: Hilale dévoile les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Formation professionnelle. Les objectifs seront-ils atteints ?    Moyens de paiement. Comment le cash résiste    Législation. Les députés tracent leur feuille de route    Afriquia transforme les idées en entreprises    La CGEM en mode sauve-qui-peut    Des traces de la plus ancienne organisation collective et sociale trouvées au Maroc    Parlement: L'opposition mobilise ses troupes    Un Monde Fou    Tunisie: Une nouvelle ère commence    World Policy Conference: La gouvernance mondiale défie la protection du climat    Majorité: Reprise des hostilités    Préscolaire: Les directeurs des académies au Parlement    Education: «En Finlande, nous jouons sérieusement!»    Grâce royale pour Hajar Raissouni    Jameson Maroc célèbre la musique rock    Création d'un groupe d'amitié avec le Maroc au sein de la Chambre mexicaine des députés    Diplomatie, anticorruption et décentralisation : Les dossiers du futur président tunisien    Erdogan: La Turquie ne déclarera jamais de cessez-le-feu sans avoir atteint ses objectifs    Euro 2020 : L'Espagne se qualifie au forceps    Djamel Belmadi : Les supporters ont fait un travail magnifique    Avec Halilhodzic, on aura tout vu : une victoire, deux nuls et une défaite    La Cité des métiers et des compétences de Laâyoune ouvrira ses portes en 2021    La confiance des ménages continue de fléchir    Le HCP et l'UNFPA renforcent leur partenariat    Plusieurs pays réaffirment leur soutien à l'initiative marocaine d'autonomie au Sahara    60% des femmes en Europe disent avoir subi le sexisme au travail    Le cercle diplomatique de Rabat organise une journée de diagnostic et de sensibilisation au cancer du sein    Divers    Insolite : Un parachutiste heurte un lampadaire en plein défilé militaire    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Surf: Le magazine américain "Traveller" consacre un carnet de voyage au village de Taghazout    Deux films marocains participent au Festival international du film du Caire    Omar Hilal réélu vice-président de l'ECOSOC    Prix Katara du roman arabe : deux Marocains primés    Lors d'une parade dans la métropole : 300 motards sillonnent Casablanca pour mettre en scène l'esprit de Harley-Davidson    Les personnes âgées au cœur du nouveau modèle de développement    Session ordinaire de la commune de Tanger : Levée du huis clos    Le Prince Moulay Rachid préside l'ouverture de la 12e Salon du cheval    Halilhodziç demande de la "patience"    Renault : Mandats suspendus pour Thierry Bolloré    Les démocrates avancent dans leur enquête en vue de destituer Trump    Islamophobie: La tribune des 90 personnalités françaises devient une pétition à succès    Ainsi parlait Zarathoustra!    Les Lions de l'Atlas s'inclinent en amical face au Gabon    Que le jasmin prospère    Maroc-Gabon : le dernier test de Vahid Halilhodžić    Les chorégraphes font de la résistance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»
Publié dans L'Economiste le 24 - 05 - 2019

Le 9 novembre prochain, la place Jemaa El Fna abritera la 1re édition du «Marrakech Street Food» qui rassemblera toutes les spécialités culinaires des rues marocaines, traditionnelles et revisitées (Ph. Bernsmann)
La gastronomie marocaine, traditionnelle et revisitée, a son festival. Un petit nouveau rejoint la longue liste des événements organisés au Maroc. Le 9 novembre prochain, la place Jemaa El Fna sera le théâtre de cet héritage culinaire, connu dans le monde entier.
Organisée par la Fondation arts et cultures, cette 1re édition du «Marrakech Street Food» propose une journée entière de dégustation entre recettes ancestrales et nouvelles tendances fooding. Comme son nom l'indique, la multiplicité des pratiques culinaires de la rue marocaine sera à l'honneur. Mais avant tout, «la vedette du "Marrakech Street Food" est incontestablement le cuisinier, représentant un vecteur d'identité gustative», précise la présidente de la Fondation, Hafsa Benmchich.
«Au-delà du goût, un aspect socioéconomique est la base primordiale de la cuisine de la rue. Un revenu non négligeable peut se générer en une heure de temps de travail par jour», ajoute-t-elle. Installations, carrioles équipées, le tout entre aménagements et bricoles, font en effet partie du paysage, que l'on soit en ville ou dans un village. Alors la place Jemaa El-Fna à Marrakech est le lieu tout trouvé pour abriter l'événement.
Entre les conteurs et autres dresseurs de serpents, chaque fin de journée voit le ballet des restaurateurs ambulants prendre leurs quartiers sur cette place mythique. Mais c'est tout le Maroc qui sera représenté, des produits du terroir bio et naturels à Fès aux plats traditionnels sahraouis à Laâyoune, en passant par l'influence de la cuisine espagnole sur la marocaine à Tanger ou par les recettes millénaires des cuisiniers ambulants à Rabat. Tout un panorama.
Au total, plus de 20 cuisiniers vont concocter un déjeuner servi à plus de 5.000 personnes. Des plats comme la célèbre tanjia marrakchia, ou la viande cuite sous toutes ses formes, ou encore le poisson préparé à la marrakchie. Rappelons au passage que la chaîne américaine CNN avait classé la ville ocre parmi les 23 villes où la nourriture de rue est la meilleure.
En décembre, l'aventure se poursuit par une exposition de photographies inédites autour de cette thématique. Baptisée «l'Assiette du bonheur», elle sera mise en scène sur l'esplanade du palais Bahia, par Noureddine Tilsaghani, un artiste du cru.
Enfin, le livre «Métier: Artisan cuisinier» sera édité par la Fondation où l'on pourra trouver l'ensemble des profils des cuisiniers les plus populaires de l'ancienne médina de la cité ocre, leurs secrets culinaires et recettes ancestrales. De quoi découvrir toutes les facettes de la cuisine populaire marocaine.
J.A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.