Inde. 43 morts suite à l'incendie d'une usine    Alerte rouge à Mayotte avant le passage du cyclone Belna    Le Polisario sur la sellette    Participation du Maroc à la conférence ministérielle des pays voisins de la Libye    Ligue des champions : Le WAC se contente du nul et le Raja rectifie le tir    Damir appelle à l'interdiction de toute instrumentalisation politique de la religion    La cuisine marocaine en vedette au festival de Hanoï    El Youssoufia : Une campagne de correction visuelle au profit des élèves    AM Invest Morocco renforce sa participation dans le capital d'Involys    «La Méditerranée plurielle dans un environnement de mondialisation» thème de la rencontre annuelle du GERM    Rapports du GIEC : contrubution active du Maroc    Le Maroc et l'AIE signent à Paris un Programme de travail conjoint    Le PPS au Parlement    SOS Littoral: La tête dans le sable    Agadir, capitale du cinéma mondial    Bassek Ba Kobhio, Invité d'honneur    L'Etoile d'or de Priyanka Chopra brille dans le ciel de Jemaa El Fna    Ligue des Champions : le Wac sort avec un nul face à Mamelodi Sundowns    RAM : plus de 160.000 passagers transportés sur la ligne Casa-Tunis en 2019    FIFM 2019 : Le film colombien « Valley of Souls »décroche l'Etoile d'Or    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC tenu en échec par Mamelodi Sundowns    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    L'Otan adopte une déclaration finale    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gouvernement: «Un bilan maigre» pour l'opposition
Publié dans L'Economiste le 26 - 05 - 2019

Les groupes parlementaires, particulièrement de l'opposition, ont attaqué le gouvernement sur plusieurs dossiers, dont «le blocage ayant marqué la formation de la majorité qui avait conduit à rater deux sessions législatives, en plus d'une perte estimée à 22 milliards de DH», selon les députés du PAM (Ph. Bziouat)
Une semaine après l'intervention du chef de gouvernement devant les deux Chambres du Parlement réunies, les groupes parlementaires ont passé au scalpel le bilan à mi-mandat de l'exécutif. Celui-ci est considéré comme «maigre», dans la mesure où le gouvernement «continue de s'endetter, exerce une grande pression sur la classe moyenne et menace la paix sociale», selon les différents groupes de la majorité.
Des critiques ont été également formulées même par des députés de la majorité. Par exemple, le groupe du Rassemblement constitutionnel (RNI et UC) a appelé à «accorder une attention particulière aux dysfonctionnements entachant la mise en œuvre du programme gouvernemental et des plans sectoriels».
Même son de cloche du côté du MP, qui a plaidé en faveur d'un «meilleur contrôle de l'endettement, en plus de la mise en place d'un indice déterminant le niveau de déficit en investissements dans les zones reculées».
Les attaques étaient plus virulentes du côté de l'opposition. Le groupe de l'Istiqlal a remis en cause «l'efficacité de certains chantiers lancés par le gouvernement». Pour ses membres, «l'essentiel du bilan d'étape présenté par le chef du gouvernement est lié à l'adoption de textes législatifs, notamment grâce à l'implication du Parlement».
De son côté, le groupe du PAM a estimé que «la réalité sur le terrain est en rupture avec le discours optimiste du chef du gouvernement». Les députés de cette formation ont mis l'accent sur les conclusions des rapports de la Cour des comptes, ayant pointé «certaines défaillances de gouvernance, le manque de reddition des comptes, en plus du niveau élevé d'endettement sans impact efficient en matière de développement».
Les groupes de l'opposition ont également interpellé El Othmani sur le respect des engagements contenus dans le programme gouvernemental. Cela concerne notamment les indicateurs macroéconomiques. Les groupes du PAM et de l'Istiqlal ont pointé la faiblesse du taux de croissance réalisé durant les premières années du mandat de l'actuel gouvernement.
«L'exécutif s'est engagé sur un taux entre 4,5 et 5,5% à l'horizon 2021. Ce qui signifie une moyenne de 5% chaque année. Or, les réalisations sont loin de ce niveau», selon les députés du PAM. La Banque mondiale prévoit un niveau de croissance se situant entre 2 à 3% sur la même échéance, selon les groupes de l'opposition. Pour eux, «le gouvernement manque d'horizon».
D'autant qu'il «n'a pas réussi à atténuer les effets du repli économique». Les députés ont aussi pointé «l'incapacité du gouvernement à atténuer le déficit de la balance commerciale, qui a atteint 189 milliards de DH en 2017 et 206 milliards en 2018». Idem pour le déficit du budget, «plus important que le taux sur lequel s'est engagé l'exécutif, avec 3,72% en 2018, contre 3% dans les prévisions du projet de loi de Finances».
Globalement, l'opposition a déploré le retard accusé par le gouvernement en matière de préparation d'un nouveau modèle de développement. Certains événements, comme les Assises de la fiscalité, devaient se tenir après la mise en place de ce modèle. Car «la réforme fiscale doit s'inscrire dans la logique d'un modèle de société à construire», est-il indiqué.
Le groupe de l'Istiqlal a également mis en garde contre les risques d'interruption du dialogue social. Surtout vu que «certaines décisions hâtives du gouvernement ont impacté négativement des catégories comme les commerçants», selon cette formation.
Crise de confiance
Les groupes parlementaires ont pointé «l'urgence de dépasser la crise de confiance actuelle». Celle-ci est due à «la minimisation du rôle des instances de médiation». Cela devra passer par «un traitement proactif des problèmes cruciaux et d'une interaction positive avec l'opinion publique», selon des députés. Pour les groupes de l'opposition, ce déficit de confiance est lié au comportement du gouvernement, qui «s'abrite derrière un discours hydride, alternant les rôles d'exécutif et d'opposition. Ce qui a impacté négativement la confiance des Marocains dans l'action gouvernementale et des institutions de façon générale».
M.A.M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.