L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    Organisé par AOB Group et l'AMEE : La performance énergétique dans l'hôtellerie en débat    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    CAN 2019 : La CAF prévoit 2 pauses fraîcheur par match    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Saut d'obstacles : Concours officiel de la Garde royale du 28 au 30 juin à Rabat    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le coût social aggrave le déficit budgétaire en 2019    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Journée mondiale des réfugiés    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Médecine : Drôles de carabins !    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Musiques sacrées du monde: Concert «engagé» de Marcel Khalifa    Tourisme: Le Marrakech du Rire fait grimper le baromètre    Habib El Malki en visite à Dublin    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    Dormir devant la télévision fait grossir    Divers    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Bulletin de la CAN    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gouvernement: «Un bilan maigre» pour l'opposition
Publié dans L'Economiste le 26 - 05 - 2019

Les groupes parlementaires, particulièrement de l'opposition, ont attaqué le gouvernement sur plusieurs dossiers, dont «le blocage ayant marqué la formation de la majorité qui avait conduit à rater deux sessions législatives, en plus d'une perte estimée à 22 milliards de DH», selon les députés du PAM (Ph. Bziouat)
Une semaine après l'intervention du chef de gouvernement devant les deux Chambres du Parlement réunies, les groupes parlementaires ont passé au scalpel le bilan à mi-mandat de l'exécutif. Celui-ci est considéré comme «maigre», dans la mesure où le gouvernement «continue de s'endetter, exerce une grande pression sur la classe moyenne et menace la paix sociale», selon les différents groupes de la majorité.
Des critiques ont été également formulées même par des députés de la majorité. Par exemple, le groupe du Rassemblement constitutionnel (RNI et UC) a appelé à «accorder une attention particulière aux dysfonctionnements entachant la mise en œuvre du programme gouvernemental et des plans sectoriels».
Même son de cloche du côté du MP, qui a plaidé en faveur d'un «meilleur contrôle de l'endettement, en plus de la mise en place d'un indice déterminant le niveau de déficit en investissements dans les zones reculées».
Les attaques étaient plus virulentes du côté de l'opposition. Le groupe de l'Istiqlal a remis en cause «l'efficacité de certains chantiers lancés par le gouvernement». Pour ses membres, «l'essentiel du bilan d'étape présenté par le chef du gouvernement est lié à l'adoption de textes législatifs, notamment grâce à l'implication du Parlement».
De son côté, le groupe du PAM a estimé que «la réalité sur le terrain est en rupture avec le discours optimiste du chef du gouvernement». Les députés de cette formation ont mis l'accent sur les conclusions des rapports de la Cour des comptes, ayant pointé «certaines défaillances de gouvernance, le manque de reddition des comptes, en plus du niveau élevé d'endettement sans impact efficient en matière de développement».
Les groupes de l'opposition ont également interpellé El Othmani sur le respect des engagements contenus dans le programme gouvernemental. Cela concerne notamment les indicateurs macroéconomiques. Les groupes du PAM et de l'Istiqlal ont pointé la faiblesse du taux de croissance réalisé durant les premières années du mandat de l'actuel gouvernement.
«L'exécutif s'est engagé sur un taux entre 4,5 et 5,5% à l'horizon 2021. Ce qui signifie une moyenne de 5% chaque année. Or, les réalisations sont loin de ce niveau», selon les députés du PAM. La Banque mondiale prévoit un niveau de croissance se situant entre 2 à 3% sur la même échéance, selon les groupes de l'opposition. Pour eux, «le gouvernement manque d'horizon».
D'autant qu'il «n'a pas réussi à atténuer les effets du repli économique». Les députés ont aussi pointé «l'incapacité du gouvernement à atténuer le déficit de la balance commerciale, qui a atteint 189 milliards de DH en 2017 et 206 milliards en 2018». Idem pour le déficit du budget, «plus important que le taux sur lequel s'est engagé l'exécutif, avec 3,72% en 2018, contre 3% dans les prévisions du projet de loi de Finances».
Globalement, l'opposition a déploré le retard accusé par le gouvernement en matière de préparation d'un nouveau modèle de développement. Certains événements, comme les Assises de la fiscalité, devaient se tenir après la mise en place de ce modèle. Car «la réforme fiscale doit s'inscrire dans la logique d'un modèle de société à construire», est-il indiqué.
Le groupe de l'Istiqlal a également mis en garde contre les risques d'interruption du dialogue social. Surtout vu que «certaines décisions hâtives du gouvernement ont impacté négativement des catégories comme les commerçants», selon cette formation.
Crise de confiance
Les groupes parlementaires ont pointé «l'urgence de dépasser la crise de confiance actuelle». Celle-ci est due à «la minimisation du rôle des instances de médiation». Cela devra passer par «un traitement proactif des problèmes cruciaux et d'une interaction positive avec l'opinion publique», selon des députés. Pour les groupes de l'opposition, ce déficit de confiance est lié au comportement du gouvernement, qui «s'abrite derrière un discours hydride, alternant les rôles d'exécutif et d'opposition. Ce qui a impacté négativement la confiance des Marocains dans l'action gouvernementale et des institutions de façon générale».
M.A.M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.