Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Olympiade internationale de mathématiques. Brillante prestation marocaine    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Le Roi Mohammed VI félicite l'équipe algérienne pour sa victoire    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    La FRMF annonce un nouveau règlement concernant les agents sportifs    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    Meknès : 30 ans de prison pour avoir tué son ami à coups de rasoir    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Terres collectives: Le dispositif bientôt en plénière    La lune et le doigt    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Eliminatoires de la CAN 2021    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Grogne à la CGEM    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Communiqué du Bureau politique du PPS    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    Bouillon de culture    La syphilis regagne du terrain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Francophonie parlementaire: El Malki donne le la
Publié dans L'Economiste le 18 - 06 - 2019

Habib El Malki a mis les petits plats dans les grands. Pour la 27e assemblée régionale Afrique de l'Assemblée parlementaire de la francophonie (APF), tenue les 14 et 15 juin à Rabat, le président de la Chambre des représentants a mobilisé tout le staff pour que cette rencontre, consacrée à l'intégration économique et le parlementarisme dans le continent, soit une réussite.
Après les deux journées de travail à Rabat, les parlementaiures africains ont eu droit à une visite guidée de la ville de Fès. Pour le président, la complémentarité des deux thèmes est évidente: l'édification des espaces économiques intégrés est conditionnée par la stabilité, la paix, la consolidation de l'Etat de droit et d'institutions jouissant de la légitimité populaire.
L'ancien ministre a rappelé que cette session se tient deux semaines après l'entrée en vigueur de l'accord sur la Zone de libre-échange continentale (ZLEC). Il s'agit d'une grande avancée pour les économies africaines et aussi pour nos peuples qui aspirent à un avenir meilleur avec la création d'un espace commun de libre circulation des biens, des personnes, des services, favorable à l'émergence d'un contexte plus attractif pour les investissements. Cet évènement est «l'aboutissement d'étape de plusieurs exemples d'intégration économique régionale», a souligné le président.
Au cours de son intervention d'ouverture, Habib El Malki a livré à ses collègues députés de 26 pays membres de cette assemblée, en plus de représentants d'institutions régionales, une analyse originale de la crise de la démocratie en Occident. «Nous n'adhérons pas au constat qui suppose la fin de la démocratie telle qu'est pratiquée dans les pays à maturité institutionnelle.
Cependant, nous sommes convaincus que la crise de représentation doit nous interpeller pour tirer le maximum d'enseignements». Il s'agit de prouver que les démocraties du sud, particulièrement en Afrique, continent émergent, peuvent dégager de nouveaux horizons et jeter les bases de nouvelles formes de représentation institutionnelle, incarnée par les parlements, comme pierre angulaire de toute édification démocratique et fondement de stabilité. Car, s'il y a une crise de la démocratie en Occident, pour nous, c'est une opportunité pour tirer tous les enseignements possibles en vue de la rendre plus adaptée aux besoins des peuples africains.
«Nous n'héritons pas de la terre
de nos enfants, nous l'empruntons à nos enfants»
«Chez nous, elle doit être une opportunité pour mieux adapter les valeurs, les normes et les mécanismes démocratiques. Car le vide institutionnel ne conduit et ne pourra conduire qu'au chaos et à l'anarchie. Il ne peut mener que vers l'incertitude», a martelé le président du conseil national de l'USFP, qui a conclu par une célèbre phrase de Léopold Sedar Senghor: «Nous n'héritons pas de la terre de nos enfants, nous l'empruntons à nos enfants».
Habib El Malki est relayé par Mohcine Jazouli, ministre en charge de la Coopération africaine. Pour lui, la francophonie n'est pas exclusivement géographique, ni même purement linguistique. Elle se veut avant tout une philosophie, une vision du monde et un espace de solidarité qui promeut le métissage culturel pour construire la civilisation de l'universel.
«Cette francophonie peut participer à porter le décollage du continent. Il revient aux femmes et aux hommes politiques et aux législateurs de lui donner du sens et du contenu», a indiqué le ministre. Ce dernier a fait état d'une volonté commune de construire une francophonie efficace au niveau économique et apte politiquement à apporter des réponses aux attentes du continent. Selon lui, le renforcement de la dynamique régionale et l'intégration africaine restent une nécessité impérieuse pour unir le continent africain et renforcer sa place sur la scène internationale.
En tout cas, cette session a été marquée par l'examen de plusieurs points à l'ordre du jour, dont notamment la présentation d'un rapport sur le programme digital de l'Assemblée parlementaire de la francophonie. Les participants planchent aussi sur les préparatifs de la 45e session de l'Assemblée parlementaire de la francophonie et la neuvième session du Parlement francophone des jeunes qui se tiendra en juillet prochain à Abidjan.
Au-delà des discours d'ouverture, l'intégration économique régionale a été au cœur des préoccupations des parlementaires. Pour beaucoup d'entre eux, elle est une condition essentielle pour la libre circulation des personnes et des marchandises en Afrique. Il leur revient aussi de défendre le projet d'intégration globale du marché africain. Cette nécessité suppose d'éliminer les barrières tarifaires afin d'augmenter le volume des échanges commerciaux.
Sécurité du Sahel
L'autre question abordée par les parlementaires a porté sur l'examen de la situation politique et sécuritaire en Afrique francophone, particulièrement dans la région du Sahel. En effet, pour un participant, l'Assemblée demeure «déterminée à poursuivre ses efforts de paix dans cette région en accentuant ses activités de vigilance démocratique, de prévention et de règlement des conflits». Selon lui, la coopération internationale dans la lutte contre le terrorisme s'avère plus que nécessaire au regard de la menace sécuritaire qui pèse sur cette région, nécessitant l'ouverture d'un débat sérieux sur le développement régional dans cette partie du continent africain. Il a également insisté sur l'importance de poursuivre les concertations internationales sur le G5 Sahel, de manière à appuyer les efforts de cette structure tout en se focalisant sur des actions concrètes de développement dans cette partie du continent.
Dans le monde
Selon l'Organisation internationale de la francophonie, en 2018, le français est la cinquième langue la plus parlée au monde avec 300 millions de locuteurs représentant 4% de la population mondiale (une personne sur 26), dont 235 millions en faisant un usage quotidien représentant 3,2% de la population mondiale (une personne sur 32). Le nombre de francophones approchera les 700 millions en 2050 soit 8% de la population mondiale (1 personne sur 12), et 85% de ces francophones seront en Afrique.
La dynamique africaine, selon l'OIF, trouve ses origines au croisement de la vitalité démographique et des progrès de la scolarisation sur ce continent, et elle devrait continuer à faire sentir positivement ses effets sur la progression de la langue française dans les années qui viennent.
M.C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.