Asilah : Inauguration de la nouvelle gare routière    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Tournoi féminin UNAF : Victoire du Maroc face à la Tanzanie    Basket-ball : La sélection nationale s'incline en amical face à l'Algérie    La FRMF réduit la sanction de l'AS FAR    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Sanctions contre Manchester City: Guardiola va-t-il claquer la porte ?    New York : le Maroc organise au siège de l'ONU un événement sur l'arganier    La CSMD à l'écoute des Marocains de France    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    Conseil de gouvernement : La sécurité sociale au menu    Chômage au Maroc: les derniers chiffres du HCP    Port Tanger Med 2 : APM Terminals dépasse son 1er million d'EVP traités    CMA CGM s'engage dans l'accompagnement des start-ups    Dortmund de Haaland et Hakimi s'offre le PSG de Neymar    Données personnelles, les fortes recommandations de la CNDP et de la BM    À Meknès, un mur ismaïlien sacrifié sur l'autel de chantiers bâclés du PJD    Allemagne : deux attaques visant des bars font neuf morts près de Francfort    Elections régionales allemandes: Alliance Droite-Extrême droite    L'inventeur du « copier-coller » est mort    Météo Maroc: nuages instables avec averses orageuses ce jeudi    Coronavirus: le point sur la situation en Chine    Ministère de la Justice : la liberté provisoire accordée au Koweïtien poursuivi pour viol fait suite à une décision judiciaire    Quelque 170 étudiants marocains participent à New York au programme «Jeunes ambassadeurs aux Nations unies»    Bloomberg sous le feu de ses rivaux lors d'un débat démocrate tendu    Le plafond de verre de l'attentisme a éclaté    Réalité virtuelle: Et si les universités numérisaient le patrimoine architectural?    Tunisie: la composition du nouveau gouvernement annoncée (VIDEO)    Casillas prend sa retraite sportive    La Bundesliga dépasse les 4 Mds de chiffre d'affaires    Issue de parité entre Khouribguis et Mesfiouis    Divers Economie    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    Transparence : L'indice d'opacité financière 2020 fait état de progrès dans le domaine de la transparence mondiale (1/2)    Luis Martinez : Au-delà du "Hirak", il y a la crise économique qui vient    De l'urgence de la réforme du système électoral    10 000 pas par jour n'empêchent pas la prise de poids    Insolite : Accouplement de serpents    Débarquement au Japon des passagers du paquebot Diamond Princess    La régularité du dialogue politique entre le Royaume et le Pérou mise en relief    Divers    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de plus de 36,5 MMDH en 2019    Aït ben Haddou : "Game of Thrones" aux portes du désert marocain    La 70ème Berlinale sous le signe du politique et de la diversité    L'album engagé du rappeur Dave rafle la mise aux Brit Awards    Cash Plus accompagne le groupe Fnaire pour leur 20 ans de carrière à Paris    La pièce «Daïf Al Ghafla» présentée à Bruxelles    Nouveau coup de filet en Turquie contre le mouvement du prédicateur Gülen    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Francophonie parlementaire: El Malki donne le la
Publié dans L'Economiste le 18 - 06 - 2019

Habib El Malki a mis les petits plats dans les grands. Pour la 27e assemblée régionale Afrique de l'Assemblée parlementaire de la francophonie (APF), tenue les 14 et 15 juin à Rabat, le président de la Chambre des représentants a mobilisé tout le staff pour que cette rencontre, consacrée à l'intégration économique et le parlementarisme dans le continent, soit une réussite.
Après les deux journées de travail à Rabat, les parlementaiures africains ont eu droit à une visite guidée de la ville de Fès. Pour le président, la complémentarité des deux thèmes est évidente: l'édification des espaces économiques intégrés est conditionnée par la stabilité, la paix, la consolidation de l'Etat de droit et d'institutions jouissant de la légitimité populaire.
L'ancien ministre a rappelé que cette session se tient deux semaines après l'entrée en vigueur de l'accord sur la Zone de libre-échange continentale (ZLEC). Il s'agit d'une grande avancée pour les économies africaines et aussi pour nos peuples qui aspirent à un avenir meilleur avec la création d'un espace commun de libre circulation des biens, des personnes, des services, favorable à l'émergence d'un contexte plus attractif pour les investissements. Cet évènement est «l'aboutissement d'étape de plusieurs exemples d'intégration économique régionale», a souligné le président.
Au cours de son intervention d'ouverture, Habib El Malki a livré à ses collègues députés de 26 pays membres de cette assemblée, en plus de représentants d'institutions régionales, une analyse originale de la crise de la démocratie en Occident. «Nous n'adhérons pas au constat qui suppose la fin de la démocratie telle qu'est pratiquée dans les pays à maturité institutionnelle.
Cependant, nous sommes convaincus que la crise de représentation doit nous interpeller pour tirer le maximum d'enseignements». Il s'agit de prouver que les démocraties du sud, particulièrement en Afrique, continent émergent, peuvent dégager de nouveaux horizons et jeter les bases de nouvelles formes de représentation institutionnelle, incarnée par les parlements, comme pierre angulaire de toute édification démocratique et fondement de stabilité. Car, s'il y a une crise de la démocratie en Occident, pour nous, c'est une opportunité pour tirer tous les enseignements possibles en vue de la rendre plus adaptée aux besoins des peuples africains.
«Nous n'héritons pas de la terre
de nos enfants, nous l'empruntons à nos enfants»
«Chez nous, elle doit être une opportunité pour mieux adapter les valeurs, les normes et les mécanismes démocratiques. Car le vide institutionnel ne conduit et ne pourra conduire qu'au chaos et à l'anarchie. Il ne peut mener que vers l'incertitude», a martelé le président du conseil national de l'USFP, qui a conclu par une célèbre phrase de Léopold Sedar Senghor: «Nous n'héritons pas de la terre de nos enfants, nous l'empruntons à nos enfants».
Habib El Malki est relayé par Mohcine Jazouli, ministre en charge de la Coopération africaine. Pour lui, la francophonie n'est pas exclusivement géographique, ni même purement linguistique. Elle se veut avant tout une philosophie, une vision du monde et un espace de solidarité qui promeut le métissage culturel pour construire la civilisation de l'universel.
«Cette francophonie peut participer à porter le décollage du continent. Il revient aux femmes et aux hommes politiques et aux législateurs de lui donner du sens et du contenu», a indiqué le ministre. Ce dernier a fait état d'une volonté commune de construire une francophonie efficace au niveau économique et apte politiquement à apporter des réponses aux attentes du continent. Selon lui, le renforcement de la dynamique régionale et l'intégration africaine restent une nécessité impérieuse pour unir le continent africain et renforcer sa place sur la scène internationale.
En tout cas, cette session a été marquée par l'examen de plusieurs points à l'ordre du jour, dont notamment la présentation d'un rapport sur le programme digital de l'Assemblée parlementaire de la francophonie. Les participants planchent aussi sur les préparatifs de la 45e session de l'Assemblée parlementaire de la francophonie et la neuvième session du Parlement francophone des jeunes qui se tiendra en juillet prochain à Abidjan.
Au-delà des discours d'ouverture, l'intégration économique régionale a été au cœur des préoccupations des parlementaires. Pour beaucoup d'entre eux, elle est une condition essentielle pour la libre circulation des personnes et des marchandises en Afrique. Il leur revient aussi de défendre le projet d'intégration globale du marché africain. Cette nécessité suppose d'éliminer les barrières tarifaires afin d'augmenter le volume des échanges commerciaux.
Sécurité du Sahel
L'autre question abordée par les parlementaires a porté sur l'examen de la situation politique et sécuritaire en Afrique francophone, particulièrement dans la région du Sahel. En effet, pour un participant, l'Assemblée demeure «déterminée à poursuivre ses efforts de paix dans cette région en accentuant ses activités de vigilance démocratique, de prévention et de règlement des conflits». Selon lui, la coopération internationale dans la lutte contre le terrorisme s'avère plus que nécessaire au regard de la menace sécuritaire qui pèse sur cette région, nécessitant l'ouverture d'un débat sérieux sur le développement régional dans cette partie du continent africain. Il a également insisté sur l'importance de poursuivre les concertations internationales sur le G5 Sahel, de manière à appuyer les efforts de cette structure tout en se focalisant sur des actions concrètes de développement dans cette partie du continent.
Dans le monde
Selon l'Organisation internationale de la francophonie, en 2018, le français est la cinquième langue la plus parlée au monde avec 300 millions de locuteurs représentant 4% de la population mondiale (une personne sur 26), dont 235 millions en faisant un usage quotidien représentant 3,2% de la population mondiale (une personne sur 32). Le nombre de francophones approchera les 700 millions en 2050 soit 8% de la population mondiale (1 personne sur 12), et 85% de ces francophones seront en Afrique.
La dynamique africaine, selon l'OIF, trouve ses origines au croisement de la vitalité démographique et des progrès de la scolarisation sur ce continent, et elle devrait continuer à faire sentir positivement ses effets sur la progression de la langue française dans les années qui viennent.
M.C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.