Le PPS condamne l'agression sioniste contre la Palestine    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Les assassinats ciblés se poursuivent à Gaza    La Bolivie après le départ d'Evo Morales…    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    Mondiaux de para-athlétisme à Dubaï : Cinq médailles pour le Maroc, dont une en or    Espèces menacées d'extinction. Saisie de 1.680 chardonnerets à Oujda    Des professionnels discutent des moyens de promouvoir l'aviculture à Souss-Massa    Etats-Unis: Fusillade dans la cour du lycée, deux élèves tués et trois blessés    Rêves brisés    L'importance de la diplomatique judiciaire au centre d'un colloque à Dakhla    Réforme des CRI Nomination de 6 nouveaux directeurs    L'ANAM prend des initiatives pour le remboursement des actes de prévention contre le diabète    Maroc-Nigeria. Des échanges commerciaux encore faibles    Karima Benyaich : le Maroc est le plus attractif pour l'investissement en Afrique    Cliniques privées L'ANCP assume le «noir    Liban : accord pour nommer Mohammad Safadi premier ministre    MEDays 2019 : L'Afrique face aux défis de la ZLECA    La Chambre des représentants adopte à la majorité le PLF 2020    Edito : Incontournable    Trophées Lalla Hasnaa du littoral durable 2019 : 24 projets récompensés    Tibu lance l'enseignement des sciences par le sport    Repérez les personnes toxiques au bureau    Concert: Roméo et Juliette en tournée au Maroc    Le rôle de l'institution législative dans l'exception d'inconstitutionnalité des lois débattu à Rabat    Coopération maroco-libyenne dans le domaine législatif    Prochaine ouverture à Laâyoune d'un consulat général des Iles Comores    Wenger nommé directeur du développement du football mondial    Suspension de Bernardo Silva    Libre opinion : Yahia Jabrane a craché en direction de l'arbitre    Une banque publique peut-elle aider les plus pauvres?    Abdellatif Jouahri : La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation    Data Protect signe un protocole de partenariat avec Trans-Sahara IT    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    Appel à l'élaboration d'une feuille de route nationale pour promouvoir des alternatives au placement institutionnel des enfants    Tsitsipas en demie, Nadal toujours en vie au Masters de Londres    La Russie aménage une base militaire dans le nord-est syrien    La philosophie n'est pas une réflexion aride réservée à des élites intellectuelles    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Brahim El Mazned invité du Forum de la MAP le mardi 19 novembre    Guelmim: arrestation de trois personnes pour organisation de l'immigration clandestine    Race désert marathon : Une 4ème édition en trois étapes    La cigarette électronique enfin réglementée et fiscalisée    Mondiaux de para-athlétisme: Cinq médailles, dont une en or pour le Maroc    L'Association enfance et découverte présente son nouveau programme digital pour enfants !    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tourisme: Le Marrakech du Rire fait grimper le baromètre
Publié dans L'Economiste le 19 - 06 - 2019

Pour la soirée de gala, Jamel et ses amis ont enchanté les spectateurs: Ci-dessus, Jamel avec Bigflo & Oli, rappeurs français (Ph. Marrakech du rire)
A un moment où les destinations touristiques mènent une course acharnée pour un positionnement de distinction, les retombées médiatiques que fédère le Marrakech du Rire (MDR) sont importantes. En chiffres, le festival accueille chaque année quelque 80.000 festivaliers et est retransmis par les télévisions françaises et marocaines, totalisant 70 millions de téléspectateurs.
L'impact existe aussi pour les hôtels puisque le festival génère plusieurs centaines de nuitées et des trajets en avion grâce aux artistes et aux spectateurs marocains qui se déplacent pour l'occasion. Cette 9e édition, qui a plié bagage après une semaine de fous rires et un gala orchestré par Jamel Debbouze, a tenu ses promesses.
Ce rendez-vous d'humour, partagé par les deux rives de la Méditerranée, a offert aux différents publics des spectacles collectifs des plus hilarants. Et c'est par la scène arabophone que le festival a ouvert le bal. La troupe de Taliss, Humouraji, a assuré le gala d'ouverture au palais Badii, remplaçant Eko et ses amis. Le groupe Humouraji réunit un panel d'artistes comédiens confirmés comme Rachid Rafik, Hamza Filali, Yassar ou encore Kamar Saadaoui et de jeunes talents.
Autre gala qui a marqué le festival, celui de la scène africaine installée depuis 3 ans maintenant. Cette année, Amoutati en maître de cérémonie était entouré de Michel Gohou, Digbeu, les Nyotas... Il y a eu aussi des spectacles solos assurés tout au long du festival par Marion Mezadorian, Jalil Tijani ou encore Malik Bentalha. Cet habitué du festival du rire à Marrakech a accompagné le festival depuis ses débuts. Il s'est produit pour la première fois en 2011, puis en 2013, 2014 et 2018.
Pour la neuvième édition de ce festival, il a été le premier artiste solo à avoir été programmé au palais Badii. Le dernier artiste en solo était Booder avec son one-man-show «Booder is back», un spectacle vivant qui bouge tous les soirs où l'improvisation à la part belle.
Sans oublier la masterclass du rire, orchestrée par Oscar Sisto, qui contribue à l'éclosion de la scène humoristique marocaine. L'édition 2019 se voulait dédiée aux jeunes talents car le festival ne pourra évoluer qu'à travers ces jeunes humoristes du Maroc et d'Afrique, insiste Jamel.
Et pour plus de spectacles, le festival a programmé cette année deux films Toys Story 4 où Jamel donne la voix à Ducky et «Jusqu'ici tout va bien» de Mohamed Hamidi. Si, faute de moyens, la parade et le charity football game ne sont plus au programme, Jamel promet pour bientôt un carnaval. Quant au gala de clôture, le succès était tel que les artistes y ont joué deux fois, et toujours à guichets fermés.
En effet, les places se sont vendues plusieurs mois à l'avance. Sur scène et aux côtés de Jamel, ses invités, des humoristes internationaux comme Florence Foresti, Ary Abittan, ou encore Waly Dia. Des amis du MDR qui ont toujours soutenu le festival en participant au gala de clôture.
Ce furent de très belles rencontres qui, pour l'occasion, ont réussi à offrir une belle promotion à Marrakech sur les chaînes de télévision. Et cerise sur le gâteau, les organisateurs ont enfin réussi à trouver l'équilibre financier tant attendu. «Même si le festival coûte très cher à fabriquer», conclut Jamel.
Badra BERISSOULE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.