« Mondafrique » revient sur les grandes avancées diplomatiques du Maroc pour régler la question du Sahara    Trump reçoit Netanyahu avec un plan de paix « déjà mort »    Bolton Claim Set to Scramble Impeachment Proceedings    Comme son père, pionnier et visionnaire    Evolution structurelle de l'économie nationale    Marathon international de Marrakech : Hicham Laqouahi pulvérise le record    Scène culturelle: la guerre des communiqués…    Mahi Binebine: «On donne de nous un triste spectacle !»    Soirée caritative au profit des enfants atteints d'un cancer    Soutien, assistance, financement… La FM6CS dresse le bilan de ses 9 ans d'action au profit des champions sportifs    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad et le Raja accèdent aux quarts de finale    Le marché de tabac a rapporté 11,34 MMDH au Trésor en 2019    Huawei: Londres s'apprête à trancher sous la pression de Washington    NBA Superstar Kobe Bryant Dies in Helicopter Crash    NBA: Kobe Bryant en chiffres    L'initiative «100 jours, 100 villes» du RNI fait escale à Asilah    Les litiges relèvent désormais de la compétence des TPI    Le PPS perd un de ces doyens    Banque d'affaires: Les russes de Renaissance Capital tâtent le terrain    Algérie : après un an, la contestation populaire unit ses forces vives    «La confiance de Sefrioui dans Addoha est un signal positif»    Les jeunes et le discours religieux contemporain    Le sud-africain Aspen Pharmacare veut se développer au Maroc    La HACA à l'édition 2020 du Salon de la radio et de l'audio-digital à Paris    Point de vue : Dire pour construire et non dire pour détruire    Le groupe Addoha intensifie ses investissements au Ghana    Les nageurs meknassis se positionnent sur le podium du Championnat d'hiver de Meknès    CAN Futsal 2020 : L'Île Maurice a déja réussi sa CAN    Mission multi-sectorielle sur les mines et industries extractives à Nouakchott    Coronavirus : Aucun cas enregistré au Maroc    Nous sommes tous Nour    Chute d'obus de mortier sur l'Est de Tripoli : Un Marocain tué    CGEM-DGI : CGEM-DGI Une rencontre de communication sur les dispositions de la loi de Finances 2020    Produits impropres à la consommation : Près de 18.000 tonnes détruites en 2019    Une baisse du marché sans impact sur les recettes fiscales    L'épidémie de coronavirus est partie d'un marché à Wuhan en Chine    Abdelaziz Barrada rejoint les Lusitanos Saint-Maur    Edito : Triste déballage    Voici le temps qu'il fera ce lundi    Harvey Weinstein avait une "liste rouge" des femmes susceptibles de le dénoncer    Noureddine Saïl à Dakar : "Il faut multiplier les productions cinématographiques nationales afin de promouvoir le cinéma africain"    Le Roi félicite le Gouverneur général d'Australie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Brexit : l'UE nomme un ambassadeur auprès du Royaume-Uni    Coronavirus : Voici les pays touchés    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Piers Faccini, le maître de la complainte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conférence de Bahreïn: L'illusion du «plan de paix»
Publié dans L'Economiste le 26 - 06 - 2019

La conférence sur le développement palestinien, co-organisée par les Etats-Unis, débutera ce mardi 25 juin à Bahreïn. Elle pourrait permettre à Washington de rapprocher ses alliés du Golfe et Israël au moment où montent les tensions avec leur ennemi commun, l'Iran.
L'Autorité palestinienne boycotte cette réunion, baptisée «De la paix à la prospérité», à laquelle participent en revanche les puissances régionales du Golfe, l'Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis. Les Etats-Unis présenteront au cours de cette conférence le volet économique de leur plan de paix pour le Proche-Orient, attendu depuis longtemps. Les Israéliens ont annoncé leur participation mais n'ont pas précisé s'ils allaient envoyer une délégation officielle ou simplement des hommes d'affaires à Bahreïn, pays avec lequel ils n'ont pas de relations diplomatiques.
Pour Hussein Ibish, chercheur à l'Arab Gulf States Institute de Washington, les pays du Golfe «ont bien conscience qu'une conférence sur le développement palestinien sans les Palestiniens et sans participation officielle d'Israël est ridicule».
«Je pense qu'ils veulent surtout obtenir des bons points de la part de l'administration Trump, spécialement en ces temps de tension avec l'Iran», a-t-il assuré. L'équipe américaine, emmenée par le conseiller du président américain Jared Kushner, va révéler les détails de son plan économique. L'administration Trump a indiqué samedi qu'elle espérait lever plus de 50 milliards de dollars et créer un million d'emplois pour les Palestiniens en dix ans. Les dirigeants palestiniens sont néanmoins extrêmement suspicieux à l'égard de Jared Kushner, un ami de la famille Netanyahu, qui a reconnu Jérusalem comme capitale de l'Etat hébreu.
Ainsi, en l'absence des principaux intéressés, la conférence ne devrait pas parvenir à des résultats tangibles, estiment les experts. Cela permettra à l'administration américaine de tenter de rapprocher les Etats du Golfe de leur allié principal dans la région, Israël, dans le cadre d'une alliance anti-iranienne. «Si vous voulez unir tout le monde contre l'Iran, vous devez faire avancer le processus de paix entre Israël et les Palestiniens», estime pour sa part Yoel Guzansky, ancien directeur de la section «pays du Golfe» au Conseil national de sécurité israélien.
Israël a intensifié l'an dernier ses efforts en vue de resserrer ses liens avec les pays du Golfe, sans toutefois l'admettre officiellement. En octobre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a fait sa première visite à Oman. Quelques jours plus tard, la ministre israélienne des Sports Miri Regev a visité la fameuse mosquée Cheikh Zayed à Abou Dhabi, alors que le ministre israélien des Communications, Ayoub Kara, prononçait un discours à une conférence à Dubaï.
Le prince héritier d'Arabie Saoudite Mohammed ben Salmane avait quant à lui déclaré lors d'un entretien avec un journal américain que les Israéliens, tout comme les Palestiniens, «ont le droit de posséder leur propre terre»
Des responsables américains ont laissé entendre que le plan de paix final, qui ne devrait pas être révélé avant le mois de novembre, pourrait ne pas mentionner la création d'un Etat palestinien indépendant. Cela rompt avec la ligne suivie par la diplomatie américaine ces dernières décennies. Le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré que «la situation économique ne doit pas être débattue avant qu'il y ait une discussion sur la situation politique».
Des manifestations contre le «congrès de la honte» à Rabat
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dimanche 23 juin à Rabat pour protester contre la conférence de Bahreïn. La «Marche du peuple marocain contre le congrès de la honte» était organisée à l'appel de l'Association marocaine de soutien au peuple palestinien avec des appuis divers, tels qu'Al adl wal Ihsane au PJD, en passant par la Fédération de la gauche démocratique (FGD) et l'Istiqlal. Des slogans visaient les «régimes arabes traitres», décrits comme «des alliés du sionisme», tandis que des banderoles affirmaient: «Le peuple marocain refuse toute participation au congrès de Bahreïn». La Maison Blanche a indiqué la semaine dernière que le Maroc serait présent à la conférence. Mais, jusque-là, le Royaume n'a rien confirmé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.