Bras de fer autour de Mellilia    La HACA sévit contre les dérapages : Carton rouge pour Radio Mars    Projet de loi organique sur la grève. L'impasse !    Procédure pénale. Aujjar livre sa copie    Sacré Maroc (12)    Habib El Malki invité à participer à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Commonwealth    Le premier vice-président de la Chambre des conseillers décoré    Le Maroc primé à Libreville pour ses efforts en faveur de l'autonomisation de la femme    Maroc : 74% des ménages équipés en accès internet    Compact II : La CGEM et le MCA-Morocco main dans la main    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: Les chiffres montrent une nouvelle piste pour l'inclusion    Trésor: 4,6 milliards de DH de dividendes à fin juin    Al Omrane et le CNRST s'allient pour promouvoir la recherche en matière d'habitat    Commission des investissements : 9 projets à l'étude pour 5 MMDH    Hausse historique de 26,54% :Transport aérien : Plus de deux millions de passagers en juin    Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert    Trump se défend de tout racisme, silence des leaders républicains    Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement européen    La géopolitique du Maroc dans un nouvel ordre mondial en crise    L'Egypte expulse des supporters algériens après la demi-finale de la CAN    Au moins 180 morts de la mousson en Asie du Sud    Une délégation d'éminents hommes d'affaires africains en visite au Maroc    PSA augmente de 4,7% sa part de marché au Maroc    France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie    L'organisation des Jeux Africains est un défi pour le Maroc, dixit Talbi Alami    Achraf Bencherki rejoint le Zamalek    La décision du TAS avant la fin du mois en cours    La FRMF dément la démission de Hervé Renard    Karaté. Le Maroc champion d'Afrique    L'Algérie mobilise 28 avions pour la finale    Un ancien footballeur sud-africain tué par balles    Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion    La loi-cadre de l'enseignement adoptée en commission parlementaire    Des braqueurs de camions sous les verrous    La plage Ba Kassem à Tanger hisse le Pavillon bleu pour la septième année consécutive    Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: A 33 contre 28, les jeux arrivent devant les espaces verts    Résultats du Bac: Nouveau record!    Le Groupe scolaire Jacques Chirac homologué    Rendez-vous, ce soir, avec l'éclipse lunaire    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    Il était une fois Hassan Megri    L'actrice Lashana Lynch va devenir l'agent 007 mais James Bond reste un homme    De l'urgence d'un plan «Maroc Culture»    The «Morocco Corner» s'invite chez les Vikings    Vers la création d'une Caisse sociale pour les auteurs    Farid Chamekh : "Il faut s'inspirer de tout, sans plagier bien sûr"    Le Maroc, invité d'honneur de la Foire internationale du livre de Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conférence de Bahreïn: L'illusion du «plan de paix»
Publié dans L'Economiste le 26 - 06 - 2019

La conférence sur le développement palestinien, co-organisée par les Etats-Unis, débutera ce mardi 25 juin à Bahreïn. Elle pourrait permettre à Washington de rapprocher ses alliés du Golfe et Israël au moment où montent les tensions avec leur ennemi commun, l'Iran.
L'Autorité palestinienne boycotte cette réunion, baptisée «De la paix à la prospérité», à laquelle participent en revanche les puissances régionales du Golfe, l'Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis. Les Etats-Unis présenteront au cours de cette conférence le volet économique de leur plan de paix pour le Proche-Orient, attendu depuis longtemps. Les Israéliens ont annoncé leur participation mais n'ont pas précisé s'ils allaient envoyer une délégation officielle ou simplement des hommes d'affaires à Bahreïn, pays avec lequel ils n'ont pas de relations diplomatiques.
Pour Hussein Ibish, chercheur à l'Arab Gulf States Institute de Washington, les pays du Golfe «ont bien conscience qu'une conférence sur le développement palestinien sans les Palestiniens et sans participation officielle d'Israël est ridicule».
«Je pense qu'ils veulent surtout obtenir des bons points de la part de l'administration Trump, spécialement en ces temps de tension avec l'Iran», a-t-il assuré. L'équipe américaine, emmenée par le conseiller du président américain Jared Kushner, va révéler les détails de son plan économique. L'administration Trump a indiqué samedi qu'elle espérait lever plus de 50 milliards de dollars et créer un million d'emplois pour les Palestiniens en dix ans. Les dirigeants palestiniens sont néanmoins extrêmement suspicieux à l'égard de Jared Kushner, un ami de la famille Netanyahu, qui a reconnu Jérusalem comme capitale de l'Etat hébreu.
Ainsi, en l'absence des principaux intéressés, la conférence ne devrait pas parvenir à des résultats tangibles, estiment les experts. Cela permettra à l'administration américaine de tenter de rapprocher les Etats du Golfe de leur allié principal dans la région, Israël, dans le cadre d'une alliance anti-iranienne. «Si vous voulez unir tout le monde contre l'Iran, vous devez faire avancer le processus de paix entre Israël et les Palestiniens», estime pour sa part Yoel Guzansky, ancien directeur de la section «pays du Golfe» au Conseil national de sécurité israélien.
Israël a intensifié l'an dernier ses efforts en vue de resserrer ses liens avec les pays du Golfe, sans toutefois l'admettre officiellement. En octobre, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a fait sa première visite à Oman. Quelques jours plus tard, la ministre israélienne des Sports Miri Regev a visité la fameuse mosquée Cheikh Zayed à Abou Dhabi, alors que le ministre israélien des Communications, Ayoub Kara, prononçait un discours à une conférence à Dubaï.
Le prince héritier d'Arabie Saoudite Mohammed ben Salmane avait quant à lui déclaré lors d'un entretien avec un journal américain que les Israéliens, tout comme les Palestiniens, «ont le droit de posséder leur propre terre»
Des responsables américains ont laissé entendre que le plan de paix final, qui ne devrait pas être révélé avant le mois de novembre, pourrait ne pas mentionner la création d'un Etat palestinien indépendant. Cela rompt avec la ligne suivie par la diplomatie américaine ces dernières décennies. Le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré que «la situation économique ne doit pas être débattue avant qu'il y ait une discussion sur la situation politique».
Des manifestations contre le «congrès de la honte» à Rabat
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dimanche 23 juin à Rabat pour protester contre la conférence de Bahreïn. La «Marche du peuple marocain contre le congrès de la honte» était organisée à l'appel de l'Association marocaine de soutien au peuple palestinien avec des appuis divers, tels qu'Al adl wal Ihsane au PJD, en passant par la Fédération de la gauche démocratique (FGD) et l'Istiqlal. Des slogans visaient les «régimes arabes traitres», décrits comme «des alliés du sionisme», tandis que des banderoles affirmaient: «Le peuple marocain refuse toute participation au congrès de Bahreïn». La Maison Blanche a indiqué la semaine dernière que le Maroc serait présent à la conférence. Mais, jusque-là, le Royaume n'a rien confirmé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.