Comment les ménages de l'informel peuvent bénéficier de l'aide du gouvernement    Covid-19 au Maroc: le bilan grimpe à 345 cas, 23 décès    Global Engines fait don de 25 ambulances Hyundai    La médecine militaire à la rescousse    La valeur ajoutée de la médecine militaire    Le Conseil de gouvernement adopte des projets de décret suspendant la perception du droit d'importation sur le blé dur et certaines légumineuses    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    La DGI présente les mesures de report des échéances fiscales    2 MMDH pour le renforcement du dispositif médical    Une palette de mesures pour alléger l'impact du déficit pluviométrique    Intelaka : BCP a déjà financé 373 dossiers pour 65 MDH    Décès de Hassan Ghazoui: Les condoléances du SG du PPS    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    La vie de Fatima Mernissi au grand écran prochainement    Coronavirus : Fine Hygienic Holding et Dislog Group offrent des produits d'hygiène    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Un autre monde à imaginer et à construire    Décès de Hidalgo, l'homme qui ravivé le football français    Etat d'urgence sanitaire: Maroc Telecom pleinement mobilisé    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    Botswana: un Marocain de 23 ans attaqué par un éléphant    Coronavirus : Tour d'horizon des mesures prises dans le monde    Le premier ministre britannique testé positif au Covid-19    Le Coronavirus contraint Poutine à reporter sa réforme constitutionnelle…    Services marchands non financiers et commerce de gros : Les chefs d'entreprises moins confiants    Abdelhak Nouri se réveille après 2 ans et 9 mois passés dans le coma    A Berrechid : 88 flacons de faux désinfectants saisis    Coronavirus au Maroc: “Damane Oxygene” pour appuyer les entreprises impactées    Le Roi félicite le Président du Bangladesh à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Enseignement: vers une année blanche au Maroc ?    Coronavirus - USA: Ce que prévoit le vaste plan de relance    Faute de recettes, les clubs de foot menacés de faillite    Le Covid-19 compromet les chances de la tenue de la CAN 2021 et des compétitions interclubs    Les coureurs cyclistes marocains adoptent le "Home-trainer"    La divulgation de l'identité d'un malade fait des vagues    Réunion virtuelle du G7    Coronavirus : Sueurs froides dans un 7ème art, contraint de s'adapter    Journée mondiale du théâtre, une occasion de promouvoir le "père des arts" à travers le monde    Le très beau geste de Jenifer envers le personnel soignant    Notes virales… en attendant qu'elles deviennent vitales    Mali : le chef de l'opposition, Soumaïla Cissé a bel et bien été enlevé    Nouvelle-Zélande : le tueur des mosquées plaide coupable    Marrakech : La Fondation Jardin Majorelle adhère aux efforts visant la lutte contre le Coronavirus    Le coronavirus arrive au Mali, Boubacar Keïta annonce l'état d'urgence sanitaire    La croissance annuelle des coûts de la main d'œuvre ressort à 2,4% dans la zone euro    Driss Lachguar salue la vision proactive de S.M le Roi, la responsabilité des citoyens et la mobilisation des institutions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une saga nommée «Megri»
Publié dans L'Economiste le 17 - 07 - 2019

L'aventure commence en 1957 avec la naissance du premier duo des frères Megri: Hassan et Mahmoud. 1960 voit la création officielle du groupe «Megri», qui intègre la sœur Jalila, surnommée alors la «Fairouz du Maghreb», que rejoindra plus tard le benjamin Younes (Ph. DR)
Il y a eu «Ya mraya», «Houria», «Dam didam dam» et surtout, surtout, «Lili Touyl», une chanson qui réunira tous les jeunes du Maroc, d'Algérie et de Tunisie avant d'aller à la conquête des pays arabes. Nous sommes au milieu des années 60. Un quatuor marocain, originaire de la ville d'Oujda et fraichement installé dans la capitale, vient d'inventer un nouveau genre de musique typiquement maghrébine, moderne et surtout bien en avance par rapport à leur époque. Coincés entre l'hégémonie de la musique égyptienne et la chanson occidentale, les Megri ont su puiser dans le répertoire de la région, entre melhoun, gharnati, chaabi… pour trouver une place particulière dans le grand concert de la World-music de l'époque. Une certaine pop-romantique encore tout à fait d'actualité, n'ayant pris aucune ride, encore aujourd'hui.
L'histoire commence avec Hassan Megri, disparu ce dimanche 14 juillet. Artiste complet, ayant reçu en 1954, le prix d'Arts Plastiques à l'échelle de toute l'Afrique, il était à la fois auteur, compositeur, interprète, artiste peintre et chercheur assidu dans la calligraphie iconographique persane. En 1957, intervient la naissance du premier duo des frères Megri: Hassan et Mahmoud, qui entame déjà, avec succès, une tournée marocaine (Rabat, Casablanca, Kenitra, Fès, Meknès, etc....). 1960 voit la création officielle du «Megri», qui intègre la sœur Jalila, surnommée alors la «Fairouz du Maghreb», que rejoindra plus tard le benjamin Younes. Plus qu'un groupe, c'est un véritable mouvement, incarnant une jeunesse émancipée, mais attachée à ses racines arabes, que va créer la famille Megri, avec Hassan à leur tête. Après le Maghreb, le groupe va sillonner la région, de concert en recherche musicale, (Egypte –Liban -Syrie – Irak…), avant d'entamer un voyage vers l'Asie mineure de l'Iran au Pakistan en passant par l'Afghanistan. En Europe, la consécration arrive à Paris en 1976, lors d'un concert mémorable dans la mythique salle de l'Olympia. Une performance qui leur a valu la signature d'un contrat avec la maison Philips pour l'enregistrement d'un 45 et 33 tours, avec l'orchestre de Charles Aznavour, des arrangements musicaux de Jacques Hendrix. «Lilli Touil», «Sabar» et «Hey di dam dam», sortis en 45 tours en 1975, (une coproduction entre la maison Philips et Polydor) leur valent un «Disque d'Or». Le groupe reçoit également en 2003, le «Rabab d'Or» (octroyé aux grandes stars du monde arabe, sous le parrainage du Conseil international de musique de l'UNESCO).
Hassan Megri, pour sa part avait également été distingué à plusieurs titres, notamment «the world medal of freedom» octroyé par «the american biographical institute», ou encore la Médaille d'Or décernée par l'Académie «Arts-Sciences-Lettres» de Paris. Aujourd'hui encore, la musique des «Megri» évoque, surtout auprès des quadra-quinquagénaires, une indicible émotion doublée d'une intense nostalgie. Mais au-delà de cet émoi, c'est un véritable exploit que la famille Megri a réussi par la musique, là où beaucoup de politiques ont échoué. Réunir d'une seule voix les peuples du Maghreb comme le démontre les nombreux témoignages d'anonymes, du Maroc, d'Algérie ou de Tunisie, sur les réseaux sociaux à l'écoute de «Lilli Touil»: «Sublime et fabuleuse chanson qui a bercé notre jeunesse. J'ai la gorge nouée par la nostalgie. Quel monde nous avons perdu!», «Ca me rappelle quand j'avais 18 ans cheveux longs; pantalon éléphant, chaussures doubles, fière de moi-même. Je me souviens de mes séjours à Oujda. Un grand bonjour à tous mes frères marocains un jour. Dieu nous réunira inchallah» ou encore ce message d'un anglo-tunisien «Je n'ai pas écouté cette chanson depuis que j'ai quitté Tunis en 1974 pour l'Angleterre. C'est une chanson sublime qui gardera toujours sa jeunesse et sa beauté. Simply timeless!!».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.