Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une saga nommée «Megri»
Publié dans L'Economiste le 17 - 07 - 2019

L'aventure commence en 1957 avec la naissance du premier duo des frères Megri: Hassan et Mahmoud. 1960 voit la création officielle du groupe «Megri», qui intègre la sœur Jalila, surnommée alors la «Fairouz du Maghreb», que rejoindra plus tard le benjamin Younes (Ph. DR)
Il y a eu «Ya mraya», «Houria», «Dam didam dam» et surtout, surtout, «Lili Touyl», une chanson qui réunira tous les jeunes du Maroc, d'Algérie et de Tunisie avant d'aller à la conquête des pays arabes. Nous sommes au milieu des années 60. Un quatuor marocain, originaire de la ville d'Oujda et fraichement installé dans la capitale, vient d'inventer un nouveau genre de musique typiquement maghrébine, moderne et surtout bien en avance par rapport à leur époque. Coincés entre l'hégémonie de la musique égyptienne et la chanson occidentale, les Megri ont su puiser dans le répertoire de la région, entre melhoun, gharnati, chaabi… pour trouver une place particulière dans le grand concert de la World-music de l'époque. Une certaine pop-romantique encore tout à fait d'actualité, n'ayant pris aucune ride, encore aujourd'hui.
L'histoire commence avec Hassan Megri, disparu ce dimanche 14 juillet. Artiste complet, ayant reçu en 1954, le prix d'Arts Plastiques à l'échelle de toute l'Afrique, il était à la fois auteur, compositeur, interprète, artiste peintre et chercheur assidu dans la calligraphie iconographique persane. En 1957, intervient la naissance du premier duo des frères Megri: Hassan et Mahmoud, qui entame déjà, avec succès, une tournée marocaine (Rabat, Casablanca, Kenitra, Fès, Meknès, etc....). 1960 voit la création officielle du «Megri», qui intègre la sœur Jalila, surnommée alors la «Fairouz du Maghreb», que rejoindra plus tard le benjamin Younes. Plus qu'un groupe, c'est un véritable mouvement, incarnant une jeunesse émancipée, mais attachée à ses racines arabes, que va créer la famille Megri, avec Hassan à leur tête. Après le Maghreb, le groupe va sillonner la région, de concert en recherche musicale, (Egypte –Liban -Syrie – Irak…), avant d'entamer un voyage vers l'Asie mineure de l'Iran au Pakistan en passant par l'Afghanistan. En Europe, la consécration arrive à Paris en 1976, lors d'un concert mémorable dans la mythique salle de l'Olympia. Une performance qui leur a valu la signature d'un contrat avec la maison Philips pour l'enregistrement d'un 45 et 33 tours, avec l'orchestre de Charles Aznavour, des arrangements musicaux de Jacques Hendrix. «Lilli Touil», «Sabar» et «Hey di dam dam», sortis en 45 tours en 1975, (une coproduction entre la maison Philips et Polydor) leur valent un «Disque d'Or». Le groupe reçoit également en 2003, le «Rabab d'Or» (octroyé aux grandes stars du monde arabe, sous le parrainage du Conseil international de musique de l'UNESCO).
Hassan Megri, pour sa part avait également été distingué à plusieurs titres, notamment «the world medal of freedom» octroyé par «the american biographical institute», ou encore la Médaille d'Or décernée par l'Académie «Arts-Sciences-Lettres» de Paris. Aujourd'hui encore, la musique des «Megri» évoque, surtout auprès des quadra-quinquagénaires, une indicible émotion doublée d'une intense nostalgie. Mais au-delà de cet émoi, c'est un véritable exploit que la famille Megri a réussi par la musique, là où beaucoup de politiques ont échoué. Réunir d'une seule voix les peuples du Maghreb comme le démontre les nombreux témoignages d'anonymes, du Maroc, d'Algérie ou de Tunisie, sur les réseaux sociaux à l'écoute de «Lilli Touil»: «Sublime et fabuleuse chanson qui a bercé notre jeunesse. J'ai la gorge nouée par la nostalgie. Quel monde nous avons perdu!», «Ca me rappelle quand j'avais 18 ans cheveux longs; pantalon éléphant, chaussures doubles, fière de moi-même. Je me souviens de mes séjours à Oujda. Un grand bonjour à tous mes frères marocains un jour. Dieu nous réunira inchallah» ou encore ce message d'un anglo-tunisien «Je n'ai pas écouté cette chanson depuis que j'ai quitté Tunis en 1974 pour l'Angleterre. C'est une chanson sublime qui gardera toujours sa jeunesse et sa beauté. Simply timeless!!».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.