Coronavirus : 146 nouveaux cas, 13.434 au total, samedi 4 juillet à 10h    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 146 nouveaux cas, 13.434 au total    Un média argentin dénonce le détournement des aides humanitaires auquel se livrent le polisario et l'Algérie    Des rapatriés victimes d'une intoxication à Agadir: ce que l'on sait    Mohammedia: un individu arrêté après avoir agressé une mineure    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    L'ex-PDG de Platinum Power rebondit mais...    Investissement: 94 projets en cours de réalisation à Fès-Meknès    ONCF: 350.000 voyageurs depuis le 25 juin    Bac 2020: L'examen démarre avec des mesures sanitaires strictes    Industrie culturelle: Les premières mesures avant la stratégie    Achraf Hakimi débarque à l'Inter Milan    "Night Walk" : Premier long métrage marocain distribué à Hollywood    Les stars de la musique appellent à sauver la scène britannique    Tom Hanks : Je ne sais pas quand est ce que je vais pouvoir reprendre mon travail    Exposé de Mohamed Benabdelkader sur le schéma directeur de la transformation digitale du système judiciaire    Les allégations algéro-polisariennes mises à nu devant le CDH    Le Maroc demande officiellement à Amnesty International d'apporter la preuve de ses accusations    L'ouverture des frontières espagnoles aux Marocains conditionnée par la réciprocité    Rapatriement d'un nouveau groupe de Marocains bloqués en Egypte    Le Maroc appelle l'Unesco à plancher sur un multilatéralisme innovant, pragmatique et inclusif    L'ovalie nationale est plus que jamais sur la touche    L'EN de futsal se hisse au 24è rang mondial    Les prix font un bond de 2,9% dans la métallurgie en mai    L'ANP et l'AFD renforcent leur partenariat pour un développement durable et compétitif des ports    Les médias palestiniens se félicitent de l'initiative du Premier secrétaire de l'USFP    Macron nomme Jean Castex nouveau premier ministre    Bourita: le Maroc ne peut accepter les allégations sans preuves claires    «En créer l'atmosphère nécessaire, d'unité et d'enthousiasme»    Mise à nu de la propagande de l'Algérie et du «Polisario» sur les droits de l'Homme au Sahara    Crise du Covid-19: le Maroc salué par la Commission européenne    Le groupe BCP dévoile une nouvelle organisation pour soutenir sa dynamique    Premier League: Manchester City corrige Liverpool!    Quand les footballeurs marocains font le bonheur des clubs égyptiens    Liga: le Real Madrid creuse l'écart, Messi veut claquer la porte!    Très touchée par La pandémie l'Espagne revient a La vie    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    L'Espagne maintiendra les frontières avec le Maroc et l'Algérie fermées par manque de réciprocité    Le roi Mohammed VI a écrit au président biélorusse    Libération de dix humanitaires au Niger après deux semaines de captivité    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit: Boris Johnson se met au travail
Publié dans L'Economiste le 26 - 07 - 2019

Le jour de sa prise de fonction (24 juillet 2019), le Parlement euro­péen a mis en garde le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson contre les conséquences économique­ment très dommageables d'un départ du Royaume-Uni de l'UE sans accord. Buc­kingham Palace, puis Downing Street… Boris Johnson s'attelle à boucler la composition de son gouvernement. Voici quelques-unes des difficultés qui l'attendent:
■ Echéance du 31 octobre: Boris Johnson a promis, et répété dès l'annonce de sa victoire, qu'il ferait sortir son pays de l'UE au 31 octobre, échéance du Brexit, initialement prévu le 29 mars mais deux fois repoussé. Et s'il veut trouver une solu­tion négociée avec l'UE, il est aussi prêt à claquer la porte sans accord et n'accep­tera pas de nouveau report. Les dirigeants européens sont prêts à retravailler la décla­ration sur le nouveau partenariat entre le Royaume-Uni et l'UE après le Brexit. Mais ils s'opposent fermement à une réouverture de l'Accord de retrait qui établit les condi­tions du divorce, en particulier le contro­versé filet de sécurité (backstop) permettant d'éviter le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord après le Brexit. Or, pour Boris Johnson, le filet de sécurité est inac­ceptable. Les positions des deux camps semblent pour l'instant irréconciliables.
■ Courte majorité au Parlement: Le Parti conservateur de Boris Johnson compte 310 députés, et bénéficie d'une majorité de seulement deux voix grâce à l'appoint des dix députés du petit parti unio­niste nord-irlandais DUP. En outre, cette courte majorité est fragile, plusieurs dépu­tés europhiles conservateurs ayant prévenu qu'ils s'opposeraient à un «no deal» si le nouveau Premier ministre s'engage dans cette direction. Aussi, le Labour, principal parti d'opposition, pourrait décider de lan­cer un vote de défiance contre le gouverne­ment, plus probablement après les vacances parlementaires qui débutent vendredi soir jusqu'au 3 septembre. S'ils l'emportent, cela déclencherait des élections législatives anti­cipées qui pourraient renverser le rapport de forces et retarder le processus du Brexit.
■ Risques économiques: Le Royaume-Uni devrait entrer en récession en cas de Brexit sans accord, a annoncé l'Office de responsabilité budgétaire (OBR). Selon ses prévisions, la livre sterling chuterait de 10% immédiatement après le départ britannique de l'UE le 31 octobre dans ce scénario sans accord. Une situation prédite aussi par le groupe de réflexion National Institute of Economic and Social Research (NIESR), qui attend un ralentissement en cas de no deal, une chute de la livre d'environ 10% et une inflation qui pourrait s'élever à 4,1%.
Des relations tendues avec l'Iran
Boris Johnson arrive au pouvoir au moment où les relations entre Téhéran et Londres sont particulièrement tendues. Et ce, après la saisie par l'Iran du Stena Impero, pétrolier suédois battant pavillon britannique, quelques jours après l'arraisonnement d'un navire-citerne iranien par les autorités britanniques au large de Gibraltar. Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohamad Javad Zarif a félicité Boris Johnson après son élection, mais l'a prévenu que l'Iran comptait protéger ses eaux territoriales.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.