Un américain arrêté pour l'utilisation de Playstation pour son trafic de drogue    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    MAPA : Conférence internationale sur les addictions    France : Des opérations escargots sur des routes à forte circulation    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    L'Otan adopte une déclaration finale    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    Tilda Swinton, l'insaisissable icône du 7e art    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Infantino va entrer au CIO en janvier    Le WAC vise une cinquième victoire face au Mamelodi Sundowns en Ligue des champions    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    Comment protéger vos données personnelles    L'Afrique n'est pas la principale source des flux migratoires    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    JO 2022 : Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Tous à Londres, personne à Madrid!    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    Lancement du plan national de lutte contre la mendicité des enfants    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    «La mer est un personnage principal dans Lalla Aïcha»    Les Verts sont à Kinshasa. Coulisses d'un voyage    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nord: Qui succédera à El Omari?
Publié dans L'Economiste le 02 - 10 - 2019

La démission d'El Omari de la présidence de la région a laissé un vide difficile à combler en cette période de préparation du nouveau gouvernement (Ph. Adam)
Peu ou pas de surprise avec la démission d'Ilyas El Omari de la présidence du Conseil de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma. Depuis quelques mois, les rumeurs enflaient sur un éventuel départ de celui qui a été aussi secrétaire général du PAM.
La démission, pour être effective, doit recevoir le visa de la tutelle, le ministère de l'Intérieur, et l'approbation des 63 membres qui forment le Conseil. Situation intenable selon certains proches, absence de moyens législatifs pour mener à bien les prérogatives que la régionalisation avancée accorde aux régions, les raisons du départ de ce sulfureux leader du parti du tracteur fusent depuis quelques jours en l'absence de réaction de l'intéressé. Pour d'autres, c'est l'implosion de la majorité Istiqlal-RNI-UC et l'absence d'appui de certains pamistes qui a accéléré le départ. Mais la véritable discussion actuellement est de savoir qui reprendra les rênes après lui.
Au Conseil de la région, peu de personnalités se démarquent du lot. Le remaniement gouvernemental en cours où tous les scénarios possibles sont envisagés complique d'autant plus les choses, transformant le chemin à la présidence de la région en un véritable exercice de contorsion politique.
La région du Nord a depuis sa création été briguée à tour de rôle par l'Istiqlal et le RNI. Un retour en force de ce dernier n'est pas à écarter, s'il réussit à convaincre ses alliés et à rallier quelques dissidents du PAM. Le scénario n'est pas improbable, d'autant qu'il permettrait au parti de la colombe de mieux préparer son offensive des urnes à l'aube des échéances électorales de 2021.
La seule inconnue reste le PJD qui, avec 16 voix, est la deuxième formation la plus représentée au Conseil de la région. Rien n'empêche le parti de la lampe d'opter pour la présidence mais, faute d'appuis fermes, à l'exception du PPS, devenu un partenaire solide, il risque de devoir se conformer avec l'une des vice-présidences.
De notre correspondant permanent, Ali ABJIOU


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.