Ce que pense Nouamane Lahlou de Dounia Batma et Saad Lamjarred (VIDEO)    Modèle de développement : La DG du FMI livre sa recette    La déconstruction d'un mythe    Taghazout Bay: la notion introuvable du développement    ONU : Omar Hilale briefe le Conseil de sécurité sur sa visite en RCA    Le coronavirus pourrait coûter jusqu'à 30 milliards de dollars au secteur aérien    Trump remplace le patron du renseignement après un briefing lié à la Russie    U.E: Les «villes libres» réclament des subventions…    Basket : le Maroc remporte un match amical face à l'Algérie    Transferts: Après Ziyech, Idrissi annoncé en Premier League?    L'Atalanta Bergame séduit l'Europe    Officiel: Badr Hari de retour sur le ring (VIDEO)    Coronavirus : le nombre de nouveaux cas en forte baisse, près de 900 nouvelles contaminations    CGI lance son école U'DEV à Fès    Commission spéciale du modèle de développement : Chakib Benmoussa à l'écoute à Paris des Marocains du Monde    PAI Souss-Massa: Vers une extension de l'usine de production de la Silda    Wana retire sa plainte contre Maroc Telecom    Lancement à Hay Hassani d'une plateforme d'intégration économique dédiée aux jeunes    Education à la santé sexuelle et reproductive : Les Nations Unies appuient le ministère de l'éducation nationale    Economie nationale : 2020 devrait connaître un ralentissement    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    Hicham Alaoui, paradoxes et prétéritions    Opacité financière: Le Maroc dans le rouge    Un dialogue politique inter-libyen à Genève    Pourquoi Marrakech perd ses événements    Contemporary African Art Fair: à Marrakech, la culture reste «Capitale»    Divers sportifs    Achraf Hakimi et son retour au Real Madrid    Lancement de la deuxième édition du programme "Spin-off by PIS" dédié à l'entrepreneuriat des jeunes    Le Maroc constitue la première destination des exportations valenciennes en Afrique    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    Entretiens maroco-mauritaniens sur les moyens de renforcer la coopération bilatérale    Appel à la consécration d'une justice citoyenne    Le cancer n'est pas une fatalité    Divers    L'OMDH-Casablanca sensibilise des élèves contre les dangers d'Internet    L'ambassadrice des Pays-Bas se félicite de l'intégration des MRE dans la société néérlandaise    Le volume des transactions immobilières s'inscrit en baisse en 2019    La Commission de la programmation n'en fait qu'à sa tête    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    L'espoir du rap Pop Smoke abattu chez lui    CSMD : Chakib Benmoussa initie à Paris une série de réunions d'écoute avec des Marocains du monde    Classement FIFA: Le Maroc se maintient à la 43ème position    «Archéologie de l'intime» à la Fondation Dar Bellarj de Marrakech    Ouverture officielle d'un consulat à Laâyoune    Les jurys du 21e Festival National du Film dévoilés!    Erdogan menace la Syrie de déclencher rapidement une opération à Idleb    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Algérie: L'élection présidentielle approche à grands pas!
Publié dans L'Economiste le 05 - 11 - 2019

L'autorité électorale algérienne a annoncé, samedi 2 novembre, avoir validé les dossiers de cinq candidats sur 23 à l'élection présidentielle prévue le 12 décembre. Le Conseil constitutionnel a sept jours pour rendre officielle la liste des candidats, après d'éventuels recours.
Ni l'annonce des noms des cinq candidats, ni les messages répétés des autorités affirmant que le scrutin était nécessaire n'ont calmé la contestation. A 42 jours de l'élection, les protestataires rejettent l'échéance au motif qu'elle ne présente pas les garanties de transparence nécessaires.
Le mouvement de contestation refuse que l'élection présidentielle soit organisée par le pouvoir, aux mains d'ex-figures liées aux vingt années de présidence Bouteflika. Rappelons qu'un premier scrutin prévu le 4 juillet a été annulé, faute de candidats.
Le 1er novembre, jour férié, fête nationale, anniversaire du début de la guerre d'indépendance – le 1er novembre 1954 –, a donné une tonalité particulière à ce 37e vendredi de protestation, nouvelle illustration de la profondeur du Hirak, le mouvement populaire contestant le régime en place. Cette énième mobilisation est survenue alors que les magistrats sont entrés en grève «illimitée» afin de protester contre la «mainmise de l'exécutif sur le pouvoir judiciaire».
Dans la poignée de candidats retenus par l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) figurent deux ex-Premiers ministres du président déchu. Trois des candidats retenus ont travaillé sous son autorité: Ali Benflis, directeur de cabinet à la présidence puis Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, plusieurs fois ministre puis Premier ministre, et Azzedine Mihoubi, ministre de la Culture. Le quatrième candidat est Abdelkader Bengrina, ancien ministre du Tourisme (1997-1999) et ancien député d'Alger, issu d'un parti qui a soutenu l'ancien président. Le cinquième, Abdelaziz Belaïd, a notamment fait partie d'organisations de jeunes qui ont aussi soutenu l'ancien président. Le portrait des candidats:
Ali Benflis
Ancien secrétaire général du Front de libération nationale, il a fondé le Parti avant-garde des libertés. A 75 ans, il se présente depuis quinze ans comme le principal opposant d'Abdelaziz Bouteflika, dont il fut chef du gouvernement en 2000. Limogé en 2003, Benflis est candidat l'année suivante, puis en 2014. Il arrive à chaque fois deuxième, très loin derrière un président réélu avec plus de 80% des voix.
Abdelmadjid Tebboune
Se définissant comme candidat «indépendant», Abdelmadjid Tebboune, 73 ans, a été haut fonctionnaire, puis plusieurs fois wali (préfet) avant d'être nommé ministre de la Communication d'Abdelaziz Bouteflika à son arrivée au pouvoir en 1999. Ce dernier le rappelle au gouvernement en 2012 et lui en confie la tête en mai 2017, avant de le limoger trois mois plus tard sur fond de lutte de clans dans son entourage.
Azzedine Mihoubi
Il était le ministre de la Culture du président déchu, jusqu'en mars. A 60 ans, Azzedine Mihoubi dirige depuis quelques mois le Rassemblement national démocratique (RND), pilier de la coalition ayant soutenu Abdelaziz Bouteflika durant sa présidence.
Abdelkader Bengrina
Il représente El-Bina (Construction), petit parti membre d'une coalition islamiste, dont l'un des députés a été élu en septembre à la présidence de l'Assemblée nationale.
Abdelaziz Belaïd
Ancien cadre du Front de libération nationale (FLN), Belaïd a fondé le Front El-Moustakbel, micro-parti proche du pouvoir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.