Coupe de la CAF: Le Hassania d'Agadir qualifié pour les quarts de finale    Immigration clandestine : 5 individus devant la justice à Oujda pour falsification    Coronavirus : trois cas confirmés en France    L'athlète marocain Hicham Laqouahi remporte la 31ème édition du marathon international de Marrakech    LDC Afrique: Le WAC et le RAJA seront bientôt fixés sur leurs adversaires pour les quarts de finale    Le Roi félicite le Premier ministre indien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Le Roi félicite le Gouverneur général d'Australie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Elevage dans l'Oriental : des actions pour juguler la faiblesse des précipitations    L'ITB pointe à l'horizon!    Le Raja pour la revanche et la qualification en Tunisie    Hicham Dmii jette l'éponge    Russie: Le nouveau gouvernement a du pain sur la planche…    Ali Najab: «Les tortionnaires du polisario agissaient sur ordre des Algériens»    L'ambassade du Maroc à Pékin rassure    Le PPS au parlement: Le pays ne dispose que de 13 médecins légistes!    Larbi Doghmi, un créateur dans la mémoire…    La «dissolution» de l'IRCAM: Que pensent les acteurs amazighs !    Brexit : l'UE nomme un ambassadeur auprès du Royaume-Uni    Capitales africaines de la culture : Rabat supplée Marrakech à la hâte    Coronavirus: le Maroc instaure un contrôle sanitaire aux ports et aéroports internationaux    Une panne de carburant d'une ambulance cause la mort d'un malade à Youssoufia    Coronavirus : le bilan grimpe à 56 morts et 2000 cas de contamination    Programme des principaux matchs du dimanche 26 janvier    CGEM: Et maintenant, au travail!    CGEM/DGI : Echange autour des dispositions de la Loi de Finances 2020    La ministre espagnole des Affaires étrangères : le Maroc a le droit de délimiter son espace maritime    Turquie : un séisme fait au moins 21 morts dans l'est du pays    Syrie : plus de 38.000 déplacés en cinq jours dans le nord-ouest    Hausse des exportations agro-alimentaires en 2019    Ligue des Champions de la CAF : Le Wydad décroche son ticket pour les quarts    Maroc-Espagne : Le « dialogue » pour résoudre le chevauchement des droits maritimes    Aucun cas de coronavirus au Maroc, annonce la Santé    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    La SIE change de positionnement    Arrêter de fumer 4 semaines avant une opération réduit le risque de complications    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Divers sportifs    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CFCIM: Les enjeux d'une élection atypique
Publié dans L'Economiste le 11 - 12 - 2019

Elu en janvier 2017, Philippe-Edern Klein, président sortant de la CFCIM, ne se représentera pas. Le mandat du président est de deux fois un an, renouvelable une seule fois (Ph. C.M)
La Chambre française de commerce et d'industrie du Maroc (CFCIM) est sous les feux de la rampe. Elle se prépare à l'élection de ses instances dirigeantes. Il s'agit de la Chambre française la plus importante hors de l'Hexagone. En effet, le 12 décembre prochain, les 52 administrateurs de la Chambre, réunis en conseil d'administration, vont élire les «quatorze ou quinze» membres du bureau dirigeant parmi lesquels sera élu un président.
Philippe-Edern Klein, le président sortant, ne compte pas briguer un autre mandat. Les statuts ne le permettent pas. Le mandat du président est deux fois un an, renouvelable une seule fois, soit trois ans au maximum. «Des dépôts de candidatures ont eu lieu. Mais ils restent confidentiels pour le moment. De toute façon, il y a quatorze ou quinze membres à renouveler dans le bureau», explique Philippe-Edern Klein, président sortant.
Des voix dissonantes se font aussi entendre. A en croire des adhérents qui requièrent l'anonymat, il risque d'y avoir du grabuge. Contacté par L'Economiste, l'un d'entre eux s'exprime: «14 candidats, c'est du mensonge. Il n'y a personne qui veut y aller».
Trois ans plus tôt, la chambre a traversé une période de turbulences. Le président sortant explique: «Ces remous sont strictement non fondés. Parce qu'il y a des chartes éthiques à la CFCIM, qui existent depuis des années. Ce n'est pas moi qui les ait mises en place. Il n'y a pas de mauvais fondement, ni de mauvaise interprétation des textes. S'il y avait quelque chose qui ne collait pas, on l'a nettoyé en interne. Il n'y avait pas péril en la demeure, ni de malversations».
Depuis, les chartes éthiques ont été améliorées et un comité d'éthique mis en place. Pour ce qui est de l'article 12, qui exclut les Franco-Marocains de la présidence de la Chambre, Philippe-Edern Klein fait dans la pédagogie: «D'abord, l'article 12 n'est pas à nettoyer! La Chambre a 106 ans (création en 1913).
Au moment de l'indépendance du Maroc, l'Etat français et nous-mêmes avons rendu à l'Etat marocain l'intégralité des chambres que nous avions dans les régions. En 1963, le gouvernement de Sa Majesté nous a donné l'autorisation de recréer une chambre. Les statuts ont été faits par le Secrétariat général du gouvernement (SGG), pour faire le pendant de la CGEM. La règle était la création d'une chambre française qui défend les intérêts de la France au Maroc, comme la CGEM défend les intérêts du patronat marocain. Au sein de la CGEM, vous ne pouvez pas avoir un Français, ou un Allemand ou encore un Suisse administrateur ou patron d'une commission».
Ainsi, ne peuvent être administrateurs de la Chambre que des Français de souche. Au fil du temps, la chambre a ouvert et élargi le champ à des membres de nationalité marocaine, au nombre de 52. Ces derniers sont actifs dans la chambre, mais ne votent pas. «Parmi eux figurent des présidents de commission».
Pour le moment, les choses perdurent ainsi. «C'est le SGG qui a émis les statuts de la CFCIM. C'est à lui de décider, pour une modification des statuts. Mais cela ne doit pas faire débat! Il ne faut pas entrer dans de petites guerres», soutient Philippe-Edern Klein.
Dans des pays de la région, notamment la Tunisie, il est possible pour des binationaux de briguer la présidence de la Chambre française de commerce et d'industrie. Pour ces élections, les enjeux résident dans la continuité des actions entreprises.
Mais aussi le renforcement de l'attractivité de la Chambre. Le nombre d'adhérents s'est beaucoup développé, passant de 3.500 à près de 5.000 depuis 3 ans. 80% des adhérents sont Marocains. En ce qui est des entreprises françaises, 36 sont dans le Cac40. En 3 ans, les régions sont passées à 30% des adhérents, contre environ 12% en 2017.
«D'ici 2025, elles seront à 50%», pronostique Philippe-Edern Klein. Pour Philippe Cros, DG de la CFCIM, les dispositifs d'accompagnement justifient la hausse des adhésions. Elu en janvier 2017, le président sortant avait comme feuille de route le développement des régions et d'y renforcer la présence de la Chambre. Après une tournée dans les provinces du Sud (Dakhla, Laâyoune, Guelmim) a été ouverte la délégation de Laâyoune.
La délégation de Dakhla a ouvert ses portes en avril 2019, puis le Forum d'affaires France-Maroc à Dakhla. En parallèle, les délégations en place à Tanger, Oujda, Marrakech, Fès, Meknès, Agadir, Rabat…ont été développées avec, à la clé, la mise en place d'animations et réunions, activités BtoB.
«Chaque fois qu'il y a un intérêt d'une délégation vers une région, nous les accompagnons. C'est ce qui a permis à ces régions de se développer en nombre d'adhérents», explique Khalid Idrissi Kaitouni, directeur de l'appui aux investisseurs et à la création d'entreprises.
Visas : «Nous ne sommes pas une agence de voyages! »
La chambre ne bénéficie d'aucune subvention. Elle ne dépend que de l'argent des cotisations, des services rendus et des parcs industriels. Cependant, «nous ne sommes pas un organisme de tourisme». En juillet dernier, les dirigeants de la chambre se sont aperçus qu'il y avait des visas de touristes qui étaient joints aux demandes de visas. «J'ai pris la décision de clarifier les choses. C'est un service qu'on offre à l'adhérent. Mais nous ne sommes pas un organisme de visa. Nous sommes un organisme professionnel», souligne Philippe-Edern Klein.
M.Ko.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.