«Géopolitique d'un Roi»: Les liaisons incestueuses entre le Polisario et le terrorisme    Tourisme: Tanger consolide sa croissance grâce au TGV    Volkswagen offre 830 millions d'euros au profit de 400.000 clients    Bourse de Casa: la performance hebdomadaire (10-14 janvier) dans le vert    Botola Pro : classement et résultats de la 16ème journée    Fédération royale marocaine de basket-ball : une étape cruciale du plan d'urgence    La Tunisie dévoile son nouveau gouvernement    France: la ministre de la Santé a démissionné    Voici les prévisions météo pour la journée du lundi 17 février 2020    Coupe Mohammed VI : Al Ismaily bat le Raja    Safi : 12 individus arrêtés pour hooliganisme en marge du match OCS-Ittihad Jeddah    Les Tangérois Next Kids remportent la compétition nationale de robotique "First Lego League"    SIEL 2020 : le CNDH discute de la situation carcérale au Maroc    Le RCA affronte l'égyptien Al Ismaïli pour la demi-finale de la Coupe arabe Mohammed VI    Mohammed VI félicite le président lituanien    Le Roi Mohammed VI félicite le président lituanien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Japon : le nombre de cas atteints de coronavirus sur le paquebot Diamond Princess grimpe à 355    Des roquettes s'abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad    De rupture en échec    On n'arrête plus Youssef El Arabi (vidéo)    Marché des changes (février): le dirham s'apprécie face à l'euro    Raviver le potentiel du Souss Massa!    Pourquoi Ziyech est parfait pour Chelsea?    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'Olympic de Safi quitte la compétition    Investissements : une mission d'affaires de Valence en prospection au Maroc, du 16 au 19 février    SM le Roi lance la nouvelle stratégie de développement agricole et forestier    Italie: le Sénat autorise le renvoi de Salvini devant la justice…    Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »    Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!    Météo: les températures prévues au Maroc ce dimanche (villes)    Rabat nommée capitale africaine de la culture    Le Maroc isole le polisario sur les scènes africaine et internationale    Tunisie: Ennahdha a pris une décision    Afrique : Rabat désignée capitale africaine de la culture    Coronavirus: premier décès en France    Le Lac des Cygnes, un monument de danse classique à Rabat    La Cour européenne des droits de l'Homme disculpe Madrid    Fès intègre le réseau mondial des villes les plus engagées contre le sida    Divers    Mohamed Benabdelkader : La communication publique, une exigence démocratique et un impératif de bonne gestion    Driss Lachguar en visite au SIEL    Jennifer Lopez: La renaissance d'une icône    Sharon Stone évoque son expérience avec les sites de rencontres    Britney Spears en danger ?    Dans son nouveau recueil : La nouvelle, tout un art chez Abdellah Baïda    L'IRCAM et l'Académie de la langue arabe absorbée par le CNLCM    SIEL 2020 : Le CESE présente son rapport sur la promotion de la lecture au Maroc    Salvini, le chef de l'extrême droite italienne, touché mais pas coulé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Douane: Aucune concession aux réseaux mafieux
Publié dans L'Economiste le 14 - 01 - 2020

Nabyl Lakhdar, directeur général de l'Administration des douanes et des impôts indirects: «Les produits de contrebande présentent un risque pour la santé et font du mal à notre économie en détruisant notre secteur productif» (Ph. L'Economiste)
- L'Economiste: Depuis quelques mois, certains points d'entrée de la contrebande, notamment Bab Sebta, ont été fermés. Cette mesure est-elle définitive?
- Nabyl Lakhdar: D'abord, il n'est pas inutile de rappeler que la contrebande est quelque chose d'illégal. Et à un moment où nous nous interrogeons en tant que société sur notre modèle de développement, il est pour moi évident que le respect des règles que nous établissons doit être une ligne rouge et ce, dans tous les domaines.Par ailleurs, sans évoquer le volet fiscal qui, même s'il est important, peut être considéré comme secondaire à ce stade, il est un fait que les produits de contrebande présentent un risque pour la santé des Marocains et font du mal à notre économie en détruisant petit à petit notre secteur productif. Concernant Tarajal 2, tout ce que peux dire, c'est que pour l'instant, ce couloir est fermé et que le maintien ou non de cette fermeture n'est pas du (seul) ressort de la douane. Il est prématuré aujourd'hui d'évaluer son impact. Il n'en demeure pas moins que je reçois de plus en plus d'opérateurs qui affirment que, ces derniers mois, leur chiffre d'affaires a connu une augmentation non négligeable.
- Que vont devenir les colporteurs?
- Sur ce point, je voudrais insister sur le fait que ceux que vous appelez colporteurs sont les premières victimes de ce fléau. Certains «mafieux» profitent de leur précarité et parfois de leur détresse pour s'enrichir sur «leur dos» sans mauvais jeu de mots. Je pense très sincèrement que c'est quelque chose qui doit cesser. Ces images de femmes, de personnes handicapées et de mineurs portant des dizaines de kilos sur leur dos ou sur des chariots de fortune n'ont plus de place, si jamais elles en avaient, dans le Maroc que nous voulons pour nos enfants. Ceci étant, il est essentiel que cette population soit accompagnée et que des projets qui lui offrent les moyens de subsistance soient initiés. Il n' y a rien de mieux qu'un emploi formel pour permettre à une personne de vivre dans un minimum de dignité. Pour cela, Il faudrait que tout le monde contribue: pouvoirs publics, opérateurs privés, associations, société civile… J'ai la conviction que c'est ce qui est en train de se faire.
- La contrefaçon est décriée par les opérateurs et certains d'entre eux estiment que la douane en est responsable. Quelles mesures comptez-vous déployer?
- La responsabilité de la douane est clairement définie par la loi. Nous agissons au niveau des frontières. Il y a cependant une procédure que le détenteur d'une marque doit suivre pour protéger sa marque. Il doit déposer une demande de protection au niveau de la douane et la renouveler chaque année. Cette demande est aujourd'hui totalement dématérialisée et ne nécessite aucun déplacement. Mais malgré la communication que nous faisons sur ce sujet et les séminaires que nous organisons, je me rends compte qu'un pan important des opérateurs concernés n'est pas au fait de cette possibilité.
- L'impact du passage des droits d'importation de 25 à 30% pour les produits finis est-il évalué? Ces changements déstabilisent les investisseurs.
- Si on fait un raisonnement statique, le passage de 25 à 30% engendrerait des recettes supplémentaires d'environ 600 millions de DH. Mais cette augmentation, qui, faut-il le rappeler, est en total respect avec nos engagements vis-à-vis de l'OMC, vise un objectif tout autre: celui de renforcer la compétitivité de certains secteurs localement et de décourager l'importation de certains produits dont notre pays peut se passer.
Concernant les investisseurs et leur éventuelle déstabilisation, je pense tout le contraire. Cette mesure peut encourager certains industriels à investir et à faire de la substitution à certaines importations qui se seraient renchéries.
- Quels sont les documents qui seront dématérialisés cette année et où en est le projet de guichet unique?
- Le projet de guichet unique avance à pas certains. Chaque mois, pour ne pas dire chaque semaine, de nouveaux documents sont dématérialisés et de plus en plus d'informations exigées des opérateurs sont directement obtenues à la source au niveau de l'administration ou de l'organisme qui les produit. En ce qui concerne la douane en 2020, nous prévoyons de dématérialiser le bon à délivrer et ce, de manière progressive à compter du 1er février prochain. Nous allons également achever la généralisation de la dématérialisation du bon de sortie et nous nous attaquerons à la problématique du pesage qui prend dans certains cas beaucoup de temps: des solutions de pesage électronique sont actuellement envisagées au niveau des ports de Casablanca et de TangerMed. Cela étant, la dématérialisation n'est pas une fin en soi. La simplification des formalités de passage et la réduction des délais de séjour des marchandises sont au cœur de nos réflexions quotidiennes. En 2020, nous comptons zoomer davantage sur les délais pour les faire baisser de manière significative.
Contrôles conjoints DGI/Douane
Pour le patron de la douane, le contrôle conjoint ADII-DGI fait sens dans la mesure où des anomalies décelées au niveau douanier ont généralement des prolongements au niveau fiscal et vice versa. Même si ce n'est pas toujours perçu ainsi, le contrôle doit être vécu comme un acte normal dans la vie d'une entreprise à condition bien entendu qu'il ne perturbe pas son fonctionnement. «Nous essayons, autant que faire se peut, d'être dans nos interventions les moins intrusifs possibles».
Propos recueillis par Khadija MASMOUDI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.