Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Brèves Internationales    Rabat: La majorité des cliniques désertées    Les investissements étrangers en baisse de 19,5% à fin février    Audit en cours pour déterminer les causes exactes    Les réserves des centrales syndicales    «Mon Dieu gardez moi de mes amis, Quant à mes ennemis je m'en charge»    L'artiste marocain Marcel Botbol meurt du coronavirus    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le Maroc n'y échappera pas    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Des patients guéris du coronavirus livrent leurs témoignages    Evacuation du plus grand marché de Laâyoune    L'ONEE prend des dispositions spéciales pour préserver son personnel    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Solidarité nationale : le Groupe CAC contribue à hauteur de 50 millions de DH    Coronavirus : 638 cas confirmés dont 37 décès et 26 guérisons ce mercredi à 13h    Sancho, le digne héritier de CR7 à United?    Le CCM divertit les citoyens marocains en période de confinement    «Quand on vit de lecture et d'écriture, on s'habitue à la solitude»    Soyons des acteurs réactifs et encourageons les propositions positives    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Maroc: voici le dernier délai pour renouveler votre assurance auto    ADM : chiffre d'affaires en hausse de 8% à fin 2019    Coronavirus : L'Arabie saoudite appelle à reporter les plans du hajj    Coronavirus : A quand une audition des responsables gouvernementaux marocains ?    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    La Fondation de Salé pour la culture et les arts reporte toutes ses activités    Fadel Iraki, mécène et acteur du monde culturel et des médias, homme d'affaires et d'engagements, s'est éteint    Le Gadem pense fort aux socio-économiquement isolés ou plus vulnérables    Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine : Les filières d'enseignement et de recherche publiées au BO    Pour amortir le choc économique dû au coronavirus : Bank of Africa annonce ses mesures de soutien aux ménages et entreprises    Coronavirus: les deux prochaines semaines seront “douloureuses”, selon Trump    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'autre guerre
Publié dans L'Economiste le 21 - 02 - 2020

Ce n'est pas du chauvinisme à courte vue que d'être préoccupé par l'attitude d'une partie du PJD dans le dossier de l'accord de libre-échange avec Ankara. Il est évidemment hors de question d'abdiquer notre liberté de critique envers la politique gouvernementale.
Cependant, c'est une toute autre affaire de tirer dans le dos de Moulay Hafid Elalamy, ministre chargé de défendre les intérêts du Maroc face à la Turquie.
Ce pays n'est pas fiable. C'est un partenaire déloyal, capable d'abattre l'avion de son allié, la Russie; capable d'entretenir Daech en même temps qu'encaisser les aides de l'OTAN; capable d'envoyer des mercenaires en Libye; de mettre 48.000 fonctionnaires à la porte ou en prison, pour rendre les autres dociles; de faire avaler à son peuple que les Ottomans sont de retour…
Ankara est encore plus déloyale en matière de taux de change: même la Chine ne joue plus à ça depuis des années.
Depuis 2015, la lire turque a perdu presque 50% de sa valeur, dont 33% sur les dix-huit derniers mois. Or, le président Erdogan a pris le contrôle de la banque centrale, envers et contre toutes les règles d'indépendance.
Ankara n'a que faire de la perte de pouvoir d'achat de ses citoyens. Pour être parfaitement honnête, cette perte de pouvoir d'achat est du gain pour les Marocains.
Sous ce «bombardement» au taux de change, les usines marocaines ne peuvent que fermer: qui peut encore travailler s'il doit baisser les coûts de moitié? C'est cela la guerre monétaire, détruire l'autre de l'intérieur.
Un groupe important de PJDistes marocains, et parmi eux des élus, défendent les intérêts turcs. Plus exactement, ils défendent les intérêts du PJD turc et d'Erdogan. Chacun a compris qu'il s'agit des réseaux de Frères musulmans, qui font là bien peu de cas des intérêts nationaux.
S'ils savaient en quelle piètre estime leurs Frères turcs les tiennent, l'ardeur des Frères marocains en serait nettement refroidie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.