Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    Covid-19: le Maroc enregistre un 40ème décès    Confinement : L'audience TV explose    Larbi Alaoui Belrhiti : « Nous nous sommes engagés à respecter les normes sanitaires »    Cours de change: devises vs Dirham marocain    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    Mustapha Adib, ex-espion des services de l'hexagone, tombe bien bas    Un joueur du FUS se blesse pendant ses entraînements à domicile    Adieu Si Fadel    Lutte anti-coronavirus : Evacuation d'un grand marché populaire à Laâyoune    Coronavirus : après le Maroc, l'Afrique subsaharienne se rue sur la chloroquine    Dette : Quel geste politique demandé au Maroc ?    Décès de Marcel Botbol à cause du Covid-19: ce que l'on sait    Balance commerciale : Le déficit s'aggrave à 2%    Commerce extérieur : Les indices reculent au quatrième trimestre 2019    Un 1er cas testé positif au coronavirus déclaré à Azilal    Voici le temps qu'il fera ce jeudi    Brèves Internationales    Parlement: Dispositif exceptionnel pour la session du printemps    Les réserves des centrales syndicales    L'artiste marocain Marcel Botbol meurt du coronavirus    Nouvelle pauvreté et nouvelles solidarités en Italie    Le Maroc n'y échappera pas    L'ONEE prend des dispositions spéciales pour préserver son personnel    Le coaching mental, un impératif pour les sportifs à l'heure du confinement    Le ministère de la Santé étoffe sa communication    Des patients guéris du coronavirus livrent leurs témoignages    Des sans-abris hébergés par des ONG de Tanger    Report des Jeux méditerranéens d'Oran à 2022    Après la crise sanitaire, vers un foot plus vertueux ?    La Chambre des représentants mobilisée pour répondre aux exigences de la situation sanitaire    De la culture gratuite pour combattre l'ennui du confinement    Le rappeur français Booba prêche le respect des mesures préventives    Les musiques reposantes ont le vent en poupe    Sancho, le digne héritier de CR7 à United?    Le CCM divertit les citoyens marocains en période de confinement    Mali: Des législatives entre terrorisme et coronavirus…    Coronavirus : L'Arabie saoudite appelle à reporter les plans du hajj    Fadel Iraki, le cofondateur du “Journal Hebdo”, n'est plus    Coronavirus : A quand une audition des responsables gouvernementaux marocains ?    Le Gadem pense fort aux socio-économiquement isolés ou plus vulnérables    Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine : Les filières d'enseignement et de recherche publiées au BO    Un projet terroriste déjoué en Tunisie    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cuir: «La menace turque ne fait pas peur!»
Publié dans L'Economiste le 26 - 02 - 2020

Hicham Azmi, directeur des écosystèmes du cuir au sein de la Fédération marocaine des industries du cuir: «Nous travaillons sur la structure de notre compétitivité» (Ph. H.A.)
- L'Economiste: Le secteur du cuir subit-il le même sort que les textiliens, avec les importations turques massives?
- Hicham Azmi: En termes de chiffres, les choses ne sont pas comparables. Mais, tôt ou tard, il y aura de l'impact. C'est la raison pour laquelle nous travaillons avec le ministère de l'Industrie pour mettre en place un dispositif de protection similaire à ce qui se met en place au niveau du textile.
- Au-delà des barrières à l'import, quels sont les leviers pour gagner en compétitivité?
- Nous travaillons avec nos partenaires pour améliorer structurellement notre compétitivité. Mis à part les aides exceptionnelles dont disposent les Turcs, nous considérons que nos concurrents ne devraient pas, par rapport à des salaires qui sont aujourd'hui les doubles des nôtres, être plus compétitifs que nous. D'où l'importance de travailler sur la productivité, l'organisation, notre système de management ou encore des zones industrielles aux standards internationaux. Nous sommes en train de travailler sur la structure de notre compétitivité. Nous sommes conscients qu'aujourd'hui nous avons tous les agrégats ou facteurs pour que la Turquie ne nous fasse pas peur.
La Turquie compte pratiquement plus d'une dizaine de zones intégrées dédiées au cuir avec ses écosystèmes. Les Turcs ont construit petit à petit des structures et écosystèmes. Aujourd'hui, nous travaillons avec le ministère pour construire les nôtres. Des écosystèmes intégrés, avec des zones industrielles aux standards internationaux. A côté du développement de ces zones, nous mettons également l'accent sur la formation des ressources humaines, la culture du management… Tous ces éléments sont des facteurs de compétitivité.
- Des investissements ont été annoncés. Qui sont les investisseurs derrière et quelles sont les filières cibles?
- Les filières porteuses appartiennent toutes à l'écosystème chaussures, maroquinerie et vêtements en cuir. Ce sont des investissements nationaux. Une partie est internationale. Une bonne partie est en train de se concrétiser. Le reste est en phase d'étude et bien avancé.
- Quel sera le timing de réalisation de la zone d'Aïn Cheggag?
- Pour la zone d'Aïn Cheggag, toutes les études architecturales ont été réalisées. Prochaine étape, l'aménagement. Il faut compter une année, voire deux ans au plus tard.
Propos recueillis par Modeste KOUAME


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.