Ghost of Tsushima. Tout le monde l'attend    Chelsea. Une victoire signée Giroud    Moderna. Les essais cliniques prévus le 27 juillet    ODD : Le Maroc défend son bilan devant l'ONU    Syndrome de Tanger    La CNDP plaide pour une digitalisation réfléchie    Etudes à l'étranger: Campus France remporte un grand succès    Explications    Espagne: Arrestation de deux présumés terroristes algériens    Reconfinement de Tanger: Coup fatal pour le tourisme    Sahara marocain: un journal bulgare fustige le polisario et son mentor    Fête du Trône : Report des cérémonies et des festivités    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Ibrahim Aboubakr Harakat    Driss Lachguar se réunit avec les jeunesses de partis politiques    Netflix dévoile les coulisses du tournage de "The Old Guard" à Marrakech    Nouveau programme de diffusion de longs métrages marocains sur le site web du CCM    La famille Travolta en deuil    Les canoë-kayaks reprennent de plus belle au Bouregreg    Stage de l'EN de futsal au Complexe Mohammed VI de football    Mohamed Benabdelkader : L'ouverture de la profession d'adoul à la gente féminine consacre le choix démocratique du Royaume    Tenue de 362 procès à distance en moins d'une semaine    Le Maroc reconduit à la vice-présidence du comité exécutif du Centre Nord-Sud    La demande intérieure devrait baisser de 4% cette année    La Turquie et le monde arabe    La santé numérique, une solution pertinente aux défis du système de soins    Retour sur six années de procédure    Le WWF appelle les pays méditerranéens à lutter effectivement contre la pêche illégale des requins et des raies    France post-Covid-19: Macron décline les priorités de son plan de relance    Du sang neuf à SG Maroc    PLF rectificative : la Fédération Marocaine de la Franchise se plaint de son exclusion    Le café maure de la Kasbah des Oudayas rasé    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    Ouverture partielle des frontières : la croix et la bannière pour les MRE    Serie A: l'Inter Milan se positionne derrière la Juventus    L'émergence du cinéma digital    US Round Up du mardi 14 juillet – Déficit budgétaire, Angelina Jolie, Tyler Goodspeed, Ecoles, US coronavirus    Le Conseil de la Concurrence rend public son rapport annuel de 2019 [Document]    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Vague de chaleur à partir de mercredi au Maroc: les villes concernées (Alerte météo)    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Remaniement ministériel en Tunisie    Covid 19 : 111 nouveaux cas et 469 nouvelles guérisons ce mardi à 10h    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Foot. Le Real se rapproche du titre    Impact Covid-19 – Tourisme : Le plan de relance en Conseil de gouvernement    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    Un artiste charismatique s'en va    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les partis interpellés par l'après-Covid-19
Publié dans L'Economiste le 25 - 05 - 2020

«L'après-Covid-19 ne doit pas être discuté par 4 ou 5 personnes dans le cadre du Comité de veille économique. Idem pour le gouvernement qui ne peut le traiter tout seul. C'est une affaire qui nous concerne tous».
Pour Nabil Benabdallah, qui participait à un débat par visioconférence avec Saâdeddine El Othmani et Nizar Baraka, c'est un moment politique par excellence, qui doit pousser tout le monde à faire de l'autocritique et des sacrifices. Car la situation économique et sociale sera très difficile au Maroc et au niveau international. Par conséquent, il est impératif de se mettre d'accord sur des objectifs clairs.
■ Un pacte politique basé sur une charte sociale
En pratique, le SG du PPS prône la mise en place d'un nouveau pacte politique, basé sur une charte sociale entre l'Etat, les entreprises et les syndicats. Ainsi, l'Etat soutient les entreprises qui gardent les emplois. En contrepartie, elles ont la garantie d'une paix sociale, avec la promesse de revaloriser la situation des salariés après la sortie du tunnel.
Dans le même élan, le patron du PPS a énuméré de multiples actions de certains partis politiques et de leurs organisations parallèles. En dépit de ces initiatives, une partie de l'opinion publique a l'impression que les formations politiques sont hors des radars. Pour corriger cette image, Nabil Benabdallah a appelé depuis le début de la pandémie à la mise en place d'un débat public sur cette question. Cette proposition concerne particulièrement les médias publics que sont les télévisions qui ont une large audience, ce qui donnera plus d'échos aux efforts effectués par les partis. Cette exigence de discussions publiques s'impose aujourd'hui plus qu'hier, particulièrement pour préparer au déconfinement progressif.
Il s'agit d'expliquer à l'opinion publique la nécessité de changer les comportements. Autrement, le risque est de tomber dans le relâchement et le retour à des conduites du passé.
■ L'étape des grands choix
Nizar Baraka a depuis le début de la pandémie considéré qu'il s'agit d'une étape d'unité nationale qui nécessite une large mobilisation. Idem pour la nécessité de mettre en place des critères pour bénéficier des aides financières. Il s'agit d'éviter les frustrations et les déceptions parmi de larges couches de la société. L'Istiqlal a fait des propositions qui consistent notamment à consommer des produits marocains pour garantir la sécurité de l'emploi. Le gouvernement doit saisir cette occasion pour pousser à la formation à distance des salariés. Pour Nizar Baraka, cette étape, politique par excellence, est celle des grands choix. Ainsi, les partis doivent participer pour affronter la pandémie et pour concevoir le plan de relance économique. «Après l'intervention royale, le degré de confiance dans les autorités publiques et dans l'avenir a nettement augmenté. Il est donc impératif de conserver cet acquis de confiance, qui s'est construit sur la base d'une vision claire et précise sur l'avenir», a indiqué l'ancien ministre des Finances.
Le patron de l'Istiqlal est également favorable à la mise en place d'un nouveau pacte sociétal qui permettra de réaliser la transition vers le nouveau modèle de développement. Cela se fera à travers le renforcement des réalisations des 20 dernières années et la coupure avec les politiques qui ont jusqu'ici élargi les disparités sociales et spatiales, exploité les ressources du pays. Il faudra également réaliser la transformation numérique dans notre pays pour pouvoir profiter des opportunités d'investissements et d'emplois, dit-il.
■ Débat national avec les partis politiques et les syndicats
Pour sa part, Saâdeddine El Othmani, SG du PJD, a démenti les prétendues absences des partis au cours de la période de la pandémie. Ceux-ci ont essayé, dans la limite du possible, de remplir leurs rôles d'encadrement politique des citoyens, a noté le chef du gouvernement. Selon lui, actuellement, les différences et les positionnements des formations n'ont pas d'importance. «Nous devons être unis pour affronter cette pandémie. Ce qui nécessite une forte solidarité pour construire le modèle marocain de manière anticipée», a-t-il noté avant de rappeler qu'au niveau du gouvernement, il a senti la nécessité de discuter sur l'après-Covid-19 avec les forces vives du pays. L'ouverture d'un débat national avec les partis politiques et les centrales syndicales et les organisations professionnelles a été annoncée au Parlement. Il sera lancé juste après l'Aïd El Fitr. Au menu, d'abord la méthodologie et l'allègement de l'état d'urgence sanitaire à l'horizon d'une sortie à moyen terme. Ensuite, il s'agit de voir comment réaliser la relance économique après le déconfinement. Enfin, le projet de loi de finances rectificative sera une occasion d'en débattre avant même son transfert au Parlement. Les orientations sont claires: la priorité sera donnée aux secteurs à impact stratégique comme notamment l'enseignement, la santé, la protection sociale et l'emploi, a noté le chef du gouvernement.
Les nouvelles priorités
Pour Nizar Baraka, de nouvelles priorités sont apparues dans le contexte de la pandémie. C'est le cas du renforcement de la souveraineté nationale qui permet de garantir notamment la sécurité alimentaire et l'approvisionnement énergétique. Idem pour le nouveau requis nécessaire à la consolidation de la production nationale, à travers l'orientation des commandes publiques vers cet objectif. Il faudra également renforcer la cohésion sociale et assurer la bonne gouvernance en renforçant notamment la politique du ciblage.
M.C.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.