Tourisme : la Tunisie et l'Egypte prennent de l'avance sur le Maroc    Maroc/Covid-19: la répartition des 249 nouveaux cas par villes    Erdogan provoque les chrétiens    Real Madrid: Marcelo indisponible trois semaines    Votre quotidien Al Bayane en kiosque dès ce lundi 13 juillet    Marché des voitures neuves : un secteur en pleine convalescence    Association nationale des médias et éditeurs: Nouvelle vague d'adhérents    En plein désert, le Maroc érige une voie express de plus de 1000 km    Enseignement: Il est temps de mettre en œuvre le système de la loi cadre    Baccalauréat: fin de la première session, toutes branches confondues    Alaa Eddine Aljem présente son « Miracle du saint inconnu » à Séoul    RAM: voici le programme des vols exceptionnels à partir du 15 juillet    Le Raja s'accroche à son attaquant contre le Zamalek    Les mesures prises pour accompagner la reprise de l'activité touristique    Les ministres arabes se félicitent des efforts déployés par le Maroc    Mahi Binebine, Giosuè Calaciura, Souad Labbize boycottent la cérémonie de remise    US Round Up du vendredi 10 juillet – DeSantis, De Niro , Mode & Covid19, NBA, Hôpitaux    Relance du tourisme : Laftit fait le point avec les professionnels    Alerte météo: la canicule se poursuit dans ces villes du Maroc    Benzema élu joueur du mois en Espagne    Champions League: voici les affiches des quarts (PHOTO)    La médina d'Asilah renoue avec l'art contemporain    Le soutien des entreprises conditionné par la conservation d'au moins 80% des déclarés    Coronavirus : 115 nouveaux cas, 15.194 cas au total, vendredi 10 juillet à 10h    L'Homme refuse d'être libre    Messages de condoléances du Roi Mohammed VI au Roi d'Arabie Saoudite et au Président ivoirien    Capitalisation boursière à fin 2019 : La part des investisseurs étrangers s'élève à plus de 200 milliards DH    Gims raconte son « Malheur Malheur »    Dialogue social : Les partenaires sociaux préparent un nouveau round    Le Maroc intègre la communauté andine en tant que membre observateur    Casablanca: un inspecteur de police et une femme interpellés pour falsification et usage de documents officiels    Bus de Casablanca. Le PJD agent commercial d'Erdogan    Prévisions météorologiques pour la journée du vendredi 10 juillet 2020    Saad Dine El Otmani : Relance économique et vigilance sanitaire, maîtres-mots de la prochaine étape    La responsabilité de l'Algérie dans le détournement de l'aide humanitaire destinée aux camps deTindouf est patente    Préparation des prochaines échéances électorales    City se balade, Wolverhampton s'égare    Débat sur la réforme du Code électoral    Le roi Mohammed VI a envoyé un message au roi Salmane    Le trompettiste Ibrahim Maalouf relaxé en appel    Le 51ème Festival national des arts populaires aura lieu en octobre    Nouvelle édition en ligne des Nuits blanches du cinéma et des droits de l'Homme    Le président ivoirien a reçu un message du roi Mohammed VI    Sauver la SAMIR : Par devoir et par nécessité    De nouveaux bains de sang évités en Tunisie    Guerre mémorielle autour de l'ancienne basilique Sainte-Sophie    Reprise de l'activité footballistique au Maroc    Talaâ Saoud Al Atlassi : Le non du Maroc au plan israélien se démarque par son réalisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Living in Times of Corona», des films de l'intérieur
Publié dans L'Economiste le 27 - 05 - 2020

Comment vivez-vous le confinement? Entre éclats de rire, crises d'angoisse, télétravail, cours de cuisine ou moments d'introspections… Voici 5 jolies pépites qui illustrent cette expérience de la façon la plus poétique qui soit. Initié par le studio créatif et incubateur de talents Jawjab, 5 réalisateurs, jeunes et confirmés, nous présentent leur vision de la vie au temps du coronavirus sous la forme de 5 courts métrages de 5 minutes, réalisés en un temps record (7 jours) à voir sur la page Facebook de Jawjab.
En consentant à nous laisser pénétrer dans l'intimité de sa relation avec sa grand-mère, Hassan Ouazzani nous offre l'opus le plus émouvant de la série (Ph. Hassan Ouazzani)
Huis clos créatif, Hicham Lasri, Raja Saddiki, Hassan Ouazzani, Mohamed Achaour et Mohamed Mouftakir se sont prêtés à l'exercice. Les opus, partagés entre le 18 et le 22 mai, ont déjà cumulé plus d'un million de vues. Les 5 cinéastes témoignent tour à tour du changement brutal que le confinement a opéré dans leur vie ou dans celle de leurs proches.
Plan séquence, noir & blanc, stop motion, photographie… À part les contraintes liées au temps de production et à l'espace, les réalisateurs avaient carte blanche pour livrer, dans le format qu'ils voulaient, quelque chose de très personnel sur cette période particulière. «Nous voulions documenter cette période du point de vue des artistes, à travers les images qu'ils produisent, les histoires qu'ils souhaitent raconter», déclare Younes Lazrak, directeur général adjoint chez Jawjab.
Le spectateur s'immisce ainsi dans l'antre de chaque réalisateur, découvre son lieu de vie, sa famille parfois, ses objets personnels. Résultat: une série extrêmement touchante, parfois anxiogène, éminemment poétique qui semble interpeller chacun de nous, tellement les visions personnelles des artistes se muent incontestablement en questions universelles. Pour cause, le premier opus de Hicham Lasri nous renvoie à cette solitude que nous aurions pu vivre comme une angoisse, à travers un dialogue sans répondant. Une sorte de jeu de cache-cache qui tourne mal.
«Ça part d'un manque affectif, de cette nostalgie de mes enfants, pour en faire une sorte de récit anxiogène (poussant les codes du cinéma) pour donner ce récit à la fois simple, construit, et efficace», analyse le réalisateur. Avec Raja Saddiki, qui mérite une mention spéciale, c'est la nostalgie du monde d'avant qui prend forme dans un entremêlement d'images réelles et de dessins animés créés par la jeune dessinatrice Majda Jarbili.
«Dreaming in The Time of Corona» de la vidéaste et réalisatrice Raja Saddiki, nous offre une rêverie onirique, faite de choses simples de la vie que l'on conçoit aujourd'hui avec beaucoup de nostalgie (Ph. Raja Saddiki)
«Aujourd'hui nous sommes des milliards à rêver de revivre comme avant, de pouvoir être avec nos mères, nos amis, d'aller à la plage, d'être en contact avec les gens et la nature... Comme tous, nos rêves n'ont jamais été aussi simples que de retrouver notre vie d'avant», explique la réalisatrice et documentariste.
Le photographe et réalisateur Hassan Ouazzani a quant à lui choisi les mains de sa grand-mère, usées par le temps mais toujours habiles, pour nous raconter la vie d'avant et d'aujourd'hui. Loin des siens, cette dame âgée, mais à l'esprit toujours très vif, ne peut plus compter que sur ses doigts pour vivre.
L'artiste qui consent à notre intrusion dans sa relation intime avec sa grand-mère, a réussi, certainement, l'exercice le plus émouvant de cette série. Pour Mohamed Achaour, c'est à travers les yeux de son jeune fils que le spectateur peut aisément confondre avec le réalisateur lui-même, qu'il donne à voir les effets du confinement.
La rencontre avec l'enfant que nous étions, un thème récurrent pour lequel opte également Mohamed Mouftakir qui fait écho à une situation que nous vivons tous: celle de l'introspection pendant cette quarantaine forcée. «Un confinement externe mène à un déconfinement interne», explique le réalisateur. Entre les murs de sa maison, sur son petit vélo qui tourne en rond sur la terrasse, l'enfant devient cette voix intérieure de l'artiste qui est, «par essence, un être pour la plupart du temps confiné».
Amine BOUSHABA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.