La CNDP plaide pour une digitalisation réfléchie    Loi de Finances: Les doléances de la FMF    Conseil de la concurrence: 50% des décisions et avis portent sur les concentrations    Yamed Capital livre les premières villas du projet Terre Océane    Paris: Le défilé du 14 juillet tenu en format réduit    Covid19: Plus de 16.000 cas au Maroc    Covid-19: Ait Taleb prévient contre le relâchement    ENCG, ENSA, médecine... encore plus de places à prendre!    Maroc: report des festivités de la fête du Trône    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Ibrahim Aboubakr Harakat    Driss Lachguar se réunit avec les jeunesses de partis politiques    Netflix dévoile les coulisses du tournage de "The Old Guard" à Marrakech    Nouveau programme de diffusion de longs métrages marocains sur le site web du CCM    La famille Travolta en deuil    Retour sur six années de procédure    Les canoë-kayaks reprennent de plus belle au Bouregreg    Stage de l'EN de futsal au Complexe Mohammed VI de football    La demande intérieure devrait baisser de 4% cette année    La santé numérique, une solution pertinente aux défis du système de soins    Mohamed Benabdelkader : L'ouverture de la profession d'adoul à la gente féminine consacre le choix démocratique du Royaume    Le Maroc reconduit à la vice-présidence du comité exécutif du Centre Nord-Sud    Tenue de 362 procès à distance en moins d'une semaine    La Turquie et le monde arabe    Le WWF appelle les pays méditerranéens à lutter effectivement contre la pêche illégale des requins et des raies    Du sang neuf à SG Maroc    Le café maure de la Kasbah des Oudayas rasé    Serie A: l'Inter Milan se positionne derrière la Juventus    Premier League: Manchester United cale face à Southampton    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    Ouverture partielle des frontières : la croix et la bannière pour les MRE    L'émergence du cinéma digital    US Round Up du mardi 14 juillet – Déficit budgétaire, Angelina Jolie, Tyler Goodspeed, Ecoles, US coronavirus    Amnesty. Première gifle de Tel Aviv    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Vague de chaleur à partir de mercredi au Maroc: les villes concernées (Alerte météo)    Présidentielles Polonaises: Réélection d'Andrzej Duda    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Nouvelle rencontre réussie du président de l'ANME avec le ministre Othmane El Ferdaous    Air Arabia Maroc lance son programme de vols spéciaux    Remaniement ministériel en Tunisie    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Foot. Le Real se rapproche du titre    Tanger en état d'alerte    Impact Covid-19 – Tourisme : Le plan de relance en Conseil de gouvernement    Premières élections régionales en Espagne depuis la pandémie    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    Un artiste charismatique s'en va    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Relance de l'économie: Les mesures CGEM coûteront 100 milliards de DH
Publié dans L'Economiste le 28 - 05 - 2020

«Si une entreprise ne dispose pas de la structure bilancielle pour s'endetter, d'autres mécanismes pour la reconstitution des fonds propres sont prévus». La CGEM a proposé d'autres mesures sachant que le crédit Damane Relance réduit le poids de la dette. Il est à long terme et à un taux de 4%, explique Mehdi Tazi, vice-président de la CGEM lors de la visioconférence organisée mercredi 27 mai.
Plus de 500 mesures sont proposées par la confédération patronale pour relancer l'activité. Son président Chakib Alj, a relevé «une reprise depuis mardi 26 mai. Ce redémarrage nous permettra de freiner les dégâts considérables sur nos entreprises et sur l'emploi, et de soulager la trésorerie de l'Etat». Une reprise qui s'effectue dans un contexte marqué par la poursuite de la mobilisation contre le Covid-9. Le patron des patrons a souligné «qu'une campagne de dépistage massive est menée dans les milieux professionnels. Près de 60.000 tests ont été effectués et ce testing va s'accélérer».
Dans son pack, la CGEM prévoit des mesures d'appui à l'offre et de soutien de la demande. Certaines liées à la fiscalité en particulier locale nécessiteront des négociations ardues: «Les entreprises en difficulté ne pourront pas payer les taxes locales. Nous demandons un traitement exceptionnel et un accompagnement pour 2021», souligne Abdelmejid Faiz, vice-président de la commission Fiscalité et Douane du patronat.
Le maintien de la commande publique, voire son augmentation avec une orientation vers les entreprises locales, l'accélération des paiements des entreprises, la lutte contre l'informel via la réduction de la TVA… La CGEM veut mettre le paquet pour booster l'activité.
■ Informel: Réduire le gap de compétitivité
«Près de 4,5 millions de ménages opérant dans l'informel ont été indemnisés par l'Etat. Pour un Etat plus fort, il faut que les entreprises du secteur informel intègrent le secteur organisé», souligne Mehdi Tazi. Pour lui, les entreprises ont intérêt à se structurer. «La crise a montré que celles qui opèrent dans le secteur formel bénéficient de plus d'aides». La CGEM a identifié des «incitants» pour lutter contre l'économie souterraine: réduction des écarts de compétitivité par un renforcement des mesures douanières et une baisse de la TVA dans les secteurs les plus touchés par la crise du Covid-19. A cela s'ajoute, l'inclusion des entreprises de l'informel et de leurs salariés via la création de microentreprise pour les structures de moins de 1 million de DH et de 5 salariés. «Nous proposons un impôt unique et un statut unique auprès de la CNSS, la généralisation de l'ICE et des mesures plus sévères contre les entreprises qui resteraient dans l'illégalité.
■ 80 à 100 milliards de DH, le coût de la relance
«La relance nécessitera 80 à 100 milliards de DH», indique Mehdi Tazi qui se base sur une évaluation des propositions de la confédération patronale. Ces montants englobent 60 milliards de DH relatifs au montant de la garantie accordé dans le cadre de Damane Relance et 10 milliards de DH (un montant qui n'est pas encore tranche) au titre de la recapitalisation des entreprises publiques et qui devraient servir au paiement des créances détenues par les entreprises privées. A cela s'ajoutent 10 milliards de DH de subvention et d'aides aux entreprises sous forme de participation au financement du chômage partiel, de réduction de la TVA et 10 à 20 milliards de DH des fonds d'investissement sectoriels.
■ Smig: Pourquoi le rapport?
Prévue en juillet 2020, la deuxième hausse du Smig, décidée dans le cadre du dialogue social, a fait l'objet d'une demande de report, comme cela a été annoncé en exclusivité par L'Economiste. Hicham Zouanat, président de la Commission sociale, juge ce report nécessaire dans la conjoncture actuelle: l'enjeu est la préservation de 940.000 emplois. De plus, l'accord signé entre le patronat, les syndicats et l'Etat le 25 avril 2019 prévoit des engagements de part et d'autre. Or, soutient-il, seule la confédération patronale a respecté le deal en appliquant la revalorisation des allocations familiales et la hausse du Smig intervenue en juillet 2019. L'Etat et les syndicats n'ont mis en exécution aucune disposition: la loi organique sur la grève, le décret sur les contrats à durée déterminée prévue dans l'article 16 du code du travail et les consultations pour l'amendement du code du travail n'ont pas encore vu le jour. «Nous demandons le report de cette augmentation pour préserver l'emploi et jusqu'à ce que les autres parties remplissent leurs engagements», assume le président de la Commission sociale de la CGEM.
■ Chômage partiel pour une année
Pour la CGEM, le chômage partiel devrait être introduit. Ce mécanisme ne serait actionné que dans des situations précises. Dans la conjoncture actuelle, il pourrait prendre le relais dès juillet, de la mesure mise en place (indemnité Covid-19 accordée par la CNSS) en faveur des entreprises pour une année seulement. L'employeur prendrait en charge 50% du salaire et 50% par l'Etat dans la limite de 3.000 DH ainsi qu'une exonération de l'IR. Ce dispositif est conditionné par le maintien de 80% des effectifs. «Ce mécanisme permet à des entreprises de gérer une baisse ponctuelle de l'activité sans avoir à licencier», justifie la CGEM.
Khadija MASMOUDI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.