TGV. Khlie lève le voile sur la grille tarifaire    PLF 2019 : La chambre des représentants adopte le projet de loi    Al Boraq atteint 357km/h et entre dans le Top 10 mondial de la vitesse    11 personnes inculpées dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    Crédit agricole du Maroc. Démarrage de la 5e session d'éducation financière    Maroc-Algérie. Guerre de lobbying à Washington    Le groupe OCP reçoit la médaille d'or HSE à Pékin    Immigration irrégulière. L'Espagne interdit les go-fast    Finale de la Coupe du Trône / WAF-RSB : Qui aura le dernier mot ?    Lo Celso restera sûrement à Betis    Lancement de l'opération Riaya en faveur des zones touchées par la vague de froid    Signature d'une convention et suivi de plusieurs projets : Aziz Akhannouch au chevet de l'Oriental    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Santé. Le secteur attend un traitement de choc    Le Maroc nommé président de l'Observatoire Africain de Sécurité Routière    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    USA/UE: La coopération réglementaire au menu des discussions    Esbroufe    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Démissions en série du gouvernement Theresa May    Ligue des Nations : Löw promet de poursuivre le rajeunissement de la Mannschaft    N'Golo Kanté, salarié "normal", a renoncé à un montage offshore    Prisme tactique : Trois pistes pour conjurer le sort    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    News    Organisation d'une journée "Jeunes leaders marocains" à la Faculté d'Aïn Sbaâ    Mohamed Benabdelkader : L'administration, pilier de tout développement économique    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    Le développement humain au Maroc est loin d'être satisfaisant : Le classement PNUD en dit long    Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech    Présentation à Rabat de la pièce de théâtre chorégraphique "Les hommes meurent mais ne tombent pas"    Création de trois prix régionaux de littérature dédiés à l'enfant    L'ATTRAIT DE LA METROPOLE    Deux fonctionnaires de police impliqués dans une affaire de corruption à Rabat    Theresa May lutte pour sa survie sur le Brexit    Co-produit par la chaîne 2M et réalisé par Hind Bensari : Le documentaire «We Could Be Heroes» en avant-première à Casablanca    Khashoggi : Le procureur saoudien dédouane le prince héritier    Evénement biennal organisé par l'association Racines : Les états généraux de la culture font escale à Tiznit    Des réunions entre députés marocains et européens pour renforcer les relations    1er Forum africain de la sécurité routière. Vivo Energy partenaire    Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    El Khalfi : Vers une refonte du financement public des associations    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Noureddine Bensouda: «L'Administration fiscale est un médiateur»
· Rencontre avec le nouveau directeur des Impôts
Publié dans L'Economiste le 25 - 03 - 1999

· Le fisc veut s'ouvrir à un nouveau mode de gestion
· «Des relations claires avec le contribuable passent par la précision de la réglementation»
"Pour qu'un citoyen adhère à l'impôt, il faut qu'il le comprenne''. Ce principe semble animer la volonté d'action du nouveau directeur des Impôts, M. Noureddine Bensouda. Pour ce faire, ce dernier table sur la conjugaison de quatre outils de gestion: la participation, la transparence, la rigueur et les nouvelles technologies de l'information. Aussi faudrait-il au départ "développer une politique d'écoute'' pour se mettre au service du contribuable. M. Bensouda préfère plutôt parler de "service au citoyen''. L'objectif est, selon ses termes, de "clarifier les relations entre l'Administration fiscale et le citoyen''. L'outil privilégié à ce niveau est de mettre en place des textes clairs et précis. De la loi à la circulaire, la ligne de conduite tracée par la réglementation ne doit pas laisser d'équivoques. Cela est d'autant plus important que la marge de manoeuvre laissée aux vérificateurs du Fisc reste problématique. La solution serait, selon M. Bensouda, de concevoir des circulaires spécifiques par secteur d'activité. "Ces circulaires existent déjà pour certains secteurs. Elles sont plus détaillées dans le but d'éviter toutes interprétations'', souligne-t-il. D'autres encore sont en cours de finalisation. C'est le cas notamment de la circulaire relative au secteur des BTP. «Rien n'empêche de multiplier les exemples», indique M. Bensouda.
Renforcer la concertation
Une telle démarche répond, dans une certaine mesure, à des interrogations soulevées par les professionnels. Ainsi, pour M. Miloudi Sibenali, expert-comptable: "Parfois la circulaire a besoin d'interprétation dans la mesure où elle reste théorique. Les cas concrets, l'Administration semble ne pas les connaître''. Pour sa part, M. Abdelhaq Daoud, président du Conseil Régional de Rabat et Nord de l'Ordre des Experts-Comptables, explique qu'une interprétation de la circulaire s'impose lorsqu'elle est face à un cas particulier. "Il nous arrive d'écrire des lettres à l'Administration fiscale dont certaines restent sans réponses. Nous considérons alors que l'Administration adhère tacitement à notre approche'' ajoute-t-il.
Pour mettre fin à ces "attentes'', M. Bensouda compte renforcer la concertation par le mode de gestion. Il tient à préciser d'ores et déjà que la participation des services extérieurs de l'Administration des Impôts rapproche la réglementation de la réalité.
"La participation des services déconcentrés garantit d'office l'applicabilité des dispositions de la loi'', insiste-t-il. Cela n'empêche pas qu'il faut, selon lui, rester à l'écoute des
orientations du secteur privé et de son approche. "Il faut considérer cette administration comme un médiateur, dans le sens où elle a la tâche de traduire la volonté du gouvernement, et de l'autre côté, de collecter l'information au niveau de l'environnement pour la transmettre au plus haut niveau de la décision'' explique le nouveau directeur des Impôts.
------------------------------------------------------------------------
Nouvelle procédure pour les circulaires
La circulaire d'application relative à la Loi de Finances bénéficiera du rôle médiateur de l'Administration des Impôts. «Le processus de préparation de cette circulaire sera modifié. Désormais, elle sera établie en concertation avec les services extérieurs et devra être prête en même temps que la loi elle-même. L'objectif est de permettre au citoyen de gagner du temps en disposant de la circulaire dans des délais assez courts après la publication de la loi», explique M. Bensouda. o
Rafik IKRAM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.