Météo: le temps qu'il fera ce mercredi au Maroc    Vie privée: Un outil de veille pour mars prochain    FMI: «Pour être riche, il faut investir dans les gens»    Fès: Le stade Hassan II rouvre ses portes, mais…    Droit d'accès à l'information: Attention au délai du 12 mars 2020    Cinéma: Les maux du pays auscultés dans un hôpital    Coronavirus: l'Algérie enregistre son premier cas (VIDEO)    Cap sur la production décarbonée    Lydec affiche une baisse de 17% de son résultat net    Divers    Un Américain meurt en voulant prouver que la Terre est plate    Maintenir ou non le carnaval en Haïti    Vers l'institutionnalisation des relations entre la Chambre des représentants et le Conseil saoudien de la Choura    Eden Hazard Fissure de la cheville et gouffre d'inquiétudes    Garrido, nouvel entraîneur du Wydad    Botola Pro D2 : Aucune visibilité avant le dernier tiers de l'exercice    DGSN: la police de Safi s'attaque aux fumigènes    Rencontre sur la réforme du système judiciaire    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    Insolite : Pour sauver sa main    Psychose de par le monde Le Coronavirus tend vers la pandémie    Une très grosse menace pèse sur l'Afrique    Le Crédit Agricole du Maroc booste son soutien aux TPE et aux petites entreprises    Les groupes "Meriem & Band" et "Khmissa" en concert à Casablanca et Rabat    Philippe Garrel revient à ses premières amours    Saad Lamjarred et Fnaire ont-ils plagié une chanson de Hamid Zaher ? (VIDEO)    SUEZ remporte deux contrats dans le secteur automobile au Maroc    Habib El Malki recadre certains politiciens d'Europe    Modèle de développement: Le forum des jeunes d'Al Akhawayn formule une série de recommandations    Casablanca: un “khettaf” percute volontairement un fourgon de police    HCP : les secteurs « des services » et « de l'agriculture, des forêts et de la pêche » demeurent les premiers pourvoyeurs d'emploi    L'ancien président égyptien Hosni Moubarak n'est plus    Quand la fédération cautionne le hooliganisme!    3e édition de l'Afrique du Rire    Charles Berling lit Nuit d'épine de Christine Toubira    Primaires démocrates : Sanders en pole position, Biden sous pression    6 jeunes auteurs en résidence d'écriture pour le film d'animation    Attijariwafa bank : un nouvel organigramme    Enseignement supérieur : clôture du projet de jumelage institutionnel Maroc-UE    Alliances Développement Immobilier : Alami Lazraq franchit à la hausse le seuil de participation    En Allemagne, une voiture fonce dans la foule d'un carnaval à Volkmarsen, et blesse une trentaine de personnes    Coronavirus : à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones    Pétitions, le Parlement fait le point    Le Wydad remercie Desabre et trouve son remplaçant (PHOTO)    4ème édition de Oulad Mogador Music Action : Deux groupes sélectionnés    Eliminatoires africaines de para-taekwondo: Rajaa Akermach et Soukaina Sebbar qualifiés aux Jeux de 2020    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Noureddine Bensouda: «L'Administration fiscale est un médiateur»
· Rencontre avec le nouveau directeur des Impôts
Publié dans L'Economiste le 25 - 03 - 1999

· Le fisc veut s'ouvrir à un nouveau mode de gestion
· «Des relations claires avec le contribuable passent par la précision de la réglementation»
"Pour qu'un citoyen adhère à l'impôt, il faut qu'il le comprenne''. Ce principe semble animer la volonté d'action du nouveau directeur des Impôts, M. Noureddine Bensouda. Pour ce faire, ce dernier table sur la conjugaison de quatre outils de gestion: la participation, la transparence, la rigueur et les nouvelles technologies de l'information. Aussi faudrait-il au départ "développer une politique d'écoute'' pour se mettre au service du contribuable. M. Bensouda préfère plutôt parler de "service au citoyen''. L'objectif est, selon ses termes, de "clarifier les relations entre l'Administration fiscale et le citoyen''. L'outil privilégié à ce niveau est de mettre en place des textes clairs et précis. De la loi à la circulaire, la ligne de conduite tracée par la réglementation ne doit pas laisser d'équivoques. Cela est d'autant plus important que la marge de manoeuvre laissée aux vérificateurs du Fisc reste problématique. La solution serait, selon M. Bensouda, de concevoir des circulaires spécifiques par secteur d'activité. "Ces circulaires existent déjà pour certains secteurs. Elles sont plus détaillées dans le but d'éviter toutes interprétations'', souligne-t-il. D'autres encore sont en cours de finalisation. C'est le cas notamment de la circulaire relative au secteur des BTP. «Rien n'empêche de multiplier les exemples», indique M. Bensouda.
Renforcer la concertation
Une telle démarche répond, dans une certaine mesure, à des interrogations soulevées par les professionnels. Ainsi, pour M. Miloudi Sibenali, expert-comptable: "Parfois la circulaire a besoin d'interprétation dans la mesure où elle reste théorique. Les cas concrets, l'Administration semble ne pas les connaître''. Pour sa part, M. Abdelhaq Daoud, président du Conseil Régional de Rabat et Nord de l'Ordre des Experts-Comptables, explique qu'une interprétation de la circulaire s'impose lorsqu'elle est face à un cas particulier. "Il nous arrive d'écrire des lettres à l'Administration fiscale dont certaines restent sans réponses. Nous considérons alors que l'Administration adhère tacitement à notre approche'' ajoute-t-il.
Pour mettre fin à ces "attentes'', M. Bensouda compte renforcer la concertation par le mode de gestion. Il tient à préciser d'ores et déjà que la participation des services extérieurs de l'Administration des Impôts rapproche la réglementation de la réalité.
"La participation des services déconcentrés garantit d'office l'applicabilité des dispositions de la loi'', insiste-t-il. Cela n'empêche pas qu'il faut, selon lui, rester à l'écoute des
orientations du secteur privé et de son approche. "Il faut considérer cette administration comme un médiateur, dans le sens où elle a la tâche de traduire la volonté du gouvernement, et de l'autre côté, de collecter l'information au niveau de l'environnement pour la transmettre au plus haut niveau de la décision'' explique le nouveau directeur des Impôts.
------------------------------------------------------------------------
Nouvelle procédure pour les circulaires
La circulaire d'application relative à la Loi de Finances bénéficiera du rôle médiateur de l'Administration des Impôts. «Le processus de préparation de cette circulaire sera modifié. Désormais, elle sera établie en concertation avec les services extérieurs et devra être prête en même temps que la loi elle-même. L'objectif est de permettre au citoyen de gagner du temps en disposant de la circulaire dans des délais assez courts après la publication de la loi», explique M. Bensouda. o
Rafik IKRAM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.