Nouveau modèle de développement: Le Maroc que nous voulons (Document exclusif)    Affaire ukrainienne: Un ambassadeur dit avoir « suivi les ordres » de Trump    Le Maroc s'achète 36 hélicoptères Apache AH-64E américains    Le roi saoudien appelle l'Iran à renoncer à son « idéologie expansionniste »    Hay Mohammadi: accueil triomphal pour l'équipe du TAS    Giovanna Barberis «La mise en œuvre effective de la politique intégrée de la protection de l'enfance pourrait être accélérée»    Nouvelle distinction pour Auto Hall    La pénurie des infirmiers pèse sur le système de santé    «La formation un maillon parmi tant d'autres pour structurer la filière musicale»    IRAN: L'augmentation du prix de l'essence met le feu aux poudres…    Financement extérieur : Plus de 4 MMDH mobilisés en 2018    Badr Hari organise le mariage secret de Ronaldo à Marrakech    48es Assises de l'Union internationale de la presse francophone : Latifa Akharbach anime une table ronde    Immobilier. Toujours pas de corrélation entre transactions et prix    Al Boraq: 2,5 millions de voyageurs en une année    Cartouches, montres de luxe, bijoux et 476 kg de cocaïne saisis à Harhoura    Ce vendredi, alerte météo dans plusieurs provinces du royaume    Accidents de la circulation : 9 morts et 1.711 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    Unis contre Trump, les démocrates exposent leur division entre modérés et progressistes    Billetterie en ligne : Le Raja et guichet.ma, champions de la transformation numérique du sport    PLF 2020, M. Benchaaboun nu parmi les loups…    L'ACAPS à la rencontre des associations de protection du consommateur    Edito : Modèle    Distinction : SMAA sacré «Meilleur importateur» d'Opel    Difficulté d'accès au financement : le constat choquant du HCP    MEDays: Le monde face à la subversion et aux incertitudes    Londres, une capitale qui se déguste!    Si l'école ne parle pas la langue de ses élèves…    Le parlement de l'enfant : Une expérience prometteuse    Los Angeles se met à l'heure marocaine    Driss Lachguar : Il est nécessaire de doter les femmes des compétences scientifiques et d'encadrement    Habib El Malki et Fatiha Saddas élus au Conseil de l'Alliance progressiste    Le Maroc a choisi la voie du libéralisme et de l'ouverture    La bonne opération du Onze national à Bujumbura    L'EN des locaux déroule face à la Guinée    La SGM et l'Université Mohammed V scellent un partenariat    Dmii débarque à Tanger, Gamondi quitte Agadir    Les prix des actifs immobiliers repartent à la hausse    Les nouveautés en matière de géologie du quaternaire en débat à Kénitra    La richesse du patrimoine culturel africain célébrée à Mohammédia    Nouvelle édition du Festival international des écoles de cinéma de Tétouan    S'toon Zoo, les pros de l'impro sont de retour !    Coupe du Trône: Le TAS de Casablanca entre dans l'histoire    Rajae Lahlou: La quête de soi        Forum des jeunes leaders. Une plateforme d'expression    Sport-étude. TIBU s'allie avec des Américains    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retraite: Deux régimes en un
Publié dans L'Economiste le 28 - 01 - 2000

· Basée sur les cotisations salariales et patronales, la retraite facultative de la CIMR constitue une des pièces maîtresses dans le privé
Quel salarié, jeunes ou d'un âge avancé, ne s'intéresse pas de près ou de loin à assurer ses vieux jours.
Une fois embauché, tout employé du secteur privé voit une partie de son salaire mensuel attribuée aux cotisations sociales. Les prélèvements sont obligatoires dans le cas de la CNSS et facultatifs pour la CIMR.
Créée en 1949, la CIMR gère un régime de retraite au profit des salariés, de toute personne physique ou morale, établie au Maroc et ayant souscrit un contrat d'adhésion. Tout employeur peut adhérer à la Caisse et ce, pour le compte de ses salariés.
Les pensions CIMR sont financées par deux types de cotisations. La première est constituée des cotisations salariales prélevées directement sur le salaire des bénéficiaires. Celles-ci ne vont pas directement dans les caisses de la CIMR. Elles atterrissent dans une compagnie d'assurances pour une gestion par capitalisation. Le prélèvement alimente un compte individuel de capitalisation à un taux minimum garanti (actuellement de 4,5%). De par leur connaissance du marché, ces compagnies placent cet argent à des taux bien supérieur. L'essentiel de cet excédent (90%) revient à la CIMR, tandis que le reliquat est affecté aux bénéfices de la compagnie d'assurances.
La deuxième cotisation, appelée part patronale, est versée cette fois-ci par l'employeur. Elle est confiée directement à la CIMR pour être gérée par répartition.
Chaque adhérent a le choix entre différents taux de contribution: 3; 3,75; 4,5; 5,25 et 6%. Exemple: un salarié touche un salaire brut mensuel de 7.000 DH par mois pour un taux de cotisation de 6%. La cotisation salariale est donc de 420 DH à verser à une compagnie d'assurances pour une gestion par capitalisation. La même part est versée par l'entreprise (part patronale) à la CIMR.
A fin 1998, le nombre des actifs cotisants s'élevait à 214.868, en amélioration de 2.249 par rapport à 1997. Au total, 3.474 entreprises étaient adhérentes à la Caisse dont 11 placées en position de «sommeil».
Comment sont déterminés les droits à la retraite: Les droits à la retraite sont déterminés par le nombre de points que la CIMR attribue chaque année aux cotisants. Ces points tiennent compte des versements (parts patronales+parts salariales). La valeur du point est révisée au 1er juillet de chaque année pour permettre une revalorisation des pensions servies. Depuis juillet dernier, Il est passé à 10,89 contre 10,72 une année auparavant.
Comment calculer sa cotisation CIMR: En décortiquant sa fiche de paie à la fin de chaque mois, le salarié a du mal à calculer exactement sa cotisation. La plupart du temps, ses calculs n'aboutissent pas à grand-chose même s'il connaissait ses taux de cotisation. Il est important à cet égard de connaître son assiette de contribution. Tous les éléments bruts de rémunération sont pris en compte avant leur imposition (fixe, heures supplémentaires, gratifications...).
L'assiette de cotisation ne doit cependant pas excéder un salaire plafond fixé en 1998 à 718.516 DH.
Système de points: Chaque année, la CIMR attribue au salarié cotisant un nombre de points P, selon une formule comprenant les cotisations salariales et patronales ainsi que le salaire de référence. Le salaire de référence n'est autre que l'évolution moyenne de l'ensemble des affiliés cotisants. o


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.