Déficit budgétaire de 41,3 MMDH à fin juillet    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19: Le nombre des cas actifs s'élève à près de 11.000    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.306 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 39.241 cas cumulés, vendredi 14 août à 18 heures    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Covid-19 au Maroc: témoignages poignants de médecins réanimateurs    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Retraite: Deux régimes en un
Publié dans L'Economiste le 28 - 01 - 2000

· Basée sur les cotisations salariales et patronales, la retraite facultative de la CIMR constitue une des pièces maîtresses dans le privé
Quel salarié, jeunes ou d'un âge avancé, ne s'intéresse pas de près ou de loin à assurer ses vieux jours.
Une fois embauché, tout employé du secteur privé voit une partie de son salaire mensuel attribuée aux cotisations sociales. Les prélèvements sont obligatoires dans le cas de la CNSS et facultatifs pour la CIMR.
Créée en 1949, la CIMR gère un régime de retraite au profit des salariés, de toute personne physique ou morale, établie au Maroc et ayant souscrit un contrat d'adhésion. Tout employeur peut adhérer à la Caisse et ce, pour le compte de ses salariés.
Les pensions CIMR sont financées par deux types de cotisations. La première est constituée des cotisations salariales prélevées directement sur le salaire des bénéficiaires. Celles-ci ne vont pas directement dans les caisses de la CIMR. Elles atterrissent dans une compagnie d'assurances pour une gestion par capitalisation. Le prélèvement alimente un compte individuel de capitalisation à un taux minimum garanti (actuellement de 4,5%). De par leur connaissance du marché, ces compagnies placent cet argent à des taux bien supérieur. L'essentiel de cet excédent (90%) revient à la CIMR, tandis que le reliquat est affecté aux bénéfices de la compagnie d'assurances.
La deuxième cotisation, appelée part patronale, est versée cette fois-ci par l'employeur. Elle est confiée directement à la CIMR pour être gérée par répartition.
Chaque adhérent a le choix entre différents taux de contribution: 3; 3,75; 4,5; 5,25 et 6%. Exemple: un salarié touche un salaire brut mensuel de 7.000 DH par mois pour un taux de cotisation de 6%. La cotisation salariale est donc de 420 DH à verser à une compagnie d'assurances pour une gestion par capitalisation. La même part est versée par l'entreprise (part patronale) à la CIMR.
A fin 1998, le nombre des actifs cotisants s'élevait à 214.868, en amélioration de 2.249 par rapport à 1997. Au total, 3.474 entreprises étaient adhérentes à la Caisse dont 11 placées en position de «sommeil».
Comment sont déterminés les droits à la retraite: Les droits à la retraite sont déterminés par le nombre de points que la CIMR attribue chaque année aux cotisants. Ces points tiennent compte des versements (parts patronales+parts salariales). La valeur du point est révisée au 1er juillet de chaque année pour permettre une revalorisation des pensions servies. Depuis juillet dernier, Il est passé à 10,89 contre 10,72 une année auparavant.
Comment calculer sa cotisation CIMR: En décortiquant sa fiche de paie à la fin de chaque mois, le salarié a du mal à calculer exactement sa cotisation. La plupart du temps, ses calculs n'aboutissent pas à grand-chose même s'il connaissait ses taux de cotisation. Il est important à cet égard de connaître son assiette de contribution. Tous les éléments bruts de rémunération sont pris en compte avant leur imposition (fixe, heures supplémentaires, gratifications...).
L'assiette de cotisation ne doit cependant pas excéder un salaire plafond fixé en 1998 à 718.516 DH.
Système de points: Chaque année, la CIMR attribue au salarié cotisant un nombre de points P, selon une formule comprenant les cotisations salariales et patronales ainsi que le salaire de référence. Le salaire de référence n'est autre que l'évolution moyenne de l'ensemble des affiliés cotisants. o


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.