TGV. Khlie lève le voile sur la grille tarifaire    PLF 2019 : La chambre des représentants adopte le projet de loi    Al Boraq atteint 357km/h et entre dans le Top 10 mondial de la vitesse    11 personnes inculpées dans le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi    Benatia : Gagner pour ne pas jouer la survie au Malawi    Crédit agricole du Maroc. Démarrage de la 5e session d'éducation financière    Maroc-Algérie. Guerre de lobbying à Washington    Le groupe OCP reçoit la médaille d'or HSE à Pékin    Immigration irrégulière. L'Espagne interdit les go-fast    Finale de la Coupe du Trône / WAF-RSB : Qui aura le dernier mot ?    Lo Celso restera sûrement à Betis    Lancement de l'opération Riaya en faveur des zones touchées par la vague de froid    Signature d'une convention et suivi de plusieurs projets : Aziz Akhannouch au chevet de l'Oriental    Spotify : Le service de streaming musical arrive au Maroc    Santé. Le secteur attend un traitement de choc    Le Maroc nommé président de l'Observatoire Africain de Sécurité Routière    Mohammed VI-B bientôt dans l'espace    USA/UE: La coopération réglementaire au menu des discussions    Esbroufe    Un show pour valoriser les inventeurs arabes    Bachir Demnati: Un oublié de l'histoire de l'art au Maroc    Démissions en série du gouvernement Theresa May    Ligue des Nations : Löw promet de poursuivre le rajeunissement de la Mannschaft    N'Golo Kanté, salarié "normal", a renoncé à un montage offshore    Prisme tactique : Trois pistes pour conjurer le sort    Fayez al-Sarraj fustige l'hypocrisie européenne sur les migrants    News    Organisation d'une journée "Jeunes leaders marocains" à la Faculté d'Aïn Sbaâ    Mohamed Benabdelkader : L'administration, pilier de tout développement économique    Driss Lachguar reçoit une délégation de l'OSPAA    Le développement humain au Maroc est loin d'être satisfaisant : Le classement PNUD en dit long    Rencontre sur le judaïsme marocain : "Marocains juifs, des destins contrariés" projeté à Marrakech    Présentation à Rabat de la pièce de théâtre chorégraphique "Les hommes meurent mais ne tombent pas"    Création de trois prix régionaux de littérature dédiés à l'enfant    L'ATTRAIT DE LA METROPOLE    Deux fonctionnaires de police impliqués dans une affaire de corruption à Rabat    Theresa May lutte pour sa survie sur le Brexit    Co-produit par la chaîne 2M et réalisé par Hind Bensari : Le documentaire «We Could Be Heroes» en avant-première à Casablanca    Khashoggi : Le procureur saoudien dédouane le prince héritier    Evénement biennal organisé par l'association Racines : Les états généraux de la culture font escale à Tiznit    Des réunions entre députés marocains et européens pour renforcer les relations    1er Forum africain de la sécurité routière. Vivo Energy partenaire    Plus de 2 millions de Marocains sont diabétiques    El Khalfi : Vers une refonte du financement public des associations    INDH : 46 millions de DH mobilisés pour la province de Laâyoune    L'écrivain El Miloudi Chaghmoum va à la rencontre des prisonniers de Kénitra    Commémoration du 63ème anniversaire des Trois glorieuses    La maladie de Parkinson au cœur d'une journée organisée par le ministère chargé des MRE et des Affaires de la migration    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Basri limogé, qui l'aurait cru!
Publié dans L'Economiste le 28 - 07 - 2000

• D'autres limogeages avaient suivi à la tête de la MAP, la TVM, 2M et de la Sécurité Royale
LA destitution de Basri a suscité beaucoup de réactions de la part de l'opinion publique, aussi bien nationale qu'internationale. Les milieux d'affaires se sont également manifestés pour aspirer à un avenir meilleur avec un gouvernement sans Basri. Certains avaient du mal à y croire, tellement le mythe Basri était ancré dans la vie des gens. C'est le mardi 9 novembre 1999 que SM le Roi Mohammed VI a décidé d'écarter ce natif de Settat, ministre d'Etat à l'Intérieur depuis près de 20 ans, du gouvernement. Le Souverain avait nommé en remplacement M. Ahmed Al Midaoui et créé le poste de secrétaire d'Etat à l'Intérieur auquel II a placé M. Fouad Ali El Himma. Le jeudi suivant (11 novembre), SM le Roi avait présidé au Palais Royal de Marrakech, et pour la première fois depuis plus de 20 ans, un Conseil des ministres sans Basri.
Le successeur de l'ex-ministre n'est pas un inconnu du système, puisqu'il connaît déjà le circuit du ministère. Né en 1948, M. Al Midaoui est originaire de Taouna-te. C'est un universitaire spécialisé en droit. Il a assumé les fonctions de gouverneur dans la Préfecture de Mohammédia en 1987 avant d'être muté, en 1993, à Tanger. Un an plus tard, M. Al Midaoui a été nommé à la tête de la Direction Générale de la Sûreté Nationale jusqu'en mai 1997, date à laquelle il a été limogé. M. Midaoui a également enseigné à l'Ecole Nationale d'Administration Publique (ENAP), à la Faculté de Droit de Rabat et à l'Ecole de Perfectionnement des Cadres du Ministère de l'Intérieur à Kénitra. Pour sa part, M. Fouad Ali El Himma, secrétaire d'Etat à l'Intérieur, est né à Marrakech en 1962. Il a effectué un stage au Ministère de l'Intérieur de 1986 à 1995. Il a également présidé de 1992 à 1997 le Conseil Municipal de Benguérir et avait été élu député des R'hamna de l995 à l997.
Par ailleurs, d'autres limogeages avaient suivi. Il s'agit notamment des directeurs de la MAP (M. Abdeljalil Fenjiro) et de la TVM (M. Mohamed Issari). Le 16 novembre 1999, le Souverain avait reçu M. Mohamed Yassine Mansouri qu'il avait nommé directeur de l'Agence Maghreb Arabe Presse et M. Faiçal Laaraïchi qu'il avait nommé directeur de la Télévision marocaine.
Quelques mois après (19 avril 2000), M. Nourredine Saïl avait été nommé directeur général de 2M en remplacement de M. Larbi Belarbi, limogé lundi 17 avril 2000. M. Saïl avait effectué un passage à 2M lors de son démarrage en 1989. Il était alors directeur des Programmes. Il était également chargé auparavant de la programmation à la TVM. Il occupait juste avant sa nouvelle nomination le poste de directeur des Programmes à Canal+Horizons. A noter enfin que SM le Roi avait déchargé M. Mohamed Médiouri de ses fonctions de directeur de la Sécurité Royale le 22 mai 2000.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.