La conscription concernera 15.000 appelés    Vers le renforcement de la coopération entre le Parlement marocain et l'UIP    Le Maroc et les Iles Fidji veulent booster leurs relations    De la nécessité d'investir dans la jeunesse    L'Indice des prix des actifs immobiliers demeure orienté à la baisse    Mise en service à Rabat des nouveaux autobus    Le Soudan se dote d'un nouveau pouvoir    Le régime syrien va permettre aux civils de sortir de la région d'Idleb    News    L'ultime défi de l'Imperatore Franck Ribéry à la Fiorentina    De l'or pour la taekwondiste marocaine Soukaina Sahib    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT gagne mais sa qualification reste compromise    Jeux africains : l'Egypte domine le classement, le Maroc 4ème    Fouzi Lekjaa démissionne de la présidence de la RSB    Féminicide à Sidi Slimane    Divers    Faire souvent la sieste, un signe précoce d'Alzheimer ?    Abdelhamid Azzubair, un artiste éclectique qui exalte la calligraphie arabe    Dwayne Johnson récupère sa place d'acteur le mieux payé au monde    Le Festival international de Volubilis de musique mondiale traditionnelle de retour à Meknès    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    Kelaât Sraghna : Elle rend l'âme lors d'une soirée arrosée    Festival «Oued Eddahab » : Le coup d'envoi ce vendredi    Festival Tifawin : Les arts du rural en fête    Transfert: Le PSG « intransigeant » sur le cas Neymar, selon la presse    Le KACM signe un contrat de haut niveau    Les ministres de tutelle veulent professionnaliser le sport dans le continent    Le cinéma sans frontières fait escale à Berkane    Selon BAM, repli de 0,9% des prix des actifs immobiliers au T2-2019    Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours    Italie: Deuxième jour de consultations pour sortir de la crise    Boris Johnson reçu par Macron, tenant de la fermeté sur le Brexit    Crise de Hong Kong: Craignant un Tian an men 2, Pékin tergiverse…    Finance climatique. Une délégation marocaine en Corée    Ces jeunes artistes marocains qui brillent de mille feux    20 ans de règne : Un billet commémoratif de 20 DH émis par BAM    Fête de la Jeunesse : 443 personnes graciées    Grâce à la recharge *5 : Inwi démocratise l'achat d'applications sur Google Play Store    La relance sur fond de responsabilité    Arrestation à Sidi Slimane d'un individu soupçonné d'assener des coups mortels à sa femme    Service militaire : Démarrage de l'incorporation des appelés    Maroc–Iles Fidji : Vers un partenariat mutuellement bénéfique    Accidents de la route : 30 morts et 1.615 blessés en périmètre urbain    Quel temps fera-t-il ce jeudi ?    Service militaire obligatoire : 900 candidats accueillis à Oujda    Discours du roi. Un modèle de développement aux spécificités marocaines    Edito : Révolution    La fragile économie du lac Malawi victime du climat et de la surpêche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La facture pétrolière sur le grill
Publié dans L'Economiste le 05 - 08 - 2004

· Le prix se situe actuellement autour de 42 dollars le baril
· La Caisse de compensation sollicitée
LES prix du brent reflambent. Ils ont atteint des niveaux très élevés sur le marché international hier, mercredi 4 août, avoisinant les 42 dollars le baril contre 38 dollars quelques jours auparavant. Les opérateurs espèrent que cette flambée des prix sera passagère. Une réunion de l'Opep est prévue incessamment pour tenter de trouver des solutions afin de baisser les cours du pétrole sur le marché international.
Le Maroc, pays importateur, est tributaire des cours mondiaux et voit sa facture fluctuer en fonction des variations des cours internationaux. D'ailleurs, au terme du premier semestre de cette année, les importations marocaines de pétrole brut ont atteint près de 6,2 milliards de DH. Ce sont les dernières statistiques de l'Office des Changes qui en font état. Ces importations se sont ainsi inscrites en hausse de 94,1% par rapport à la même période de l'année précédente.
L'augmentation de ce poste des échanges extérieurs du pays a lourdement affecté la facture globale. Les importations du Maroc sont en effet passées de près de 67 milliards de DH en 2003, à plus de 77 milliards en 2004.
En volume, ces importations ont porté sur 2,87 millions de tonnes. Comparativement au premier semestre 2003, la hausse enregistrée a été de 81,1% puisqu'à fin juin 2003, les importations de pétrole brut portaient sur un volume de 1,58 million de tonnes. Le prix moyen de la tonne importée s'est établi à un niveau de 7,2% plus élevé que celui de la même période de l'année 2003. Il a ainsi atteint 21,54 DH la tonne contre 21,01 DH. En juin, le prix moyen a avoisiné les 22,98 DH la tonne, soit une hausse de 25,9%.
En cas de fluctuations importantes, c'est la Caisse de compensation qui a pour rôle de financer le déficit enregistré afin de maintenir les prix à la consommation sur le marché national. Elle dispose, dans ce cas précis, d'une ligne appelée compte d'ajustement des prix dont elle s'alimente pour stabiliser les prix. L'augmentation de la facture pétrolière engendrée par cette flambée des prix internationaux va lourdement affecter la trésorerie de la caisse. Pour le moment, aucune évaluation chiffrée ne peut être effectuée. Mais l'augmentation étant certaine, des opérateurs estiment que “la facture de la compensation pour les produits pétroliers sera probablement de l'ordre de 2 milliards de DH”. En 2003, ce montant a avoisiné 1,6 milliard de DH, compensation destinée à financer la stabilité du prix du butane sur le marché. L'augmentation des importations n'a pas touché uniquement le pétrole brut. Les acquisitions de gaz de pétrole et autres hydrocarbures ont également enregistré une hausse, contribuant ainsi à faire progresser les importations des produits énergétiques de façon générale. Elles ont ainsi respectivement augmenté de 7,3% et 53% par rapport à la même période de l'année précédente. Les importations globales de produits énergétiques se sont pour leur part établies à près de 10,96 milliards de DH contre 9, 97 milliards.
Par ailleurs, les importations en produits raffinés ont diminué. Le gasoil et fuel-oil, l'essence brute, les huiles de pétrole et lubrifiants ont enregistré des baisses respectives de 73,3, 26,6 et 35,6%.
------------------------------------------------------------------------
Fluctuations imprévisibles
LES produits énergétiques ont contribué à hauteur de 14,1% dans le total des importations du Maroc. L'année précédente, ce pourcentage s'établissait à 14,9%. Le Maroc est importateur de pétrole brut, ce qui le laisse tributaire des fluctuations du marché international. Pour cette année, aucune prévision n'est établie. Les fluctuations restent encore fortement imprévisibles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.