La CAF prévoit deux pauses fraîcheur entre les mi-temps    Meknès. Arrestation d'une bande criminelle arrêtée pour cambriolages    Exposition sur Eugène Delacroix à Rabat, une première dans le monde arabe et en Afrique    Musiques sacrées. Le festival bat son plein    L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Saut d'obstacles : Concours officiel de la Garde royale du 28 au 30 juin à Rabat    Organisé par AOB Group et l'AMEE : La performance énergétique dans l'hôtellerie en débat    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Le coût social aggrave le déficit budgétaire en 2019    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Journée mondiale des réfugiés    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Médecine : Drôles de carabins !    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Dormir devant la télévision fait grossir    Bulletin de la CAN    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Habib El Malki en visite à Dublin    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    Démantèlement à Tétouan d'une cellule terroriste    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le karaté poursuit ses conquêtes
Publié dans L'Economiste le 28 - 07 - 1994

L'Union des Fédérations de Karaté est encore bop jeune pour donner ses fruits: les Marocains ne sont pas encore les champions imbattables d'Afrique comme en rêvent certains maîtres. Mais le karaté, plus que populaire, tend à devenir un sport de famille et gagne même le troisième âge.
Malgré la victoire de Hassan Fekkak au kata, les Karatékas marocains rechignent devant les résultats globaux du 5ème championnat d'Afrique organisé les 22 et 23 juillet sur les tatamis du Complexe Mohamed V de Casablanca. Etaient en compétition 8 pays: le Maroc, la Tunisie, l'Algérie, l'Egypte, le Mali, le Sénégal, le Congo et le Maroc, pays organisateur. Ils lorgnaient la 1ère place au classement général, gagnée par les Algériens. "Nous connaissons l'historique du karaté au Maroc, dit M. Hassan Bahiaoui, membre du comité d'organisation du 5ème championnat d'Afrique. Nous avions réalisé les meilleures performances africaines dans les compétitions mondiales. Aujourd'hui notre recul est la conséquence du manque d'organisation de ce sport et des perturbations qui en ont découlé pendant plusieurs années". Bien que M. M'Hamdi Benomar, président de la nouvelle fédération de karaté, prétende que l'affaire du Karaté se soit "dénouée" avec l'unification des anciennes fédérations en une seule, consacrée par l'élection d'une assemblée générale il y a 2 mois, mais dont il reste à désigner le bureau et à établir les statuts, il faudra encore un travail de longue haleine avant d'aboutir à une véritable organisation.
2ème après le foot
M. Benomar, ex-président de la Fédération Royale Marocaine de Karaté, de Judo, d'Aïkido et d'Arts Martiaux associés (FRMKJAAM), fait valoir qu'au sein de cette fédération le karaté a toujours évolué dans les meilleures conditions, ce qui n'était pas le cas pour les autres groupements. "Mais il est vrai qu'il y avait 4 fédérations de karaté, dont la nôtre, qui travaillaient dans la débandade, chacune avec un programme différent", ajoute M. Benomar.
Aujourd'hui le karaté est enseigné dans 400 clubs à travers le Royaume, 8.000 athlètes adhéraient à l'ex-FRMJAAM, les membres des anciennes fédérations ne sont pas encore recensés. M. Benomar estime que l'effectif global des adeptes de ce sport augmente chaque année de 10% en moyenne. "Le karaté existe depuis 30 ans au Maroc, affirme M. Bahiaoui. "Il est enseigné dans plusieurs styles: Shotokan, Shotokaï; Shito Ruy.... Sport populaire, au niveau national, il est classé 2ème après le football et tend de plus en plus à devenir un sport de compétition". Le club de M. Bahiaoui à Marrakech compte 40% de pratiquantes. Comme il n'y a pas de limite d'âge à s'inscrire au club pour les cours de technique, on y trouve des sportifs de tout âge, souvent des couples avec leurs enfants, et même des personnes âgées de plus de 50 ans, dont une dizaine de femmes.
Un sport non violent
M. Chérif Tifaoui, président de la Fédération Algérienne de Karaté et vice-président de la FMK, déclare que dans son pays le karaté est le 1er sport national, avec 2.400 clubs, 350.000 adhérents. Il est enseigné en tant que filière à l'Institut Algérien des Sciences et Technologies sportives depuis 6 ans.
Le karaté est un sport populaire dans le monde entier. La Fédération Mondiale de Karaté (FMK), qui regroupe 154 pays membres, a effectué une enquête auprès de tous les comités olympiques du monde: celle-ci a démontré que le karaté est non seulement le premier art martial mais aussi le premier sport de combat du monde. "Parce ce que le karaté est un sport qui plaît à la jeunesse, tout simplement, affirme M. Jacques Delcourt, président de la FMK. "C'est à la fois un sport, une philosophie, une méthode d'éducation, un moyen de se donner des armes à soi-même pour combattre... sur un plan pacifique j'entends".
Avec la création des fédérations internationales, le karaté a subi des modifications au cours du temps, créant des normes en faveur d'un développement harmonieux des arts martiaux dans les pays occidentaux où la tradition japonaise intégrale pourrait être lourde. C'est dans le domaine de la compétition que des changements sont apparus, la technique d'origine ayant été conservée. "Tant que le karaté roulera sur ces deux rails, il ira loin", conclut M. Delcourt.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.