Inauguration d'une unité d'hémodialyse à l'hôpital provincial d'El Jadida    Le roi nomme Chakib Benmoussa président de de la Commission spéciale sur le modèle de développement    ADM : circulation suspendue entre Larache et Moulay Bousselham    Mohamed Benalilou décoré à Istanbul par l'Organisation de la coopération islamique    Elections britanniques: Premier face-à-face entre Johnson et Corbyn    Eliminatoires CAN-2021 : Les Lions de l'Atlas dominent le Burundi (0-3)    Nouzha Bouchareb : Le Maroc s'engage à contribuer au plan ONU-Habitat    Immobilier. Accor et le groupe Yasmine se rapprochent    Marché des capitaux. L'AMMC muscle ses contrôles    Hult Prize couronne son lauréat le 7 décembre    Insolite. Deux américains parviennent à transformer l'air...en vodka !    Luis Enrique reprend les commandes de la sélection espagnole    Pour Washington, la colonisation israélienne ne viole pas le droit international    Coupe du Trône de futsal : Le Fath de Settat s'offre le titre aux dépens de la Ville Haute de Kénitra    Arrestation à Marrakech d'un individu pour trafic de drogues dures    Lâayoune Charkia: un policier dégaine son arme pour neutraliser un individu dangereux    Vidéo. Un camion chargé de migrants fonce dans un poste-frontière de Bab-Sebta    Zineb El Rhazoui, la marocaine qui "divise" en France    Aminux lance sa radio ?    Mustapha Iznasni, un Grand de la Presse nationale s'est éteint    Bolivie: Les dessous du complot anti-Morales…    Le Maroc se prépare au grand froid    Marrakech : Artcurial met en vente un chef d'œuvre d'Etienne Dinet    Destitution: Trump « envisage » de témoigner, les auditions s'accélèrent    Jerome Powell rappelle à Donald Trump l'indépendance de la Fed    Ouverture du 24e FICAR: Wafaa Amer et Daoud Aoulad Syed honorés    Transport de marchandises. Les conditions d'accès préoccupent les partenaires sociaux    Edito : Anticiper    Marrakech : des uniformes pour les conducteurs des calèches touristiques    Météo : Le ministère du transport appelle à la vigilance    Projets verts «Rhamna E-Mob» : 30 motos électriques remises aux autorités locales    Modèle de développement. L'Istiqlal et le RNI croisent le fer    Du nouveau dans l'affaire du "semsar" ayant promis d'intervenir pour alléger la peine d'une détenue    Moustapha Cissé Lô : Le Maroc intégrera bientôt la CEDEAO    Driss Lachguar : L'USFP a toujours servi les intérêts de la nation    Hommage à Bruxelles à la première génération des Marocains de Belgique    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    Le cheval Rajeh remporte le GP de S.M le Roi Mohammed VI du pur-sang arabe    1000 taekwondistes présents au tournoi international d'Oujda    Le flux des migrations n'est pas près de s'estomper    Le Onze national sommé de secouer le cocotier à Bujumbura    Le plan Maroc vert, un modèle à suivre    "Le Mans 66" en tête du box-office    L'art plastique marocain s'invite à Tunis    L'artiste plasticien Salem Chouatta ou l'art de rendre visible l'invisible    Forum euro-méditerranéen d'Essaouira: Maryam AIT MOULAY remporte «Prix pour Jeunes Leaders»    Venise sous les eaux : Nouvelle marée haute dangereuse attendue ce dimanche    L'œuvre de Hamid Douieb sous la loupe    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Les problèmes d'immigration sont dans les pays d'origine"
Entretien avec Fassi Fihri, ministre délégué aux Affaires étrangères
Publié dans L'Economiste le 24 - 11 - 2005

· L'accord de réadmission doit être «le plus équilibré possible»
· Clandestins: La filière marocaine insignifiante
«L'accord de réadmission, on y travaille tout le temps», a répondu Fassi Fihri. Tout en estimant que le Maroc est déterminé à poursuivre ces négociations, le ministre a rappelé que les relations avec le Maroc «ne se limitent pas au seul problème de l'immigration». Toujours est-il que, selon lui, un accord de réadmission «n'a de mérite et d'intérêt que s'il satisfait les deux parties et que s'il est susceptible d'être mis en œuvre d'une manière fluide sans divergence d'interprétation». Aux yeux de Fassi Fihri, celui-ci doit être « le plus équilibré possible et donner des garanties aux deux parties. C'est à cela que nous travaillons. Nous demandons à l'Union européenne d'ouvrir des négociations avec les autres pays concernés, car le Maroc ne peut pas réadmettre sur son territoire des personnes ni européennes ni marocaines sous prétexte qu'elles sont passées par son territoire en sachant qu'elles sont d'abord passées par d'autres territoires». C'est un réseau d'accords qu'il faudrait promouvoir. De plus, précise le ministre à L'Economiste, «ce qui est le plus important c'est que la réadmission n'est qu'un élément pour résoudre d'une manière substantielle et structurelle ce problème. Il faut penser à résoudre les problèmes dans les pays d'origine: les conflits militaires, le sous-développement, la pauvreté et la faim. C'est long, c'est difficile et c'est coûteux».
Le ministre marocain a précisé que dans le cadre de l'immigration clandestine en Espagne la filière marocaine représente «seulement 5% du total et que dans ce chiffre seuls 2% des migrations clandestines peuvent être attribués à des sujets marocains». Il a affirmé par ailleurs que les efforts du Maroc en ce qui concerne la lutte contre les flux migratoires clandestins se sont soldés par une baisse de 40% des tentatives de pénétration aussi bien vers les Canaries que vers la péninsule Ibérique. S'agissant des 40 millions d'euros prévus par l'UE pour aider le Maroc à lutter contre les migrations clandestines, la partie européenne a précisé que le déblocage de ces fonds a subi un certain retard technique et que maintenant ceux-ci étaient à disposition d'une «Unité de projets conjointe», qui procède actuellement aux différents appels d'offres pour notamment la fourniture de matériel de surveillance et de contrôle des frontières du sud et du nord du Maroc. La Commission européenne a reconnu que devant les besoins importants du Maroc la somme de 40 millions devrait pouvoir être dotée de montants supplémentaires à partir de 2007 et qu'elle y travaillait déjà.
Les ministres européens ont à ce propos salué l'initiative hispano-marocaine de tenir une conférence ministérielle euro-africaine sur la gestion des flux migratoires avec la participation des principaux pays d'origine, de transit et de destination concernés. Interrogé par L'Economiste à cet égard, Fassi Fihri a expliqué que Rabat et Madrid attendent qu'un certain nombre d'échéances se réalisent pour lancer leur initiative: d'abord le Sommet de Barcelone des 27 et 28 novembre. Ensuite le Sommet européen des 15 et 16 décembre, et d'autres rencontres comme le Sommet France-Afrique. A partir de là, a-t-il précisé, «nous comptons développer une coordination avec un certain nombre de pays africains pour arrêter un agenda de cette conférence et fixer les attendus et les objectifs». Selon lui, il s'agira d'une réunion qui se veut « pragmatique, concrète avec des résultats et qui devra embrasser l'ensemble du phénomène des migrations d'une manière globale: sécurité, réadmission mais aussi responsabilisation de tous les Etats concernés, codéveloppement et politique d'intégration».
------------------------------------------------------------------------
Coup de gueule «diplomatique»
Sur le plan économique, si l'Union européenne note avec satisfaction que le Maroc a su préserver la stabilité macroéconomique, elle rappelle que son économie reste fragile «du fait d'une base industrielle étroite et d'une forte dépendance vis-à-vis du secteur agricole». L'UE encourage le gouvernement à renforcer les politiques économiques afin d'augmenter la croissance du PIB au-delà du niveau nécessaire pour combattre la pauvreté et réduire le chômage. Tout en saluant l'initiative prise par Rabat d'accélérer le calendrier de son démantèlement tarifaire pour un certain nombre de produits industriels, l'UE regrette toutefois qu'un certain nombre d'obstacles aux échanges entravent les exportations européennes et que, à cet égard, plusieurs questions commerciales soulevées lors de la réunion du Comité d'association du 3 juin 2005 et de la réunion du sous-comité «Commerce» du 10 octobre 2005 n'aient toujours pas été résolues: méthode d'évaluation en douane, problèmes posés dans le secteur des céramiques, restrictions à l'exportation des cuirs et des peaux et protection des droits de propriété intellectuelle. L'UE souhaite qu'une solution soit rapidement trouvée pour ces dossiers. Elle souligne en outre la nécessité de créer un environnement favorable aux affaires car il s'agit «d'une condition déterminante pour attirer les investissements étrangers».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.