Anwar El Ghazi : « Ziyech doit aller au gymnase »    Hakim Ziyech n'a que faire des excuses de Hervé Renard    Hicham Boussefiane se dit prêt à devenir leader du FC Malaga    Khalil Boubhi : La pandémie impactera considérablement les contrats sportifs    Progression du PNB de la CFG Bank au premier trimestre    L'ambassade du Maroc à New Delhi en première ligne    A Madagascar et à travers l'Afrique, la ruée controversée vers l'artemisia    Vote à distance: La Chambre des conseillers décide de développer une application électronique    238 ONG subventionnées par le programme Moucharaka Mouwatina    Les six grands principes de la doctrine d'intervention de la CGEM    L'AMMC rappelle aux émetteurs les règles et recommandations en matière de communication financière    Webinaires sportifs : Raccourcir les distances et enrichir les compétences    Sara Bellali : Le Maroc a exploité toutes ses ressources matérielles et humaines.    Etude sur les conséquences de la pandémie du Covid-19 sur la profession de la médecine dentaire    Une étude confirme l'efficacité modeste d'un antiviral contre le Covid-19    Une plongée virtuelle au cœur du patrimoine culturel d'Essaouira    Colère en Malaisie après l'abandon des poursuites contre Riza Aziz    Le Réseau des journalistes contre la peine de mort appelle le Maroc à abolir cette peine cruelle    S.M le Roi accomplit la prière de l'Aïd Al-Fitr    Coronavirus : 27 nouveaux cas, 7433 au total, dimanche 24 mai à 16h    Quel nouveau modèle économique pour le Maroc d'après Covid-19 ?    Quel nouveau modèle économique pour le Maroc d'après Covid-19 ?    Aïd Al Fitr célébré dimanche au Maroc    Roumanie : Le président de l'EMSI Kamal Dissaoui distingué    Coronavirus : 74 nouveaux cas confirmés au Maroc, 7.406 cumulés, samedi à 16h    Vidéo. Pakistan : 97 morts dans un crash d'avion    David Keene… Comment l'Algérie finance la propagande de sécession aux Etats-Unis    Coronavirus : 43 nouveaux cas, 7375 au total, samedi 23 mai à 10h    Achraf Bencharki plus près que jamais de Trabzonspor    Au temps du confinement, l'expression artistique se réinvente    Nos Vœux    L'ONU lance une initiative mondiale contre la désinformation    Un club chinois s'intéresse à Younès Belhanda    La CAN 2021 toujours sans visibilité…    Nizar Baraka: il est temps de redéfinir les priorités nationales    «REC» de Paco Plaza et Jaume Balaguero: un thriller viral!    La crise et après…    Le porteur de feu (L'Igniphore)    Lire Evelyne ou le djihad?    Israël…Gaza… Les Palestiniens    «Le législateur devrait insérer le télétravail pour une application claire et sans ambiguïtés»    508 mesures proposées par la CGEM et ses fédérations    A quoi sert une frontière?    Déconfinement: Les députés pointent l'absence de vision    Kamal Moummad, «The Man Behind the Scene»    Venezuela: Trump perd la partie…    Confinement et ramadan, un duo gagnant pour la télé!    DOC-Covid19 : Les principaux textes législatifs en un seul clic!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Fisc explore la piste d'un impôt unique
Publié dans L'Economiste le 06 - 02 - 2006

· Une des réflexions à ne pas exclure pour la réforme
· Beaucoup de pays d'Europe centrale ont adopté la «flat tax»
«DANS le débat autour de la réforme, il serait intéressant de ne pas ignorer les réflexions concernant la «flat tax» (impôt unique)». La phrase est de Noureddine Bensouda, DG de la direction des Impôts. Si elle n'est pas définitive, elle traduit néanmoins la tendance à venir à l'égard d'une mesure déjà adoptée par de nombreux pays de l'ex-Europe de l'Est et en cours d'étude aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Après le regroupement de tout le dispositif fiscal dans le cadre du code d'assiette et de recouvrement, le temps est donc à l'unification. Invité jeudi 2 février à Casablanca par la Chambre française de commerce et d'industrie du Maroc, Bensouda a inscrit cette possibilité dans l'effort de mise en cohérence du système fiscal, thème de la rencontre. Un effort qui s'est soldé en 2005 par une augmentation record des recettes fiscales, soit 14,6% de plus qu'en 2004. Cette hausse tranche à la fois avec la croissance moyenne de 7,7% enregistrée sur la période 2000-2004 et avec le taux de croissance du PIB n'ayant pas dépassé 3,9%. Les éléments forts de cette tendance se situent au niveau de l'impôt sur les sociétés (IS) et de l'impôt sur le revenu (IR) qui ont augmenté respectivement de 22,1 et 15,6%. Et Bensouda de reprendre son bâton de pèlerin défendant les multiples modifications apportées cette année au niveau d'une TVA «en essoufflement». En témoigne la maigre progression de 1,5% pour la TVA à l'intérieur. Celle-ci a représenté 53% des dépenses fiscales de 2005.
Ceci, malgré les efforts d'amélioration des remboursements de cet impôt, passés de 1,2 milliard de DH en 2003, à 2,5 milliards en 2004 et à 3,2 milliards en 2005. Pour le directeur des Impôts, cet essoufflement de la TVA «est dû à la multiplicité des exonérations mais également au taux normal de 20% qui demeure élevé et qui, de ce fait, encourage la fraude». Des progrès importants ont certes été réalisés, mais les mesures d'exemptions, d'abattements et de réductions introduites, à intervalles réguliers, génèrent des écarts significatifs entre les objectifs annoncés de la politique fiscale et le dispositif mis en vigueur.
Proposée en 2003 par l'administration fiscale, la possibilité d'une baisse progressive de ce taux en vue d'élargir l'assiette revient à la surface. Une révision à la baisse de l'IR et l'IS est également envisageable dans ce sens. «La modernisation du système fiscal attendue par le biais de la réforme de la TVA ne permet d'atteindre un degré élevé de cohérence fiscale que si elle intègre l'imposition des bénéfices et des revenus», a expliqué le directeur des Impôts. Pour lui, cette baisse est conditionnée par une réelle et meilleure contribution de toutes les entreprises. «L'incantation n'a jamais produit de changement efficace», a affirmé le responsable. Preuve en est que 60% des déclarations à l'IS affichent des résultats déficitaires.
«De tels comportements avec des mentalités d'hier freinent les ambitions d'aujourd'hui», a-t-il ajouté.
------------------------------------------------------------------------
Simplification
La simplification du système fiscal a abouti ces dernières années à la réduction du nombre d'articles de la fiscalité nationale de 415 à 252, soit 40% en moins. Cet effort traduit une volonté de la direction des Impôts de limiter les carottes fiscales.
«Plus le système fiscal est compliqué, plus la pression des lobbies pour obtenir des avantages fiscaux est forte et plus le nombre de fonctionnaires pour le gérer est important», a affirmé Bensouda. Résultat, la mise en œuvre d'une fiscalité efficiente, équitable et neutre est freinée.
Pour le directeur des Impôts, aujourd'hui, comme hier, les divergences de points de vue sur la fiscalité proviennent en fait d'une tendance à vouloir perpétuer les privilèges qui se heurte à une forte volonté d'assurer une meilleure répartition de la charge fiscale.
------------------------------------------------------------------------
Chronologie d'une réforme
1984: Année de la réforme fiscale, passage d'un système cédulaire à un système synthétique.
1986: La TVA devient le premier pilier de la réforme, en remplacement des taxes sur le chiffre d'affaires.
1987: Mise en place de l'IS et modernisation du régime fiscal des personnes morales.
1990: Révision de l'imposition des personnes physiques et regroupement de tous les revenus catégoriels dans l'IGR.
1999: Assises nationales sur la fiscalité.
2000-2001: Suppression de certains impôts et l'intégration d'autres dans l'IGR ou l'IS.
2002-2003: Révision de la procédure de notification et de recours, uniformisation de la procédure contradictoire et réaménagement des sanctions.
2004: Réforme des droits d'enregistrement, épousant la même architecture que celle des autres impôts.
2005: Adoption du livre des procédures fiscales, première étape dans le processus de mise en oeuvre du code général des impôts.
- Evaluation des régimes dérogatoires. Un rapport sur les dépenses fiscales a été annexé à la loi de Finances 2006 et recensant 337 dispositions dérogatoires. Les 102 mesures d'entre elles ont totalisé un manque à gagner pour le budget de l'Etat, en 2005, de l'ordre de 15 milliards de DH, l'équivalent de 76,5% du budget d'investissement de l'Etat cette année. Le rapport sur les dépenses fiscales accompagnera dorénavant le projet de loi de Finances et sera amélioré en 2007, en tenant compte des études d'impacts économique et social.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.