Report des promotions: Les enseignants dénoncent!    UE: 1 nouveau naturalisé sur 10 est Marocain    Pape Diouf, ancien président de l'OM, meurt du coronavirus    Nador : arrestation d'un individu en flagrant délit de possession de 3,8 kg d'héroïne    Coronavirus : 15 nouveaux cas confirmés, 617 au total, ce mardi 31 mars à 21h    Covid-19 : les composantes parlementaires mobilisées pour répondre aux exigences de la situation actuelle    La CNDP prolonge le moratoire sur la reconnaissance faciale    Covid-19: nouvelles mesures au profit des établissements et entreprises publics    Le dirham se déprécie face à l'euro et le dollar    Ça ne va pas si mal que ça pour nos étudiants au Canada    La production dans la construction en hausse de 3,6% dans la zone euro    Décès du docteur et militant Ahmed Bourra    Les commissions de contrôle des prix sur le qui-vive    Du rêve au report : La course d'obstacles de Tokyo-2020    Les Jeux olympiques de 2020 auront lieu le 23 juillet 2021    Les Mondiaux d'athlétisme repoussés à 2022    L'activité des ports de Mohammedia, Agadir et Jorf Lasfar n'est pas affectée par la pandémie    Les marchands non financiers pronostiquent une stabilité de leur activité au premier trimestre    Détermination du gouvernement à protéger les citoyens contre le coronavirus    Ouverture de la deuxième session législative le 10 avril prochain    Les éboueurs en première ligne à Fès    DGAPR : Soukaina Glamour et Ibtissam Batma ne bénéficient d'aucun traitement préférentiel    Communiqué du Bureau politique du PPS    La musique au temps du coronavirus, un refuge qui apaise les esprits    Les éditeurs multiplient les initiatives pour garder le contact avec les lecteurs    Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Liga: Real Madrid va finalement baisser les salaires de ses stars    Covid-19: la Bundesliga ne reprendra pas avant cette date    WAC-EST: Le TAS fixe une nouvelle date    Hicham Hajji : «La culture restera toujours présente. Elle est indispensable»    «Zhar El Batoul» : Une série historique attendue pendant le mois de Ramadan    Confinement : Le CCM met en ligne une série de longs métrages marocains    Ligue des champions: le Wydad et le Raja disent «niet» à la CAF    L'ensemble des indicateurs au vert à fin 2019 : Cosumar en bonne santé financière    Covid-19 : 20 millions de dirhams mobilisés par le conseil régional de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    La culture à portée de clic!    Port d'Agadir : Hausse de 7% de l'activité    Banque Populaire : nouvelles mesures en faveur des entreprises    Covid-19: le Consulat rassure les Marocains d'Italie    Coronavirus : le Maroc peut en sortir plus fort    Issam-Eddine Tbeur: «la peste soit sur le Coronavirus !»    Les pjdistes mangent à tous les râteliers, dont la maladie, pour se placer en pole position du triple échiquier électoral de 2021    Fonds anti-Coronavirus: Abdelilah Benkirane -t-il fait don de sa pension exceptionnelle ?    Le protocole d'enterrement des victimes du Covid-19    Contaminé par le coronavirus, voici les dernières nouvelles du prince Charles    La demande explose pour les banques alimentaires new-yorkaises    Coronavirus: Cuba exporte ses médecins…    Le virus de la discorde met à mal l'unité de l'UE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Politique: Hommage à Lahcen Lyoussi
Publié dans L'Economiste le 09 - 05 - 2006


· La mémoire du fondateur du MP revisitée
CRةة en 1998, le Centre Lahcen Lyoussi pour les études et la recherche politiques vient d'éditer une plaquette dont le titre est «l'avenir a de la mémoire». «Le centre que j'ai décidé de fonder en la mémoire de Lahcen Lyoussi (son père) n'entend pas servir une ambition sectaire ou partisane. Il est tout simplement une offrande à la mesure de l'amour pour ce pays qu'il a su nous transmettre par l'exemple», indique Moha Lyoussi.
Au cours de sa longue carrière à la tête des Aït Youssi, Lahcen Lyoussi eut à vivre et à affronter les grands bouleversements qui ont jalonné l'histoire du Maroc durant le XXe siècle. Au cours de l'été 1952 à Fès, il dira avec force que «Sidi Mohammed Ben Youssef est Amir Al Mouminine, nous lui devons obéissance. Les Français veulent mettre ce pays en morceaux». Lahcen Lyoussi choisit naturellement son camp au moment de l'épreuve . Il s'oppose aux visées du Protectorat en refusant de signer la pétition contre Ben Youssef, ce qui lui valut d'être destitué et assigné à résidence avec son fils à Ben Slimane, puis à Mogador (Essaouira) durant deux années.
«Au retour triomphant de Mohammed V, il est naturellement appelé à servir. Il se voit confier la charge de ministre de l'Intérieur dans le premier gouvernement du Maroc indépendant», précise Moha Lyoussi. Délicate mission dans un contexte où il fallait prévenir mille risques et dérapages.
«L'équilibre voulu par le Souverain, dicté par une appréciation des réalités du pays, fut pour un moment rompu sous la pression des partisans de l'hégémonie d'un seul parti», ajoute-t-il. Cette rupture ne sera pas sans faire des victimes et autres fuites en avant. Quant à Lahcen Lyoussi, il est remplacé à la tête du ministère de l'Intérieur pour être nommé ministre de la Couronne (conseiller royal).
Dès 1958, un nouveau parti politique naît, le Mouvement Populaire. Lahcen Lyoussi en fut le maître d'œuvre (fondateur) avec Haddou Aberkach, Abdelkrim Al Khatib et Mahjoubi Aherdan qui allaient occuper le devant de la scène grâce au soutien de Sidi M'Barek Bekkaï.
Près d'un demi-siècle s'est écoulé et le Mouvement populaire (MP) vient d'entériner la fusion (MP, MNP et UD) avec l'élection d'un comité central, d'un bureau politique et de conforter… Mahjoubi Aherdan en qualité de président.
Redevenu la 1re formation politique du pays avec 73 sièges au Parlement devant l'Istiqlal (une soixantaine) et l'USFP (50), il ne fait pas de doute que l'objectif de l'état-major du MP sera de transformer «l'essai» par un score à la hauteur de son ambition lors des élections législatives de 2007.
Pour cela, le MP doit impérativement resserrer les rangs car il semblerait que les «fiançailles», devenues officielles depuis la fusion, ont donné lieu à des tensions internes.
Pour preuve, la direction du parti a dû organiser des «prolongations» (suite au congrès de Fès), samedi à Rabat, pour finaliser la constitution du bureau politique. Il est dit «que c'est dans la douleur que l'on savoure les meilleures victoires». Rendez-vous est donc pris pour 2007?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.